Les indépendances des nations d’Amérique latine

De Baripedia


L'indépendance des nations latino-américaines a été un processus complexe influencé par divers facteurs, notamment les tensions internes de la société, ainsi que des événements extérieurs tels que les révolutions américaine et haïtienne. L'affaiblissement ou la rupture des relations entre les colonies et leurs métropoles européennes a joué un rôle important dans la facilitation de ces mouvements d'indépendance.

La Révolution française a eu un impact significatif sur les mouvements d'indépendance en Amérique latine. Les idées de liberté, d'égalité et de fraternité qui étaient au cœur de la Révolution française ont trouvé un écho auprès de nombreuses élites et intellectuels latino-américains, qui ont cherché à établir des valeurs similaires dans leurs propres pays. La Révolution française a également affaibli le pouvoir des puissances coloniales européennes, qui étaient préoccupées par leurs propres luttes internes, ce qui a permis aux colonies d'affirmer leur propre indépendance. En outre, la Révolution française a entraîné la propagation d'idées et de mouvements révolutionnaires dans le monde entier, ce qui a également contribué à l'émergence des mouvements d'indépendance latino-américains.

La cause extérieure[modifier | modifier le wikicode]

L'invasion de la péninsule ibérique par Napoléon au début du XIXe siècle a joué un rôle important dans l'indépendance des nations d'Amérique latine. L'absence d'une autorité centrale forte en Espagne et au Portugal a permis à des dirigeants locaux, tels que Simon Bolivar, de se soulever et de revendiquer l'indépendance de leurs pays respectifs.

L'invasion de Napoléon en 1808 et l'absence subséquente du roi Ferdinand VII ont perturbé la dynamique traditionnelle du pouvoir entre les gouvernants et les gouvernés dans les colonies espagnoles, ce qui a conduit à la guerre péninsulaire. Le roi n'étant pas en mesure de gouverner efficacement, des dirigeants locaux tels que Simon Bolivar ont pu prendre le relais et affirmer leur propre autorité, ce qui a conduit à l'indépendance de leurs pays respectifs. En outre, la faiblesse du gouvernement espagnol à cette époque a permis à ces dirigeants d'obtenir un soutien et de mobiliser leurs populations en faveur de l'indépendance. Au Brésil, la famille royale portugaise et sa cour se sont enfuies dans la colonie en 1808, ce qui a contribué à renforcer l'identité brésilienne et à favoriser l'indépendance du pays en 1822.

La composition démographique des colonies a également joué un rôle important dans les mouvements d'indépendance des nations d'Amérique latine. L'importante population indigène et le grand nombre d'esclaves ont souvent été opprimés et traités comme des citoyens de seconde zone par les colonisateurs espagnols et portugais. Cela a engendré du mécontentement et, en fin de compte, des mouvements d'indépendance vis-à-vis de la domination coloniale. En outre, les idéaux de liberté et d'autonomie du siècle des Lumières ont également influencé les mouvements d'indépendance en Amérique latine.

L’indépendance du Brésil[modifier | modifier le wikicode]

L'indépendance du Brésil a été mise en route en 1808, alors que Napoléon avait déjà envahi l'Espagne. Le prince régent du Portugal, Joao VI, a embarqué avec sa famille, sa cour et son administration pour le Brésil lors d'un événement connu sous le nom de "transfert de la cour portugaise", au cours duquel entre 10 000 et 150 000 personnes ont embarqué sur des navires sous escorte britannique avec les archives et le trésor. Le prince régent du Portugal, Joao VI, craignait que les Français n'envahissent le Portugal et souhaitait protéger la famille royale, les fonctionnaires du gouvernement et les richesses du pays. L'arrivée de la cour au Brésil a eu un impact significatif sur la colonie, car elle a entraîné une augmentation du commerce et de l'activité économique, et a également marqué le début d'une période d'autonomie pour le Brésil. En 1822, le prince Pedro, fils du prince régent, a déclaré l'indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal et a été couronné premier empereur du Brésil.

De 1808 à 1821, l'Empire portugais était dirigé depuis Rio de Janeiro, où la cour royale et les fonctionnaires du gouvernement s'étaient installés pendant les guerres napoléoniennes. Au cours de cette période, le Brésil a connu une croissance économique et culturelle importante, et l'élite de la colonie a commencé à développer un sentiment d'autonomie. Toutefois, les relations entre la colonie et la métropole sont restées relativement pacifiques jusqu'en 1821, lorsque le roi Joao VI a décidé de retourner à Lisbonne et de laisser son fils, Pedro, régenter le Brésil. Cette décision a provoqué des tensions entre l'élite brésilienne, qui souhaitait conserver son autonomie, et les fonctionnaires portugais, qui voulaient réaffirmer leur contrôle sur la colonie. Cette situation a finalement conduit à la déclaration d'indépendance du Brésil en 1822, et Pedro a été déclaré premier empereur du Brésil.

Les élites brésiliennes, offensées par l'idée de revenir à la situation d'avant 1808, ont convaincu Pedro Ier de rester au Brésil et de devenir l'empereur indépendant du pays. En 1822, Pedro Ier a déclaré l'indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal et est devenu le premier empereur de l'empire nouvellement formé. Cependant, le Brésil reste une monarchie d'esclaves et il n'y a pas de changement social. C'est exact, l'esclavage était toujours légal au Brésil et l'est resté jusqu'en 1888. Malgré la déclaration d'indépendance, la structure sociale et économique de la colonie est restée largement inchangée, l'élite continuant à détenir le pouvoir et la majorité de la population, y compris les Africains réduits en esclavage, restant marginalisée. L'abolition de l'esclavage interviendra plus tard, en 1888, après un processus long et complexe.

L’Amérique espagnole continentale : de la fidélité au roi à la guerre civile (1810 - 1814)[modifier | modifier le wikicode]

En 1810, les colonies espagnoles d'Amérique ont commencé à connaître une vague de mouvements révolutionnaires, les dirigeants locaux cherchant à profiter de la vacance du pouvoir laissée par l'absence d'un gouvernement central fort. Ces mouvements étaient initialement axés sur le maintien de la loyauté envers le roi d'Espagne et la préservation du système colonial existant, mais à mesure que la guerre entre l'Espagne et la France se prolongeait, de nombreux dirigeants ont commencé à réclamer une plus grande autonomie et l'indépendance vis-à-vis de la domination espagnole.

