La société étasunienne des années 1920

De Baripedia


Les années 1920, également connues sous le nom de "Années folles", ont été une décennie de grands changements sociaux, culturels et économiques aux États-Unis. Après la fin de la Première Guerre mondiale, le pays a connu une période de prospérité et d'optimisme, ainsi que d'importants changements dans les normes et valeurs sociales. L'essor de la culture "flapper", dans laquelle les jeunes femmes adoptent de nouveaux styles vestimentaires et de comportement, est l'une des tendances sociales les plus remarquables de la décennie. L'économie est en plein essor et les nouvelles technologies, telles que les automobiles et les radios, se généralisent. Cependant, la prospérité des années 1920 n'a pas été partagée par tous les Américains, car de nombreuses personnes, en particulier les Afro-Américains et les immigrants, ont continué à faire face à la discrimination et à l'inégalité. En outre, le krach boursier de 1929 a marqué la fin de la prospérité de la décennie et a marqué le début de la Grande Dépression.

À la fin du XIXe siècle, les États-Unis sont passés de l'annexion de territoires à des fins de colonisation à l'occupation de régions à des fins de contrôle politique et économique. La guerre hispano-américaine de 1898 marque un tournant important dans l'impérialisme américain sur le continent américain. Les États-Unis en sortent victorieux et prennent le contrôle de Porto Rico, de Guam et des Philippines et gagnent en influence sur Cuba. La construction ultérieure du canal de Panama a solidifié le contrôle américain sur la région et a permis un accès plus facile à l'Amérique centrale et du Sud. Les États-Unis ont alors commencé à considérer les Caraïbes et l'Amérique centrale comme leur propre sphère d'influence. Ils ont commencé à exercer un contrôle politique et économique sur ces régions par divers moyens tels que l'intervention militaire, l'aide économique et la pression diplomatique.

La Première Guerre mondiale, également connue sous le nom de Première Guerre mondiale, a entraîné d'importantes destructions et ruines en Europe et a eu un impact profond sur l'équilibre mondial des pouvoirs. La guerre a marqué la fin de la domination européenne et l'ascension des États-Unis en tant que grande puissance mondiale. Les États-Unis sont entrés en guerre en 1917, et leur participation a été décisive pour renverser la vapeur contre les puissances centrales. La guerre a également mis fin au statut de l'Empire britannique en tant que puissance mondiale dominante, et les États-Unis sont devenus la première puissance économique et militaire du monde. Avec la fin de la guerre, les États-Unis ont assumé un rôle plus important dans les affaires internationales, et leur puissance économique et militaire leur a permis d'exercer une influence significative sur les affaires mondiales. L'idée du fardeau de l'homme blanc, un terme utilisé pour décrire la croyance selon laquelle il était du devoir des puissances européennes et des États-Unis de "civiliser" le reste du monde, était également prédominante dans la politique étrangère des États-Unis au cours de cette période.

Il existe des similitudes entre les développements culturels et artistiques aux États-Unis dans les années 1920 et au Mexique simultanément. Les deux pays traversaient une période de changements sociaux et culturels importants, et des efforts étaient déployés pour créer une culture nationale distincte, libre des influences européennes. Aux États-Unis, les "années folles" ont vu l'essor de la musique jazz, la Renaissance de Harlem et l'émergence d'une nouvelle génération d'écrivains, d'artistes et d'intellectuels qui cherchaient à créer une culture américaine distincte. De même, au Mexique, les années 1920 et 1930 ont été une période de floraison culturelle et artistique connue sous le nom de "Renaissance mexicaine". Les artistes et les intellectuels mexicains cherchaient à créer une culture nationale qui reflétait l'héritage indigène et métis du Mexique. Ils rejetaient également l'influence européenne sur l'art et la culture du Mexique. Ce mouvement a été mené par des personnalités telles que Diego Rivera, Frida Kahlo et David Alfaro Siqueiros, qui ont cherché à promouvoir une nouvelle identité nationale à travers leur art et leur littérature.

La seconde révolution industrielle[modifier | modifier le wikicode]

La première révolution industrielle, qui s'est déroulée à la fin du 18e et au début du 19e siècle, s'est caractérisée par le développement de nouvelles technologies et de nouveaux procédés de fabrication dans les secteurs du textile, de la métallurgie et des transports. Ces innovations ont permis d'augmenter la productivité et de passer du travail manuel à la fabrication par des machines, ce qui a entraîné une augmentation significative de la croissance économique et de la prospérité. Cette révolution industrielle a également contribué à faire des États-Unis l'une des nations les plus riches et les plus développées du monde.

La deuxième révolution industrielle, qui a débuté à la fin du 19e siècle, s'est appuyée sur les avancées de la première révolution industrielle et a apporté de nouvelles innovations dans les domaines de la production d'acier, de l'électricité et des produits chimiques. Cette période a vu une accélération du rythme des changements technologiques, et de nouvelles technologies telles que le télégraphe, le téléphone et le moteur à combustion interne. Elle a également conduit à l'essor de nouvelles industries, comme l'automobile et la pétrochimie, qui ont contribué à la croissance économique et à la modernisation des États-Unis et d'autres pays développés. La deuxième révolution industrielle a également eu un impact profond sur la société, entraînant la croissance des villes, l'apparition de nouveaux moyens de transport et la création de nouvelles formes de travail et de loisirs.

La Première Guerre mondiale, qui s'est terminée en 1918, a eu un impact considérable sur l'économie mondiale et l'équilibre des pouvoirs entre les nations. La guerre a causé d'importantes destructions et pertes de vies en Europe et a laissé de nombreuses puissances européennes en ruines économiques et physiques. Les États-Unis, en revanche, sont entrés en guerre plus tard et n'ont pas subi le même niveau de destruction et de perte de vies humaines. En conséquence, le pays est sorti de la guerre dans une position économique beaucoup plus forte que les puissances européennes.

La deuxième révolution industrielle était déjà en cours avant la guerre. Néanmoins, la guerre a accéléré les innovations technologiques, et les États-Unis étaient particulièrement bien placés pour tirer parti de ces nouvelles technologies et industries. L'économie du pays a connu un boom dans les années 1920, avec l'expansion des industries manufacturières et des transports, et l'apparition de nouvelles industries telles que l'automobile et la chimie. L'économie du pays n'a pas été affectée par la guerre autant que l'Europe, et les États-Unis ont pu profiter de cette situation pour devenir la première puissance économique mondiale.

Les États-Unis avaient également l'avantage de disposer d'un vaste marché intérieur, de ressources naturelles abondantes et d'une infrastructure bien développée, ce qui leur a permis de devenir le premier producteur mondial de biens et de services. Cette domination économique, associée au pouvoir politique et militaire que les États-Unis avaient acquis grâce à leur rôle dans la guerre, a positionné le pays comme un acteur majeur dans les affaires mondiales et l'a établi comme une superpuissance au 20e siècle.

Production de masse de biens de consommation[modifier | modifier le wikicode]

Ligne d’assemblage des Ford T en 1913. Une balancelle permet de présenter un sous-ensemble provenant d’un étage supérieur au poste de travail où il sera monté sur le véhicule.

La deuxième révolution industrielle, qui a débuté à la fin du XIXe siècle, a apporté de nouvelles innovations dans les domaines de la production d'acier, de l'électricité et des produits chimiques. L'un des développements les plus remarquables de cette période a été l'avènement des techniques de production de masse, qui ont permis la fabrication de biens de consommation à grande échelle. Cela a entraîné une augmentation significative de la productivité et une diminution du coût des biens, les rendant plus abordables pour le consommateur moyen.

L'un des pionniers des techniques de production de masse est Henry Ford, qui a introduit la chaîne de montage dans l'industrie automobile. Le modèle T de Ford a été la première voiture produite à grande échelle à l'aide de la chaîne de montage, ce qui a considérablement réduit le coût de production et rendu les voitures plus abordables pour le consommateur moyen. Cette innovation a révolutionné l'industrie automobile et a eu un impact considérable sur la société américaine, car la voiture est devenue un élément essentiel de la vie quotidienne.

Les techniques de production de masse ont également été appliquées à d'autres biens de consommation, tels que les appareils ménagers, les cigarettes et les vêtements. Cela a conduit à une augmentation significative de la disponibilité des biens de consommation, ce qui a contribué au développement de la culture de consommation et à l'essor d'une économie basée sur la consommation. La chaîne de montage et les techniques de production de masse sont devenues la norme dans l'industrie manufacturière et sont encore largement utilisées aujourd'hui.

Le principal objectif de la deuxième révolution industrielle était d'accroître la productivité et l'efficacité et de réduire les coûts de production. Les nouvelles technologies et innovations apparues au cours de cette période, telles que la chaîne de montage, les pièces interchangeables et l'utilisation de l'électricité, étaient toutes conçues pour atteindre cet objectif.

La chaîne de montage, par exemple, permettait une division efficace du travail, les travailleurs se voyant attribuer des tâches spécifiques, ce qui augmentait la vitesse et le volume de la production. Les pièces interchangeables ont permis la production de masse de biens, et l'utilisation de l'électricité a permis la mécanisation de nombreux processus de fabrication, augmentant encore la productivité et l'efficacité.

L'objectif de produire plus, plus vite et moins cher se reflète également dans les stratégies de marketing et de vente des entreprises. La production de masse a permis de réaliser des économies d'échelle, ce qui a rendu les marchandises moins chères, ce qui a été la clé du succès de nombreuses entreprises. Cela a conduit à une augmentation du niveau de vie de nombreux Américains, car la disponibilité de biens de consommation bon marché les rendait plus abordables pour le citoyen moyen.

L'accent mis sur la production de masse et l'efficacité a également eu un impact sur le marché du travail, car il a conduit à l'augmentation du nombre d'emplois dans le secteur manufacturier et à l'essor de la classe ouvrière, mais il a également conduit à l'exploitation de la main-d'œuvre et à l'essor des syndicats ouvriers.

Pour produire plus, plus vite et à moindre coût, Henry Ford a mis en place de grandes usines très efficaces qui utilisaient les dernières technologies et innovations. L'une des principales innovations introduites par Ford est la chaîne de montage, qui a révolutionné l'industrie automobile.

Sur la chaîne de montage, chaque ouvrier se voyait attribuer une tâche spécifique qu'il était chargé d'accomplir de manière répétée au fur et à mesure que la voiture avançait dans la chaîne. Cette division du travail a permis d'augmenter considérablement la vitesse et le volume de la production, car chaque ouvrier est devenu un expert dans sa tâche spécifique. Il s'agissait d'un changement important par rapport à la méthode de fabrication traditionnelle, où chaque ouvrier devait effectuer l'ensemble du processus de construction d'une voiture, ce qui était lent et inefficace.

