Les États-Unis du Nord et du Sud vers 1850 : immigration et esclavage

De Baripedia


En 1850, les États du Nord des États-Unis étaient principalement composés d'immigrants venus d'Europe, tandis que les États du Sud étaient fortement tributaires du travail des Afro-Américains réduits en esclavage. Ce fossé économique et culturel entre le Nord et le Sud allait conduire à la guerre civile américaine. En outre, le Congrès des États-Unis a adopté la loi sur les esclaves fugitifs de 1850, qui a fait de l'aide à un esclave en fuite un crime fédéral, exacerbant ainsi les tensions entre le Nord et le Sud.

Outre les différences démographiques et économiques entre le Nord et le Sud, il existait également des différences politiques importantes. Le Nord était généralement plus industrialisé et axé sur la croissance économique, tandis que le Sud était principalement agraire et axé sur la protection de l'institution de l'esclavage. Les États du Nord étaient également plus enclins à soutenir l'abolition et étaient généralement plus favorables à l'intervention du gouvernement fédéral dans les questions économiques et sociales, tandis que les États du Sud étaient plus enclins à soutenir les droits des États et étaient généralement plus résistants à l'intervention du gouvernement fédéral. Ce clivage politique allait également contribuer au déclenchement de la guerre civile.

L’agrandissement territorial[modifier | modifier le wikicode]

Déplacement forcé des Amérindiens[modifier | modifier le wikicode]

Une pyramide de crânes de bisons destinés à servir de fertilisants, au milieu des années 1870.

Entre 1820 et 1850, le gouvernement des États-Unis a mené une politique de déplacement forcé des tribus amérindiennes, également connue sous le nom d'Indian Removal. Cette politique a été mise en œuvre par le biais d'une série de traités et de lois, dont l'Indian Removal Act de 1830, qui autorisait le président à négocier des traités pour déplacer les tribus de leurs terres ancestrales dans l'est des États-Unis vers des terres situées à l'ouest du fleuve Mississippi. Cette politique, mise en œuvre de 1831 à 1838, a entraîné le déplacement forcé de milliers d'Amérindiens, notamment des nations Cherokee, Creek, Seminole, Chickasaw et Choctaw, dans ce qui est devenu la "Piste des larmes". Le déplacement était forcé, de nombreux Amérindiens ont été tués dans le processus et cela a également conduit à la destruction des bisons, qui étaient une source principale de nourriture pour les Amérindiens.

Andrew Jackson, le 7e président des États-Unis, a adopté l'Indian Removal Act de 1830 dans le cadre de sa politique plus large de déplacement des Indiens. Il pensait que la présence de tribus amérindiennes dans le sud-est des États-Unis était un obstacle au développement économique et à l'expansion de la colonisation blanche dans la région. Il croyait également au concept de "destinée manifeste", selon lequel le destin des Américains blancs était de s'étendre et de coloniser l'ensemble du continent. Il pensait qu'en déplaçant les tribus amérindiennes vers les terres situées à l'ouest du fleuve Mississippi, les colons blancs auraient accès à davantage de terres et de ressources, ce qui entraînerait une plus grande croissance économique et une plus grande prospérité.

L’équilibre entre États esclavagistes et États libres[modifier | modifier le wikicode]

Le texte de la déclaration d’indépendance du Texas.

Dans les années 1850, l'équilibre entre les États esclavagistes et les États libres aux États-Unis était un enjeu politique majeur. L'expansion du pays d'ouest en est et au sud, avec l'ajout de nouveaux territoires et la formation de nouveaux États, menaçait de rompre cet équilibre. Le compromis du Missouri de 1820 avait été établi pour maintenir un équilibre entre les États esclaves et non esclaves au Sénat, le Maine étant admis comme État libre pour contrebalancer l'admission du Missouri comme État esclave. Cependant, avec la découverte d'or en Californie et la ruée des colons vers la région qui s'ensuivit, la question de savoir si la Californie serait admise en tant qu'État libre ou esclave devint un point de discorde majeur et conduisit finalement à l'adoption du Compromis de 1850. Le Compromis de 1850 comprenait un certain nombre de mesures visant à maintenir l'équilibre entre les États esclavagistes et non esclavagistes et à éviter une guerre civile, notamment l'admission de la Californie en tant qu'État libre, l'établissement des territoires du Nouveau-Mexique et de l'Utah, et l'adoption d'une loi plus stricte sur les esclaves fugitifs.

La Déclaration d'indépendance du Texas a été adoptée le 2 mars 1836 par la Convention de 1836 à Washington-on-the-Brazos, au Texas. Elle déclare l'indépendance de la République du Texas vis-à-vis du Mexique et énumère un certain nombre de griefs contre le gouvernement mexicain. Le texte intégral est le suivant :

"Lorsqu'un gouvernement a cessé de protéger la vie, la liberté et la propriété du peuple, dont il tient ses pouvoirs légitimes, et pour l'avancement du bonheur duquel il a été institué, et que, loin d'être une garantie pour la jouissance de ces droits inestimables et inaliénables, il devient un instrument entre les mains de mauvais gouvernants pour leur oppression.

Quand la Constitution fédérale du pays, qu'ils ont juré de soutenir, n'a plus d'existence substantielle, et que la nature entière de leur gouvernement a été changée par la force, sans leur consentement, d'une fédération restreinte d'états souverains, unis pour des buts nationaux spécifiques, en un despotisme militaire central consolidé, dans lequel tout intérêt est méprisé sauf celui de l'armée et du sacerdoce, tous deux les ennemis éternels de la liberté civile, les serviteurs toujours prêts du pouvoir, et les instruments habituels des tyrans.

Lorsque, longtemps après que l'esprit de la constitution a disparu, la modération est finalement si bien perdue par ceux qui sont au pouvoir, que même l'apparence de liberté est supprimée, que les formes mêmes de la constitution sont abandonnées, et que, loin que leurs pétitions et leurs remontrances soient prises en considération, les agents qui les portent sont jetés dans des cachots, et des armées mercenaires envoyées pour leur imposer un nouveau gouvernement à la pointe de la baïonnette.

Lorsque, dans une telle crise, les opinions divergentes des partis politiques sont oubliées et que la ligne de démarcation est tracée entre l'oppresseur et l'opprimé, c'est le droit et le devoir de ce dernier de se révolter contre le premier et de porter les armes qu'il a été forcé de prendre pour défendre sa personne, ses biens et ses droits, pour lesquels il a engagé sa vie, sa fortune et son honneur sacré."

L'expansion contre le Mexique et la question de l'équilibre entre les États esclavagistes et non esclavagistes était un enjeu majeur au début du 19e siècle, en particulier au Texas. Le grand nombre de colons anglo-américains au Texas, dont beaucoup ont amené leurs esclaves avec eux, a fait pression sur le gouvernement mexicain pour qu'il maintienne l'institution de l'esclavage malgré le fait qu'elle avait été abolie au Mexique en 1829. Cela a entraîné des tensions entre les colons et les autorités mexicaines et, en 1835-1836, une guerre a éclaté entre les colons texans et l'armée mexicaine. En 1836, les colons texans déclarent leur indépendance du Mexique et forment la République du Texas. La République du Texas a officiellement aboli l'esclavage en 1829, mais celui-ci était encore largement pratiqué. Le Texas est annexé aux États-Unis en 1845, ce qui augmente le nombre d'États esclavagistes dans le pays et exacerbe encore les tensions sur la question de l'esclavage.[8] Le congrès étasunien reconnaît l’indépendance du Texas, mais refuse de l’annexer, car cela ferait changer l’équilibre en faveur de l’esclavage au sénat[9][10][11][12][13][14][15].