En 1814, la situation a dégénéré en guerre civile ouverte, différentes factions se disputant le contrôle des différentes colonies. Certaines cherchent à établir des républiques indépendantes, tandis que d'autres cherchent à rétablir la loyauté envers le roi d'Espagne ou à créer de nouveaux empires. Les guerres d'indépendance ont conduit à la dissolution de l'empire espagnol en Amérique et à l'émergence de divers États indépendants.

Au départ, après la chute du roi Ferdinand VII, les villes des colonies espagnoles d'Amérique ont formé des juntas locales, ou conseils, pour gouverner en son nom pendant son absence. Elles invoquaient le principe selon lequel en l'absence du roi, la souveraineté appartient au peuple, mais ne remettaient pas en cause la validité du pouvoir royal. Ils croyaient que le roi reviendrait et reprendrait le contrôle, et s'efforçaient donc de maintenir l'ordre et la stabilité jusqu'à ce moment-là. Cependant, alors que la guerre entre l'Espagne et la France s'éternisait et qu'il devenait évident que le roi ne reviendrait pas de sitôt, nombre de ces dirigeants locaux ont commencé à réclamer une plus grande autonomie et une indépendance vis-à-vis de la domination espagnole. Cela a conduit à l'émergence de divers mouvements révolutionnaires et finalement aux guerres d'indépendance.

Prestation de serment des Cortes de Cadix à l’église paroissiale de San Fernando. Exposé au Congrès des Députés de Madrid.

Les juntes locales des colonies espagnoles d'Amérique étaient principalement composées de l'élite des planteurs et des marchands, tant des régions péninsulaires (personnes originaires d'Espagne qui s'étaient installées dans les colonies) que des régions créoles (personnes d'origine espagnole nées dans les colonies). Ces juntes étaient formées pour gouverner au nom du roi et maintenir l'ordre jusqu'à son retour.

En Espagne, un processus similaire s'est produit, les juntes provinciales formant une junte centrale suprême à Cadix. Cette junte devait servir d'organe central de gouvernement pour l'ensemble de l'empire espagnol, y compris les colonies d'Amérique, et coordonner une guerre de libération contre Napoléon. La junte de Cadix n'ayant pas été envahie par Napoléon, elle se considérait comme le gouvernement légitime de l'Espagne et de son empire. Cependant, la distance, le manque de communication et les intérêts différents entre la Junte de Cadix et les Juntas américaines rendent difficile la coordination de la guerre de libération.

La Junte centrale suprême de Cadix a désigné un Conseil de régence comme gouvernement légitime du roi Ferdinand VII emprisonné et a cherché à obtenir le soutien des colonies américaines dans leur guerre contre Napoléon. À cette fin, ils reconnaissent le principe d'égalité entre les provinces américaines et cherchent à les impliquer dans le gouvernement de l'empire.

En 1810, dans des conditions de guerre et d'occupation par les Français, la Junte centrale suprême a convoqué à la hâte une Assemblée nationale composée de délégués des provinces d'Espagne, des Amériques et d'Asie. Cette assemblée était censée représenter l'ensemble de l'empire et fournir un forum permettant aux provinces de participer à la gouvernance de l'empire et de coordonner la guerre de libération. Cependant, l'Assemblée nationale n'a pas duré longtemps et il était difficile d'appliquer ses décisions en raison de la distance et des difficultés de communication avec les colonies américaines. De plus, les colonies américaines avaient déjà commencé à développer leurs propres mouvements d'indépendance et d'autonomie, ce qui rendait difficile le maintien du contrôle de la Junte centrale suprême de Cadix.

La question de la représentation à l'Assemblée nationale devient rapidement un enjeu majeur, car il apparaît clairement que, sur la base de la population, l'Espagne aura moins de délégués que les colonies américaines, qui comptent environ 16 millions d'habitants. C'est le Conseil de régence qui trancha finalement le débat, et aux Cortes, les colonies américaines furent gravement sous-représentées, avec seulement 1/5 des membres. Cette décision pose un problème de légitimité aux Cortes, car elle est perçue par de nombreux habitants des colonies américaines comme un déni de leur droit à une représentation égale et à l'autonomie gouvernementale.

Ce manque de représentation et le désir croissant d'autonomie en Amérique ont conduit à l'émergence de divers mouvements révolutionnaires dans les colonies. Ces mouvements, qui étaient dirigés par les élites créoles, ont commencé à réclamer une plus grande autonomie et finalement une indépendance totale vis-à-vis de l'Espagne.

Cette sous-représentation des colonies américaines aux Cortes, et le manque d'attention porté à leurs intérêts qui en découle, est l'un des facteurs clés qui ont conduit aux guerres d'indépendance en Amérique.

Les Cortès, convoquées par le Conseil de régence, ont débattu et ratifié la Constitution politique de la monarchie espagnole de 1812. Cette constitution s'appliquait à l'Espagne et à ses territoires d'Amérique et d'Asie, et visait à moderniser et à libéraliser le gouvernement de l'empire. La constitution établit une monarchie parlementaire, avec un pouvoir réduit du roi en faveur des Cortes, et elle vise à décentraliser une partie de l'administration et à accorder le suffrage à tous les hommes adultes sans exiger qu'ils soient propriétaires ou alphabétisés.

La Constitution de 1812 a été un document important dans l'histoire de l'Espagne, car elle tentait d'accorder davantage de droits politiques et de représentation au peuple. Cependant, elle n'a pas été bien accueillie en Amérique, où les colonies n'étaient pas représentées aux Cortes, et elle a été considérée comme une continuation des mêmes politiques qui avaient conduit aux guerres d'indépendance. De plus, la Constitution n'a pas été mise en œuvre dans les colonies américaines, car les mouvements révolutionnaires étaient déjà en marche et il était trop tard pour qu'elle ait un impact significatif sur la situation.