Ford a également standardisé les composants et les accessoires du modèle T, ce qui a permis la production en série de la voiture. Cela a permis de produire des voitures à un coût beaucoup plus bas, les rendant plus abordables pour le consommateur moyen. L'utilisation de pièces interchangeables a permis de réparer et d'entretenir les voitures plus facilement.

La chaîne de montage et les techniques de production de masse ont conduit à la création de grandes usines très efficaces qui employaient un grand nombre de travailleurs. Cela a conduit à la montée de la classe ouvrière, mais aussi à l'exploitation du travail et à la montée des syndicats ouvriers. La chaîne de montage a également conduit à la création d'un nouveau type de travailleur, l'ouvrier semi-qualifié, qui n'était responsable que d'une seule tâche dans la longue chaîne de production. Cette méthode de production a également conduit à la création des premiers robots industriels, conçus pour effectuer des tâches répétitives et accroître l'efficacité du processus de production.

La chaîne de montage, que Henry Ford a introduite pour la première fois dans l'industrie automobile, est rapidement devenue la norme pour de nombreuses autres industries. Le succès de la chaîne de montage dans l'industrie automobile a démontré que les techniques de production de masse pouvaient également être appliquées à d'autres biens de consommation. Cela a conduit à l'adoption généralisée de la chaîne de montage dans de nombreuses autres industries, telles que l'électroménager, l'électronique et l'habillement.

L'adoption généralisée de la chaîne de montage a également entraîné une augmentation significative de la disponibilité des biens de consommation, ce qui a contribué à la croissance de la culture de consommation et à l'essor d'une économie basée sur la consommation. Les entreprises ont commencé à se concentrer sur le marketing et la publicité pour promouvoir leurs produits et créer une demande pour ceux-ci. Elles ont essayé de présenter les nouveaux produits comme indispensables à tous les Américains et de leur faire croire que le modèle qu'ils possédaient déjà était obsolète et devait être remplacé.

Cette stratégie de marketing et de publicité, combinée à la disponibilité de biens de consommation bon marché, a entraîné une augmentation significative des dépenses de consommation, contribuant ainsi à la croissance de l'économie. L'accent mis sur la production de masse et l'efficacité a également entraîné la création d'emplois dans le secteur manufacturier, l'exploitation de la main-d'œuvre et la montée des syndicats ouvriers.

L'essor de la culture de consommation et l'accent mis sur la production de masse ont également eu un impact significatif sur la société et les valeurs américaines, car les gens ont commencé à accorder une plus grande importance aux possessions matérielles et à l'acquisition de biens. Cela a conduit à la montée du consumérisme, qui reste un aspect important de la culture américaine aujourd'hui.

Boom de l’économie étasunienne[modifier | modifier le wikicode]

La deuxième révolution industrielle a entraîné un essor spectaculaire de l'économie américaine dans les années 1920. Les nouvelles technologies et innovations apparues durant cette période, telles que la chaîne de montage et les techniques de production de masse, ont considérablement augmenté la productivité et l'efficacité, entraînant une hausse significative de la croissance économique.

Au cours de cette période, les États-Unis ont connu une augmentation significative de la production industrielle et une hausse du produit national brut (PNB) de 40 %. Cette croissance économique a également entraîné une augmentation du revenu par habitant, le revenu annuel moyen par personne ayant augmenté de 30 % pour atteindre 680 dollars par personne en 1929. La population des États-Unis a également augmenté de manière significative au cours de cette période, passant de 100 millions de personnes en 1923 à 120 millions de personnes à peine dix ans plus tard.

Ce boom économique a également augmenté les dépenses de consommation, ce qui a contribué à la croissance de l'économie. La disponibilité de biens de consommation bon marché, combinée à l'essor de la culture de consommation, a entraîné une augmentation significative de la demande de biens et de services, ce qui a conduit à la création d'emplois dans les secteurs de la fabrication et des services.

Le boom n'est pas durable, et le krach boursier de 1929 marque la fin de la prospérité de la décennie et marque le début de la Grande Dépression. Les conditions économiques se sont rapidement détériorées, et le pays est entré dans une période de difficultés économiques qui a duré jusqu'à la fin des années 1930.

Le boom économique des années 1920 a entraîné une augmentation des salaires des travailleurs de l'industrie aux États-Unis, faisant d'eux certains des travailleurs les mieux payés au monde. L'augmentation de la productivité et de l'efficacité provoquée par la deuxième révolution industrielle a entraîné une hausse de la demande de main-d'œuvre, ce qui a conduit à une augmentation des salaires des travailleurs industriels.

Cette augmentation de salaire signifie également que les travailleurs industriels peuvent se permettre d'acheter certains des biens de consommation qu'ils fabriquent. Cela a conduit à une augmentation des dépenses de consommation et à la croissance d'une économie basée sur la consommation. La disponibilité de biens de consommation bon marché, combinée à l'essor de la culture de consommation, a entraîné une augmentation significative de la demande de biens et de services, ce qui a conduit à la création d'emplois dans les secteurs de la fabrication et des services.

Cependant, les bénéfices de ce boom économique n'ont pas été répartis de manière égale entre tous les Américains. De nombreuses personnes, en particulier les Afro-Américains et les immigrants, ont continué à faire face à la discrimination et à l'inégalité et n'ont pas eu le même accès à ces salaires plus élevés et à la possibilité d'acheter des biens de consommation.

La prospérité des années 1920 n'était pas durable, et le krach boursier de 1929 a marqué la fin de la prospérité de la décennie et a marqué le début de la Grande Dépression. Les conditions économiques se sont rapidement détériorées, et de nombreux Américains se sont retrouvés sans emploi et incapables de s'offrir les biens de consommation qu'ils pouvaient autrefois se payer.

Chart 1: USA GDP annual pattern and long-term trend, 1920-40, in billions of constant dollars[8]

Coûts et conséquences sociétales[modifier | modifier le wikicode]

La deuxième révolution industrielle, qui a entraîné une croissance économique et une prospérité considérables aux États-Unis dans les années 1920, a eu un impact important sur les zones rurales du pays. L'accent mis sur la production de masse et l'efficacité a entraîné la croissance des secteurs de la fabrication et des services dans les zones urbaines. De nombreuses personnes, notamment des agriculteurs, ont quitté la campagne pour chercher du travail dans les villes.

La croissance des secteurs de la fabrication et des services dans les zones urbaines a entraîné une hausse des salaires et du niveau de vie de nombreux Américains, mais cette prospérité n'était pas répartie de manière égale. Le revenu annuel moyen des travailleurs industriels dans les zones urbaines était de 680 dollars par an, tandis que le revenu annuel moyen des agriculteurs et des travailleurs ruraux n'était que de 273 dollars par an.

Cette disparité de revenus entraîne une importante migration des personnes à la recherche d'un emploi des zones rurales vers les zones urbaines. Des millions de petits agriculteurs ont quitté la campagne, à la recherche de meilleures opportunités dans les villes. Cette migration a entraîné la croissance des zones urbaines et le déclin des zones rurales, ce qui a eu un impact considérable sur la société et la culture.

L'accent mis sur la production de masse et l'efficacité a également eu un impact négatif sur l'environnement et les ressources naturelles, car la surutilisation des ressources et la pollution de l'environnement n'étaient pas prises en compte dans le processus de production. Cela a eu un impact à long terme sur l'environnement, qui est toujours d'actualité aujourd'hui.

Bien que la deuxième révolution industrielle ait entraîné une croissance économique et une prospérité importantes aux États-Unis dans les années 1920, elle a également eu des conséquences négatives. L'une des conséquences négatives les plus importantes a été la hausse du chômage. Malgré la croissance des secteurs de la fabrication et des services dans les zones urbaines, l'accent mis sur la production de masse et l'efficacité a entraîné le déplacement de nombreux travailleurs.

Les années 1920 ont été marquées par plusieurs ralentissements économiques, dont une récession en 1921. Cette récession a augmenté le chômage, avec environ 5 millions de travailleurs hors de la population active. Ce ralentissement économique aurait dû être un signal d'alarme pour le pays, mais il n'a pas été pris au sérieux et l'économie a continué de croître.

La Grande Dépression, qui a débuté en 1929, a été un ralentissement économique beaucoup plus grave qui a duré jusqu'à la fin des années 1930. La dépression a été causée par une combinaison de facteurs, notamment le krach boursier de 1929, la baisse des dépenses de consommation et l'effondrement du système bancaire. La dépression a entraîné une augmentation significative du chômage, avec environ 15 millions de personnes sans emploi. Le taux de chômage a atteint 25 % en 1933. La Grande Dépression n'a pris fin qu'avec la Seconde Guerre mondiale, qui a entraîné une augmentation significative des dépenses publiques, notamment en matière de défense, ce qui a contribué à stimuler l'économie et à créer des emplois.

La deuxième révolution industrielle, et l'accent mis sur la production de masse et l'efficacité, a conduit à la croissance de grandes usines très efficaces et à l'essor de grandes entreprises appartenant à des actionnaires. Ces grandes entreprises, également connues sous le nom d'oligopoles, avaient un avantage considérable sur les petites entreprises en termes d'économies d'échelle et d'accès aux ressources. Elles pouvaient produire des biens à des coûts beaucoup plus bas que les petites entreprises, ce qui rendait la concurrence difficile pour ces dernières.

Ces oligopoles bénéficiaient également de l'aide gouvernementale, qui contribuait à supprimer le mouvement syndical et à protéger leurs entreprises de la concurrence. Des droits de douane élevés et des barrières douanières sont également imposés aux importations en provenance d'Europe et d'autres pays, ce qui protège davantage ces grandes entreprises de la concurrence étrangère.

Cette situation a entraîné une concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises et le déclin des petites entreprises et de la concurrence sur le marché. Cela a également conduit à une diminution du nombre d'emplois dans les petites entreprises et à une augmentation du nombre d'emplois dans les grandes entreprises, mais aussi à l'exploitation de la main-d'œuvre et à la montée des syndicats de la classe ouvrière.

L'essor de ces grands oligopoles a également eu un impact important sur la société américaine, car ils ont exercé une influence considérable sur le processus politique et les politiques gouvernementales. Cette concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises a également entraîné une baisse du niveau de vie de nombreux Américains, car la disponibilité de biens de consommation bon marché les rendait plus abordables pour le citoyen moyen.