James Knox Polk (1795–1849) est le onzième président des États-Unis. Il est élu pour un mandat de 1845 à 1849.

À la même époque, en Oregon, de fortes pressions s'exercent pour que les Amérindiens qui y vivent encore soient colonisés et déplacés. Les colons blancs, principalement des Américains et des Canadiens, s'installent dans la région et mettent en œuvre des politiques qui menacent les droits et les terres des tribus indigènes. La question de l'esclavage dans la région faisait également l'objet d'un débat permanent. Les colons du Nord, qui étaient majoritairement opposés à l'esclavage, ont réussi à faire déclarer l'Oregon territoire sans esclaves en 1848. Cependant, cela a également entraîné des tensions croissantes entre les États du Nord et du Sud concernant l'expansion de l'esclavage dans les nouveaux territoires américains.

La question de l'expansion de l'esclavage dans les nouveaux territoires et de l'équilibre du pouvoir entre les États esclavagistes et les États non esclavagistes est une question litigieuse aux États-Unis dans les années 1840. Les États du Sud esclavagiste étaient particulièrement préoccupés par le potentiel d'expansion des États non esclavagistes dans l'Ouest, et ils ont réagi fortement au sentiment abolitionniste croissant dans le Nord. Lors de l'élection présidentielle de 1844, les démocrates désignèrent James K. Polk, un candidat pro-esclavagiste et expansionniste du Tennessee, qui fut élu 11e président des États-Unis. Sa présidence est marquée par l'annexion du Texas et la guerre américano-mexicaine, qui aboutit à l'acquisition de vastes territoires dans l'Ouest, dont la Californie, le Nevada, l'Utah, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et certaines parties du Colorado, du Wyoming, du Kansas et de l'Oklahoma. Cela a augmenté le nombre d'États esclavagistes et a attisé les tensions sur la question de l'esclavage, ce qui a finalement conduit à la guerre civile.[16][17]

Sous la présidence de James K. Polk, la Floride et le Texas sont annexés aux États-Unis en tant qu'États. La présidence de Polk a également été marquée par la guerre américano-mexicaine, qui a débuté en 1846. Les États-Unis ont déclaré la guerre au Mexique après un différend sur la frontière entre le Texas et le Mexique, et l'annexion du Texas par les États-Unis. La guerre est controversée, en particulier dans les États du Nord, où beaucoup s'y opposent comme à une expansion agressive et injustifiée de l'esclavage. Polk a fait campagne sur une plateforme de "Destinée manifeste", qui appelait à l'expansion du territoire américain, et la guerre était considérée comme un moyen d'acquérir de nouveaux territoires dans l'Ouest, notamment la Californie, le Nevada, l'Utah, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et certaines parties du Colorado, du Wyoming, du Kansas et de l'Oklahoma, ce qui augmenterait finalement le nombre d'États esclavagistes.[18][19][20][21][22][23][24][25]

Prise de Mexico par les troupes U.S. par Carl Nebel dans The War Between the United States and Mexico, Illustrated (1851).

La guerre américano-mexicaine, qui a duré de 1846 à 1848, a entraîné une expansion significative du territoire américain. À la suite du traité de Guadalupe Hidalgo, qui mit fin à la guerre, le Mexique céda aux États-Unis la Californie, le Nevada, l'Utah, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et certaines parties du Colorado, du Wyoming, du Kansas et de l'Oklahoma, en échange du paiement de 15 millions de dollars. Cette acquisition de nouveaux territoires dans l'Ouest, connue sous le nom de "cession mexicaine", a été un facteur important dans la division croissante entre le Nord et le Sud sur la question de l'esclavage.

Après la guerre, la découverte d'or en Californie en 1848 a entraîné la ruée vers l'or californien, qui a attiré des milliers de personnes, dont des immigrants chinois, sur la côte ouest. De nombreux immigrants chinois sont venus en Californie pour extraire l'or et travailler dans d'autres industries, et ils ont joué un rôle important dans le développement de la côte ouest au cours du 19e siècle.[26][27]

Au cours de l'expansion et de la colonisation de l'Ouest américain, de nombreux conflits opposent les colons européens aux peuples indigènes de la région, notamment le déplacement forcé, l'asservissement et le massacre d'Amérindiens. L'annexion de l'Oregon en 1846 et la découverte d'or en Californie en 1848 ont provoqué un afflux de colons dans la région, ce qui a entraîné une augmentation des tensions et de la violence entre colons et Amérindiens. De nombreuses tribus ont été contraintes d'abandonner leurs terres et de s'installer dans des réserves, et leurs populations ont été décimées par les maladies, la violence et le travail forcé.

La conquête de l'Ouest a également soulevé de nombreuses questions éthiques et morales concernant le traitement des peuples indigènes et l'expansion du territoire américain. Les actions des colons et du gouvernement américain dans l'Ouest étaient souvent en violation des traités et des accords conclus avec les tribus amérindiennes, et le déplacement forcé et l'extermination des peuples autochtones ont eu un impact durable sur leurs communautés et leurs cultures.

Le système bipartite des États-Unis a évolué au fil du temps. En 1828, le parti démocrate-républicain, qui avait été dirigé par Thomas Jefferson et James Madison, s'est scindé en deux partis distincts : le parti démocrate et le parti républicain national, qui est devenu plus tard le parti whig. Le Parti démocrate, dirigé par Andrew Jackson, représentait les intérêts des petits agriculteurs et des colons de l'Ouest, tandis que le Parti républicain national et plus tard le Parti whig, représentaient les intérêts de l'élite industrielle et commerciale du Nord-Est.

Dans les années 1820 et 1830, la question de l'esclavage et de son expansion dans de nouveaux territoires devient un sujet de plus en plus controversé dans la politique américaine. Le parti démocrate, qui avait sa base dans le Sud, soutenait largement l'expansion de l'esclavage, tandis que le parti whig, qui avait sa base dans le Nord, s'y opposait.

Le parti whig se dissout en 1854 et ses membres rejoignent le nouveau parti républicain, formé par des groupes abolitionnistes et antiesclavagistes, qui prône la restriction de l'esclavage dans les territoires. Le Parti républicain se fait de plus en plus entendre sur son opposition à l'esclavage et gagne le soutien de l'élite industrielle et commerciale du Nord, ainsi que celui du mouvement abolitionniste naissant. Le parti démocrate, quant à lui, est de plus en plus associé aux intérêts des propriétaires d'esclaves dans le Sud.

Dans les premières années de la République, le racisme et la xénophobie n'étaient pas absents et le traitement des immigrants irlandais n'était pas bon, mais le système des partis et son évolution n'étaient pas uniquement motivés par ces facteurs.

Au cours du XIXe siècle, les deux principaux partis aux États-Unis, les démocrates et les républicains, ont soutenu l'expansion et la colonisation de l'Ouest américain. L'idée de la destinée manifeste, la croyance que le destin de la nation est d'étendre son territoire et de répandre son mode de vie, était un concept populaire et influent parmi les politiciens, les hommes d'affaires et les colons américains à cette époque. Les deux partis considèrent l'expansion vers l'Ouest comme une opportunité de croissance économique et d'expansion territoriale.

Cependant, leurs points de vue sur l'esclavage et le traitement des peuples indigènes étaient différents. Le parti démocrate, qui avait sa base de soutien dans le Sud, soutenait l'expansion de l'esclavage, et les élus du parti défendaient souvent des politiques pro-esclavagistes. En revanche, le parti républicain, dont la base est située dans le Nord, s'oppose à l'expansion de l'esclavage et est associé au mouvement abolitionniste.