La Constitution de 1812 accorde le suffrage à tous les hommes adultes, mais il est limité aux Espagnols, aux Indiens et aux fils métis d'Espagnols. Cela excluait de fait les personnes libres d'origine africaine, connues sous le nom d'Afro-Latino-Américains, ainsi que les personnes métisses qui ne se conformaient pas au principe de limpieza de sangre, qui exigeait que l'ascendance d'une personne soit purement espagnole.

Cette exclusion des Afro-Latino-Américains des droits et de la représentation politiques était un défaut majeur de la Constitution de 1812, car ils constituaient une partie importante de la population des colonies américaines. Elle renforçait la hiérarchie raciale et la discrimination déjà existantes à l'encontre des personnes de couleur dans l'Empire espagnol, les marginalisant davantage et leur refusant l'égalité des droits et des chances.

Cette exclusion d'une partie importante de la population des droits et de la représentation politiques a été l'un des facteurs qui ont contribué aux guerres d'indépendance en Amérique, car de nombreuses personnes de couleur ont combattu aux côtés des élites créoles pour leurs droits et leur liberté.

La mise en œuvre de la Constitution de 1812 et les actions du Conseil de régence n'ont pas été bien accueillies dans de nombreuses provinces américaines, ce qui a provoqué une division entre elles. Certaines provinces reconnaissent l'autorité des Cortes et du Conseil de régence, d'autres non.

Dans certaines provinces, le Conseil de régence nomme de nouveaux gouverneurs pour neutraliser les juntes existantes, mais nombre de ces gouverneurs ne sont pas acceptés par les populations locales, et les juntes refusent de reconnaître leur autorité. Il s'ensuit une lutte de pouvoir entre les gouverneurs nommés et les juntes existantes, de nombreuses provinces continuant à gouverner au nom du roi par l'intermédiaire de leurs juntes.

Ce manque d'acceptation et la division entre les provinces américaines rendent difficile le maintien du contrôle des colonies par le Conseil de régence et affaiblissent encore plus son autorité. Cela a également entravé les efforts du Conseil de régence pour coordonner la guerre de libération contre Napoléon, car de nombreuses provinces étaient concentrées sur leurs propres conflits internes.

En outre, cette division et l'absence d'un effort unifié entre les provinces américaines ont facilité le soutien et l'élan des mouvements révolutionnaires, qui ont finalement conduit aux guerres d'indépendance en Amérique.

Dans certains cas, les juntes locales déclarent le Conseil de régence illégitime, expulsent les nouveaux gouverneurs nommés par celui-ci et déclarent qu'elles seules ont l'autorité de gouverner en l'absence du roi. Ces juntes sont progressivement passées de la recherche d'autonomie à la déclaration d'indépendance.

Cependant, toutes les juntes ne suivent pas cette voie, certaines restent fidèles au Conseil de régence et reconnaissent son autorité. Ces juntes loyales sont souvent dirigées par des élites conservatrices, qui considèrent le Conseil de régence comme le gouvernement légitime de l'Espagne et le meilleur espoir de rétablir l'ordre et la stabilité dans l'empire.

Cette division entre les juntes affaiblit encore plus l'autorité du Conseil de régence et rend difficile le maintien de son contrôle sur les colonies. Elle crée également une situation dans laquelle certaines provinces se dirigent vers l'indépendance, tandis que d'autres restent fidèles à l'empire, ce qui conduit à une situation complexe et confuse.

La déclaration d'indépendance de certaines provinces américaines a été un processus graduel, et elle n'a pas été universellement acceptée par la population, c'était le résultat de la situation politique, économique et sociale complexe en Amérique, et des différents intérêts des élites créoles.

De 1809 à 1814, il n'y a pas eu de véritables guerres d'indépendance en Amérique espagnole, mais plutôt des guerres civiles au sein de chaque province entre ceux qui voulaient rester fidèles au Conseil de régence et au roi et ceux qui voulaient l'autonomie et l'indépendance. La situation dans les colonies était très complexe et variait selon les régions, certaines provinces restant fidèles à l'empire, tandis que d'autres se dirigeaient vers l'autonomie et l'indépendance.

Ces guerres civiles étaient souvent brutales et entraînaient d'importantes pertes de vies humaines et la destruction de biens. Elles étaient également caractérisées par des alliances changeantes et des trahisons, les différents groupes et factions se battant pour le contrôle des provinces.

Les guerres d'indépendance en Amérique n'étaient pas un effort unifié, mais plutôt une série de conflits qui se sont déroulés dans différentes régions et à différents moments. La fin des guerres napoléoniennes et le retour du roi Ferdinand VII sur le trône en 1814 ont entraîné la fin de ces guerres civiles et l'émergence de plusieurs États indépendants en Amérique. Toutefois, les guerres d'indépendance en Amérique espagnole se sont poursuivies dans certaines régions jusqu'en 1825.

L’Amérique espagnole continentale : la diversité des processus d’indépendance (1814 - 1824)[modifier | modifier le wikicode]

En 1814, avec la chute de Napoléon et le retour du roi Ferdinand VII sur le trône d'Espagne, les colonies d'Amérique latine sont confrontées à une décision difficile. Ferdinand a rejeté la Constitution libérale de 1812 qui avait été établie pendant son absence et a cherché à réaffirmer un régime absolutiste sur les colonies. Cette décision, ainsi qu'une série de griefs économiques et politiques, a déclenché une vague de mouvements d'indépendance dans toute l'Amérique latine. Les colonies, dirigées par des élites créoles, commencent à résister à la domination espagnole et à lutter pour leur liberté. Ces luttes pour l'indépendance ont été longues et sanglantes, avec de nombreuses batailles et atrocités commises de part et d'autre. En fin de compte, la plupart des colonies parviennent à obtenir leur indépendance en 1824, bien que le processus de construction de la nation et de création de gouvernements stables soit loin d'être terminé.