La montée en puissance des grandes entreprises appartenant à des actionnaires, ou oligopoles, au cours de la deuxième révolution industrielle, a entraîné un déclin du pouvoir du mouvement syndical indépendant. Le mouvement ouvrier s'était fortement développé en 1918 et 1919, les travailleurs s'organisant et formant des syndicats pour exiger de meilleurs salaires et conditions de travail.

Cependant, les grandes et puissantes entreprises ont pu neutraliser le mouvement ouvrier en utilisant diverses tactiques, comme la création de syndicats contrôlés par l'entreprise, l'offre de programmes d'aide sociale fournis par l'entreprise et l'utilisation de politiques gouvernementales pour supprimer le mouvement ouvrier.

L'une des tactiques utilisées par ces grandes entreprises était l'établissement de programmes de "capitalisme social", c'est-à-dire des contrats qui promettaient divers avantages aux travailleurs, comme de meilleurs salaires et conditions de travail, et même des programmes de retraite pour les travailleurs restants de l'entreprise. Ces programmes étaient destinés à apaiser les travailleurs et à réduire la nécessité de créer des syndicats indépendants.

Cependant, ces programmes ne sont pas toujours efficaces et de nombreux travailleurs continuent à s'organiser et à former des syndicats indépendants, malgré les efforts des grandes entreprises pour supprimer le mouvement syndical. Le mouvement ouvrier a continué de croître et d'évoluer et a considérablement influencé la société et la politique américaines au 20e siècle.

La deuxième révolution industrielle et l'accent mis sur la production de masse et l'efficacité ont entraîné le déclin du travail artisanal et la montée du travail à la chaîne. Les nouvelles technologies et innovations apparues au cours de cette période, telles que la chaîne de montage et les techniques de production de masse, ont considérablement augmenté la productivité et l'efficacité, mais elles ont également entraîné le déplacement de nombreux travailleurs artisanaux qualifiés.

Le processus d'élimination des petites entreprises et de l'artisanat s'est également manifesté dans le secteur du commerce de détail, où les petits magasins et les marchands indépendants ont été remplacés par des chaînes de distribution. Au cours de la deuxième révolution industrielle, les grands magasins ont remplacé les petits magasins et les marchands indépendants, ou oligopoles, ce qui a entraîné une concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises et le déclin des petites entreprises et de la concurrence sur le marché. Cela a également conduit à une diminution du nombre d'emplois dans les petites entreprises et à une augmentation du nombre d'emplois dans les grandes entreprises.

Cette concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises a également entraîné une baisse du niveau de vie de nombreux Américains, car la disponibilité de biens de consommation bon marché les rendait plus abordables pour le citoyen moyen. Le déclin des petites entreprises et de l'artisanat a également eu un impact important sur la société américaine, car il a entraîné une diminution du nombre de petites entreprises et de marchands indépendants, ce qui a eu un impact considérable sur les communautés qu'ils desservaient.

La nouvelle culture urbaine et changements de mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Les années 1920, également connues sous le nom de "Années folles", ont été une décennie de changements sociaux, culturels et économiques importants aux États-Unis. Cette période s'est caractérisée par le passage de la vie rurale et des valeurs traditionnelles à l'urbanisation et à la modernité. L'apparition de la "New Woman" et des "flappers" symbolise l'évolution des normes sociales et des attitudes de l'époque. Les Américains s'intéressent de plus en plus au consumérisme et à la recherche du plaisir. Le pays connaît une prolifération de nouvelles technologies et de nouvelles formes de divertissement, comme l'automobile, la radio et la musique de jazz. Cette nouvelle culture urbaine est particulièrement répandue dans les grandes villes comme New York, Chicago et Los Angeles.

La production de masse de marchandises au cours des années 1920 a conduit à une standardisation des produits, créant un sentiment d'uniformité parmi les consommateurs. En outre, l'essor économique de la décennie était largement alimenté par les dépenses de consommation, et le nombre de consommateurs n'a peut-être pas pu suivre le rythme de la croissance rapide de la production. Cela a finalement conduit à une surproduction de biens et à une baisse des ventes, ce qui a contribué à la récession économique qui a débuté en 1929. Le krach boursier d'octobre 1929, qui a marqué le début de la Grande Dépression, a encore exacerbé les problèmes économiques causés par la surproduction.

Consommation de masse et consumérisme[modifier | modifier le wikicode]

La publicité agent du développement économique. Publicité pour le savon Palmolive en 1922.

Au cours des années 1920, l'élite et la classe moyenne sont les principaux bénéficiaires du boom de la consommation. Grâce à la hausse de leurs revenus et à l'accès à de nouvelles formes de crédit, elles ont pu acheter un large éventail de biens de consommation, notamment des automobiles, des appareils électroménagers et des maisons en banlieue. Ces nouveaux biens de consommation ont amélioré leur niveau de vie et ont contribué à alimenter la croissance économique. Toutefois, une fois que ces groupes ont acquis la plupart des biens durables dont ils avaient besoin, leur demande de biens de consommation a commencé à diminuer, ce qui a contribué à la récession économique.

En outre, la consommation de masse a également entraîné une augmentation significative de la dette des consommateurs, car de nombreux Américains achetaient des biens à crédit, ce qui était un nouveau phénomène à l'époque. Cela a également contribué à la récession économique et au krach boursier.

Les bénéfices du boom de la consommation des années 1920 n'ont pas été répartis équitablement. De nombreux ouvriers industriels et agriculteurs ne pouvaient pas participer à la consommation de masse de l'époque. Beaucoup de ces groupes se remettaient encore des difficultés économiques de la Première Guerre mondiale, et ils n'avaient pas le revenu disponible ou l'accès au crédit pour acheter les nouveaux biens de consommation qui devenaient disponibles. Ce fossé économique entre l'élite et la classe moyenne, qui pouvaient participer au boom de la consommation, et les classes ouvrières et rurales, qui ne le pouvaient pas, a contribué à l'accroissement des inégalités sociales et économiques de l'époque.

En outre, de nombreux biens produits dans les années 1920 grâce au système de crédit ou de location-vente n'étaient pas abordables pour ces groupes, ce qui a encore renforcé le fossé entre ceux qui pouvaient participer au boom de la consommation et ceux qui ne le pouvaient pas.

Si le boom de la consommation des années 1920 a entraîné une croissance économique et une amélioration du niveau de vie de nombreux Américains, il a également renforcé les inégalités sociales et économiques existantes, car de nombreuses classes ouvrières et rurales ne pouvaient pas participer à la consommation de masse de l'époque.

L'inégalité croissante des richesses dans les années 1920, combinée à la saturation du marché de la consommation, a été un facteur important contribuant au Grand Crash de 1929 et à la Grande Dépression qui a suivi. Comme vous l'avez mentionné, le boom de la consommation des années 1920 était en grande partie dû au pouvoir d'achat de l'élite et de la classe moyenne, qui pouvaient acheter un large éventail de biens de consommation. Toutefois, à mesure que le marché des biens de consommation est devenu saturé, ces groupes n'ont plus pu maintenir leurs niveaux élevés de consommation, ce qui a entraîné une baisse de la demande de biens et un déclin de l'activité économique.

La répartition de plus en plus inégale des richesses a également joué un rôle dans le krach de 1929, car les riches avaient investi une quantité disproportionnée d'argent dans le marché boursier. Lorsque le marché s'est effondré, ce sont eux qui ont perdu le plus. De plus, le fait que de nombreuses personnes achetaient des actions sur marge, en utilisant des prêts pour investir en bourse, a encore aggravé le krach boursier : lorsque le marché s'est effondré, de nombreux investisseurs n'ont pas pu rembourser leurs prêts, ce qui a entraîné des pertes financières plus importantes.

les années 1920 ont été une décennie de changements sociaux, culturels et économiques importants aux États-Unis, et de nombreux jalons majeurs de la culture américaine ont été posés à cette époque. L'essor de l'automobile, la prolifération des maisons individuelles dans les banlieues, l'expansion des grands magasins et des gratte-ciel, et le développement de nouvelles formes de divertissement, comme la radio et la musique de jazz, ont tous joué un rôle dans le façonnement de la nouvelle culture urbaine de l'époque.

L'automobile, en particulier, a eu un impact majeur sur la culture et la société américaines au cours des années 1920. L'adoption généralisée de l'automobile a entraîné le développement de nouvelles infrastructures, comme les autoroutes et les stations-service, et de nouvelles formes de développement commercial, comme les hôtels et les restaurants avec service au volant. La voiture a également permis aux Américains de voyager plus facilement, ce qui a entraîné une croissance du tourisme et des vacances. En outre, la voiture a également joué un rôle dans l'évolution des normes sociales de l'époque en donnant aux femmes une plus grande mobilité et indépendance.

Les gratte-ciel de la presqu’île de Manhattan à New York en 1932.

L'arrivée de la production et de la publicité de masse ainsi que de la culture et des loisirs de masse sont des facteurs clés qui ont contribué à l'évolution de la culture urbaine des années 1920. La production de masse permet de produire des biens à grande échelle et à moindre coût, ce qui les rend plus abordables pour le consommateur moyen. La publicité a contribué à créer une demande pour ces biens en les promouvant auprès d'un large public par le biais de divers supports tels que les journaux, les magazines, les panneaux d'affichage et la radio.

Le développement de la culture de masse et des loisirs a également façonné la nouvelle culture urbaine des années 1920. L'apparition de nouvelles formes de divertissement, comme la musique de jazz, le cinéma et les sports, a créé de nouvelles possibilités de loisirs et de rencontres. La croissance des grands magasins et d'autres établissements commerciaux a également fourni de nouveaux lieux pour le shopping, la restauration et le divertissement. Ces changements dans la culture urbaine ont conduit à l'émergence d'une nouvelle culture de consommation, dans laquelle les gens étaient encouragés à acheter davantage et à passer plus de temps à profiter des activités de loisirs.

La radio est apparue comme un nouveau moyen puissant de communication de masse et a joué un rôle important dans le façonnement de la nouvelle culture urbaine de l'époque. L'un des facteurs clés du développement de la radio à cette époque a été la croissance de la radio commerciale, financée en grande partie par la publicité. Des sociétés telles que NBC (National Broadcasting Company) ont commencé à construire des réseaux de stations de radio à travers le pays. Elles utilisaient ces réseaux pour diffuser un large éventail de programmes, notamment de la musique, des informations et des divertissements, à un public de masse.

La publicité est devenue une source importante de revenus pour ces réseaux de radios commerciales, les entreprises payant pour que leurs produits et services soient promus sur les ondes. Cela a contribué à rendre la radio plus abordable pour le consommateur moyen, puisque les revenus de la publicité compensaient les coûts de la programmation.