En général, les deux partis soutenaient l'idée d'une expansion américaine vers l'Ouest, mais leurs points de vue sur l'esclavage, le traitement des peuples indigènes et l'expansion territoriale présentaient des différences importantes qui ont finalement conduit à la guerre civile américaine.[28][29]

Thèse de la Manifest Destiny des États-Unis (1845)[modifier | modifier le wikicode]

Cette œuvre, peinte vers 1872 par John Gast intitulée American Progress est une représentation allégorique de la « Destinée manifeste ». Dans cette scène, une femme angélique (parfois identifiée comme Columbia, la personnification des États-Unis au XIXe siècle), porte la lumière de la « civilisation » à l’Ouest avec les colons américains, câblant le télégraphe dans son sillon. Les Amérindiens et les animaux sauvages fuient vers les ténèbres de l’ouest sauvage.

La thèse de la Destinée Manifeste des Etats-Unis, telle que formulée par John L. O'Sullivan en 1845, était que les Etats-Unis avaient pour mission divine d'étendre leur territoire et leur influence sur le continent nord-américain, et éventuellement sur le monde entier. L'idée était que les principes de démocratie et de liberté incarnés par les États-Unis en faisaient une civilisation supérieure, et qu'il était du devoir de la nation de répandre ces principes dans le reste du monde. Cette idée allait devenir une justification essentielle de l'impérialisme et de l'expansion territoriale des États-Unis au cours des décennies suivantes.[30][31][32]

Selon cette idée, la race et la culture anglo-saxonnes des États-Unis étaient supérieures aux autres cultures et il était du devoir de la nation d'étendre sa puissance et sa population au reste du monde. Cette idée a été utilisée pour justifier l'expansion territoriale et l'annexion de terres d'autres pays et de peuples autochtones. La croyance était que cette expansion était un droit et une volonté divine, qui devait être accomplie par la société américaine "supérieure".[33][34] La thèse de la Destinée manifeste, telle qu'elle a été formulée par John L. O'Sullivan et d'autres au milieu du 19e siècle, avait une dimension raciste, car elle était fondée sur la croyance en la supériorité de la race et de la culture anglo-saxonnes. Cette croyance a servi à justifier l'asservissement et le déplacement des peuples indigènes, l'annexion de terres du Mexique et d'autres pays, ainsi que l'éloignement et le déplacement forcés des Afro-Américains réduits en esclavage. La croyance dans le droit divin des États-Unis d'étendre leur territoire et leur influence était souvent associée à l'idée que les races non blanches étaient inférieures et devaient donc être soumises ou éliminées pour faire place à l'expansion de la population blanche. L'idée de la Destinée manifeste a servi à justifier un expansionnisme agressif et violent, ainsi que le déplacement des indigènes et des autres personnes de couleur.

Après l'annexion des territoires mexicains, dont la Californie, le Nevada, l'Utah, l'Arizona, le Nouveau-Mexique et certaines parties du Colorado, du Wyoming, du Kansas et de l'Oklahoma, dans les années 1840, l'expansionnisme américain a changé d'orientation. Bien que l'idée de la Destinée manifeste n'ait pas officiellement pris fin, elle n'était plus utilisée pour justifier l'expansion territoriale par la conquête militaire et l'annexion. L'accent est plutôt mis sur l'expansion économique, comme la construction de chemins de fer et la colonisation des territoires de l'Ouest par le Homestead Act de 1862. L'idée de la destinée manifeste a également servi à justifier l'expulsion et le déplacement forcés des peuples indigènes, ainsi que l'expansion de l'influence et du pouvoir américains dans d'autres parties du monde, comme l'Asie et l'Amérique latine. La croyance dans le droit divin et le devoir des États-Unis d'étendre leur puissance et leur influence est restée un aspect important de la politique étrangère américaine tout au long de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Après l'annexion des territoires mexicains, l'idée de la Destinée manifeste a évolué vers une politique plus large de domination américaine, tant au niveau national qu'international. Cela inclut la domination économique, financière et militaire d'autres pays et régions, en particulier dans les Caraïbes et en Amérique latine. Les États-Unis ont commencé à utiliser leur puissance économique et militaire pour exercer une influence sur d'autres pays, souvent en recourant à la force, à l'intervention et à l'imposition de gouvernements fantoches. Cette politique de domination était justifiée comme un moyen de diffuser les valeurs et les intérêts américains, et de protéger les intérêts économiques et stratégiques américains. Ce type de domination était appelé "empire informel", car il se faisait sans avoir recours à une annexion formelle. Cette politique est visible dans les diverses interventions des États-Unis dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du Sud tout au long de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle. Les États-Unis ont continué à exercer leur influence dans le monde entier, en particulier au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à travers la guerre froide, où les États-Unis ont cherché à étendre leur influence et à contenir la propagation du communisme.

L'idée de la Destinée manifeste, telle qu'elle a été formulée au milieu du 19e siècle, a commencé à s'estomper dans la dernière partie du siècle, l'expansionnisme américain passant de la conquête territoriale à l'expansion économique. La guerre de 1812 entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, au cours de laquelle les États-Unis n'ont pas été en mesure d'atteindre leurs objectifs expansionnistes, et le traité de Gand qui a mis fin à la guerre, ont marqué la fin de l'expansion américaine vers le nord. Cependant, la croyance dans le droit divin et le devoir des États-Unis d'étendre leur puissance et leur influence est restée un aspect important de la politique étrangère américaine tout au long de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. L'idée de la Destinée Manifeste était encore utilisée pour justifier l'expulsion et le déplacement forcés des peuples indigènes, ainsi que l'expansion de l'influence et du pouvoir américains dans d'autres parties du monde, comme l'Asie et l'Amérique latine. Il est important de noter que l'évanouissement de l'idée de destinée manifeste en tant que doctrine officielle n'a pas signifié la fin de l'expansionnisme et de l'impérialisme américains, mais plutôt un changement dans les moyens d'y parvenir.

1850 : Compromis fragile entre États esclavagistes et États libres[modifier | modifier le wikicode]

29 janvier 1850 : Henry Clay introduit le compromis au Sénat.

En 1850, les États-Unis se trouvent dans un équilibre délicat entre les États esclavagistes du Sud et les États libres du Nord. Ce compromis a été établi pour maintenir l'équilibre des forces entre les deux régions, mais il était fragile. Dans le même temps, de nouveaux territoires sont acquis à la suite de la guerre américano-mexicaine et de l'annexion de la Californie, ce qui complique encore la question de l'esclavage et de la création d'États.

En 1850, la question est de savoir comment équilibrer le nombre d'États esclavagistes et d'États libres alors que de nouveaux territoires s'ajoutent aux États-Unis. S'il y avait plus d'États esclavagistes que d'États libres, les États esclavagistes auraient la majorité au Sénat et pourraient éventuellement adopter des lois pour étendre l'esclavage aux nouveaux territoires. À l'inverse, s'il y avait plus d'États libres que d'États esclavagistes, les États libres auraient la majorité au Sénat et pourraient adopter des lois visant à abolir l'esclavage dans les nouveaux territoires. Cette question était au centre du débat sur le Compromis de 1850, qui visait à trouver une solution à ce problème en admettant la Californie comme État libre, en créant les territoires du Nouveau-Mexique et de l'Utah où la question de l'esclavage serait décidée par la souveraineté populaire, et en renforçant le Fugitive Slave Act.

