Actions

Introduction au cours d'histoire économique internationale

From Baripedia


L’ère des grandes découvertes est un changement important et une ouverture du monde. Le XIXème siècle peut être perçu comme un siècle charnier dans l’histoire économique du monde. C’est un siècle qui conduit à un décloisonnement sans précèdent de l’économie du monde (davantage encore que la suite des grandes découvertes). Ce décloisonnement se déroule dans le cadre d’un développement économique important.

Pendant le XIXème siècle, de 1815 (fin des guerres napoléoniennes) à 1914 (début de la Première Guerre Mondiale), vont se réaliser quelques développements économiques importants.

  • déroulement de l’industrialisation ;
  • révolution en transport et communication ;
  • hiérarchisation de l’économie.

Déroulement de l’industrialisation[edit | edit source]

Niveau de l'industrialisation par pays industrialisation per capita, Royaume-Uni en 1900 = 100.

Au début du long XIXème siècle, la révolution industrielle n’avait touché qu’une faible frange de l’Europe et une frange encore plus faible concernant le reste du monde. Cet ensemble de pays industrialisés ne représente même pas 4% de la population mondiale de l’époque, on parle d’une toute petite minorité du monde.

Vers 1860 – 1870, les pays industrialisés s'industrialisent davantage encore. De plus, de nouveaux pays les rejoignent, comme l’Allemagne et la Suède. Les pays industrialisés avaient une population qui représente à peu près 36% de celle de l’ensemble du monde.

La diffusion spatiale de l’industrialisation se combine avec une intensification du processus d’industrialisation pour pousser une industrialisation massive.

Production de fonte (et de fer brut direct) en milliers de tonnes.

C’est un indicateur possible de la production industrielle et l’on voit que la production de fer augmente. En 1870, il s’agit de presque 13 millions de tonnes soit 20 fois le niveau d’avant la Révolution industrielle, en 1910, c’est 100 fois la production d’avant la Révolution industrielle.

Main-d’oeuvre par secteur en % de la main-d'oeuvre du pays.

Dans le cas du Royaume-Uni, on voit déjà en 1870 qu’il y a un secteur industriel important et dominant pour le Royaume-Uni et son économie. C’est un cas atypique parce que c’est la première puissance mondiale, dans le cas de l’Allemagne il y a une augmentation de ce secteur pendant cette période. Si on regarde les États-Unis qui ne figurent pas dans ce tableau, le secteur agricole reste important pour son économie représentant jusqu’à 1/3 de son économie. En Allemagne se passe la même chose, le secteur agricole n’est pas négligeable.

La complexité de ces économies va influencer les politiques économiques. On voit l’importance de ce secteur industriel, mais il ne faut pas minimiser l’importance du secteur agricole.

Il y a aussi des changements qualitatifs, vers les années 1870 on assiste à une diversification des produits industriels avec l’émergence de nouveaux secteurs. Certains historiens parlent d’une seconde révolution industrielle à partir de 1860 – 1870.

La chimie et l’électricité sont en croissance représentant de nouvelles industries. C’est surtout la sidérurgique qui est concernée, mais on voit qu’il y a une transformation des processus de production dans le secteur ferroviaire.

Les innovations techniques permettent une diminution du prix de l’acier avec des gains très importants pas seulement pour l’utilisation de l’acier, mais qui ouvre un très vaste gain de possibilités pour l’application de l’acier à la construction des bâtiments et des ponts. Mais l’utilisation la plus importante est pour les chemins de fer. Le secteur sidérurgique permet d’avoir un matériel plus durable et moins cher.

Le textile est aussi concerné avec des transformations importantes dans leur processus de production. Les conséquences de cette intensification sont importantes en soi. Ces changements impliquent des conséquences importantes pour l’économie. On voit qu’il y a des retombées économiques pour le reste de l’économie.

Les technologies développées dans le secteur industriel ont des effets partout dans l’économie. L’agriculture est le meilleur exemple avec des innovations comme les moissonneuses et les engrais chimiques qui transforment le fonctionnement du secteur agricole conduisant à une diminution importante des coûts de production faisant déclencher une concurrence entre les secteurs agricoles du monde.