En plus de fournir une nouvelle source de divertissement et d'information, la radio a également joué un rôle dans le façonnement de la nouvelle culture de consommation des années 1920 en faisant la promotion de nouveaux produits et modes de vie. La publicité à la radio encourageait les gens à acheter de nouveaux biens de consommation, et des émissions comme les feuilletons et les émissions de cuisine contribuaient à créer une demande pour ces produits.[9][10]

L'émergence de la radio comme nouveau moyen de communication de masse dans les années 1920 a considérablement augmenté la vitesse et la portée de l'information. Elle a joué un rôle majeur dans la manière dont les gens recevaient et consommaient les nouvelles et les divertissements. La radio diffuse également les sports, ce qui leur permet de devenir plus populaires et d'atteindre un public national. Cela a contribué à accroître la popularité de sports comme le baseball, le football et la boxe, et en a fait un élément important de la culture et de la société américaines. La possibilité d'écouter les retransmissions en direct des matchs à la radio a également permis aux personnes qui ne pouvaient pas assister aux matchs en personne de les suivre, et a rendu les sports plus accessibles à un public plus large.

Cependant, malgré la croissance de ces sports, ils restent ségrégués, ce qui signifie que les Afro-Américains ne sont pas autorisés à participer aux mêmes ligues que les Blancs. Cette ségrégation raciale reflète les problèmes sociétaux plus larges de racisme et de discrimination qui existaient aux États-Unis à cette époque.

Outre le sport, Hollywood est devenu un grand centre de production cinématographique dans les années 1920, et la croissance de l'industrie du cinéma a contribué à façonner la nouvelle culture urbaine de l'époque. La plupart des films produits à Hollywood à cette époque étaient destinés à un public de masse et ont contribué à créer une nouvelle forme de culture de masse accessible aux personnes de toutes origines. Cependant, certains des films produits à Hollywood à cette époque étaient considérés comme controversés et allaient à l'encontre des valeurs conservatrices de la société américaine, entraînant une réaction contre la décadence morale perçue d'Hollywood.

Cela a conduit à une censure plus sélective des films et à l'augmentation du nombre de cinémas. L'essor d'Hollywood en tant que centre majeur de production cinématographique a également contribué à créer une nouvelle forme de divertissement accessible aux personnes de tous horizons, et a joué un rôle dans le façonnement de la nouvelle culture de consommation des années 1920 en promouvant de nouveaux produits et modes de vie.

Changements politiques et sociaux, notamment le droit de vote pour les femmes[modifier | modifier le wikicode]

En 1920, le 19e amendement à la Constitution des États-Unis a été ratifié, donnant aux femmes le droit de vote. Il s'agissait d'une réussite importante pour le mouvement pour le suffrage des femmes, qui se battait pour le droit de vote depuis des décennies. Cependant, comme vous l'avez souligné, l'obtention du suffrage par les femmes n'a pas changé grand-chose à la politique du pays en général, en particulier pour les femmes noires, car elles continuaient d'être exclues du vote en raison des codes noirs et des pratiques discriminatoires dans les États du Sud.

En outre, même si les femmes ont désormais le droit de vote, leur rôle dans la société n'a pas beaucoup changé car les hommes restent les principaux soutiens économiques de la famille. On attendait toujours des femmes qu'elles remplissent les rôles traditionnels de femmes au foyer et de gardiennes, et elles n'étaient pas encouragées à participer à la vie active ou à la politique de la même manière que les hommes.

Il faudra encore de nombreuses années et une autre vague de mouvements féministes pour que les femmes aient un impact sur le paysage politique et social de l'Amérique.

Après l'adoption du 19e amendement, le mouvement féministe s'est divisé dans ses objectifs et ses priorités. Certaines féministes se sont concentrées sur la réalisation d'objectifs sociaux et politiques, comme l'obtention d'avancées du gouvernement fédéral dans des domaines tels que l'égalité des salaires, l'accès à l'éducation et à l'emploi, et les droits reproductifs. Ces féministes s'efforçaient de modifier les lois et les politiques afin de promouvoir l'égalité des sexes et les droits des femmes.

D'autre part, d'autres féministes se sont concentrées sur la remise en question des attentes et des normes sociétales traditionnelles, en particulier celles liées aux rôles des sexes et à la libération sexuelle. Elles cherchaient à se libérer de la "camisole victorienne" traditionnelle qui imposait aux femmes des attentes sociétales restrictives, et visaient plutôt une plus grande liberté personnelle et l'expression de soi. Elles défendaient notamment la libération sexuelle et le droit de faire leurs propres choix concernant leur corps et leur sexualité.

Cette division au sein du mouvement féministe s'est poursuivie dans les années 1920 et 1930, avec différents groupes de féministes poursuivant des objectifs et des stratégies différents. Ce n'est que dans les années 1960 et 1970, avec la deuxième vague du féminisme, que les différentes factions du mouvement se sont réunies à nouveau et se sont concentrées sur un programme plus complet pour les droits et l'égalité des femmes.

L'évolution vers l'émancipation des femmes au cours des années 1920 a été facilitée par un certain nombre de facteurs, notamment la baisse des taux de natalité et l'avènement de nouvelles technologies domestiques.

Le déclin des taux de natalité au cours de cette période signifie que les femmes ont moins d'enfants à élever, ce qui leur donne plus de temps et d'énergie pour poursuivre d'autres intérêts et objectifs. Cela était particulièrement vrai pour les femmes de la classe moyenne, qui étaient plus susceptibles d'avoir accès au contrôle des naissances et d'avoir les moyens de limiter la taille de leur famille.

En outre, l'arrivée de nouvelles technologies domestiques, telles que les machines à laver, les aspirateurs et les réfrigérateurs, a également joué un rôle dans l'émancipation des femmes. Ces technologies réduisaient le temps et les efforts que les femmes devaient consacrer aux tâches domestiques, ce qui les libérait pour d'autres activités et intérêts.

Cette combinaison de facteurs a contribué à un changement progressif des attentes et des normes sociétales, et a permis aux femmes de disposer de plus de temps et de liberté pour poursuivre leurs objectifs et leurs aspirations. Cependant, il faudra encore de nombreuses années pour que ces changements se traduisent par des lois et des politiques qui donneront aux femmes une véritable égalité et des droits.

La baisse du taux de natalité au cours des années 1920 a également eu un impact sur la vie des enfants et sur l'âge auquel ils entrent sur le marché du travail. La diminution du nombre de naissances permet aux familles d'investir davantage de ressources dans l'éducation de chaque enfant. Par conséquent, un plus grand nombre d'enfants ont commencé à fréquenter l'école secondaire et l'université, ce qui a prolongé le temps qu'ils passaient à vivre avec leurs parents.

Cette tendance à une entrée plus tardive sur le marché du travail est également une conséquence de la croissance de l'économie et de la disponibilité d'un plus grand nombre d'emplois de cols blancs exigeant une éducation et une formation plus poussées. Avec des niveaux d'éducation plus élevés, les jeunes étaient mieux préparés à entrer sur le marché du travail dans des rôles professionnels ou techniques plutôt que dans le travail manuel.

Cette modification de l'âge d'entrée dans la vie active a également eu un impact important sur la société, car les jeunes passaient plus de temps à l'école et moins de temps à travailler. Cela leur a permis de développer un ensemble plus diversifié de compétences et d'intérêts, ce qui a eu un impact positif sur leur vie et leur carrière futures.

Mouvements artistiques et culturels[modifier | modifier le wikicode]

Les années 1920, également connues sous le nom de "Années folles", ont été une période de grande innovation culturelle et artistique aux États-Unis. Cette décennie a été marquée par un esprit d'expérimentation et de rébellion contre les normes et valeurs traditionnelles.

En littérature, les années 1920 ont vu l'émergence d'une nouvelle génération d'écrivains, influencés par les changements sociaux et politiques de l'époque. Cette époque a été marquée par l'émergence de la "génération perdue" d'écrivains, dont Ernest Hemingway, F. Scott Fitzgerald et T.S. Eliot, connus pour leur désillusion à l'égard des valeurs traditionnelles et leur exploration des thèmes de la désillusion, de l'aliénation et de la quête de sens dans un monde en mutation rapide.

Dans le domaine de l'art, les années 1920 ont vu l'émergence du mouvement moderniste, qui a rejeté les styles et techniques traditionnels du passé au profit de formes d'expression nouvelles et expérimentales. La décennie est marquée par l'émergence du style Art déco, qui se caractérise par ses formes géométriques, ses couleurs vives et ses formes stylisées. Les années 1920 ont également vu l'émergence du jazz et de la Renaissance de Harlem, qui ont apporté une énergie et une vitalité nouvelles à l'art et à la culture américains.

En outre, les années 1920 ont été une période de grands changements dans l'industrie cinématographique ; Hollywood est devenu le centre de la production cinématographique, l'introduction du son dans les films et l'émergence du star-system.

Dans l'ensemble, les années 1920 ont été une période de grande innovation culturelle et artistique, et ont jeté les bases de nombreux mouvements artistiques et culturels qui allaient définir le XXe siècle.

Floraison littéraire[modifier | modifier le wikicode]

El florecimiento literario de los años veinte estuvo estrechamente ligado al crecimiento de las ciudades y a la aparición de una nueva élite intelectual. Los escritores de la "generación perdida" criticaban a menudo la revolución industrial y la alienación que producía. Exploraron temas de desilusión y alienación en sus escritos, así como la búsqueda de sentido en un mundo que cambiaba rápidamente.

En literatura, la década de 1920 fue testigo de la aparición de una nueva generación de escritores, influidos por los cambios sociales y políticos de la época. La época estuvo marcada por la aparición de la "generación perdida" de escritores, como Ernest Hemingway, F. Scott Fitzgerald y T.S. Eliot, conocidos por su desilusión con los valores tradicionales y su exploración de temas como la desilusión, la alienación y la búsqueda de sentido en un mundo en rápida transformación.

Los escritores de los años veinte también reflejaron los cambios sociales y políticos de la época, como los cambios culturales provocados por la afluencia de inmigrantes, el crecimiento de las zonas urbanas y los cambios en el papel de la mujer.

Muchos de los escritores de los años veinte estaban escandalizados por el nuevo materialismo de la cultura americana y la falta de valores espirituales. A menudo escribieron sobre el vacío y la superficialidad del sueño americano, y la desilusión que conllevaba.

Ernest Hemingway, por ejemplo, se exilió en Europa, donde le influyeron el movimiento literario modernista y los cambios culturales y políticos de la época. Escribió sobre la desilusión de los veteranos de la Primera Guerra Mundial y la ambigüedad moral del mundo moderno en sus novelas, como "The Sun Also Rises" y "A Farewell to Arms".

