Actions

Comptes nationaux et balance des paiements

De Baripedia

Qu’est-ce que la position extérieure d’un pays ?

Quel est son lien avec le PIB ou l’épargne nationale ?

Quels sont les différents postes de la balance des paiements ?

Comment interpréter correctement ces différents postes ?

Rappels de comptabilité nationale[modifier | modifier le wikicode]

PIB et RN[modifier | modifier le wikicode]

Le produit intérieur brut PIB (optique de territoire) :

[1]

Le revenu national brut RNB et le revenu national RN (optique de résidence) :

NB: PIB et RNB liés, mais, pays débiteurs (créditeurs) → PIB > (<) RNB.

Le PIB et ses composantes[modifier | modifier le wikicode]

PIB = somme des valeurs ajoutées de tous les biens et services produits dans le pays.

Économie internationale PIB et ses composantes 1.png

PIB et RNB : un exemple[modifier | modifier le wikicode]

Comme on vient de voir, le PIB et le RNB ne coïncident pas. En particulier, pour un pays débiteur (importateur net de services du capital ou du travail) le → Exemple : Irlande

NFIA = net factor income from abroad (= SBRF).

Absorption et balance courante[modifier | modifier le wikicode]

Simplification dans le modèle: dépréciation du capital, impôts et subventions supposés négligeables --> "" est à la fois le produit national et le revenu national :

Notation condensée :

[2]

où:

 : absorption (dépense intérieure)
 : solde balance courante (ou compte courant)
(flux)

NB: si → déficit de la balance courante financé par un endettement net (Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle AEN ↓} )

où:

Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle AEN \equiv avoirs\ nets\ sur\ l'étranger} (ou reste du monde, RM) [3]
Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle AEN \equiv créances\ sur\ RM - engagements\ envers\ RM}

Epargne, déficit public et compte courant[modifier | modifier le wikicode]

En économie ouverte, le compte courant est la différence entre le revenu et les dépenses (ou absorption) et reflète le changement des avoirs nets sur l’étranger pendant la période = capacité de financement de l’économie.

Affectation du revenu:

( = épargne privée, = taxes) [4]

Combiné avec on obtient:

[5]

En économie ouverte, l'épargne conduit soit à un accroissement du stock de capital, soit à une hausse des AEN.

Ou, comme et  :

[5']

L'excédent d'épargne privée sur I sert à financer le déficit public et le compte courant. Dit différemment, l’investissement domestique peut être financé par l’épargne ou par un déficit courant.

Déficit courant et dette extérieure nette[modifier | modifier le wikicode]

Économie internationale déficit courant et dette extérieure nette 1.png

Implications des identités[modifier | modifier le wikicode]

Une économie ouverte peut épargner soit en développant son stock de capital (comme en économie fermée), soit en acquérant des avoirs extérieurs (exemple de commerce intertemporel : la NZ qui construit une nouvelle centrale hydroélectrique).

L’équation [5] est une identité comptable fondamentale, mais pas un modèle économique → gare aux interprétations abusives. Exemple: étude de cas 13.1 de KO : cas des ‘déficits jumeaux’. USA début des années 80: politique budgétaire expansive → déficit public → déficit du CC. UE dans les années 90: la réduction des déficits de l’UE - pour satisfaire les critères de Maastricht - n’a pas résulté dans un surplus du CC. Pourquoi? Parce que l’épargne privée a diminué presque autant que l’augmentation de l’épargne publique (explication possible: équivalence ricardienne). → Pas d’automatisme → Nécessité d’un modèle économique qui EXPLIQUE les liens entre les variables intervenant dans l’identité.

La balance des paiements[modifier | modifier le wikicode]

Principes généraux[modifier | modifier le wikicode]

Toute transaction internationale est enregistrée dans la balance des paiements.

Toute transaction qui conduit à une recette de devises de l’étranger (exportations de biens ou d’actifs) est comptabilisée avec un signe positif indiquant un crédit (+)

→offre de monnaie étrangère (ou demande de monnaie nationale).