Révolution en transports et communications[edit | edit source]

Transports[edit | edit source]

C’est une révolution pour les moyens de transport qui sont relativement traditionnels comme le cheval. L’animal n’a pas beaucoup changé, mais c’est surtout le fait que le cheval est équipé de meilleurs sabots, tire de meilleures voitures créant des possibilités, des avancements, des diminutions des coûts de transports. Le réseau routier est aussi amélioré avec l’invention du macadam qui permet de recouvrir les routes d’un matériel durable. On peut parler aussi des canaux. On voit aussi qu’il y a des bouleversements dans l’économie des transports liés directement à la révolution industrielle commençant vers 1825 avec l’implication de la machine à vapeur dans les transports.

On parle des chemins de fer qui sont l’image de la modernité. Le grand bouleversement est en 1814 quand Stevenson invente la première machine à vapeur. Pour l’application commerciale de cette invention, cela prend du temps, c’est pourquoi la première ligne est ouverte en Angleterre en 1825. C’est en 1830 qu’est ouverte la ligne allant de Liverpool à Manchester.

Vers le milieu du siècle, Londres est reliée à presque toutes les autres grandes villes par le chemin de fer. Le continent a suivi lentement au début et plus rapidement par la suite. En France, les premières grandes lignes ont relié Paris aux grandes villes vers le milieu du XIXème siècle.

Longueur des lignes des chemins de fer exploitées en milliers de kilomètres.

Si on regarde les pays industrialisés, on voit une construction importante des réseaux de chemin de fer. Pour un pays comme les États-Unis cela continu un peu plus tard. Ce qui est le plus intéressant est le fait que les chemins de fer dans les pays du futur tiers monde permettent de mettre en exergue qu’eux aussi participent au développement des réseaux de chemin de fer. On voit que la croissance du réseau mondial est extrêmement rapide pendant la période de 1840 à 1913.

Le chemin de fer ne suscite pas l‘industrialisation en soi, mais il l’accompagne. Afin de rendre le chemin de fer possible il faut la machine à vapeur, mais aussi diminuer le prix du fer pour construire des raille. Le développement du chemin de fer s’appuie sur le développement et l’innovation dans le secteur sidérurgique. Les entreprises du secteur sidérurgique comme aux États-Unis dépendent des commandes des chemins de fer afin de faire augmenter la vente.

The launch of the steamship The great Britain in the presence of H.R.H. Prince Albert.

Dès le XIXème siècle, des steamers à roue apparaissent libérant la navigation des caprices du vent. Les steamers vont relier le lac et les fleuves, mais cela reste limité pour des raisons techniques, car il faut ravitailler ces bateaux à vapeur ce qui est difficile à faire en haute-mer. Néanmoins il y a des avancées technologiques qui deviennent possibles à travers l’océan Atlantique dès les années 1830.

Les services réguliers sont assurés vers les années 1850 s’accompagnant dans un important effort pour construire des ports et des installations charbonnières.

Il faut construire les infrastructures pour permettre aux navires à vapeur de traverser les océans du monde. Au départ, ces bateaux à vapeur transportent des objets de haute valeur ainsi les vagues des produits sont assez restreintes. Avec le progrès technique, la gamme de produits transportée devient beaucoup plus large et on voit aussi qu’il y a une chute des coûts de transport permettant le transport interocéanique des produits fragiles comme des fruits tropicaux. Il y a une transformation des possibilités pour le commerce international.

Il y a une concurrence entre les clippers qui sont les voiliers avec les navires à vapeur. Pendant la période de 1850 à 1880 cette concurrence assez brutale se déroule. Vers 1870 la flotte à vapeur représente 50% de l’ensemble de la flotte et des capacités de transport. En 1910 le tonnage des navires à vapeur dépasse largement celui des clippers. La régularité des liaisons et une rapidité est assurées par les navires à vapeur. Les routes maritimes paraissent raccourci d’autant plus que les canaux interocéaniques abrègent certains parcours particulièrement difficiles.

Inauguration canal de suez.jpg

Le canal de Suez supplante partiellement les routes du Cap. La possibilité de naviguer dans le canal a pour résultat des gains importants de temps de trajet. Par exemple entre le Royaume-Uni est l’Inde, ce gain est de 41% pour un trajet de Liverpool à Bombay.