Le Compromis de 1850 était une série de lois adoptées par le Congrès américain qui tentait d'apaiser les tensions entre les États du Nord et du Sud sur la question de l'esclavage dans les territoires nouvellement acquis. Le compromis admettait la Californie comme un État libre, créait les territoires du Nouveau-Mexique et de l'Utah où la question de l'esclavage serait décidée par la souveraineté populaire, et renforçait la loi sur les esclaves fugitifs. Cependant, le Compromis de 1850 ne règle pas la question de l'esclavage et celle-ci continue d'être une question litigieuse dans la politique américaine. La question de l'esclavage dans les territoires a été un point de discorde majeur à l'approche de la guerre civile et a finalement conduit à l'élection d'Abraham Lincoln en 1861, dont la position anti-esclavagiste a attisé les tensions entre le Nord et le Sud et a finalement conduit au déclenchement de la guerre civile.[35][36][37][38][39][40][41]

Le Nord : révolution du marché et immigration[modifier | modifier le wikicode]

La révolution du marché[modifier | modifier le wikicode]

La révolution du marché dans le Nord au milieu du 19e siècle a entraîné d'importants changements économiques et sociaux. L'introduction de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes de transport, comme les chemins de fer et les usines à vapeur, a permis d'accroître la production et la croissance de l'industrie. Cela a conduit à l'émergence d'une économie de marché et au passage d'une société essentiellement agraire à une société industrialisée. Le Nord a également connu un afflux important d'immigrants à cette époque, principalement d'Irlande et d'Allemagne, ce qui a contribué à la croissance de l'industrie et à l'expansion des villes.

La révolution du marché dans le Nord au milieu du 19e siècle a entraîné d'importants changements économiques et sociaux. L'introduction de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes de transport, comme les chemins de fer et les usines à vapeur, a permis d'accroître la production et la croissance de l'industrie. Cela a conduit à l'émergence d'une économie de marché et au passage d'une société essentiellement agraire à une société industrialisée. En outre, le Nord a connu un afflux important d'immigrants à cette époque, ce qui a contribué à la croissance de l'industrie et à l'expansion des villes. En revanche, l'économie du Sud est restée essentiellement agraire et s'est concentrée sur la production de cultures commerciales telles que le coton et le tabac, et sur la dépendance à l'égard du travail des Afro-Américains réduits en esclavage. Ce fossé économique et social entre le Nord et le Sud allait finalement contribuer au déclenchement de la guerre civile.

La révolution du marché aux États-Unis au milieu du 19e siècle a été caractérisée par le développement rapide des infrastructures de transport, notamment la construction de chemins de fer et de canaux, qui ont facilité la circulation des biens et des personnes à travers le pays. Cela a permis une intégration économique accrue et la croissance d'un marché national, reliant le nord, le sud, l'est et l'ouest du pays. Cette infrastructure de transport a non seulement permis l'exportation de marchandises du Nord vers d'autres régions du pays, mais a également facilité la circulation des personnes, des idées et de la culture, contribuant ainsi à la formation d'une identité nationale plus unifiée. De plus, le développement des infrastructures de transport a permis l'expansion de l'industrie et la croissance des centres urbains, contribuant ainsi aux changements économiques et sociaux de la révolution commerciale.

La commercialisation fait référence au processus d'augmentation de l'activité économique et de l'utilisation de l'argent dans les transactions, plutôt que de compter sur le troc ou l'autosuffisance. Ce changement entraîne souvent une plus grande dépendance à l'égard des systèmes de marché et peut entraîner l'érosion des structures communautaires et familiales traditionnelles. Auparavant, de nombreuses communautés de colons aux États-Unis existaient en marge de l'économie générale, s'appuyant sur une agriculture de subsistance et un commerce limité.

L'industrialisation désigne le processus de développement de l'industrie à grande échelle, caractérisé par l'utilisation de machines et l'application de la méthode de production en série. Elle implique aussi généralement le passage du travail manuel à la production par machine, et l'utilisation de pièces interchangeables pouvant être produites en masse afin d'être utilisées dans une variété de produits. Cela a permis d'accroître l'efficacité et la productivité, mais a également entraîné des changements dans la main-d'œuvre, ainsi que dans la façon dont les biens étaient produits et consommés.

L'industrialisation est marquée par la construction d'installations industrielles à grande échelle, où la production de masse a lieu. Ce processus entraîne souvent des changements sociaux importants, tels que l'augmentation du pourcentage de salariés dans la population active. Pendant la période d'industrialisation des États-Unis, le pourcentage de salariés dans la population active totale est passé d'environ 10 % en 1800 à environ 40 % en 1860. Cette évolution est due à la croissance des emplois en usine et à l'abandon du travail agricole. Parallèlement, il y a eu un mouvement d'urbanisation, les gens se déplaçant vers les zones urbaines pour travailler dans les usines, ce qui a entraîné la formation de nouvelles villes et de nouveaux villages.

Évolution de la croissance économique aux États-Unis (1700–1850).

Pendant la période d'industrialisation des États-Unis, la région du nord-est s'est fortement industrialisée et la majorité de la population travaillait comme salariés. Cette évolution a marqué une rupture importante avec le mythe fondateur des États-Unis en tant que nation de colons paysans libres et autosuffisants. Une grande partie des personnes travaillant dans les usines étaient des femmes et des jeunes filles, qui travaillaient dans les industries textiles avant de se marier. Ces femmes ont pu contribuer au revenu familial en travaillant, ce qui leur a permis d'acheter des biens et d'améliorer leur niveau de vie. Cela a également eu un impact significatif sur le rôle des femmes dans la société et l'économie. En outre, l'augmentation du salariat et l'urbanisation ont également entraîné un changement de la structure sociale et du mode de vie.

De nombreux ouvriers d'usine, hommes et femmes, travaillaient de longues heures pendant la journée et faisaient souvent des heures supplémentaires la nuit. Certaines femmes travaillaient également à domicile, sous contrat avec les usines, effectuant des tâches telles que la couture de vêtements avec des machines Singer. Elles recevaient souvent des salaires très bas pour ce travail. Cette situation a eu un impact important sur l'économie des familles, car le travail des femmes dans ces usines et les contrats à domicile leur permettaient de gagner un revenu supplémentaire et de contribuer aux finances de la famille. Cela a également modifié les rôles traditionnels des hommes et des femmes, ces dernières participant de plus en plus à la vie active et assumant des responsabilités en dehors du foyer. Cela a également entraîné une augmentation de la production de biens et de services, ce qui a conduit à une croissance économique.

La profession d'instituteur s'est développée au cours de la période d'industrialisation aux États-Unis, car la croissance du système scolaire public a créé un besoin en enseignants. Le développement des écoles publiques était plus compatible avec l'idéal de la maternité qui était promu par l'idéologie bourgeoise dominante de l'époque. Cet idéal mettait l'accent sur le rôle des femmes en tant que gardiennes et éducatrices des enfants, et la profession d'enseignant était considérée comme une carrière convenable et respectable pour les femmes. Cela a conduit à une augmentation du nombre de femmes entrant dans la profession d'enseignant, et l'expansion du système scolaire public a contribué à promouvoir l'éducation et l'alphabétisation au sein de la population.

Au cours de cette période, la classe ouvrière est confrontée à une exploitation importante, beaucoup travaillant de longues heures pour de faibles salaires dans des conditions difficiles. Les moyens de lutte à leur disposition étaient souvent limités et peu efficaces pour répondre à leurs doléances. Cela est dû en partie à l'abondance de travailleurs, qui a créé un surplus de main-d'œuvre, rendant difficile pour les travailleurs de s'organiser et de négocier de meilleures conditions. En outre, la classe ouvrière était souvent divisée par l'ethnie, la race et le sexe, ce qui rendait plus difficile l'union et la revendication collective de meilleurs droits. La situation était différente de celle de l'Amérique latine, où les causes des limitations de la lutte de la classe ouvrière auraient pu être différentes.

