Globalisation et modes de développement dans les « tiers-mondes »

De Baripedia


De 1945 à aujourd'hui, le monde a connu un processus de mondialisation rapide et étendu. Dans son sillage, l'expansion internationale du commerce et des investissements, l'intensification des relations politiques et la diffusion de la technologie et de la culture ont laissé une marque indélébile sur l'économie mondiale. Cette évolution a eu un effet particulièrement prononcé sur les économies de ce que l'on appelle le "tiers monde", qui ont connu des niveaux de développement variables au cours de cette période. En tant que tel, cet essai explorera les différents modes de développement adoptés par les "tiers-mondes" depuis 1945, en vue d'élucider les facteurs clés qui ont conduit à la croissance et au déclin économiques. Du rôle des organisations internationales à l'impact de l'hégémonie occidentale, cet article examine comment la mondialisation a façonné les trajectoires de développement de ces pays.

Avec l'avènement d'organisations internationales comme les Nations Unies et la diffusion d'idéologies économiques et politiques, le développement des nations du tiers monde a été fortement influencé par les forces de la mondialisation. De la formation d'accords commerciaux internationaux à la prolifération des sociétés multinationales, la mondialisation a entraîné des changements importants dans la façon dont les pays du tiers monde se sont développés depuis 1945. Des avancées technologiques des années 1950 aux mouvements environnementaux d'aujourd'hui, l'impact de la mondialisation sur le développement du tiers monde a été vaste et profond. Les possibilités de développement du tiers monde évoluent au rythme de la mondialisation.

Les pays émergents[modifier | modifier le wikicode]

Qu'est-ce q'un pays émergent ?[modifier | modifier le wikicode]

Un pays émergent, également connu sous le nom de marché émergent ou de pays en développement, est une nation qui est en cours d'industrialisation et de croissance économique. Les pays émergents sont généralement caractérisés par des niveaux de revenu et de développement relativement faibles, mais ils connaissent également des changements et une croissance rapides. Les pays émergents sont souvent considérés comme ayant un potentiel important de croissance économique et de développement, et ils présentent souvent un intérêt pour les investisseurs et les organisations internationales. Le Brésil, l'Inde et la Chine sont des exemples de pays émergents.

L’héritage du pacte colonial[modifier | modifier le wikicode]

Les pays émergents ne sont pas nécessairement un héritage du pacte colonial. Les pays émergents sont généralement définis comme des pays qui connaissent un développement économique et social rapide, mais qui ne sont pas encore considérés comme développés ou industrialisés. Si certains pays émergents peuvent avoir un passé colonial, ce n'est pas une caractéristique déterminante des pays émergents. En fait, de nombreux pays émergents n'ont pas été directement touchés par le colonialisme et se sont développés de manière indépendante. Il est également important de noter que le terme "pacte colonial" n'est pas couramment utilisé et que je ne connais pas sa signification ou son contexte spécifique.

Néanmoins, de nombreux éléments font penser qu'avec les pays émergent on se situe dans une certaine mesure dans le cadre de l’héritage du pacte colonial. Concernant l’industrie extractive dans les tiers-mondes, il y a peu de transformations qui se font sur place. Désormais, le rapport de force s’est transformé avec l’émergence d’une concurrence entre acheteurs, il n’y a plus uniquement les pays occidentaux, mais aussi les pays émergents. Chacune de ces nations a intérêt à sécuriser ses approvisionnements, c’est un moyen pour les producteurs de faire jouer la concurrence.

Cependant, le bilan est à nuancer, car à côté de cette situation beaucoup plus favorable, il y a toute une série d’éléments négatifs. On produit de la matière première qui n’est toujours pas transformée sur place. Cela ne crée pas une croissance cumulative. Les pays émergents restent spécialisés dans une monoproduction d’exportation. Une grande partie de ces industries sont étrangères ce qui fait que les profits sont expatriés et redistribués aux actionnaires du monde occidental. Toute la technologie nécessaire à l’extraction provient des pays occidentaux avec les techniciens compétents, les locaux n’apprennent pas à dominer cette technique. Enfin, certaines ressources sont limitées et une fois épuisées poseront de nouvelles questions de développement, comme le pétrole. Certains pays extracteurs en profitent pour se développer notamment en stimulant d’autres secteurs, tandis que d’autres allouent leurs ressources de très mauvaise manière.