En réponse aux mouvements d'indépendance, le roi Ferdinand VII lance un processus de reconquête dans lequel il envoie des troupes dans les colonies pour réaffirmer le contrôle espagnol. Ce processus se caractérise par l'usage de la force et une répression brutale, les forces espagnoles cherchant à écraser la rébellion et à maintenir leur emprise sur les colonies. Les élites créoles et les autres dirigeants indépendantistes qui ont mené la résistance ont été confrontés à une répression sévère, y compris l'emprisonnement, l'exécution et l'exil. Cependant, la résistance s'est poursuivie, animée par un désir de liberté et d'autodétermination. Les luttes pour l'indépendance ont été longues et difficiles, avec de nombreuses batailles et sacrifices en cours de route, mais la plupart des colonies ont fini par obtenir leur indépendance en 1824.

Mexique[modifier | modifier le wikicode]

Au Mexique, le mouvement d'indépendance a été déclenché par le père Miguel Hidalgo y Costilla. Hidalgo, un Blanc né au Mexique, était un prêtre qui s'est senti profondément frustré par la dureté du traitement réservé au peuple mexicain par le gouvernement espagnol et les "gachupines" (élites d'origine espagnole qui détenaient le pouvoir au Mexique). En 1810, il a lancé une rébellion contre les Espagnols, appelant les Mexicains de toutes les races et classes sociales à se joindre à lui dans la lutte pour un gouvernement plus juste. La rébellion d'Hidalgo est d'abord couronnée de succès, mais elle est finalement vaincue par l'armée espagnole. Hidalgo a été capturé, jugé et exécuté en 1811. Cependant, sa rébellion a déclenché une guerre d'indépendance qui s'est poursuivie pendant 11 ans sous la direction d'autres personnalités, comme José María Morelos et Vicente Guerrero, et le Mexique a finalement obtenu son indépendance de l'Espagne en 1821.

La religion catholique était en effet très forte au Mexique, et jouait un rôle majeur dans la vie sociale et politique du pays. Cependant, la rébellion d'Hidalgo n'était pas principalement motivée par des raisons religieuses, mais plutôt par un désir de changement politique et économique. Il demandait la fin de la domination espagnole et la création d'un gouvernement plus juste. Cependant, la rébellion a rapidement pris un caractère de classe, car les troupes d'Hidalgo ont pris pour cible les haciendas des élites créoles et d'autres riches propriétaires terriens. Cette lutte des classes, qu'Hidalgo n'avait peut-être pas prévue, lui a rendu difficile le maintien du contrôle de la rébellion et a entraîné des divisions au sein de ses forces. Malgré cela, la rébellion parvient à contrôler un vaste territoire au Mexique, mais elle est finalement vaincue par l'armée espagnole et Hidalgo est capturé et exécuté. La lutte pour l'indépendance s'est poursuivie sous la direction d'autres leaders.

Après le succès initial de la rébellion d'Hidalgo, de nombreuses élites créoles craignent les bouleversements sociaux et économiques causés par la rébellion et choisissent de se ranger du côté de la couronne espagnole. Hidalgo est finalement capturé et exécuté par l'armée espagnole. Cependant, la lutte pour l'indépendance s'est poursuivie sous la direction de José María Morelos. Morelos, un prêtre afro-descendant d'héritage mixte et d'origine modeste, reprit le flambeau de la rébellion et développa un programme plus complet pour l'indépendance politique, l'égalité raciale, la redistribution des terres et, en particulier, l'abolition de l'esclavage. Il réussit à prendre le contrôle d'une partie importante du pays mais rencontre des difficultés à maintenir le contrôle de ses troupes. Finalement, Morelos a été capturé et exécuté par les Espagnols en 1815. Malgré l'exécution de Morelos, la guerre d'indépendance s'est poursuivie sous la direction d'autres personnalités comme Vicente Guerrero, et le Mexique a fini par obtenir son indépendance en 1821.

Après l'exécution de Morelos, la guerre d'indépendance au Mexique s'est poursuivie avec différents chefs et des alliances changeantes. Finalement, en 1821, un aristocrate mexicain nommé Agustín de Iturbide a déclaré l'indépendance et a réussi à forger une alliance entre les partisans de Hidalgo, Morelos et l'élite créole contre les Espagnols. Grâce à cette alliance, Iturbide a pu vaincre l'armée espagnole et obtenir l'indépendance du Mexique. Après la défaite de l'Espagne, Iturbide se proclame empereur constitutionnel du Mexique. Cette solution n'a duré que deux ans et visait à protéger la hiérarchie sociale existante. Cependant, la révolution a finalement abouti à la création d'un Mexique indépendant, même si le processus de construction de la nation et la création d'un gouvernement stable avaient encore beaucoup de chemin à parcourir.

L'Amérique centrale, qui comprenait les pays actuels tels que le Guatemala, le Honduras, le Salvador, le Nicaragua et le Costa Rica, faisait partie de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne, dont le siège était à Mexico. Lorsque le Mexique a obtenu son indépendance de l'Espagne en 1821, la vice-royauté a été dissoute et l'Amérique centrale est devenue une entité distincte. Cependant, l'Amérique centrale n'a pas lutté pour son indépendance, celle-ci étant le résultat des changements administratifs et politiques survenus au Mexique après sa séparation de l'Espagne. L'Amérique centrale a officiellement déclaré son indépendance en 1823, avec l'Acte d'indépendance de l'Amérique centrale, qui établissait une république fédérale composée des cinq pays susmentionnés. Il s'agissait d'une étape importante dans la formation d'une nouvelle nation, mais pas d'une guerre d'indépendance comme dans la plupart des autres pays d'Amérique latine.

Venezuela[modifier | modifier le wikicode]

Au Venezuela, le mouvement d'indépendance était dirigé par de riches élites créoles qui cherchaient à obtenir une plus grande autonomie et un plus grand pouvoir politique. Cependant, la question de la race et de l'inégalité sociale a compliqué le mouvement, car la population du Venezuela était diverse, avec un grand nombre d'Africains réduits en esclavage et de peuples indigènes. Les élites créoles étaient influencées par l'exemple d'Haïti, qui avait réussi à obtenir son indépendance de la France grâce à une rébellion d'esclaves, et des autres Antilles sucrières, qui avaient également connu des révoltes d'esclaves. Il en résulte une tension entre les élites, qui recherchent l'indépendance pour leur propre bénéfice, et les classes inférieures, qui recherchent la liberté et l'égalité pour tous. Cette tension a continué à façonner le développement politique et social du pays, même après son indépendance en 1821.