Le canal de Panamá est aussi construit pour lier l’Atlantique et le Pacifique, mais le projet est abandonné en 1889, toutefois le projet va être repris après. Un canal à écluses est construit par les américains et est ouvert en 1914.

Jules Vernes écrit son ouvrage Le tour du monde en 80 jours dans le cadre de la révolution des transports qui a fait diminuer les prix du fret qui court du XIXème siècle. Cette chute du coût des transports rend rentables des cultures de plaines comme en Argentine et en Australie qui vont exporter leurs récoltes vers l’Europe.

Prix du blé.

En 1850, le prix du blé à Londres et 2 fois le prix à Chicago, mais en 1913 le prix est presque similaire. On peut mettre cette convergence sur la diminution des coûts de transports.

Coût réel du transport océanique (1910 = 100).

On voit qu’il y a une diminution de l’ordre de 65% entre ces deux périodes. Pour le trajet Londres – New York. Quelque chose aussi frappant est la diminution impressionnante entre Chicago est New York.

Communication[edit | edit source]

Lorsqu’on parle de l’extension des réseaux de communications, on parle surtout des télégraphes soit à l’intérieur d’un pays ou entre pays. Concernant le réseau télégraphique aux États-Unis, il faut attendre 1839 pour ouvrir la première ligne télégraphique destinée à une ligne de chemin de fer. Le développement du morse à partir des années 1840 permet de voir l’application de ce système. Après 1845, on voit une explosion du télégraphe surtout en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Le réseau télégraphique aux États-Unis.

Le réseau de câbles transatlantique est un défi technique. Cette carte montre le premier câble transatlantique entre Terre Neuve et l’Irlande. Toutefois, c’est un échec. Un nouveau câble va être mis en place dans les années 1860 puis des liaisons vont être mises en place entre tous les continents.

Carte du câble télégraphique transatlantique de 1858.

Le téléphone va détrôner le télégraphe. Les effets d’une concurrence commencent à s’installer au début du XXème siècle. L’extension du réseau téléphonique date de 1831 avec l’ouverture de la ligne Paris – Nantes. Déjà vers 1913, le développement du réseau téléphonique est plus important s’intensifiant dans les années 1920.

Hiérarchisation de l’économie mondiale[edit | edit source]

Les grandes tendances précédentes entrainent des changements importants dans la domination de l’économie mondiale. D’une part, il s’agit de la relation entre pays industrialisés, d’autre part, de la relation entre les États-Unis et le reste du monde.

Durant la première moitié du XIXème siècle, la prédominance de l‘économie britannique continue de s’accroitre.

À la veille de la Première guerre mondiale, on voit un changement du rôle économique de la Grande-Bretagne, il y a un déclin relatif. Par rapport aux autres pays surtout vis-à-vis des États-Unis et de l’Allemagne, la Grande-Bretagne perd instaurant une concurrence mondiale. En 1913, on commence à avoir le déplacement de l’hégémon vers les États-Unis.

En 1914, il y a trois grandes puissances, le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne, mais dans une moindre mesure de la France, de l’Autriche-Hongrie et du Japon.

Un des faits marquants du XIXème siècle est la diffusion de l’industrialisation à un vaste ensemble de pays. Pourtant, en dépit de cette augmentation importante du niveau de l’industrialisation mondiale, cela ne veut pas dire que tous les pays sont industrialisés. Aucun pays non occidental n’a lancé un véritable processus de modernisation à l’exception du Japon en 1868. Le XIXème siècle marque l’ouverture d’une grande divergence entre l’ouverture entre pays développés d’avec les autres.

Cette divergence créée un faussé entre pays développés et sous-développés en ce qui concerne l’industrialisons, mais aussi l’industrie. Ce fossé est lié à une autre grande tendance. On voit que les pays sous-développés sont localisés dans des zones aux climats différents permettant de varier les productions. Les pays sous-développés se spécialisent dans la production de produits bruts. On assiste à une division du travail mondial très marquée depuis la fin du XVIIIème siècle et va prendre des décennies à changer.

Le XIXème siècle est un siècle clef d’un développement sans précédent des économies du monde qui engendre des ruptures surtout vis-à-vis des relations commerciales. Cela va aussi changer le système financier et la distribution des investissements dans le monde entier. Certains auteurs parlent de cette période comme une période de première mondialisation.

Annexes[edit | edit source]

Références[edit | edit source]