Évolution des grands secteurs économique en chine 1978 2004.png

Il y a une envolée de l’industrie manufacturière (textile électronique électroménager, informatique, etc.) avec des capacités concurrentielles très fortes. Les pays émergents comme la Chine ont écrasé certains marchés comme celui du textile. Des pays ont développé de nouveaux secteurs avec l’avantage d’une main-d’œuvre meilleure marché. Il y a aussi une envolée du secteur des services. Les services sont à l’origine de la réindustrialisation. La montée des classes moyennes avec des besoins de consommation dans les pays émergents a permis de stimuler la croissance. On assimile toujours les pays émergents des tiers-mondes aux nouveaux pays industriels et on laisse de côté la dynamique des services qui est au moins aussi importante que la dynamique de l’industrie.

Pays emergents change per capita gdp 1953 2001.png

Les caractéristiques des pays émergents[modifier | modifier le wikicode]

Les pays émergents sont généralement caractérisés par un certain nombre de facteurs, notamment de faibles niveaux de revenu et de développement, une croissance économique et une industrialisation rapides, et un potentiel important de développement économique supplémentaire. Les pays émergents sont souvent caractérisés par une population importante et en croissance, avec une proportion significative de jeunes qui entrent sur le marché du travail. Ils ont également tendance à avoir des infrastructures relativement peu développées et un accès limité aux technologies avancées, à l’éducation et aux soins de santé. En outre, les pays émergents sont souvent confrontés à des défis importants, tels que des niveaux élevés de pauvreté et d’inégalité, des services sociaux inadéquats et un manque de stabilité politique et de bonne gouvernance. Cependant, malgré ces défis, les pays émergents sont considérés comme ayant un potentiel important de croissance économique et de développement, et ils intéressent souvent les investisseurs et les organisations internationales.

Les pays émergents ont cinq caractéristiques. Ce sont ceux qui ont le mieux réussi la modernisation de leur économie à partir de l’industrie manufacturière et des services :

  1. fort taux de croissance du PIB : la richesse progresse à toute vitesse ;
  2. niveau relativement élevé d’industrialisation : capacité des industries nationales à transformer et à créer de la valeur ajoutée, c’est une composante de la compétitivité ;
  3. une forte exportation des produits industriels : ce n’est plus dans le cadre du pacte colonial ou dans sa continuation, mais dans le cadre d’exportations conquérantes, il faut aller à la conquête des marchés extérieurs.
  4. fort taux d’ouverture économique vers l’extérieur : pas de protectionnisme, car des avantages comparatifs bien trop supérieurs. Ce sont des pays qui ont guéri leur complexe et ont décidé de faire une croix sur l’héritage du pacte colonial.
  5. ce sont des pays avec un marché intérieur en expansion : lié à la croissance démographique.

Qui sont les pays émergents ?[modifier | modifier le wikicode]

Qui sont les pays émergents ? Ce sont le Mexique, le Brésil, l'Argentine, le Venezuela, la Colombie, le Chili, le Pérou, la Chine, la Corée du Sud, l'Inde, Taïwan, l'Indonésie, la Thaïlande, Hong Kong, la Malaisie, le Pakistan, les Philippines, Singapour, la Russie, la Turquie, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, l'Afrique du Sud, l'Égypte, Israël et l'Arabie Saoudite. Certains pays pétroliers tentent de se diversifier, mais leur unique source de richesse constitue une faiblesse à terme.

Cartes des pays du BRICS.

Les BRICS[modifier | modifier le wikicode]

Les pays BRICS sont un groupe de cinq grandes économies émergentes : le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Ces pays sont considérés comme faisant partie des économies émergentes les plus importantes au monde, et sont connus pour leur population importante et en croissance rapide, ainsi que pour leur influence économique et politique significative. Les pays BRICS sont souvent regroupés en raison de leur statut commun d'économies émergentes et de leur potentiel à jouer un rôle plus important dans la politique et l'économie mondiales à l'avenir.