Le Venezuela étant une colonie comptant une importante population d'Africains réduits en esclavage, la question de l'esclavage a ajouté de la complexité au mouvement d'indépendance. Au Venezuela, l'esclavage était plus développé qu'au Mexique, les esclaves étant principalement employés dans les plantations de cacao. En outre, il y avait un grand nombre d'affranchis de couleur travaillant dans l'artisanat dans les villes, qui n'étaient pas considérés comme égaux aux élites créoles blanches. La présence d'une importante population d'esclaves et la crainte d'une révolution de type haïtien, où la population esclave se soulèverait contre ses maîtres, ont fait hésiter l'élite créole à soutenir pleinement le mouvement. Elle était plus encline à rechercher une plus grande autonomie au sein de l'empire espagnol plutôt qu'une indépendance totale, ce qui signifiait une perte de contrôle sur la population esclave et des bouleversements sociaux potentiels. Cette crainte d'une rébellion d'esclaves a continué à façonner le développement politique et social du pays, même après son indépendance en 1821.

Le processus d'indépendance du Venezuela était différent de celui du Mexique. Au tout début du mouvement, une junte a déclaré l'indépendance en 1810, mais cette déclaration n'a pas enthousiasmé les classes populaires, maltraitées par les élites, soumises à l'esclavage et à l'exploitation. Les Espagnols, qui ont encore des troupes dans la région, parviennent à mobiliser les troupes non blanches des plantations en dénonçant le racisme des élites créoles et en promettant la liberté à la population asservie, y compris les llaneros (cow-boys) des haciendas. Il en résulte une scission au sein des forces indépendantistes, les élites créoles et leurs troupes s'opposant à celles levées par l'Espagne. En conséquence, les indépendantistes ont été rapidement dépassés par les troupes levées par l'Espagne, et la guerre pour l'indépendance a continué pendant une autre décennie, sous la direction d'autres personnalités comme Simon Bolivar et Francisco de Paula Santander. Le Venezuela finit par obtenir son indépendance en 1821, en même temps que les autres territoires de la Grande Colombie, mais le processus de construction de la nation et de création de gouvernements stables est loin d'être terminé.

Au Venezuela, comme dans de nombreux autres pays d'Amérique latine, la lutte pour l'indépendance a été marquée par la guerre civile et les divisions internes. L'un des personnages clés de la guerre d'indépendance était Simon Bolivar, membre de l'aristocratie cacaoyère et marchand d'esclaves, qui a reconnu que pour gagner l'indépendance, il avait besoin du soutien de la majorité de la population qui était pauvre, indigène et d'origine africaine. Il a compris que si l'Espagne gagnait, elle n'accorderait pas l'égalité aux personnes d'origine africaine et n'abolirait pas l'esclavage, comme le montre la Constitution de 1812. Bolivar a donc formé des alliances avec des personnes d'origines ethniques et sociales différentes et leur a promis l'égalité et la liberté. Il a également aboli l'esclavage au Venezuela, ce qui lui a permis de gagner le soutien de la population asservie. Grâce à son leadership et à ses stratégies militaires, Bolivar et son armée ont pu vaincre l'armée espagnole et obtenir l'indépendance du Venezuela et d'autres territoires de la Grande Colombie.

En 1813, Simon Bolivar a lancé une guerre contre les Espagnols, qu'il a déclarée comme une "guerre à mort des Américains" sans distinction de race. Il avait compris que pour vaincre les Espagnols, il devait unir tous les habitants du Venezuela, quelle que soit leur race ou leur classe sociale. Pour y parvenir, il a formé des chefs militaires sans discrimination, promu des officiers noirs et mulâtres et promis la liberté aux esclaves qui se battaient pour l'indépendance. Cette politique lui a permis de gagner le soutien de la population asservie, qui a rejoint son armée en grand nombre. La stratégie de Bolivar a été la clé du succès de la guerre d'indépendance vénézuélienne. Il a mené ses troupes à plusieurs victoires décisives contre les Espagnols et a finalement aidé le Venezuela à obtenir son indépendance en 1821, avec d'autres territoires de la Grande Colombie.

Lorsque le roi Ferdinand VII remonte sur le trône d'Espagne, il rejette la Constitution de 1812 et cherche à réaffirmer un pouvoir absolutiste sur les colonies. Les Espagnols reprennent alors leurs efforts pour reconquérir leurs colonies en Amérique latine. Bolivar, qui avait mené la lutte pour l'indépendance du Venezuela, est contraint de fuir avec une grande partie de ses troupes et de ses officiers et se réfugie en Haïti. Avec l'aide du président haïtien Alexandre Pétion, Bolivar a pu relancer la guerre et unir la lutte du Venezuela à celle de la Colombie et de l'Équateur. Grâce à cet effort unifié, Bolivar a pu chasser progressivement les Espagnols et établir une confédération de trois nations appelée Grande Colombie, qui a existé jusqu'en 1831.

L'indépendance de la Grande Colombie, confédération des actuels Venezuela, Colombie, Équateur et Panama, a été déclarée en 1821. Le processus d'accession à l'indépendance a été long et difficile, marqué par des divisions internes et des guerres civiles. Les territoires de la Grande Colombie étaient très différents les uns des autres, avec des origines ethniques, linguistiques et culturelles diverses. Cependant, sous la direction de Simon Bolivar et d'autres leaders, ces régions ont pu s'unir dans leur lutte pour l'indépendance vis-à-vis de l'Espagne et former une seule nation. La formation de la Grande Colombie a été une étape importante dans le processus de construction de la nation, mais c'était aussi une alliance fragile qui a dû faire face à de nombreux défis au cours des années suivantes, et qui s'est finalement dissoute en 1831.

Rio de la Plata (Buenos Aires)[modifier | modifier le wikicode]

Unique photographie de José de San Martín.