Immigration[modifier | modifier le wikicode]

Les États-Unis ont connu une explosion démographique au milieu du 19e siècle en raison de taux de reproduction élevés au sein de la population existante et d'un important afflux d'immigrants. La population des États-Unis a été multipliée par six entre 1800 et 1860, passant de 5,3 millions à 31,5 millions au cours de cette période.

De nombreux immigrants sont arrivés aux États-Unis au milieu du 19e siècle à la suite des guerres napoléoniennes en Europe et des changements économiques provoqués par l'industrialisation. De nombreuses personnes ont fui l'Europe à la recherche de meilleures opportunités économiques et pour échapper à l'extrême pauvreté, ainsi qu'à la destruction du mode de vie agricole traditionnel et au déclin de la petite paysannerie. Cette vague d'immigration a largement contribué à l'explosion démographique des États-Unis au cours de cette période.[42]1848 est une année importante de l'histoire européenne, souvent appelée "année des révolutions" ou "printemps des nations". C'est une période de bouleversements politiques et d'agitation sociale dans toute l'Europe, où plusieurs pays ont connu des protestations et des soulèvements importants. Le Manifeste communiste de Karl Marx et Friedrich Engels, qui dénonce l'exploitation des travailleurs et appelle à une révolution pour renverser le système capitaliste, a également été publié en 1848. En outre, de nombreux immigrants aux États-Unis à cette époque fuyaient les persécutions politiques et religieuses, ainsi que les famines. Tous ces facteurs ont contribué au grand nombre d'immigrants qui sont arrivés aux États-Unis au milieu du 19e siècle, ce qui a contribué à l'explosion démographique du pays.

Le milieu du 19e siècle a également été une période de grandes difficultés pour les Irlandais, en raison de la famine de la pomme de terre qui s'est produite entre 1845 et 1849. Le mildiou de la pomme de terre, une maladie qui a détruit la culture de la pomme de terre, a entraîné une famine et une mort généralisées, qui ont coûté la vie à environ un million d'Irlandais. De nombreux Irlandais ont été contraints d'émigrer à la recherche de nourriture et de travail, ce qui a entraîné l'arrivée d'un nombre important d'immigrants irlandais aux États-Unis au cours de cette période. Les immigrants irlandais constituent une grande partie des immigrants aux États-Unis entre 1830 et 1860, estimée à environ 45 %. Cette vague d'immigration irlandaise a également contribué à l'explosion démographique des États-Unis au cours de cette période.

De nombreux immigrants du milieu du 19e siècle se sont installés dans les régions rurales du Midwest, où il y avait des terres disponibles pour l'agriculture et des possibilités de travail dans ce secteur. Les Allemands et les Scandinaves faisaient partie des groupes qui se sont installés dans le Midwest à cette époque. D'autres immigrants, en particulier ceux qui étaient très pauvres et avaient peu ou pas d'expérience agricole, avaient tendance à rester dans les villes portuaires où ils avaient débarqué, comme New York et Boston. À l'époque, ces villes comptaient d'importantes populations d'immigrants : on estime qu'environ la moitié des habitants de New York étaient des immigrants, tandis qu'à Boston, les immigrants représentaient un tiers de la population. Ces immigrants étaient concentrés dans les zones urbaines, ce qui a contribué à alimenter la croissance de ces villes.

Outre l'immigration d'Européens, il y a également eu une importante migration de Noirs du Sud vers le Nord au milieu du 19e siècle. Cette migration était principalement composée de Noirs libres qui quittaient le Sud en raison de la discrimination raciale croissante et de l'expansion de l'esclavage. Un petit nombre d'esclaves se sont également échappés vers le Nord en empruntant le chemin de fer clandestin, un réseau secret de refuges et de routes mis en place par les abolitionnistes, en particulier les quakers, pour aider les esclaves fugitifs à retrouver la liberté. Beaucoup de ces réfugiés se sont installés dans les villes du Nord, comme Philadelphie, New York et Boston. La migration des Noirs du Sud vers le Nord, ainsi que l'immigration des Européens, ont contribué à l'explosion démographique des États-Unis au milieu du XIXe siècle.[43][44][45][46][47]

L’écart entre riches et pauvres[modifier | modifier le wikicode]

LLe fossé entre les riches et les pauvres se creuse aux États-Unis au milieu du 19e siècle. L'industrialisation rapide et la croissance économique du pays à cette époque ont conduit à l'émergence d'une nouvelle classe capitaliste industrielle, qui a amassé de grandes richesses grâce à son contrôle des usines et des entreprises du pays. Dans le même temps, de nombreux travailleurs, en particulier les immigrants et d'autres groupes marginalisés, étaient payés à bas salaire et soumis à de mauvaises conditions de travail. Il en résulte un fossé croissant entre les riches et la classe ouvrière, un petit nombre d'individus et de familles contrôlant une grande partie des richesses et des ressources du pays, tandis qu'un grand nombre de personnes se battent pour joindre les deux bouts. Ce fossé entre riches et pauvres est un problème persistant aux États-Unis et dans de nombreux autres pays, et reste une question importante aujourd'hui. Le fossé qui se creuse entre les riches et les pauvres aux États-Unis au milieu du 19e siècle se caractérise par la formation d'une aristocratie de financiers et de multimillionnaires, composée en grande partie de familles issues de l'élite marchande qui existait pendant la période coloniale, comme les familles Roosevelt et Whitney, tandis que les pauvres s'entassent dans les bidonvilles urbains. Au milieu du 19e siècle, les familles Roosevelt et Whitney font partie de la riche élite de la classe marchande des États-Unis. La famille Roosevelt, par exemple, a fait fortune dans le transport maritime et l'importation, tandis que la famille Whitney a amassé des richesses grâce à son contrôle du commerce du coton. Toutes deux étaient très influentes dans la politique et l'économie américaines, et elles faisaient partie des familles qui contrôlaient une grande partie des richesses et des ressources du pays, alors que de nombreuses personnes luttaient pour joindre les deux bouts dans les bidonvilles des villes.[48][49][50][51] C'est à cette époque qu'a été construit le Central Park de New York, qui servait d'espace de loisirs mais était principalement destiné à la classe aisée, servant de symbole de son statut et de ses privilèges, tandis que la classe ouvrière et les pauvres étaient pour la plupart exclus de son accès.

En 1860, les 5 % des familles américaines les plus riches contrôlaient plus de la moitié de la richesse du pays. Cette tendance s'est poursuivie et est devenue un problème mondial puisqu'aujourd'hui, 2 % de la population mondiale possède 50 % de la richesse, tandis que la moitié de la population mondiale ne possède que 1 % de la richesse. Cela met en évidence le problème persistant de l'inégalité des revenus et des richesses, qui existe depuis des siècles et se poursuit encore.