L’origine du terme BRIC provient de l’idée de créer un produit financier à base d’investissement Brésil, Russie, Inde, Chine et d'Afrique du Sud. Les pays BRICS sont importants pour la finance et l'investissement car ils représentent une part importante de l'économie mondiale et ont un fort potentiel de croissance. Investir dans les pays BRICS peut permettre aux investisseurs d'accéder à de nouveaux marchés à croissance rapide et de diversifier leurs portefeuilles. Les économies des pays du BRICS étant encore en développement, investir dans ces pays peut comporter plus de risques que dans des économies plus développées, mais les bénéfices potentiels peuvent également être plus importants. Il est important pour les investisseurs de faire des recherches approfondies et d'examiner les risques et les bénéfices potentiels d'un investissement dans les pays BRICS avant de prendre une décision.

La mesure dans laquelle les pays BRICS sont bons pour un investissement avec un risque peut varier en fonction de l'investissement spécifique et de la tolérance au risque et des objectifs d'investissement de l'investisseur individuel. En général, les pays BRICS sont considérés comme faisant partie des économies émergentes les plus importantes au monde, et à ce titre, investir dans ces pays peut permettre aux investisseurs d'accéder à de nouveaux marchés en croissance rapide, ainsi que de diversifier leurs portefeuilles. Cependant, comme les économies des pays BRICS sont encore en développement, il peut y avoir plus de risques à investir dans ces pays que dans des économies plus développées.

Les pays BRICS sont confrontés à un certain nombre de défis sociaux, notamment la pauvreté, les inégalités et l'accès aux soins de santé et à l'éducation. Il existe un certain nombre de facteurs susceptibles de compromettre la croissance des pays BRICS. Parmi les risques potentiels les plus importants pour la croissance de ces pays figurent l'instabilité et les ralentissements économiques, l'instabilité ou les conflits politiques et les catastrophes naturelles. En outre, les pays BRICS sont confrontés à un certain nombre d'autres défis, tels que le vieillissement des populations (comme en Chine), l'augmentation des niveaux d'inégalité et la concurrence croissante d'autres économies émergentes. Ces facteurs et d'autres pourraient potentiellement entraver la croissance des pays BRICS et rendre plus difficile le maintien de leurs niveaux actuels de développement économique.

La mercantilisation de l’agriculture[modifier | modifier le wikicode]

L’émiettement des terres est provoqué par une forte pression démographique. Il y a une saturation des terres. 62% des fermiers sont dans la misère à cause d’une taille d’exploitation critique qui, avec la pression démographique, devient difficilement divisible. Les solutions agricoles classiques ne peuvent plus fonctionner.

Les OGM ont été considérés comme une potentielle solution à l’explosion démographique afin d’adapter les productions au nouveaux enjeux démographiques. Les premières plantes transgéniques ont été mises sur le marché aux États-Unis en 1995. En 1998, Novartis les mets sur le marché européen à savoir le maïs et le soja. L’objectif dans un premier temps et de les rendre résistantes aux herbicides, mais aussi pour résister aux attaques des insectes. Les OGM permettent un accroissement de la production agricole de 20 à 25% qui absorbe une partie de la pression démographique.

Cependant, il n'y a pas de réelle connaissance des effets des OGM sur l’organisme humain, on crée même des OGM médicamenteux plus riches en vitamine. D’un point de vue écologique, c’est une question qui n’est pas évidente. D’autre part, cela coûte très cher notamment en termes de recherche et développement. Cela permet de créer un marché qui creuse les inégalités entre agriculteurs. Les petits paysans ne peuvent se permettre d’acheter ces nouvelles cultures. Ainsi, un écart se creuse entre les paysans.

Il y a un nouveau développement de l’agriculture d’exportation. Au cours des vingt dernières années, des centaines de millions de familles paysannes sont passées d’une agriculture de subsistance à une agriculture commerciale qui leur permet de subvenir à leurs besoins. C’est la fin de la saturation de la production avec la montée des classes moyennes dans les produits tropicaux. Cela accentue le principe d’une compétition pour la terre insécurisant la survie des gens sur l’alimentation de base.