Toute transaction qui conduit à un paiement en devises à l’étranger (importation de biens ou importation d’actifs) est comptabilisée avec un signe négatif indiquant un débit (-)

→demande de monnaie étrangère (ou offre de monnaie nationale).
→Si est la Suisse, toute opération conduisant à une demande (offre) de CHF est enregistrée comme un crédit (débit).

Types de transactions[modifier | modifier le wikicode]

Deux sortes de transactions (mais trois comptes !) :

  • Achat ou vente de biens et services. Transactions enregistrées dans le compte courant (CC). Un achat d’importation d’un résident en donne lieu à un débit du CC de (et un crédit du CC de ), car paiement en devises en contrepartie.
  • Achat ou vente d’actifs. Transactions enregistrées dans le compte financier (CF) ou dans le compte capital (CK). Par exemple un résident de H achète des actions d’une entreprise de (augmentation des actifs étrangers détenus par des résidents de ). Il y a débit du CF de car il y a demande de devises et crédit dans le CF de .

Balance des paiements: structure simplifiée[modifier | modifier le wikicode]

Économie internationale balance des paiements structure simplifiée 1.png

Interprétation : CC indique la capacité de financement nette de l’économie par rapport au RDM (par ex. un excédent de 100), et CK,CF indiquent comment cette capacité se matérialise (par ex. une réduction de dette de 20 = ↘ d’actifs nationaux détenus par RDM et une hausse de créance de 80 = ↗ d’actifs étrangers détenus par les résidents) => la balance des paiements est toujours en équilibre.

Le principe de double écriture[modifier | modifier le wikicode]

Chaque transaction internationale entre automatiquement deux fois dans la BP, une fois comme débit, une fois comme crédit ( à nouveau, la balance des paiements est toujours en équilibre)

Ex. 1: L’entreprise PRECISA de Genève vend des boîtiers de montre à son client français ARTHUS de Besançon. ARTHUS s’acquitte de son paiement:

(i) en liquidant sa position de bons de caisse à la BCG.
(ii) en tirant un chèque sur son compte du CA de Belfort. PRECISA en profite pour augmenter les titres français qu’elle détient déjà auprès du CA.
Économie internationale principe de double écriture 1.png

Ex. 2 : La fiduciaire BONCOMPTE de Genève importe du matériel informatique produit par l’entreprise OLIVETTO de Turin. Elle s’en acquitte:

(i) en vendant toutes ses actions FIAT déposées dans le Banco M de Turin.
(ii) en obtenant un prêt auprès du Banco M de Turin.
Économie internationale principe de double écriture 2.png

Balance des paiements : Décomposition[modifier | modifier le wikicode]

Économie internationale balance des paiements décomposition 1.png

La balance commerciale (revenus du travail et des capitaux)[modifier | modifier le wikicode]

Débit : Les revenus du travail et des capitaux versés à l’étranger

Crédit : Les revenus du travail et des capitaux reçus de l’étranger

Source : BNS.

Balance des revenus de facteurs : détails[modifier | modifier le wikicode]

Revenus du travail:

  • rémunérations versées aux frontaliers étrangers travaillant en Suisse;
  • salaires que reçoivent les personnes au services des organisations internationales en Suisse.

Revenus des capitaux:

  • revenus des titres (actions, obligations);
  • revenus des investissements directs;
  • revenus des placements de la Banque Nationale et de la Confédération.

Balance des transferts courants[modifier | modifier le wikicode]

Débit : Les paiements sans contrepartie versés à l’étranger

Crédit : Les paiements sans contrepartie reçus de l’étranger

Source : BNS.

Balance des transferts courants : détails[modifier | modifier le wikicode]

Transferts courants du secteur privé:

  • transferts des émigrants suisses;
  • transferts des institutions d’assurances étrangères;
  • transferts des immigrés étrangers.

Transferts courants du secteur public:

  • cotisations aux assurances sociales par des Suisses de l’étranger;
  • recettes de l’Etat de l’impôt à la source;
  • prestations des assurances sociales versées à l’étranger;
  • contribution à des organisations internationales.