Dans des villes comme New York, au milieu du 19e siècle, l'extrême pauvreté et l'écart de richesse ont entraîné des violences et des émeutes contre les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables, comme les Irlandais et les Noirs. Cela a entraîné un changement politique, la population irlandaise, en particulier, ayant commencé à voter massivement pour le parti démocrate en réaction aux politiques du parti républicain. Cette période a également marqué le début de la dynastie Kennedy, les Kennedy étant devenus l'une des familles politiques irlando-américaines les plus importantes. La dynastie Kennedy est l'une des familles politiques les plus importantes de l'histoire des États-Unis, connue pour son influence sur la politique américaine depuis plus d'un siècle. La famille Kennedy a produit plusieurs personnalités politiques de premier plan, dont le président John F. Kennedy, qui a été le 35e président des États-Unis et a été assassiné en 1963, Robert F. Kennedy, qui a été procureur général et a été assassiné en 1968 alors qu'il était candidat à la présidence, et Ted Kennedy, qui a longtemps été sénateur du Massachusetts. Les Kennedy sont connus pour leurs opinions politiques libérales et progressistes, et nombre de leurs campagnes politiques étaient axées sur des questions telles que les droits civils, la pauvreté et la justice sociale. Ils ont laissé un héritage important dans la politique américaine et ont toujours une influence sur la scène politique actuelle.[52][53]

Les Afro-Américains libres ont également été de grandes victimes au milieu du 19e siècle, car on leur reprochait souvent de saturer le marché du travail et de faire baisser les salaires. Ils étaient également la cible d'émeutes urbaines et étaient confrontés à une ségrégation et à un racisme généralisés, même dans le Nord. Il s'agissait d'un paradoxe, car si un nombre croissant d'États étendaient le droit de vote à davantage d'hommes blancs, ils excluaient également les Afro-Américains du vote en raison de leur race. Cette période a été marquée par un niveau élevé de discrimination et d'inégalité raciale, et il faudra encore de nombreuses années de lutte et de mouvement pour les droits civiques avant que les Afro-Américains puissent participer pleinement à la vie politique et sociale du pays.

En 1850, seuls quelques États du Nord, comme le Massachusetts, le Vermont et le Maine, accordaient l'égalité aux Afro-Américains. Même dans ces États, les Noirs étaient toujours confrontés à la discrimination sous diverses formes. Par exemple, au Massachusetts, ils peuvent témoigner devant les tribunaux, alors qu'en Californie, ils ne sont pas autorisés à témoigner contre les Blancs. Dans tous les États du Nord, les Afro-Américains faisaient l'objet d'une ségrégation ou étaient exclus de certains lieux publics et de la plupart des emplois qualifiés et industriels et des associations de travailleurs. Cela démontre que même dans les États du Nord considérés comme plus progressistes, les Afro-Américains étaient toujours confrontés à des obstacles importants en matière d'égalité et de droits.

Les Afro-Américains étaient contraints de vivre dans des ghettos et, comme les Irlandais, étaient souvent obligés de créer leurs propres institutions et d'accepter des emplois moins bien rémunérés. Malgré la discrimination et les difficultés auxquelles ils étaient confrontés, le nombre de Noirs dans les États du Nord a augmenté de manière significative, notamment dans des villes telles que Philadelphie, New York et Cincinnati, où ils représentaient environ 2 % de la population totale. Malgré les conditions difficiles, de nombreux Afro-Américains considéraient que le Nord offrait de meilleures opportunités et de plus grandes libertés que le Sud, et continuaient à y migrer à la recherche d'une vie meilleure.

Le Sud : esclavage noir et privilège blanc[modifier | modifier le wikicode]

Entre 1800 et 1860, le sud des États-Unis a connu une croissance économique importante grâce à l'expansion de la culture du coton et du commerce des esclaves. Le coton était l'une des principales cultures du Sud et était largement exporté vers l'Europe et d'autres parties du monde. Cette croissance était largement alimentée par le travail forcé des Noirs réduits en esclavage, qui étaient traités comme des biens et privés des droits humains fondamentaux. Ce système d'esclavage et de privilèges blancs a eu un impact durable sur la région et la nation dans son ensemble, et ses effets se font encore sentir aujourd'hui sous la forme d'inégalités et de discriminations raciales. Si certains Blancs, notamment les propriétaires de plantations, ont largement profité de ce système, celui-ci s'est construit sur l'oppression et la déshumanisation des Noirs réduits en esclavage.

Cotton King[modifier | modifier le wikicode]

Panoramic photograph of a cotton plantation from 1907, titled "King Cotton".

Au cours des années 1800, l'industrie textile en Angleterre et dans le nord des États-Unis était en plein essor, et la demande de coton était élevée. Cette situation a entraîné une croissance économique importante pour les propriétaires de plantations du Sud, qui ont pu tirer parti de la forte demande de coton en augmentant la production. Ces propriétaires de plantations, souvent appelés "rois du coton", sont devenus extrêmement riches et puissants grâce à leur contrôle de l'industrie du coton. Ils étaient en mesure d'exercer une influence considérable sur l'économie et la politique du sud des États-Unis. Toutefois, il convient de noter que cette richesse et ce pouvoir se sont faits au détriment des Noirs réduits en esclavage et forcés de travailler dans les plantations de coton.

L'invention de la machine à égrener le coton à la fin du XVIIIe siècle a considérablement augmenté l'efficacité de la production de coton et a permis de traiter des quantités beaucoup plus importantes de coton. Cela a conduit à une expansion des terres productrices de coton et à une augmentation du nombre de Noirs réduits en esclavage et forcés de travailler dans les plantations de coton. L'égreneuse à coton, inventée par Eli Whitney, était un dispositif mécanique qui séparait les fibres de coton des graines. Le traitement du coton était ainsi beaucoup plus facile et rapide, ce qui a entraîné une augmentation de la production de coton et une hausse correspondante de la demande de main-d'œuvre asservie. L'expansion des terres productrices de coton et l'efficacité accrue de la production de coton ont contribué à la croissance du "royaume du coton" et à la richesse des propriétaires de plantations du Sud, mais elles ont également entraîné le travail forcé, l'oppression et la déshumanisation des Noirs réduits en esclavage.

Une égraineuse à coton (1869).

La croissance de l'industrie du coton dans le sud des États-Unis au cours des années 1800 a été importante, comme le montre l'augmentation des exportations de coton en pourcentage du total des exportations américaines. En 1800, le coton ne représentait que 7 % des exportations américaines, mais en 1820, ce pourcentage était passé à 32 % et en 1850, il atteignait 58 %. Cette croissance de l'industrie du coton a eu un impact significatif sur l'économie et la politique des États du Sud et de la nation dans son ensemble. Le commerce des esclaves était vital pour cette croissance, car le nombre d'esclaves est passé de 460 000 en 1770 dans les treize colonies à 1,5 million en 1820 et à plus de 4 millions en 1860. Bien que l'importation d'esclaves ait été illégale aux États-Unis après l'interdiction de 1808, le commerce intérieur d'esclaves s'est poursuivi et la population d'esclaves a continué à augmenter par accroissement naturel. Cela montre le poids énorme que les États du Sud avaient dans la politique et l'économie nationales, mais aussi le problème moral et éthique de l'esclavage qui était une tache dans l'histoire du pays.

La principale explication de la croissance du nombre d'esclaves dans le sud des États-Unis au cours des années 1800 est l'accroissement naturel. Grâce à l'amélioration des conditions de vie, les esclaves ont pu fonder des familles et élever des enfants, ce qui a entraîné une augmentation de la population d'esclaves. À la veille de la guerre civile, la population d'esclaves avait atteint le chiffre stupéfiant de 4 millions. Parmi eux, 2 millions étaient forcés de travailler dans les plantations de coton, fournissant la main d'œuvre qui alimentait l'industrie florissante du coton et la richesse des propriétaires de plantations du Sud. Le fait que tant de personnes soient réduites en esclavage et forcées de travailler contre leur gré dans des conditions inhumaines constitue un problème moral et éthique qui est à l'origine de la guerre civile.