Au Vietnam, le rapport entre population et terre disponibles est très tendu notamment à cause d'une population en croissance. C’est pourquoi les vietnamiens sont partis dans les zones de montages pour y développer des plantations de thé. Des paysans ont été envoyés depuis les deltas saturés vers les zones de plantation. À la fin du XXème siècle, le Vietnam importait son café, aujourd’hui c’est le troisième exportateur mondial de café.

Est mis en place une agriculture spéculative qui permet de sécuriser son existence. Cependant, le paradoxe est que le paysan vend sa production pour acheter sa nourriture. Une grande proportion des paysans des pays du sud ont basculé vers ce type d’agriculture. Il faut noter que l’agriculture des pays des tiers-mondes n’est pas concurrentielle avec celle des pays riches. Au Vietnam, les exportations de riz se sont arrêtées déclenchant une panique en chaîne sur les marchés internationaux alimentaires. C’était une pénurie artificielle.

Ce genre de procédé permet le développement tant que le cour du produit ne s’effondre pas et les paysans ne parient pas sur une monoculture. Cela marche en termes économiques et sociaux, mais les paysans sont plus précaires.

Les aides à l’agriculture dans les pays développés et l’OMC peuvent se caractériser par deux types d'aide. Le fond alimentaire mondial approvisionne les pays des tiers-mondes en nourriture à partir de stocks en Europe et aux États-Unis. C'est une distribution des céréales européennes et nord-américaines. Ce fond est considéré par beaucoup comme empêchant le développement de l’agriculture africaine. C’est-à-dire qu’il y a une tension sur le marché alimentaire et cela empêche le développement des agricultures africaines, car l’arrivée des denrées occidentales ne permet pas aux paysans de créer un dynamique productive ; au contraire, cela crée une distorsion de concurrence. La PAC est la politique agricole commune, l’agriculture des pays occidentaux est subventionnée et en surproduction. Le premier budget de l’Union européenne est la PAC.

Les modèles de développement[modifier | modifier le wikicode]

« Dans son rapport La qualité de la croissance (2000), la Banque mondiale met en avant les aspects suivants: les investissements dans l’éducation (…) qui favorisent la croissance durable et améliorent les perspectives des pauvres ; la sauvegarde de l’environnement qui passe par des prix plus élevés et des droits de propriété mieux définis pour les ressources rares ; une croissance régulière, préférable à des à-coups, surtout pour les pauvres, les premiers à être touchés par les crises ; la lutte contre la corruption qui mine la croissance et retarde le développement. »

Plusieurs initiatives ont été prises dans les années 1990 et 2000 pour alléger le fardeau de la dette des pays du tiers monde. L'un des efforts les plus importants a été la création de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) en 1996. Cette initiative a été conçue pour alléger la dette des pays les plus pauvres et les plus endettés du monde, leur permettant ainsi d'utiliser les économies réalisées pour investir dans le développement social et économique. L'initiative PPTE a ensuite été étendue et renforcée par l'initiative PPTE renforcée en 1999, qui visait à fournir un allégement de la dette encore plus important aux pays éligibles. En plus de ces initiatives, un certain nombre d'autres efforts ont été déployés pour alléger la dette des pays en développement, notamment l'annulation de certaines dettes bilatérales officielles, la création de nouvelles facilités de prêt et l'établissement de swaps dette-développement. Ces efforts ont contribué à alléger le fardeau de la dette de nombreux pays en développement et leur ont permis d'investir dans des programmes de développement social et économique essentiels.

Au fil des ans, le Brésil a entrepris un certain nombre d'initiatives pour réduire la pauvreté et améliorer les opportunités économiques. Certaines de ces initiatives comprennent la mise en œuvre de programmes de protection sociale, tels que Bolsa Família, qui fournit des transferts en espèces aux familles à faible revenu, et l'élargissement de l'accès à l'éducation et aux soins de santé. Le Brésil a également mené des politiques économiques visant à promouvoir la croissance et à réduire les inégalités, comme l'augmentation des investissements dans les infrastructures et le soutien au développement des petites entreprises. Si le Brésil doit encore relever d'importants défis pour lutter contre la pauvreté, ces initiatives ont contribué à améliorer la vie de nombreux Brésiliens.