F. Scott Fitzgerald, por su parte, permaneció en Estados Unidos y criticó el vacío y la falta de humanidad de la élite estadounidense. Escribió sobre la desilusión del sueño americano y la decadencia moral de los ricos en sus novelas, como "El gran Gatsby" y "Tierna es la noche".

Su crítica al nuevo materialismo y al estilo de vida vacío de la cultura estadounidense llegó a través de su literatura. Ayudó a exponer la brecha entre los ricos y el resto de la sociedad y la decadencia moral de las clases altas.

Además, en la década de 1920 surgió el Renacimiento de Harlem, un movimiento cultural de artistas e intelectuales afroamericanos del barrio neoyorquino de Harlem. Este movimiento produjo una gran cantidad de obras literarias, artísticas y musicales, que ayudaron a desafiar las barreras raciales de la época y a promover un nuevo sentimiento de orgullo cultural entre los afroamericanos.

Harlem Renaissance[modifier | modifier le wikicode]

La Renaissance de Harlem est un mouvement culturel qui a émergé dans la communauté afro-américaine dans les années 1920, en particulier dans le quartier de Harlem à New York. Ce fut une période de grand épanouissement artistique et intellectuel pour les Afro-Américains, qui ont produit une multitude d'œuvres littéraires, artistiques et musicales.

La Renaissance de Harlem a répondu aux barrières raciales et à la discrimination auxquelles les Afro-Américains étaient confrontés à l'époque. Elle a contribué à remettre en question les stéréotypes et la représentation négative des Afro-Américains dans la culture dominante et à promouvoir un nouveau sentiment de fierté culturelle chez les Afro-Américains.

À cette époque, de nombreux écrivains, artistes et intellectuels afro-américains se sont réunis pour créer un nouveau mouvement littéraire et artistique propre à l'expérience afro-américaine. Ils ont abordé dans leurs œuvres les thèmes de la race, de l'identité et de la quête d'égalité et de liberté.

Parmi les figures les plus marquantes de la Renaissance de Harlem figurent les écrivains Langston Hughes, Zora Neale Hurston et James Baldwin, les artistes Aaron Douglas, Jacob Lawrence et Romare Bearden, ainsi que les musiciens Duke Ellington et Bessie Smith. Leurs œuvres ont eu une influence non seulement sur la communauté afro-américaine mais aussi sur la culture américaine dans son ensemble et ont contribué à façonner le paysage artistique et intellectuel américain de l'époque.[11][12]

La Renaissance de Harlem a été une puissante affirmation de la culture et de l'identité afro-américaines, et elle a contribué à faire de Harlem et de Chicago des centres culturels majeurs pour les Afro-Américains. Grâce au développement du jazz, du blues et de la littérature, les Afro-Américains ont pu exprimer leurs expériences et perspectives uniques et revendiquer leur place dans la société américaine.

En particulier, le jazz et le blues ont joué un rôle important dans la Harlem Renaissance. Le jazz était une forme de musique fortement influencée par la culture afro-américaine, et la communauté afro-américaine l'a adopté comme moyen d'exprimer son identité et de défier la culture blanche dominante. De nombreux musiciens de jazz, tels que Duke Ellington et Louis Armstrong, sont devenus des figures majeures de la Harlem Renaissance et ont contribué à faire du jazz un genre majeur de la musique américaine.

La Renaissance de Harlem a également vu l'émergence d'une nouvelle génération d'écrivains afro-américains qui s'intéressaient de près à l'exploration des racines de la culture afro-américaine et de la diaspora africaine. Ils ont abordé dans leurs œuvres les thèmes de la race, de l'identité et de la quête d'égalité et de liberté. Leur littérature était publiée dans des magazines et des revues, et les Afro-Américains comme le public blanc la lisaient largement. Elle a contribué à façonner le paysage littéraire américain et à accroître la visibilité de l'expérience afro-américaine dans la société américaine.

W.E.B. Du Bois est l'une des figures les plus importantes de la Renaissance de Harlem et du mouvement afro-américain des droits civiques du début du XXe siècle. Sociologue, historien et militant des droits civiques, il a beaucoup écrit sur l'expérience afro-américaine, notamment sur les questions de race et de racisme. Il était l'une des principales voix de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), fondée en 1909 et dont l'objectif était de lutter pour les droits des Afro-Américains.

Pendant la Renaissance de Harlem, Du Bois était une voix intellectuelle majeure de la communauté afro-américaine. Il a écrit et édité le magazine The Crisis de la NAACP, qui est devenu une plateforme permettant à de nombreuses personnalités de la Renaissance de Harlem d'exprimer leurs opinions et leurs idées. Il a également été un grand défenseur des droits des Afro-Américains et a joué un rôle important au sein de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP).

Du Bois a également été l'un des principaux responsables du déplacement de la NAACP à Harlem. Dans les années 1920, Harlem était une communauté afro-américaine en pleine expansion, et devenait un centre important de la culture et de la politique afro-américaines. Le déménagement de la NAACP à Harlem a constitué une étape importante dans la reconnaissance de l'importance de Harlem en tant que centre culturel et politique pour les Afro-Américains. Il a contribué à consolider davantage le lien entre le mouvement des droits civiques et le mouvement culturel de la Renaissance de Harlem.

Au début du XXe siècle, de nombreux Afro-Américains ont migré du Sud rural vers le Nord à la recherche de meilleures opportunités économiques et pour échapper à la discrimination raciale et à la ségrégation du Sud. Cette migration, connue sous le nom de Grande Migration, a entraîné une augmentation significative de la population noire dans les villes du Nord telles que Détroit, Chicago et Philadelphie.

Dans ces villes, les Afro-Américains ont dû faire face à de nouvelles formes de discrimination et de racisme, mais ont également trouvé davantage de possibilités d'avancement économique et d'activisme politique. Par exemple, la population noire de Détroit est passée d'environ 6 000 personnes en 1910 à environ 120 000 en 1930. En conséquence, Détroit est devenu un centre important de la culture, de la politique et de l'activité économique afro-américaines.

Les communautés noires du Nord deviennent également d'importants centres de mobilisation contre la ségrégation dans le Sud et pour les droits civils. La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et d'autres organisations de défense des droits civiques sont actives dans ces villes. Elles ont contribué à la constitution d'une base de soutien solide pour le mouvement des droits civiques. La migration des Afro-Américains vers le Nord a également entraîné le développement d'une forte classe moyenne noire et la croissance d'entreprises appartenant à des Noirs, ce qui a contribué à renforcer le pouvoir économique et politique des Afro-Américains.

Bien que le Nord ne soit pas aussi ouvertement raciste ou ségrégationniste que le Sud, la discrimination et la ségrégation raciales y sont encore importantes. De nombreuses villes du Nord, y compris celles qui comptaient une importante population noire, connaissaient une ségrégation de facto en matière de logement, d'éducation et d'emploi. Les Afro-Américains étaient souvent confinés dans des quartiers spécifiques et étaient victimes de discrimination dans l'accès à l'emploi, au logement et à d'autres opportunités. Cette ségrégation de facto était souvent renforcée par des pratiques discriminatoires telles que le redlining, qui rendait difficile pour les Afro-Américains l'obtention de prêts hypothécaires et l'achat de maisons dans certains quartiers.

En outre, vous avez également souligné que la politique étrangère des États-Unis était extrêmement raciste, notamment en ce qui concerne l'Amérique centrale et les Caraïbes. Cela se traduit par l'implication des États-Unis aux Philippines, à Porto Rico et à Cuba après la guerre hispano-américaine, par des interventions et des invasions répétées en Amérique centrale et par des politiques racistes à l'égard des immigrants asiatiques sur la côte ouest, entre autres exemples.

La migration massive d'Afro-Américains du Sud vers les villes du Nord et de l'Ouest au cours des années 1920, connue sous le nom de "Grande migration", a entraîné des tensions et des conflits entre les résidents noirs et blancs. L'afflux de migrants noirs a entraîné une concurrence pour les emplois, les logements et d'autres ressources. Il y a eu de nombreux cas de violence raciale, notamment des émeutes et des lynchages, dans les villes du Nord et de l'Ouest.

En réponse à ces défis et à la discrimination permanente, de nombreux Afro-Américains ont rejoint les mouvements nationalistes noirs au cours de cette période. Ces mouvements cherchaient à promouvoir l'autonomie et l'autodétermination des Afro-Américains, et nombre d'entre eux préconisaient la création de communautés, d'entreprises et d'institutions noires distinctes. Des mouvements nationalistes noirs tels que l'Universal Negro Improvement Association de Marcus Garvey et la Nation of Islam, dirigée par Elijah Muhammad, ont gagné des adeptes importants à cette époque.

L'ère du nationalisme en Europe a également eu une influence sur la montée des mouvements nationalistes noirs aux États-Unis. En effet, l'idée de l'autodétermination nationale et du droit des peuples à se gouverner eux-mêmes, défendue en Europe, a également trouvé un écho chez de nombreux Afro-Américains en quête d'autonomie et de libération de l'oppression raciale aux États-Unis.

L'Universal Negro Improvement Association (UNIA), fondée par Marcus Garvey en 1914, était un important mouvement nationaliste noir dans les années 1920 et 1930. Garvey pensait que le moyen pour les Afro-Américains d'atteindre la liberté et l'égalité passait par la création de leur propre nation et la promotion du capitalisme noir. Il préconisait l'établissement d'entreprises et d'institutions appartenant à des Noirs et la création d'une économie noire distincte.

Garvey a également promu l'idée de "fierté raciale" et a encouragé les Afro-Américains à embrasser leur héritage africain, et il a rejeté l'idée d'intégration raciale. Selon lui, la seule façon pour les Afro-Américains d'atteindre la liberté et l'égalité véritables était de créer leur propre nation.

Le message d'UNIA a trouvé un écho auprès de nombreux Afro-Américains, en particulier ceux du Nord, qui étaient confrontés à la discrimination et à la pauvreté. À son apogée, l'organisation compte des millions de membres et un vaste réseau d'entreprises et d'institutions. Cependant, les idées de Garvey sont controversées. Il se heurte à l'opposition d'autres leaders noirs, comme W.E.B. Du Bois, qui pensent que la meilleure façon d'atteindre l'égalité passe par l'intégration et l'action politique.

Ce mouvement s'est toutefois heurté à une opposition importante de la part d'autres dirigeants et organisations noirs, tels que la NAACP et la National Urban League, qui considéraient les idées de Garvey comme divisibles et irréalistes. En outre, le FBI et d'autres agences gouvernementales ont pris l'UNIA pour cible, ce qui a conduit à l'arrestation et à l'expulsion de Garvey en 1927. Malgré cela, les idées de l'UNIA et de la Renaissance de Harlem ont eu un impact durable sur le mouvement des droits civiques et le développement des idéologies du nationalisme noir aux États-Unis.