Au cours des années 1800, le sud des États-Unis était caractérisé par la coexistence de modes de production archaïques et modernes. D'une part, les personnes asservies étaient contraintes de vivre dans des conditions très basiques et rudimentaires, manquant souvent de nourriture, de vêtements et de soins médicaux adéquats. Ils étaient traités comme des biens et privés des droits de l'homme les plus élémentaires, soumis à des châtiments brutaux et obligés de travailler de longues heures dans les champs. D'autre part, le commerce des esclaves et l'industrie du coton étaient hautement organisés et efficaces, avec un système bien établi de marchands d'esclaves qui achetaient et vendaient des personnes asservies pour répondre à la demande de main-d'œuvre dans les plantations de coton. La traite des esclaves était un commerce important, et de nombreuses personnes en profitaient, notamment les marchands d'esclaves, les propriétaires de plantations et même certains hommes d'affaires du Nord qui investissaient dans l'industrie du coton. Cette coexistence de modes de production archaïques et modernes est un trait caractéristique du sud des Etats-Unis à cette époque et met en lumière le problème moral et éthique de l'esclavage et de la déshumanisation des personnes asservies.

À cette époque, le sud des États-Unis était une société dichotomique, caractérisée par un clivage net entre les Blancs libres et les Noirs asservis. La grande majorité des Noirs du Sud étaient réduits en esclavage, et la population d'Afro-Américains libres était faible, représentant tout au plus 17 % dans le Delaware, et moins de 1 % dans les autres États. Cette dichotomie se reflétait dans les différents rôles que les Noirs et les Blancs jouaient dans la société. Les esclaves étaient contraints d'effectuer les travaux les plus lourds dans les plantations de coton, de sucre, de riz et d'indigo, ainsi que dans les travaux domestiques, les mines, les transports, la construction, l'industrie et le bois. Pendant ce temps, les Blancs, en particulier les propriétaires de plantations, détenaient le pouvoir et les privilèges, récoltant les bénéfices du travail des personnes asservies. Ce système d'esclavage et de privilèges blancs a eu un impact durable sur la région et la nation dans son ensemble, et ses effets se font encore sentir aujourd'hui sous la forme d'inégalités et de discriminations raciales.

L’écart entre blancs riches et pauvres[modifier | modifier le wikicode]

Au cours de la période allant de 1820 à 1850, le fossé entre les Blancs riches et pauvres du Sud s'est creusé, même si la société de la région n'a pas beaucoup changé par rapport à celle du Nord. L'économie du Sud dépendait fortement de l'esclavage et de l'agriculture, ce qui a conduit à une concentration de la richesse au sein d'un petit groupe de propriétaires de plantations. La grande majorité des Afro-Américains étaient réduits en esclavage, et leur travail était essentiel pour l'économie, fournissant la main-d'œuvre permanente, qualifiée et non qualifiée, qui permettait aux riches propriétaires blancs de plantations de s'enrichir. Cependant, la majorité des Blancs du Sud n'étaient pas de riches propriétaires de plantations, mais plutôt des fermiers ou des ouvriers pauvres qui n'avaient pas le même accès à la terre, aux ressources et au pouvoir que l'élite riche. Cet écart entre les Blancs riches et pauvres du Sud était un problème important à cette époque, et c'est l'un des facteurs qui a contribué à l'inégalité sociale et économique qui a finalement conduit à la guerre civile.

Parmi les Blancs du Sud dans les années 1800, seul un petit pourcentage, environ 1,5 %, possédait plus de cinq esclaves. Cependant, la majorité des Blancs, environ 64%, ne possédaient pas d'esclaves mais bénéficiaient tout de même du système de l'esclavage. Les Blancs pauvres, en particulier, bénéficiaient souvent indirectement de l'esclavage, car les travaux les plus pénibles et les plus durs étaient effectués par des Noirs réduits en esclavage, ce qui permettait aux Blancs pauvres d'accéder à des emplois et à des opportunités mieux rémunérés. En outre, de nombreux Blancs, en particulier les petits agriculteurs et les métayers, pouvaient avoir accès au travail des esclaves grâce à un système de "prêt d'esclaves". Les propriétaires de plantations prêtaient des esclaves aux petits agriculteurs et métayers en échange d'une part de leur récolte ou d'une petite rémunération. Ce système a contribué à étendre les avantages de l'esclavage au-delà de l'élite fortunée à un groupe plus large de Blancs dans le Sud. Cependant, le fait que tant de personnes aient bénéficié de la déshumanisation, de l'oppression et du travail forcé des personnes réduites en esclavage constitue un problème moral et éthique qui a été à l'origine de la guerre civile.

À un niveau plus profond, de nombreux Blancs du Sud croyaient, dans les années 1800, que l'idéal de liberté et d'autonomie du paysan indépendant était incarné par le parti démocrate, qui était le parti politique dominant dans la région à l'époque. De nombreux Blancs, en particulier les petits agriculteurs et les métayers, se considéraient comme des individus indépendants et autosuffisants, capables de gagner leur vie grâce à leur travail et à leur détermination. Ils considéraient le système de l'esclavage comme un aspect nécessaire au maintien de cet idéal de liberté et d'autonomie, car le travail des personnes asservies était nécessaire au fonctionnement de l'économie et de la société. Cette conviction a conduit à un soutien profond de l'esclavage chez de nombreux Blancs du Sud, qui considéraient que la liberté des Blancs dépendait de la permanence de l'esclavage. Cette croyance a finalement conduit à la guerre civile, car le mouvement abolitionniste croissant dans le Nord et la lutte pour la liberté des personnes asservies dans le Sud ont remis en question cette croyance et forcé la nation à affronter le problème moral et éthique de l'esclavage.

Pour comprendre les causes de la guerre civile, il est important de comprendre que la croyance en l'idéal de liberté et d'autonomie du paysan indépendant, et la conviction que la liberté des Blancs dépendait de la permanence de l'esclavage, étaient profondément ancrées dans la culture et la société du Sud. Même les Blancs les plus pauvres du Sud considéraient qu'ils vivaient dans une position privilégiée par rapport aux Noirs asservis qui les entouraient. Ils pensaient que l'humiliation et l'oppression continues auxquelles étaient soumis les esclaves étaient le reflet de leur propre liberté et autonomie. Cela a conduit à un soutien profond de l'esclavage et à une résistance à toute tentative d'abolition, même chez les Blancs pauvres. Cette croyance a finalement conduit à la guerre de sécession, le Sud s'étant séparé de l'Union afin de protéger l'institution de l'esclavage et de maintenir le statu quo d'une société où les Blancs étaient considérés comme supérieurs et privilégiés.[54][55][56]

La croyance en l'idéal de liberté et d'autonomie du paysan indépendant, et la conviction que la liberté des Blancs dépendait de la permanence de l'esclavage, étaient profondément ancrées dans la culture et la société du Sud. Cette croyance était renforcée par une législation fondamentalement raciste qui refusait aux Noirs libres et asservis des droits et des privilèges fondamentaux, et par la comparaison constante avec les conditions misérables des personnes asservies. Cela renforçait la conscience de faire partie d'une aristocratie parmi les Blancs, même les plus pauvres, en raison du privilège de la peau blanche. L'extrême rigidité de la séparation entre Noirs et Blancs dans le Sud a permis aux Blancs les plus pauvres de croire en leur position privilégiée, alors même que le fossé entre riches et pauvres parmi les Blancs se creusait. C'est cette croyance qui a permis aux riches propriétaires de plantations de mobiliser les Blancs pauvres derrière le parti démocrate pour défendre l'esclavage et le statu quo d'une société où les Blancs étaient considérés comme supérieurs et privilégiés, ce qui a finalement conduit à la guerre civile.