Les gouvernements financent souvent les politiques de lutte contre la pauvreté par une combinaison de recettes fiscales et d'emprunts auprès de sources nationales et internationales. Dans le cas du Brésil, le gouvernement a mis en œuvre une série de programmes de protection sociale pour lutter contre la pauvreté, et ces programmes sont généralement financés par une combinaison de taxes et d'emprunts publics. En outre, les entreprises et organisations privées peuvent également jouer un rôle dans le financement des efforts de lutte contre la pauvreté au Brésil par le biais de dons philanthropiques ou de partenariats avec le gouvernement pour soutenir les initiatives de réduction de la pauvreté.

Pour briser la pauvreté intergénérationnelle, il faut généralement mettre en œuvre des politiques et des programmes qui s'attaquent aux causes sous-jacentes de la pauvreté et offrent aux individus et aux familles la possibilité d'améliorer leur situation économique. Il s'agit notamment de donner accès à l'éducation et à la formation professionnelle, de mettre en œuvre des programmes d'aide sociale pour soutenir les familles à faible revenu et de promouvoir la croissance économique et la création d'emplois.

Investir dans l'éducation peut avoir un impact positif significatif sur l'économie d'un pays émergent. L'éducation joue un rôle essentiel dans le développement des compétences et des connaissances dont les individus ont besoin pour obtenir de bons emplois et contribuer à l'économie. En offrant une éducation de haute qualité, les pays émergents peuvent aider à développer une main-d'œuvre qualifiée et productive, ce qui peut stimuler la croissance économique et le développement. Investir dans l'éducation peut également conduire à des niveaux plus élevés d'innovation et d'entreprenariat, car les personnes instruites sont plus susceptibles de créer des entreprises et de nouvelles opportunités d'emploi. En outre, l'éducation peut contribuer à réduire la pauvreté et les inégalités en apportant aux individus les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer leur situation économique. Investir dans l'éducation peut être un outil puissant pour promouvoir la croissance économique et le développement dans les pays émergents.

L'arrivée de jeunes qualifiés sur le marché du travail peut avoir un impact positif important sur l'économie d'un pays émergent. Lorsque les jeunes ont l'éducation et la formation nécessaires pour obtenir de bons emplois, ils peuvent contribuer à l'économie par leur travail et leurs revenus, ce qui peut aider à stimuler la croissance et le développement économiques. Les jeunes qualifiés sont également plus susceptibles d'occuper des emplois productifs et mieux rémunérés, ce qui peut générer des revenus et des recettes fiscales supplémentaires pour le gouvernement. En outre, les jeunes qualifiés sont plus susceptibles de lancer des entreprises et de créer de nouvelles possibilités d'emploi, ce qui peut contribuer à stimuler l'esprit d'entreprise et l'innovation. Globalement, en offrant aux jeunes les compétences et les opportunités dont ils ont besoin pour réussir sur le marché du travail, les pays émergents peuvent contribuer à stimuler la croissance économique et le développement.

Un transfert conditionnel en espèces (TCE) est un type de programme d'aide sociale dans lequel les ménages reçoivent des paiements réguliers en espèces de la part du gouvernement, à condition qu'ils remplissent certaines conditions, telles que la scolarisation des enfants et la participation à des examens de santé réguliers. Les programmes de TDC sont destinés à fournir un filet de sécurité aux familles à faible revenu et à contribuer à réduire la pauvreté en offrant aux ménages une source de revenus régulière. Les versements en espèces effectués dans le cadre de ces programmes sont généralement utilisés pour couvrir les besoins de base, tels que la nourriture, les vêtements et le logement, mais ils peuvent également être utilisés pour investir dans l'éducation et les soins de santé, ce qui peut contribuer à briser le cycle de la pauvreté et à améliorer les opportunités économiques à long terme. Les programmes de TDC sont courants dans de nombreux pays en développement, notamment au Brésil, au Mexique et en Inde.