Balance des opérations en capital[modifier | modifier le wikicode]

Débit : Les paiements liés aux mouvements des capitaux du pays vers l’étranger (achat d’un titre étranger)

Crédit : Les paiements liés aux mouvements des capitaux de l’étranger vers le pays (vente d’un titre domestique)

Compte Capital (CK) = toute opération sur actifs non répertoriée dans le CF

Compte Financier (CF) = opérations privées, (CFp) et réserves officielles (ou « avoirs de réserve », RES)

== Balance des opérations en capital ==

Source : BNS.

Balance des opérations en capital : détail[modifier | modifier le wikicode]

Compte capital (CK) = toute opération sur des actifs non répertoriée dans le CF.

  • Transferts en capital = transfert de propriété sans contrepartie. Deux types: (i) remises (= annulation) de dettes et (ii) autres transferts (par ex: transferts des biens de migrants)
  • Acquisitions/cessions d’actifs incorporels tels que brevets, droits d’auteur, marques, etc.

Compte financier (CF). Composé de cinq catégories:

  • Investissement direct = lorsque l’investisseur a un intérêt durable et cherche à influencer la gestion de l’entreprise « investie » (détention de plus de 10% des droits de vote ou à défaut du capital social).
  • Investissement de portefeuille = opérations non temporaires sur des titres (actions, obligations) négociables.
  • Produits financiers dérivés = opérations sur les options et sur les marchés à terme.
  • Autres investissements = crédits commerciaux, prêts et dépôts divers.
  • Avoirs de réserves = opérations sur les réserves internationales détenues par la Banque Centrale.

Variation nette des réserves officielles[modifier | modifier le wikicode]

Opérations sur les réserves internationales (devises, or, Droits de Tirage Spéciaux (DTS), position de réserve auprès du FMI) détenues par la Banque Centrale.

Débit : Un accroissement des réserves

Crédit : Une diminution des réserves

Un excédent de la balance des comptes fait croître les réserves officielles d’or et de devises; un déficit les diminue.

Source : BNS.

Si l’on additionne algébriquement le solde de la balance des comptes et la variation nette des réserves officielles, on obtient le solde de la balance des paiements, égal à zéro.

Poste résiduel : erreurs et omissions[modifier | modifier le wikicode]

Toutes les transactions sont théoriquement comptabilisées du côté « recettes » et du côté « dépenses » si bien que les deux totaux devraient être égaux. Dans la pratique, ce n’est pas le cas.

Le poste résiduel correspond à la différence entre le total des « recettes » et le total des « dépenses ».

Cette différence provient de lacunes et d’erreurs dans les relevés statistiques.

Source : BNS.

Exemple : zone euro[modifier | modifier le wikicode]

Source : BCE.

CC et mouvements des capitaux[modifier | modifier le wikicode]

Toute opération dans la balance des transactions courantes (CC) se règle par une opération dans la balance des mouvements de capitaux (CF) = variation du stock d’avoirs et d’engagements du pays vis-à-vis de l’étranger.

L’inverse n’est pas forcément correct: une opération trouvant sa source dans la balance des opérations en capital peut avoir sa contrepartie dans cette même balance. Elle ne fait alors pas varier la position financière débitrice ou créditrice nette du pays vis-à-vis du RDM.

Exemple: investissement direct à l’étranger financé par un emprunt en devises.

  • Opération d’investissement = ↗ des avoirs à l’étranger (exportation de capital = débit)

¨Emprunt de devises = ↗ des engagements vis-à-vis de l’étranger (importation de capital = crédit)

Remarques[modifier | modifier le wikicode]

Importance de la balance de base (BB, aussi appelée balance des règlements officiels ou encore balance des comptes): dans les régimes de change fixe, elle indique la capacité de la Banque Centrale à honorer ses engagements, puisqu’un déficit de la balance de base signifie une baisse des réserves officielles.

ne peut pas accuser simultanément F "d'envahir son marché intérieur" () et "de capturer toute son épargne" ().