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Aline Helg - UNIGE
  2. Aline Helg - Academia.edu
  3. Aline Helg - Wikipedia
  4. Aline Helg - Afrocubaweb.com
  5. Aline Helg - Researchgate.net
  6. Aline Helg - Cairn.info
  7. Aline Helg - Google Scholar
  8. Nacional, Defensa. “2 De Marzo De 1836, Texas Declara Su Independencia.” Gob.mx, www.gob.mx/sedena/documentos/2-de-marzo-de-1836-texas-declara-su-independencia.
  9. Barker, Nancy N. (July 1967). "The Republic of Texas: A French View". The Southwestern Historical Quarterly. 71.
  10. Calore, Paul (2014). The Texas Revolution and the U.S.–Mexican War A Concise History. Jefferson, NC: McFarland. ISBN 978-0-7864-7940-5.
  11. Edmondson, J.R. (2000). The Alamo Story: From Early History to Current Conflicts. Plano, TX: Republic of Texas Press. ISBN 1-55622-678-0.
  12. Hardin, Stephen L. (1994). Texian Iliad – A Military History of the Texas Revolution. Austin, TX: University of Texas Press. ISBN 0-292-73086-1. OCLC 29704011.
  13. Vazquez, Josefina Zoraida (July 1985). translated by Jésus F. de la Teja. "The Texas Question in Mexican Politics, 1836–1845". The Southwestern Historical Quarterly. 89.
  14. Weber, David J. (1992). The Spanish Frontier in North America. Yale Western Americana Series. New Haven, CT: Yale University Press. ISBN 0-300-05198-0.
  15. Winders, Richard Bruce (2004). Sacrificed at the Alamo: Tragedy and Triumph in the Texas Revolution. Austin, TX: State House Press. ISBN 1-880510-81-2.
  16. Morrison, Michael A. "Martin Van Buren, the Democracy, and the Partisan Politics of Texas Annexation". Journal of Southern History 61.4 (1995): 695–724. ISSN 0022-4642. Discusses the election of 1844. online edition.
  17. Polk, James K. The Diary of James K. Polk During His Presidency, 1845–1849 edited by Milo Milton Quaife, 4 vols. 1910. Abridged version by Allan Nevins. 1929, online.
  18. Smith, Justin Harvey. The War with Mexico, Vol 1. Vol 2. (2 vol 1919).
  19. Ortega Blake, Arturo. Frontera de papel, tres hermanos en la Guerra México-Estados Unidos. México: Grijalbo, Random House Mondadori, 2004. ISBN 970-05-1734-9.
  20. John S.D. Eisenhower. "So Far from God: The U.S. War with Mexico, 1846-1848". UNIVERSITY of OKLAHOMA PRESS Norman, 1989.
  21. Crawford, Mark; Heidler, Jeanne; Heidler (eds.), David Stephen (1999). Encyclopedia of the Mexican War. ISBN 978-1-57607-059-8.
  22. Bauer, Karl Jack (1992). The Mexican War: 1846–1848. University of Nebraska Press. ISBN 978-0-8032-6107-5.
  23. Guardino, Peter. The Dead March: A History of the Mexican-American War. Cambridge: Harvard University Press (2017). ISBN 978-0-674-97234-6
  24. Henderson, Timothy J. A Glorious Defeat: Mexico and Its War with the United States (2008)
  25. Meed, Douglas. The Mexican War, 1846–1848 (2003). A short survey.
  26. Ralph K. Andrist (2015). The Gold Rush. New Word City. p. 29.
  27. "Gold rush". Encyclopædia Britannica. 2008
  28. Billington, Ray Allen, and Martin Ridge. Westward Expansion: A History of the American Frontier (5th ed. 2001)
  29. Billington, Ray Allen. The Far Western frontier, 1830–1860 (1962), Wide-ranging scholarly survey; online free
  30. "Annexation": The July–August 1845 editorial in which the phrase "Manifest Destiny" first appeared
  31. Johannsen, Robert W. "The Meaning of Manifest Destiny", in Sam W. Hayes and Christopher Morris, eds., Manifest Destiny and Empire: American Antebellum Expansionism. College Station, Texas: Texas A&M University Press, 1997. ISBN 0-89096-756-3.
  32. Sampson, Robert D. John L. O'Sullivan and His Times. (Kent State University Press, 2003) online
  33. « C’est notre destinée manifeste de nous déployer sur le continent confié par la Providence pour le libre développement de notre grandissante multitude. » (« It is our manifest destiny to overspread the continent alloted by Providence for the free development of our yearly multiplying millions »
  34. Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis, 1980, Trad.fr. Agone 2002, p.177
  35. Compromise of 1850
  36. Compromise of 1850 and related resources from the Library of Congress
  37. Texas Library and Archive Commission Page on 1850 Boundary Act
  38. Map of North America at the time of the Compromise of 1850 at omniatlas.com
  39. Hamilton, Holman (1954). "Democratic Senate Leadership and the Compromise of 1850". The Mississippi Valley Historical Review. 41 (3): 403–18. doi:10.2307/1897490. ISSN 0161-391X. JSTOR 1897490.
  40. Russel, Robert R. (1956). "What Was the Compromise of 1850?". The Journal of Southern History. Southern Historical Association. 22 (3): 292–309. doi:10.2307/2954547. ISSN 0022-4642. JSTOR 2954547.
  41. Waugh, John C. On the Brink of Civil War: The Compromise of 1850 and How It Changed the Course of American History (2003)
  42. Childs, Frances Sergeant. French Refugee Life in the United States: 1790-1800, an American Chapter of the French Revolution. Philadelphia: Porcupine, 1978. Print.
  43. Blackett, R.J.M. (2013). Making Freedom: The Underground Railroad and the Politics of Slavery. Chapel Hill, NC: University of North Carolina Press.
  44. Curtis, Anna L. (1941). Stories of the Underground Railroad. Archived from the original on March 31, 2012. (Stories about Thomas Garrett, a famous agent on the Underground Railroad)
  45. Frost, Karolyn Smardz (2007). I've Got a Home in Glory Land: A Lost Tale of the Underground Railroad. New York: Farrar, Straus and Giroux.
  46. Larson, Kate Clifford (2004). Bound For the Promised Land: Harriet Tubman, Portrait of an American Hero. New York: Ballantine Books. ISBN 0-345-45627-0.
  47. Still, William (1872). The Underground Railroad: A Record of Facts, Authentic Narratives, Letters, &c., Narrating the Hardships, Hair-Breadth Escapes and Death Struggles of the Slaves in Their Efforts for Freedom, As Related by Themselves and Others, or Witnessed by the Author. Philadelphia: Porter & Coates. (Classic book documenting the Underground Railroad operations in Philadelphia).
  48. Collier, Peter; David Horowitz (1994). The Roosevelts: An American Saga. Simon & Schuster. ISBN 0-671-65225-7.
  49. Schriftgiesser, Karl (1942). The Amazing Roosevelt Family, 1613–1942. Wildred Funk, Inc.
  50. William Richard Cutter. Genealogical and Personal Memoirs Relating to the Families of Boston and Eastern Massachusetts, Volume 3 (Boston: Lewis Historical Publishing Company, 1908) pp. 1400–1401. https://books.google.com/books?id=qaK9Vz1UdDcC
  51. "Racing Proud of Whitney Heritage: Three Generations of Family Prominent on American Scene; Among Founders of Jockey Club, Campaigned Abroad; Owned Two Derby Winners". Daily Racing Form at University of Kentucky Archives. 1956-05-05.
  52. Maier, Thomas (2003). The Kennedys: America's Emerald Kings. Basic Books. ISBN 978-0-465-04317-0.
  53. The Kennedy Family. The JFK Library
  54. Frank Lawrence Owsley, "The Confederacy and King Cotton: A Study in Economic Coercion," North Carolina Historical Review 6#4 (1929), pp. 371–397 in JSTOR
  55. Frank Lawrence Owsley. King Cotton Diplomacy: Foreign relations of the Confederate States of America (1931).
  56. Ashworth, John (2008). Slavery, capitalism, and politics in the antebellum Republic. 2. p. 656.