Les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) sont une série de huit objectifs de développement international adoptés par les Nations unies en 2000. Les objectifs ont été conçus pour être réalisables d'ici 2015 et visaient à aborder une série de questions liées à la pauvreté mondiale, notamment la faim et la malnutrition, l'éducation primaire universelle, l'égalité des sexes, la santé infantile et maternelle, la lutte contre le VIH/sida et d'autres maladies, la durabilité environnementale et les partenariats mondiaux pour le développement. Les OMD ont permis de sensibiliser l'opinion publique et de mobiliser des ressources pour lutter contre la pauvreté dans le monde, mais ils n'ont pas été pleinement atteints à la date butoir de 2015. En 2015, l'ONU a adopté une nouvelle série d'objectifs de développement, connus sous le nom d'objectifs de développement durable (ODD), qui s'appuient sur les progrès réalisés dans le cadre des OMD et visent à mettre fin à la pauvreté, à protéger la planète et à garantir la paix et la prospérité pour tous d'ici 2030.

Du désendettement aux objectifs du Millénaire[modifier | modifier le wikicode]

Le plan Brady de 1989[modifier | modifier le wikicode]

Le plan Brady de 1989 était un ensemble de mesures économiques annoncées par le secrétaire au Trésor américain Nicholas Brady. Le plan était conçu pour répondre au problème croissant des pays en développement incapables de rembourser leur dette extérieure. Le Plan Brady de 1989 fut lancé suite à l’effondrement de l’URSS. Le constat était que jusqu’à un tiers des exportations des pays du sud servait à payer leur dette. En prenant conscience de la disparition des enjeux géostratégiques du monde bipolaire, vont être lancées des opérations de désendettement. Il s‘agissait de désendetter pour relancer une dynamique afin d’atteindre les objectifs du millénaire. Cela consiste en l'abandon de la dette de nombreux pays du sud ainsi qu'au lancement d’un plan de rachat des dettes, en particulier celles contractées aux banques privées qui permet de réduire les taux d’intérêt et l’échelonner les remboursements sur une longue temporalité.

Les principaux éléments du plan Brady comprenaient la restructuration de la dette des pays en développement, l'octroi de nouveaux prêts pour aider les pays à s'acquitter de leurs obligations en matière de dette, et la création d'une nouvelle catégorie de titres appelée "obligations Brady" qui pourrait être utilisée pour aider les pays à lever des fonds. Le plan prévoyait également une transparence et une responsabilité accrues dans la gestion de la dette des pays en développement.

Le plan Brady a été largement considéré comme une tentative réussie de résoudre la crise de la dette des années 1980 et de fournir un cadre pour la restructuration future de la dette. Il porte le nom de Nicholas Brady, secrétaire au Trésor de l'époque, qui a joué un rôle clé dans l'élaboration du plan.

Jubilé de l'an 2000[modifier | modifier le wikicode]

Le Grand Jubilé de l'an 2000 était une célébration d'une année organisée par l'Église catholique pour marquer le début du nouveau millénaire. Il s'agissait d'un temps de renouvellement spirituel et de réflexion, qui comprenait une série d'événements spéciaux et de cérémonies.

Le Grand Jubilé de l'an 2000 a été déclaré par le pape Jean-Paul II, et il a été célébré par les catholiques du monde entier. L'événement principal du jubilé était l'Année sainte, qui a commencé le 24 décembre 1999 et s'est terminée le 6 janvier 2001. Pendant cette période, les catholiques ont été encouragés à s'engager dans des actes de piété et à rechercher le pardon de leurs péchés.

Le Grand Jubilé de l'an 2000 a également comporté un certain nombre d'autres événements et cérémonies spéciaux, tels que l'ouverture de la Porte Sainte de la Basilique Saint-Pierre à Rome et l'octroi d'une indulgence spéciale pour l'année jubilaire. Ce fut une période de célébration et de réflexion pour les catholiques, qui y ont vu un moyen de renouveler leur engagement envers leur foi.

L'Église catholique a toujours plaidé en faveur de l'annulation de la dette des pays en développement comme moyen de promouvoir la justice économique et de réduire la pauvreté. L'Église a fait valoir que les pays pauvres très endettés (PPTE) ont souvent du mal à fournir des services de base à leurs citoyens et à investir dans le développement à long terme en raison du fardeau que représente le niveau élevé de leur dette. Pour cette raison, l'Église a appelé les nations riches et les institutions financières internationales à annuler les dettes de ces pays afin de libérer des ressources pour des investissements essentiels dans les soins de santé, l'éducation et les infrastructures.