Au début du XIXe siècle, Buenos Aires était une petite ville portuaire qui venait d'être élevée au rang de capitale de la vice-royauté du Rio de la Plata. La ville avait une population diversifiée, comprenant des Afro-descendants, des garnisons militaires et des gauchos (cow-boys). En 1807, Buenos Aires a été occupée par les Britanniques, mais les habitants de la ville ont réussi à chasser les envahisseurs et à maintenir leur autonomie. Cette expérience de résistance et d'autonomie sera importante dans la lutte pour l'indépendance qui suivra.

En 1810, Buenos Aires a déclaré son indépendance de l'Espagne, mais la lutte pour l'indépendance de la ville a été compliquée par des divisions internes et la présence de forces royalistes dans d'autres parties de la vice-royauté. Malgré ces difficultés, Buenos Aires et les provinces environnantes parviennent finalement à obtenir leur indépendance en 1816 et forment les Provinces unies d'Amérique centrale, qui deviendront plus tard la République d'Argentine.

L'indépendance est rapidement acquise en 1816 en Argentine, mais le pays est entouré des vastes territoires du Brésil et de la vice-royauté du Pérou, qui représentent une menace potentielle d'attaque par le nord. Pour répondre à cette préoccupation, l'un des principaux dirigeants du mouvement indépendantiste, José de San Martín, et ses alliés ont décidé de porter la lutte pour l'indépendance dans l'arrière-pays de l'Argentine, au Chili, et même plus loin, en Bolivie et au Pérou. San Martín et ses troupes ont livré plusieurs batailles et ont finalement réussi à libérer le Chili en 1818 et le Pérou en 1821. Les efforts de San Martín ont été cruciaux dans le processus de construction de la nation et la formation d'États indépendants en Amérique du Sud.

Pérou[modifier | modifier le wikicode]

Le Pérou a acquis son indépendance d'une manière unique, coincé entre les troupes venant du sud dirigées par José de San Martín et celles venant du nord dirigées par Simon Bolivar. La lutte pour l'indépendance du Pérou est compliquée par le fait que les élites restent fidèles au roi et à l'Espagne, car elles craignent la population indigène et les révoltes potentielles comme celle menée par Túpac Amaru II au 18e siècle. Les élites craignaient également de perdre leur pouvoir et leurs privilèges en cas d'indépendance. Cependant, les forces combinées de San Martín et de Bolívar ont pu vaincre l'armée espagnole au Pérou et imposer l'indépendance du pays. Malgré la résistance des élites, le Pérou a officiellement déclaré son indépendance en 1821 et est devenu une république.

Le Pérou a officiellement déclaré son indépendance en 1821, mais ce n'est qu'avec la bataille d'Ayacucho en 1824 que le colonialisme espagnol dans la région a pris fin. La bataille d'Ayacucho a opposé les forces combinées de Simon Bolivar et d'Antonio José de Sucre à l'armée espagnole dirigée par le général José de Canterac. La bataille a été une victoire décisive pour les forces indépendantistes et a marqué la fin de la présence espagnole en Amérique du Sud. Cette bataille a été considérée comme la bataille finale des guerres d'indépendance de l'Amérique espagnole. Après la bataille, l'Empire espagnol a perdu le contrôle de tous ses territoires en Amérique du Sud et les territoires sont devenus des pays indépendants.

Conséquences des processus d'indépendance[modifier | modifier le wikicode]

Les guerres d'indépendance en Amérique espagnole continentale, qui ont duré de 1814 à 1824, ont eu des conséquences importantes tant pour l'Espagne que pour les nations nouvellement indépendantes. L'Espagne a été vaincue sur le continent américain, mais elle n'a pas été en mesure de conserver ses colonies dans les Caraïbes. Cuba et Porto Rico sont restés sous contrôle espagnol pendant plusieurs décennies. Cuba, surnommée la "perle des Antilles", a remplacé Saint-Domingue comme principal fournisseur de sucre, tandis que Porto Rico est resté une importante colonie espagnole jusqu'en 1898. La perte de ces territoires a marqué la fin de l'empire espagnol dans les Amériques et le début d'une nouvelle ère pour les nations nouvellement indépendantes.

D'autre part, les pays nouvellement indépendants ont dû relever le défi de la construction d'une nation et de la création de gouvernements stables. Le processus de création de nouvelles nations n'était pas facile, car les territoires avaient des origines ethniques, linguistiques et culturelles diverses. En outre, les structures sociales et économiques de ces pays étaient profondément marquées par l'héritage du colonialisme et de l'esclavage. Les pays nouvellement indépendants ont dû faire face à ces défis et travailler à la construction d'une nouvelle identité et d'un sens de la nation.

Considérations générales[modifier | modifier le wikicode]

Le processus d'accession à l'indépendance en Amérique espagnole était différent de celui des treize colonies britanniques et d'Haïti. Les guerres d'indépendance en Amérique espagnole ont duré beaucoup plus longtemps, de 1808, date de la formation des premières juntes, à 1828. Cette période de 16 ans a été marquée par des conflits internes et des guerres civiles, alors que différentes régions et groupes se battaient pour l'indépendance et luttaient pour établir de nouveaux gouvernements et États-nations. Le processus d'accession à l'indépendance a également été compliqué par la diversité des territoires, avec des origines ethniques, linguistiques et culturelles différentes, et par la présence d'une importante population réduite en esclavage.

Outre les luttes militaires, le processus de construction de la nation était complexe et continu, les pays nouvellement indépendants devant s'efforcer de créer un sentiment d'identité nationale et de mettre en place des gouvernements stables au service d'une population diversifiée. Ce fut un processus long et difficile, mais qui a finalement conduit à la formation de nouveaux États-nations en Amérique latine.

Le processus d'accession à l'indépendance de l'Amérique espagnole a pris beaucoup de temps pour plusieurs raisons. L'une des principales raisons est qu'il ne s'agissait pas d'une guerre contre la métropole, mais plutôt d'une sorte de guerre civile à dimension socio-raciale au sein de chaque vice-royauté. Il y avait de multiples factions qui se battaient pour des objectifs différents, comme les royalistes, les autonomistes et les indépendantistes, ce qui rendait difficile la victoire d'un seul groupe.