L'idée du "nouveau nègre" a émergé pendant la Renaissance de Harlem et représentait une nouvelle génération d'Afro-Américains éduqués, cultivés et politiquement conscients. Ils rejetaient les stéréotypes négatifs du passé et cherchaient à affirmer leur dignité et leur valeur à travers l'art, la littérature et l'activisme politique. Le terme "New Negro" a été popularisé par l'écrivain et intellectuel Alain Locke dans son anthologie "The New Negro : An Interpretation" (1925), qui présentait les travaux de nombreuses personnalités de la Renaissance de Harlem, telles que Langston Hughes, Zora Neale Hurston et Countee Cullen. Le mouvement New Negro a joué un rôle essentiel dans la remise en question du récit dominant de l'infériorité des Noirs et dans la promotion d'une nouvelle image du peuple noir, fort, capable et fier.[13][14][15]

La réaction protestante et anglo-saxonne[modifier | modifier le wikicode]

Discrimination et marginalisation des Américains et des immigrés non-WASP[modifier | modifier le wikicode]

Les années 1920 aux États-Unis ont été une période de prospérité économique, souvent appelée les "années folles". Le Parti républicain a détenu la présidence pendant toute la décennie, avec Warren G. Harding, Calvin Coolidge et Herbert Hoover comme présidents. Ces présidents ont mené une politique de protectionnisme, en appliquant des tarifs douaniers pour protéger les industries nationales de la concurrence étrangère. Cependant, ils ne s'attaquent pas aux problèmes économiques et politiques de l'Europe de l'après-guerre, qui connaît une montée des mouvements politiques dangereux.

Les présidents des années 1920 ont poursuivi des politiques de "libéralisme absolu", également connu sous le nom de laissez-faire, qui mettaient l'accent sur une intervention minimale du gouvernement dans l'économie. Dans le cadre de cette approche, ils ont fortement réduit les impôts des sociétés et des riches, contribuant ainsi à la prospérité économique de la décennie. Cependant, cela a également conduit à une augmentation des inégalités de revenus et à une concentration de la richesse au sein de la classe supérieure. Ces politiques économiques ont également eu des répercussions négatives sur les secteurs agricole et ouvrier, ainsi que sur la population afro-américaine.

Au cours des années 1920, le nombre de petits exploitants agricoles aux États-Unis a diminué de façon spectaculaire. On estime que 6 millions d'agriculteurs ont quitté leurs terres pour chercher du travail dans les villes. Cette situation est le résultat d'une combinaison de facteurs, notamment la mécanisation de l'agriculture, la surproduction et la baisse des prix des produits agricoles. Les politiques de "libéralisme absolu" et de réductions d'impôts pour les riches, menées par les présidents républicains de la décennie, n'ont pas abordé ces problèmes et n'ont offert que peu de soutien aux agriculteurs qui se battaient pour gagner leur vie. Cette tendance a accru la pauvreté et les inégalités, en particulier dans les zones rurales, où les taux de pauvreté étaient plus élevés que dans les zones urbaines.

La surproduction est un facteur important du déclin des petits agriculteurs au cours des années 1920. L'essor de la mécanisation et des nouvelles technologies a permis d'accroître la productivité de l'agriculture, ce qui a entraîné un surplus de produits agricoles et une chute des prix. Il est donc difficile pour les petits agriculteurs de concurrencer les exploitations plus grandes et plus efficaces, et beaucoup d'entre eux ne parviennent pas à faire de bénéfices. De plus, l'accent mis par le gouvernement sur la promotion de la croissance économique et de la prospérité par le biais du "libéralisme absolu" et des réductions d'impôts pour les riches, plutôt que de s'attaquer aux problèmes des petits agriculteurs, a rendu leur survie encore plus difficile. Cette surproduction de produits agricoles et la chute des prix ont entraîné le déplacement de millions de petits agriculteurs. Elle a contribué aux poches de pauvreté et d'inégalité qui se formaient dans le pays, notamment dans les zones rurales.

Face à ces problèmes qui s'accumulent, la réaction de l'Amérique profonde anglo-saxonne ne se tourne pas vers le gouvernement, les grandes entreprises ou les riches, mais plutôt vers des boucs émissaires faibles et facilement désignables. Cette approche souvent appelée "bouc émissaire" est un moyen de rediriger le blâme et la colère de la population vers un certain groupe de personnes perçues comme différentes, plus faibles ou moins chanceuses. Elle permet d'éviter de s'attaquer aux problèmes réels et structurels, ce qui conduit souvent à la discrimination, aux préjugés et aux troubles sociaux. Ce phénomène a été observé tout au long de l'histoire dans différents pays et sociétés. C'est un moyen d'éviter de prendre ses responsabilités et de trouver de véritables solutions.

Au cours des années 1920, le Ku Klux Klan (KKK) a connu un regain de popularité. L'organisation, qui s'était formée au lendemain de la guerre civile pour intimider et terroriser les Afro-Américains, avait largement disparu à la fin du XIXe siècle. Toutefois, en 1915, la sortie du film "The Birth of a Nation" a contribué à raviver l'intérêt pour l'organisation. Le film, qui dépeint le Ku Klux Klan comme des défenseurs héroïques du Sud pendant la guerre civile, est largement vu et loué, et contribue à promouvoir un programme raciste et suprématiste. Le film a été utilisé comme outil de recrutement, et le Klan a commencé à se développer rapidement. Dans les années 1920, l'organisation comptait des millions de membres et était active dans de nombreuses régions du pays. Le Klan a utilisé la violence et l'intimidation pour affirmer la domination blanche et s'opposer aux droits civils des Noirs américains, des immigrants et d'autres groupes minoritaires.[16]

En 1925, le Ku Klux Klan revendique 5 millions de membres actifs, ce qui en fait l'une des organisations les plus importantes et les plus puissantes du pays à l'époque. La résurgence du Klan s'accompagne d'une augmentation des incidents violents et racistes, notamment des lynchages, dans tout le pays. Ceux-ci ne se limitaient pas aux seuls États du Sud, mais s'étendaient également à l'Ouest et à certains États du Nord. Ils visaient non seulement les Afro-Américains, mais aussi d'autres groupes minoritaires, notamment les Américains d'origine mexicaine, italienne, juive ou catholique. Cependant, il est vrai que les Afro-Américains ont été touchés de manière disproportionnée par cette violence et ont payé un prix particulièrement terrible. Le Klan et d'autres groupes suprématistes blancs ont ciblé les Afro-Américains par des lynchages, des attentats à la bombe et d'autres formes de violence, d'intimidation et de discrimination. Cette violence ne suscitait souvent que peu ou pas d'intervention de la part des forces de l'ordre et des représentants du gouvernement, ce qui ne faisait qu'exacerber la situation. L'héritage de cette violence et de ce racisme aura un impact durable sur les Afro-Américains et les autres groupes minoritaires, façonnant le paysage social, politique et économique du pays pour les décennies à venir.

Les actions du Klan ne rencontrent que peu d'opposition de la part du gouvernement et des forces de l'ordre, ce qui permet au Klan d'agir en toute impunité. L'influence du Klan décline à la fin des années 1920, mais l'héritage de son racisme et de sa violence aura un impact durable sur la société américaine.

Alors que les années 1920 touchent à leur fin, le Ku Klux Klan commence à perdre de son pouvoir et de son influence. Cela est dû à un certain nombre de facteurs, notamment des divisions et des conflits internes, ainsi qu'à une série de scandales qui ont révélé la corruption et les activités criminelles au sein de l'organisation. En outre, la sensibilisation et l'opposition croissantes du public aux activités racistes et violentes du Klan, ainsi que les efforts des militants et des organisations de défense des droits civiques, ont contribué à affaiblir le pouvoir et l'influence du Klan. Au début des années 1930, le nombre de membres du Klan avait considérablement diminué et son influence s'était fortement réduite. Cependant, l'héritage de racisme et de violence du Klan continuera à se faire sentir dans la société américaine pendant de nombreuses années.

Les immigrants[modifier | modifier le wikicode]

Dans les années 1920, le sentiment anti-immigrés était très répandu aux États-Unis, et les immigrés étaient souvent désignés comme boucs émissaires pour les problèmes économiques et sociaux du pays. Ce sentiment n'a cessé de croître depuis le début du 20e siècle. En 1917, le gouvernement a adopté la loi sur l'alphabétisation, qui imposait un test d'alphabétisation aux immigrants, rendant ainsi plus difficile leur entrée dans le pays. Cette loi était considérée comme un moyen de limiter le nombre d'immigrants, en particulier ceux provenant d'Europe du Sud et de l'Est, qui étaient perçus comme indésirables par de nombreux Américains. La loi interdit également l'immigration en provenance d'Asie. En outre, de nombreuses manifestations et émeutes ont lieu contre les immigrants, en particulier ceux d'Europe du Sud et de l'Est et les immigrants asiatiques. Ce sentiment anti-immigrant continuera à façonner la politique et la société américaines jusqu'au XXe siècle.[17][18][19][20]

Dans les années 1920, les États-Unis ont adopté une loi sur les quotas qui limitait le nombre d'immigrants pouvant entrer dans le pays chaque année et établissait des quotas pour différentes nationalités. Cette loi, connue sous le nom d'Immigration Act of 1924, visait à limiter le nombre d'immigrants en provenance d'Europe du Sud et de l'Est et reposait sur l'idée que ces immigrants étaient indésirables et constituaient une menace pour la société américaine. La loi imposait un quota de 2 % du nombre de personnes d'un pays donné qui vivaient déjà aux États-Unis en 1890, ce qui limitait effectivement le nombre d'immigrants d'Europe du Sud et de l'Est tout en maintenant des quotas plus élevés pour les immigrants d'Europe du Nord et de l'Ouest. Cette loi était fondée sur l'idée que certaines races étaient supérieures aux autres. Cela a été utilisé pour établir une hiérarchie des immigrants, ceux d'Europe du Nord et de l'Ouest étant considérés comme supérieurs et plus désirables et ceux d'Europe du Sud et de l'Est étant considérés comme inférieurs et moins désirables. Cette loi allait façonner la société et la politique américaines pour de nombreuses décennies à venir.[21][22]

Les quotas établis par la loi sur l'immigration de 1924 ne concernaient pas les immigrants des Amériques, y compris le Canada et l'Amérique latine. Cela s'explique par le fait que la loi était principalement destinée à limiter le nombre d'immigrants en provenance d'Europe du Sud et de l'Est. Les quotas ont été établis sur la base du nombre de personnes originaires de ces pays qui vivaient déjà aux États-Unis en 1890. Cependant, bien que la loi n'ait pas affecté les immigrants des Amériques, il y avait toujours un sentiment anti-immigrant important aux États-Unis pendant les années 1920, et ce sentiment était dirigé non seulement contre les immigrants d'Europe du Sud et de l'Est, mais aussi contre les immigrants d'autres pays et régions, y compris les Amériques. À cette époque, la presse a joué un rôle important dans l'alimentation de ce sentiment anti-immigrant. De nombreux journaux et magazines publient des articles et des éditoriaux qui décrivent les immigrants comme une menace pour la société américaine.