En principe : le solde agrégé de tous les CC sur le plan mondial devrait être égal à zéro. Or il est négatif! "Mystère du surplus manquant"

Quel est le niveau optimal de CC? Un déficit important et permanent crée des problèmes de crédibilité (détériore la position extérieure nette du pays, cf. cas des USA, le plus grand pays débiteur mondial, KO encadré 13.2). Un surplus important et permanent crée des tensions avec les partenaires commerciaux qui se plaignent de leurs déficits.

Pour résumer[modifier | modifier le wikicode]

Richesse :

Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle total\ des\ actifs – total\ des\ passifs/engagements}

(montants possédés) – (montants dus)

  • Chaque fois qu’une nation épargne, c.-à-d. dégage un excédent de son compte courant, sa richesse augmente.
  • Chaque fois qu’une nation emprunte, c.-à-d. dégage un déficit de son compte courant, sa richesse diminue.

Richesse externe (ou position extérieure) :

Échec d'analyse (erreur de syntaxe): {\displaystyle total\ des\ actifs\ étrangers\ détenus – total\ des\ actifs\ nationaux\ détenus\ par\ l’étranger}
  • Une position extérieure positive signifie que le pays est créditeur.
  • Une position extérieure négative signifie que le pays est débiteur.

Déficits et surplus globaux[modifier | modifier le wikicode]

Ces dernières années, on trouve des pays qui ont des très grands surplus (pays émergents + pays exportateurs de pétrole) et des pays avec des très grands déficits (USA en tête + un certain nombre de pays développés).

Source: Feenstra and Taylor, 2008.

Pays débiteurs et pays créditeurs[modifier | modifier le wikicode]

Source: Feenstra and Taylor, 2008.

Les États-Unis et les autres pays développés financent leur déficit courant en vendant des titres qui sont achetés par les pays qui ont un surplus commercial → changement dans la propriété des titres → variation des avoirs nets sur le RDM  Flux de capitaux des pays émergents vers les pays développés: pas en ligne avec la théorie du commerce intertemporel (cf. cours de commerce).

La position nette d’un pays dépend aussi des variations de la valeur des actifs .

Risque de défaut: depuis 1980, 14 pays n’ont pas payé leur dette à cause de crises sur le marché des changes → country risk ↑

Le cas de l'Argentine[modifier | modifier le wikicode]

Source: Feenstra and Taylor, 2008.

Conséquences d'un défaut: le pays devient moins attractif pour les investissements étrangers et le pays devra payer des taux d’intérêt plus élevés.

Notion de risque pays: supplément de taux d’intérêt qu’un pays doit payer pour compenser les investisseurs du risque de défaut.

Exemple en Juin 2010, d’après le Financial Times, comparé aux bons du Trésor américains:

  • Pays avec «bonnes notes»: Pologne (A-): +1.88%, Mexique (BBB): +1.36%
  • Pays avec des «junk-bond grades»: Colombie (BB+): 2.16%, Turkey (BB+): +2.64%
  • Pays qui sont toujours considérés comme "techniquement en défaut": Argentine (grade D): +33%

Correction partielle ?[modifier | modifier le wikicode]

Correction partielle depuis 2009, Explications ?

Source: IMF, World Economic Outlook, 2011.

Résumé[modifier | modifier le wikicode]

La position extérieure d’un pays est fréquemment mesurée par le solde du compte courant (CC) ou par celui de la balance de base (BB)

En termes d’agrégats macroéconomiques, CC est égal à la différence entre le revenu national brut et l’absorption (ou dépense intérieure)

CC découle du solde de la balance commerciale et de celui de la balance des revenus de facteurs. Il reflète la capacité (ou le besoin) de financement externe du pays considéré.

Les différents postes du compte capital (CK) et du compte financier (CF) indiquent la matérialisation de cette capacité de financement en termes de variation des actifs détenus.

Le solde de la BB indique la capacité de la Banque Centrale à honorer ses engagements en régime de changes fixes

Les déséquilibres extérieurs se sont fortement accrus depuis 2001.

Références[modifier | modifier le wikicode]