Une autre raison est que les colonies espagnoles, contrairement aux États-Unis, ne recevaient aucune aide d'autres nations, à l'exception du Venezuela, qui recevait un certain soutien d'Haïti. Les colonies ont également bénéficié d'une aide militaire limitée et ont dû compter sur le crédit de l'Angleterre pour financer leurs guerres d'indépendance, ce qui a laissé les pays nouvellement indépendants avec une importante dette extérieure.

En outre, l'Espagne n'était pas disposée à abandonner facilement ses colonies, et ce n'est qu'en 1836 qu'elle a officiellement reconnu l'indépendance du Mexique. Tous ces facteurs ont contribué à la lutte prolongée pour l'indépendance de l'Amérique espagnole.

Le coût des guerres d'indépendance en Amérique espagnole n'a pas été le même pour tous les territoires. En termes de pertes humaines, le Venezuela et la côte caraïbe, ainsi que la Colombie, ont beaucoup souffert, leurs populations ayant considérablement diminué. Ces régions comptaient également un grand nombre d'esclaves, dont beaucoup ont rejoint la lutte pour l'indépendance et ont été pris dans les feux croisés de la guerre.

En termes de pertes économiques, le Mexique a été parmi les plus durement touchés, car une grande partie de son infrastructure minière a été détruite pendant la guerre. Cela a eu un impact considérable sur l'économie du pays et a entravé sa capacité à se redresser rapidement après l'indépendance.

En revanche, l'Argentine a pu accéder à l'indépendance à moindre coût, ce qui explique les démarrages plus rapides après la guerre. Cette région était davantage axée sur l'agriculture, ce qui a limité les dommages causés aux infrastructures et permis une reprise économique plus stable. De plus, l'Argentine avait une population d'esclaves relativement faible, ce qui a également contribué à réduire les coûts de la guerre.

Les guerres d'indépendance en Amérique espagnole peuvent être considérées comme une "véritable révolution" en raison de plusieurs facteurs :

  1. il y a eu une mobilisation plus ou moins massive de la population, différents groupes, y compris des personnes asservies, ayant rejoint la lutte pour l'indépendance.
  2. il y a eu une lutte entre différentes idéologies, les royalistes, les autonomistes et les indépendantistes se battant chacun pour des objectifs différents. Troisièmement, il y a eu une lutte concrète pour le pouvoir, les différentes factions se battant pour le contrôle des territoires.
  3. Il y a eu une lutte concrète pour le pouvoir, les différentes factions se battant pour le contrôle des territoires.
  4. Toutefois, on peut affirmer qu'il n'y a pas eu de transformation profonde des structures sociales et économiques dans la plupart de ces pays. Les pays nouvellement indépendants ont hérité de nombreuses structures sociales et économiques du système colonial espagnol, notamment la présence d'une importante population d'esclaves et une forte hiérarchie raciale, qui a persisté même après les guerres d'indépendance. En outre, les élites qui détenaient le pouvoir avant et après les guerres d'indépendance sont restées largement inchangées. Ces facteurs, entre autres, ont entraîné une continuité des inégalités sociales et économiques dans nombre de ces pays et, dans une certaine mesure, ont limité la portée de la révolution.

Les guerres d'indépendance en Amérique espagnole ont été principalement menées par les élites blanches, mais elles ont également été menées par des troupes de couleur, souvent métisses, des mulâtres noirs et des indigènes. Ces troupes étaient motivées par l'idéologie dominante de l'époque, qui mettait l'accent sur la liberté, l'égalité et la propriété privée. Les élites qui ont mené la lutte pour l'indépendance ont promis ces idéaux aux classes inférieures afin d'obtenir leur soutien. Cependant, la réalité des pays nouvellement indépendants ne correspondait souvent pas à ces idéaux, car les structures sociales et économiques de la période coloniale persistaient, et les droits et opportunités des groupes marginalisés étaient limités. Malgré cela, la participation de troupes de couleur aux guerres d'indépendance a été un facteur important dans le succès final du mouvement.

Les pays nouvellement indépendants ont adopté des régimes républicains, à l'exception du Mexique qui était sous le régime d'Iturbide. La noblesse a été abolie, et toutes les références à la race dans les constitutions, les lois et les recensements ont été supprimées. Cependant, malgré ces changements juridiques, il n'y a pas eu de changement significatif dans les structures socio-économiques de ces pays. Les structures sociales et économiques de la période coloniale ont persisté, et les droits et opportunités des groupes marginalisés ont été limités.

L'esclavage a été aboli dans la plupart des pays, mais l'abolition de l'esclavage n'a pas mis fin au racisme et à la discrimination. De plus, l'abolition de l'esclavage n'a pas entraîné de changement dans les structures socio-économiques, et l'ancienne population esclave a rencontré de grandes difficultés pour accéder aux droits et aux opportunités des nouveaux citoyens.

En résumé, les guerres d'indépendance ont entraîné un changement significatif des structures juridiques et politiques de l'Amérique espagnole, mais pas un changement profond des structures socio-économiques, héritées de la période coloniale.

Pour les Afro-descendants libres, les guerres d'indépendance ont été une victoire dans le sens où ils n'étaient plus considérés comme des biens et où ils ont obtenu l'égalité des droits. Cependant, cela n'a pas toujours signifié la fin de la discrimination, du racisme et de la pauvreté. Ils ont rencontré des difficultés pour accéder aux droits et aux opportunités des nouveaux citoyens.

Pour les communautés indigènes, les guerres d'indépendance ont été une tragédie, car elles ont perdu la protection de la couronne espagnole et leur statut de mineurs. Au nom de l'égalité, elles ont également perdu la propriété collective de leurs terres, qui sont devenues aliénables et ont été progressivement reprises par les haciendanos (propriétaires terriens) et les petits agriculteurs. Cela a entraîné la perte de terres, de ressources et de patrimoine culturel pour de nombreuses communautés indigènes. Nombre de ces communautés ont également été confrontées à l'assimilation forcée et à la suppression culturelle, ce qui a entraîné la disparition de nombreuses communautés indigènes.