Si les quotas établis par l'Immigration Act de 1924 ont effectivement limité le nombre d'immigrants en provenance d'Europe, la loi n'a pas eu le même impact sur les immigrants du Mexique et de Porto Rico. En effet, la loi ne prévoyait pas de quotas pour les pays de l'hémisphère occidental, dont le Mexique et Porto Rico. Par conséquent, de nombreux immigrants mexicains et portoricains ont pu entrer aux États-Unis dans les années 1920 et 1930 sans être confrontés aux mêmes restrictions que les immigrants européens. Même s'ils n'étaient pas soumis aux quotas, ils n'étaient pas à l'abri de la discrimination et du racisme dont étaient victimes les immigrants à cette époque. Malgré cela, de nombreux immigrants mexicains et portoricains sont venus aux États-Unis à cette époque pour chercher de meilleures opportunités économiques.

La peur du communisme et la "peur rouge"[modifier | modifier le wikicode]

Illustration de 1919 représentant un « anarchiste européen » s’attaquant à la Statue de la Liberté.

En plus des facteurs économiques et sociaux, des considérations politiques ont également joué un rôle dans le sentiment anti-immigrant des années 1920. La peur du communisme, de l'anarchisme et du socialisme, connus collectivement sous le nom de "Rouges", a été un facteur majeur dans l'élaboration de la politique et de la société américaines durant cette période. La révolution bolchevique en Russie en 1917, et la propagation subséquente du communisme en Europe, ont alimenté la crainte de nombreux Américains que le communisme ne prenne également racine aux États-Unis. Cette crainte était particulièrement prononcée chez les conservateurs et les chefs d'entreprise, qui voyaient dans le communisme une menace pour le système capitaliste et pour leurs propres intérêts économiques. Cette crainte des "Rouges" était souvent dirigée contre les immigrants, en particulier ceux d'Europe du Sud et de l'Est, qui étaient considérés comme plus susceptibles d'être favorables aux idées communistes et socialistes. Cette crainte des "rouges" est utilisée pour justifier la restriction de l'immigration et d'autres mesures visant à supprimer les dissidents politiques, comme les raids de Palmer et la loi sur la sédition.

La peur des "Rouges" s'est considérablement accrue pendant et après la Première Guerre mondiale. La guerre, qui s'est accompagnée d'une vague de grèves et de conflits sociaux aux États-Unis, a alimenté la crainte de nombreux Américains de voir le communisme et le socialisme se répandre dans le pays. Les grèves de 1918 et 1919, dont une grève nationale des métallurgistes et une grève générale à Seattle, ont été particulièrement significatives à cet égard. Les médias ont souvent dépeint les grèves comme étant menées par des agitateurs étrangers, en particulier des bolcheviks. Elles ont été utilisées pour justifier la restriction de l'immigration et d'autres mesures visant à supprimer la dissidence politique.

De nombreux Américains considéraient la révolution bolchevique comme une menace pour le système capitaliste et la démocratie américaine, et ils craignaient que le communisme ne se propage aux États-Unis. Cette crainte a été utilisée pour justifier un large éventail de mesures anticommunistes, notamment la restriction de l'immigration, la suppression de la dissidence politique, ainsi que l'arrestation et la déportation de milliers de personnes soupçonnées d'être des "Rouges" ou des "anarchistes".

La peur des "Rouges" a été un élément clé de la peur rouge de 1919-1920, qui a donné lieu à une vague de répression et de censure à l'encontre des personnes soupçonnées d'être des "Rouges" ou des "anarchistes". La peur rouge a eu un impact profond sur la société et la politique américaines, façonnant la culture politique et les libertés civiles du pays pour les décennies à venir.

La peur du communisme dans les années 1920 a contribué à créer un climat de répression et de violence à l'encontre des immigrants, en particulier ceux originaires d'Europe du Sud et de l'Est. La peur rouge de 1919-1920 a entraîné une vague de déportations massives d'immigrants soupçonnés d'être des "rouges" ou des "anarchistes". Des milliers de personnes ont été arrêtées, détenues et déportées, souvent sans procédure régulière ni preuve de méfait. La plupart des personnes visées étaient des immigrés d'Europe du Sud et de l'Est, considérés comme plus susceptibles d'être favorables aux idées communistes et socialistes.

Outre les déportations massives, la peur des "Rouges" a également contribué à créer un climat de violence et de lynchages à l'encontre des immigrants. Le lynchage était une forme de terrorisme racial utilisée pour renforcer la hiérarchie raciale et le contrôle sur les communautés marginalisées, en particulier les Afro-Américains. La peur du communisme était souvent dirigée contre les immigrants, en particulier ceux d'Europe du Sud et de l'Est, qui étaient considérés comme plus susceptibles d'être favorables aux idées communistes et socialistes. Cette crainte a entraîné une augmentation des crimes haineux et des lynchages dirigés contre les immigrants.

Il est important de noter que cette peur du communisme et la répression qui s'ensuit ne se limitent pas aux immigrants. Elle était dirigée contre tout individu ou groupe perçu comme menaçant l'ordre social, économique et politique dominant.

L'affaire Sacco et Vanzetti est un exemple bien connu de la discrimination et de la répression auxquelles les immigrants ont été confrontés pendant la peur rouge des années 1920. Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti étaient deux anarchistes d'origine italienne qui ont été arrêtés en 1920 pour un vol et un meurtre dans le Massachusetts. Le procès et les appels subséquents de Sacco et Vanzetti ont été profondément controversés. Ils ont été largement considérés comme un procès spectacle, l'accusation reposant sur des preuves peu convaincantes et les accusés n'ayant pas eu droit à un procès équitable.

Tout au long de leur procès et de leurs appels, Sacco et Vanzetti ont clamé leur innocence et affirmé qu'ils avaient été pris pour cible en raison de leurs convictions politiques et de leur statut d'immigrés. L'affaire est devenue une cause célèbre, les partisans de Sacco et Vanzetti affirmant qu'ils étaient les victimes d'un système juridique partial à l'égard des immigrants et des personnes ayant des opinions politiques radicales. Malgré l'absence de preuves, ils sont reconnus coupables et condamnés à mort en 1927.

L'affaire est devenue un symbole de la discrimination et de la répression dont étaient victimes les immigrés pendant la peur rouge des années 1920 et continue d'être étudiée et débattue jusqu'à aujourd'hui.

L'affaire Sacco et Vanzetti continue de susciter l'attention du public et des protestations, tant aux États-Unis qu'à l'étranger, de nombreuses personnes estimant que les hommes sont innocents et ont été condamnés en raison de leurs convictions politiques et de leur statut d'immigrés. Malgré plusieurs appels et de nouvelles preuves apparues au fil des ans, la Cour suprême du Massachusetts a confirmé leur condamnation en 1926, et le gouverneur de l'État a refusé de leur accorder sa grâce. Le Vatican et diverses organisations politiques de gauche interviennent également en leur faveur, mais en vain.

En 1927, Sacco et Vanzetti ont été exécutés sur la chaise électrique, malgré les protestations et les appels à la clémence. L'exécution a suscité une indignation et des protestations généralisées aux États-Unis et dans le monde entier, et de nombreuses personnes ont considéré l'exécution comme une erreur judiciaire. L'affaire fait toujours l'objet de débats et de discussions, de nombreuses personnes estimant que Sacco et Vanzetti étaient innocents et ont été condamnés en raison de leurs convictions politiques et de leur statut d'immigrés.[23][24][25][26]

Avant d’être exécuté Venzetti dit :

« non seulement je n’ai jamais commis ce crime, mais je n’ai jamais commis de violences de toute ma vie, mais je suis convaincu en réalité d’être condamné pour des choses dont je suis coupable : radical et italien ; et si je pouvais renaitre après mon exécution je serais de nouveau radical et italien et je referai ce que j’ai fait de ma vie et vous m’exécuteriez une deuxième fois pour ce que j’ai fait[27] ».

La Prohibition[modifier | modifier le wikicode]

Une descente de police, en 1925, à Elk Lake, dans la province de l’Ontario.

La prohibition a débuté en 1920 et a duré jusqu'en 1933. Il s'agissait d'une interdiction nationale de la production, de l'importation, du transport et de la vente de boissons alcoolisées aux États-Unis. Le mouvement de prohibition de l'alcool avait pris de l'ampleur depuis la fin du 19e siècle, principalement sous l'impulsion de groupes religieux et du mouvement de tempérance, qui estimaient que l'alcool était à l'origine de nombreux problèmes sociaux, notamment la pauvreté, la criminalité et la violence domestique.

La prohibition a été adoptée en 1919 avec la ratification du 18e amendement à la Constitution des États-Unis, qui interdisait la fabrication, la vente ou le transport de boissons enivrantes à des fins de consommation. Cependant, la loi a été largement ignorée et bafouée, et le marché noir de l'alcool a rapidement émergé, les groupes du crime organisé prenant le contrôle du commerce illégal.

La prohibition a également eu un impact négatif sur l'économie, car de nombreuses entreprises qui dépendaient de la production et de la vente d'alcool ont été contraintes de fermer, et le gouvernement a perdu d'importantes recettes fiscales. En outre, elle a entraîné une augmentation de la criminalité et de la corruption, car le marché noir de l'alcool a alimenté la montée du crime organisé.

Finalement, la prohibition a été considérée comme un échec et a été abrogée en 1933 avec la ratification du 21e amendement à la Constitution américaine, qui a abrogé le 18e amendement.