Les guerres d'indépendance ont apporté des changements significatifs pour les communautés afro-descendantes et indigènes, mais ces changements n'ont pas toujours été positifs, et les groupes marginalisés ont continué à être confrontés à la discrimination, à la pauvreté et à la perte de leur patrimoine culturel.

Pour la plupart des esclaves, les guerres d'indépendance n'ont pas apporté de changements significatifs dans leur vie, et ils ont continué à être opprimés et marginalisés après la fin des guerres. L'abolition de l'esclavage a été un processus lent qui s'est déroulé à des moments différents selon les pays. Certains pays comme le Chili, en Amérique centrale, en 1824, et le Mexique, en 1829, ont aboli l'esclavage en partie sous l'influence des Anglo-Saxons qui colonisaient le nord du Mexique, car ils y voyaient un moyen d'arrêter la colonisation du nord des États-Unis. Dans la plupart des autres pays, l'esclavage n'a été aboli que progressivement, et de nombreux esclaves sont restés liés à leurs maîtres par des dettes ou d'autres formes de servitude sous contrat. L'abolition de l'esclavage n'a pas toujours mis fin à la discrimination, au racisme et à la pauvreté de l'ancienne population esclave.

Dans la plupart des pays d'Amérique espagnole, l'abolition de l'esclavage a été un processus graduel, et des lois ont été adoptées pour l'abolition progressive de l'esclavage. Dans ces pays, l'esclavage n'a été aboli qu'entre 1850 et 1860. Cela signifie que pour la plupart des esclaves, il n'y a pas eu de changement immédiat dans leur vie, et ils sont restés liés à leurs maîtres par des dettes ou d'autres formes de servitude. L'abolition de l'esclavage n'a pas toujours mis fin à la discrimination, au racisme et à la pauvreté de l'ancienne population esclave. L'abolition de l'esclavage a été un processus lent, qui s'est déroulé à des moments différents selon les pays, et les lois d'abolition graduelle étaient un moyen d'atténuer l'impact économique de l'abolition sur la classe des propriétaires d'esclaves.

Le principe d'égalité, tel qu'énoncé dans les constitutions des pays nouvellement indépendants, a certes fait disparaître le système des castes, mais il n'a pas bouleversé la hiérarchie socio-raciale qui existait auparavant. De nouveaux moyens de mobilité sociale sont créés, notamment dans l'armée où quelques femmes métisses peuvent gravir les échelons. Cependant, ce sont la propriété privée et l'éducation formelle qui sont devenues les nouveaux déterminants de la mobilité sociale, plutôt que le hasard de la naissance d'un Blanc, d'un Noir ou d'un Indien. Cela ne signifie pas que les compteurs étaient remis à zéro, car l'ascendance raciale continuait de jouer un rôle dans la détermination des opportunités et de l'accès aux ressources. En outre, ces populations étaient si pauvres au moment de leur indépendance qu'elles n'étaient pas en mesure d'investir dans l'éducation, ce qui limitait leurs possibilités de mobilité sociale et perpétuait les inégalités socio-économiques.

Les nouveaux gouvernements qui ont émergé après les guerres d'indépendance en Amérique espagnole n'ont pas préconisé la redistribution des terres aux classes laborieuses. Au contraire, les terres étaient redistribuées aux meilleurs acheteurs, généralement les riches propriétaires terriens, ou à ceux qui avaient les moyens de les acheter. Cette situation perpétue l'inégalité socio-économique qui existait sous le système colonial et laisse les classes ouvrières, y compris l'ancienne population esclave, avec un accès limité à la terre et aux ressources. Cela a limité leurs possibilités de mobilité économique et a perpétué la pauvreté.

Le processus d'indépendance en Amérique espagnole a impliqué la formation de différentes nations. Chaque pays avait sa propre histoire, sa propre culture et ses propres structures sociales et économiques, qui ont façonné son identité en tant que nation. Les guerres d'indépendance, bien que similaires à bien des égards, ont également été façonnées par les circonstances spécifiques de chaque pays. Les dirigeants, les mouvements sociaux et les idéologies qui ont émergé à cette époque ont joué un rôle important dans le façonnement de l'identité de ces nouvelles nations. La formation de ces nations était un processus complexe qui impliquait non seulement la séparation de la domination coloniale, mais aussi la formation de nouvelles structures politiques, sociales et économiques, ainsi que la définition d'une identité et de valeurs communes au sein de la population.

La formation de ces différentes nations peut être comprise dans le sens où des mythes fondateurs ont été créés et où les mouvements d'indépendance ont rassemblé les populations de différentes régions à travers des expériences communes telles que le service dans les armées ou la participation à la lutte pour la liberté. En outre, la diffusion des idées républicaines et l'adoption de ces idées comme principe directeur des nouvelles nations ont contribué à façonner un sentiment d'appartenance à une patrie commune. Il s'agissait d'un processus complexe qui impliquait non seulement de se séparer de la domination coloniale, mais aussi de créer un sentiment d'identité nationale et des valeurs communes au sein de la population, ce qui a contribué à solidifier la formation de ces nouvelles nations.

Certains affirment également que la formation de ces différentes nations n'est pas totalement achevée car la majorité de la population n'a pas participé activement aux mouvements d'indépendance et a souvent été enrôlée de force dans les armées. L'identification locale est restée forte au sein de la population, et de nombreuses personnes ont continué à s'identifier à leurs régions et communautés plutôt qu'aux nations nouvellement formées. En outre, les frontières des nouvelles nations reproduisent en grande partie les mêmes divisions qu'auparavant, le découpage étant pratiquement le même que celui des vice-royautés à l'époque coloniale. Les capitales des vice-royautés sont restées les capitales des nations indépendantes, ce qui a renforcé la continuité du passé colonial. Cela signifie que la formation de ces nouvelles nations n'était pas une rupture complète avec le passé, mais plutôt une continuation de celui-ci avec de nouvelles structures politiques.

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]