Le mouvement visant à interdire l'alcool avait pris de l'ampleur aux États-Unis depuis plusieurs décennies avant l'adoption du 18e amendement en 1919. À partir de 1903, les États ont commencé à adopter des lois interdisant la consommation d'alcool, et en 1918, 32 États avaient adopté de telles lois. Ces lois au niveau des États, ainsi que les efforts du mouvement de tempérance et des groupes religieux, ont contribué à renforcer le soutien en faveur d'une interdiction de l'alcool à l'échelle nationale. Le 18e amendement, ratifié en 1919, rendait illégale la fabrication, la vente ou le transport de boissons enivrantes aux États-Unis et dans ses territoires et est entré en vigueur en 1920. C'est ainsi qu'a débuté l'ère de la prohibition aux États-Unis, qui a duré jusqu'en 1933, année de la ratification du 21e amendement, qui a abrogé le 18e amendement.[28][29][30][31][32][33]

La prohibition a entraîné une augmentation significative des activités illégales telles que la contrebande, le trafic d'alcool et les bars clandestins. Elle a également entraîné l'essor du crime organisé, les organisations criminelles ayant pris le contrôle du commerce illégal de l'alcool. L'un des personnages les plus tristement célèbres de cette période est Al Capone, un gangster notoire qui contrôlait une grande partie du commerce illégal d'alcool à Chicago dans les années 1920. La prohibition a également conduit à une corruption généralisée du gouvernement, car les responsables de l'application de la loi et les politiciens étaient soudoyés ou menacés pour détourner le regard des activités illégales liées à l'alcool. L'application de la prohibition était également difficile, car elle nécessitait de nombreux agents et ressources, et il était difficile de poursuivre les contrevenants. En fin de compte, les conséquences négatives de la prohibition, notamment la montée du crime organisé et la corruption du gouvernement, ont contribué à son abrogation en 1933 avec la ratification du 21e amendement.[34][35]

Le fondamentalisme chrétien[modifier | modifier le wikicode]

Grant Wood, American Gothic (1930), Art Institute of Chicago. Une représentation symbolique de l’Amérique « puritaine »

Le fondamentalisme chrétien a également joué un rôle dans les réactions de l'Amérique anglo-saxonne au cours des années 1920. Les fondamentalistes chrétiens croyaient en une interprétation littérale de la Bible et rejetaient les idées scientifiques modernes telles que l'évolution. Ils se considéraient comme les gardiens des valeurs traditionnelles et de la morale et critiquaient souvent la laïcité, l'athéisme et les autres groupes religieux. L'exemple le plus célèbre est le procès du singe de Scopes en 1925, au cours duquel un professeur de biologie, John Scopes, a été jugé pour avoir violé une loi du Tennessee qui interdisait l'enseignement de l'évolution dans les écoles publiques. Le procès, qui a attiré l'attention des médias, a opposé les fondamentalistes chrétiens aux laïcs et aux scientifiques. Bien que Scopes ait finalement été reconnu coupable et condamné à une amende de 100 dollars, le procès a attiré l'attention sur la question de l'évolution et du rôle de la religion dans l'éducation, et a contribué à susciter un débat culturel plus large sur la relation entre la science et la religion en Amérique.[36][37][38]

Les Témoins de Jéhovah, également connus sous le nom de Watchtower Society, sont apparus comme un mouvement religieux aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Ils étaient connus pour leur évangélisation agressive et leur prédication de porte à porte, qui les mettaient souvent en porte-à-faux avec le gouvernement et la société dominante. Cependant, ils étaient également très présents dans les zones rurales et les petites villes, où de nombreuses personnes étaient attirées par leur message de liberté religieuse et de justice sociale. Malgré les persécutions, les Témoins de Jéhovah ont vu leur nombre augmenter dans les années 1920 et 1930.

Conclusion : Les années 1920, une décennie de transformation de la société américaine[modifier | modifier le wikicode]

La deuxième révolution industrielle, qui reposait sur la technologie et la production de masse, a entraîné une croissance rapide de la production industrielle et de la consommation, en particulier parmi les classes supérieures et moyennes. Cette croissance économique a suscité un grand optimisme et une croyance dans le pouvoir des forces du marché, ce qui s'est traduit par l'engagement du gouvernement en faveur de politiques économiques libérales, telles que des impôts faibles et une intervention minimale du gouvernement dans l'économie.

Toutefois, il convient de noter que cette croissance économique s'est également accompagnée de la montée des politiques protectionnistes, qui ont protégé la production américaine de la concurrence internationale. Cela a conduit à la formation de grands oligopoles détenus par des actionnaires, ce qui a eu un impact significatif sur le niveau de vie de nombreux Américains, car la disponibilité de biens de consommation bon marché les rendait plus abordables pour le citoyen moyen. Le déclin des petites entreprises et de l'artisanat a également eu un impact important sur la société américaine, car il a entraîné une diminution du nombre de petites entreprises et de marchands indépendants, ce qui a eu un impact significatif sur les communautés qu'ils desservaient.

La croissance économique rapide des années 1920 a également entraîné une augmentation significative de l'inégalité des revenus, car les riches ont bénéficié de manière disproportionnée de l'essor de la production industrielle et de la consommation. L'élite riche a bénéficié de gains économiques importants, tandis que la plupart des Américains n'ont vu que peu d'amélioration de leur niveau de vie. Ce fossé grandissant entre les riches et les pauvres a largement contribué à la récession économique qui a débuté en 1929 et à la Grande Dépression qui a suivi.

En outre, l'accent mis par le gouvernement sur les politiques économiques de laissez-faire et le protectionnisme a conduit à un manque de réglementation du marché boursier et des secteurs bancaires, ce qui a permis à la spéculation et aux pratiques risquées de se développer. Cette situation, combinée aux inégalités existantes et à la baisse du pouvoir d'achat de la classe ouvrière, a rendu l'économie plus vulnérable à un krach.

Il convient également de noter que les politiques et les interventions du gouvernement n'ont pas suffi à atténuer les effets du krach et de la Grande Dépression. La réponse du gouvernement a été limitée et le pays s'est retrouvé dans une récession économique de longue durée.

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Aline Helg - UNIGE
  2. Aline Helg - Academia.edu
  3. Aline Helg - Wikipedia
  4. Aline Helg - Afrocubaweb.com
  5. Aline Helg - Researchgate.net
  6. Aline Helg - Cairn.info
  7. Aline Helg - Google Scholar
  8. based on data in Susan Carter, ed. Historical Statistics of the US: Millennial Edition (2006) series Ca9
  9. Ryan, Joe (October 5, 2007). "Looking Back: The World Series' radio debut". nj.com.
  10. Cox, Jim (2009). American Radio Networks: A History. pp. 14–98. ISBN 978-0-7864-4192-1.
  11. Buck, Christopher (2013). Harlem Renaissance in: The American Mosaic: The African American Experience. ABC-CLIO. Santa Barbara, California.
  12. Huggins, Nathan. Harlem Renaissance. New York: Oxford University Press, 1973. ISBN 0-19-501665-3
  13. Davarian L. Baldwin and Minkah Makalani (eds.), Escape from New York: The New Negro Renaissance beyond Harlem. Minneapolis, MN: University of Minnesota Press, 2013.
  14. Jeffrey B. Perry, Hubert Harrison: The Voice of Harlem Radicalism, 1883-1918. New York: Columbia University Press, 2008.
  15. Shannon King, Whose Harlem Is This? Community Politics and Grassroots Activism During the New Negro Era. New York: New York University Press, 2015.
  16. The Birth of a Nation de D. W. Griffith, 1915. Movie available here: https://www.youtube.com/watch?v=MQe5ShxM2DI
  17. The Text of the Act (PDF)
  18. Bromberg, Howard (2015). "Immigration Act of 1917". Immigration to the United States. Archived from the original on 22 November 2015.
  19. Powell, John (2009). Encyclopedia of North American Immigration. New York, New York: Infobase Publishing. ISBN 978-1-4381-1012-7.
  20. Sohi, Seema (2013). "Immigration Act of 1917 and the 'Barred Zone'". In Zhao, Xiaojian; Park, Edward J.W. (eds.). Asian Americans: An Encyclopedia of Social, Cultural, Economic, and Political History [3 volumes]: An Encyclopedia of Social, Cultural, Economic, and Political History. ABC-CLIO. pp. 534–535. ISBN 978-1-59884-240-1.
  21. Van Nuys, Frank (2002). Americanizing the West: Race, Immigrants, and Citizenship, 1890-1930. Lawrence, Kansas: University Press of Kansas. ISBN 0-7006-1206-8.
  22. Koven, Steven G.; Götzke, Frank (2010). American Immigration Policy: Confronting the Nation's Challenges. New York, New York: Springer Science & Business Media. ISBN 978-0-387-95940-5.
  23. "Sacco and Vanzetti Put to Death Early This Morning". New York Times. August 23, 1927.
  24. Waxman, Olivia B. “Sacco and Vanzetti Case 90 Years Later: What to Know.” Time, Time, 22 Aug. 2017, time.com/4895701/sacco-vanzetti-90th-anniversary/
  25. Michael A. Musmano (January 1961). The Sacco-Vanzetti Case: A Miscarriage of Justice. 47 No. 1. American Bar Association. p. 29,30.
  26. Avrich, Paul (1996). Sacco and Vanzetti: The Anarchist Background. Princeton University Press. pp. 13, 31. ISBN 9780691026046.
  27. Extrait de ses dernières paroles au juge Webster Thayer, prononcées le 9 avril 1927
  28. Kyvig, David E. Law, Alcohol, and Order: Perspectives on National Prohibition Greenwood Press, 1985.
  29. Behr, Edward. (1996). Prohibition: Thirteen Years That Changed America. New York: Arcade Publishing. ISBN 1-55970-356-3.
  30. Burns, Eric. (2003). The Spirits of America: A Social History of Alcohol. Philadelphia: Temple University Press. ISBN 1-59213-214-6.
  31. Kobler, John. (1973). Ardent Spirits: The Rise and Fall of Prohibition. New York: G. P. Putnam's Sons. ISBN 0-399-11209-X.
  32. McGirr, Lisa. (2015). The War on Alcohol: Prohibition and the Rise of the American State. New York: W. W. Norton. ISBN 0-393-06695-9.
  33. Okrent, Daniel. (2010). Last Call: The Rise and Fall of Prohibition. New York: Scribner. ISBN 0-7432-7702-3. OCLC 419812305
  34. Kobler, John. Capone: The Life and Times of Al Capone. New York: Da Capo Press, 2003. ISBN 0-306-81285-1
  35. Deirdre Bair. Al Capone: His Life, Legacy, and Legend. Knopf Doubleday Publishing Group, Oct 25, 2016
  36. Supreme Court of Tennessee John Thomas Scopes v. The State
  37. "A Monkey on Tennessee's Back: The Scopes Trial in Dayton". Tennessee State Library and Archives.
  38. An introduction to the John Scopes (Monkey) Trial by Douglas Linder. UMKC Law.