Le Jubilé de l'an 2000 est un appel lancé par les mouvements chrétiens pour annuler les dettes des tiers-mondes. Cela a été initié par le pape Jean-Paul II en 1997.

  • des dettes productrices de richesse : calcule de retour sur investissement à travers les prêts faits aux pays des tiers-mondes. Dans les années 1990 et 2000, des pays des tiers-mondes qui ont emprunté à nouveau sur le marché privé. Ces dettes sont productrices de richesses en soutenant l’émergence du système industriel de ces grands pays, le succès économique de ces pays découle d’investissements producteurs de richesses qui a permis de rembourser les dettes contractées. Les États africains ont emprunté aux banques occidentales, mais dans un certain nombre de cas ces fonds ont été détournés.
  • la gestion suisse de la dette publique (« compromis suisse »): vote d’un crédit de 1/2 milliard pour désendetter les pays pauvres. Cependant cela n’a pas été voté, alors ils ont créé un fonds de compensation en monnaies locales afin de financer des projets de développement dans des pays endettés envers la Suisse. En 10ans, cela a permis d’effacer les dettes de 19 États. Cela a soutenu des projets locaux efficaces générant 1,1 milliard de croissance. Plutôt qu’annuler la dette, on a soutenu une dynamique endogène.
  • les « objectifs du millénaire » : nécessité de bâtir les conditions d’un autre monde

On a fixé des objectifs beaucoup trop ambitieux par rapport aux dynamiques réelles, car nous sommes restés dans l’illusion des progrès. Cette absurdité des objectifs qui nécessairement vont décevoir.

Pour progresser, il faut un progrès endogène, changer les structures.

Development as freedom[modifier | modifier le wikicode]

La coopération au développement est la mise sur un pied d’égalité et le soutien de projets initiés par les pays en besoin. C'est un renoncement de la croyance qui consistait à créer le développement vers l’extérieur.

Avec le paradigme de la santé reproductive, c'est la maitrise de la croissance démographique, aucune politique n’est neutre. Le paradigme de la santé reproductive affirme la liberté de choix dans un contexte social, culturel et économique.

La technocratisation est la dépolitisation des approches – depuis qu’on a changé d’approche concernant la maitrise de la démographie, la croissance démographique a ralenti. La notion de coopération signifie qu’on ne se situe plus dans un rapport hiérarchisé du monde pour se situer plus dans l’égalité. Entre 1975 et 2000, on s’attendait à une croissance de la population mondiale de 75%, cependant la réalité a été de 50%. Ce sont des politiques plus humanistes et cela marche mieux qu’auparavant.

La politique d’interculturalité est un processus exigeant et compliqué. La culture est un vecteur de positions morales et d’incompréhensions. Ainsi, il faut délimiter les conditions de la liberté.

Amartya Sen est un économiste et philosophe indien connu pour ses contributions aux domaines de l'économie du bien-être et de la théorie du choix social. Il est professeur d'université Thomas W. Lamont à l'université Harvard et a reçu le prix Nobel de sciences économiques en 1998 pour ses travaux sur les causes de la famine.

Sen a également apporté des contributions importantes à l'étude de la pauvreté, de l'inégalité et de la justice sociale. Ses travaux ont porté sur l'importance de la liberté individuelle et des droits de l'homme dans le développement d'une société juste et équitable. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont "Development as Freedom" et "The Idea of Justice".

Outre ses travaux en économie et en philosophie, M. Sen s'est également engagé dans la politique publique et a été conseiller auprès de gouvernements et d'organisations internationales sur des questions liées au développement économique et au bien-être social. Il a reçu de nombreux prix et distinctions pour son travail, notamment la Bharat Ratna, la plus haute distinction civile de l'Inde.

Amartya Sen a été associé au développement de l'indice de développement humain (IDH), qui est une mesure du développement social et économique d'un pays. Introduit en 1990 par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l'IDH est utilisé pour classer les pays en fonction de leur niveau de développement humain.

C'est à Sen que l'on doit le cadre conceptuel de l'IDH, basé sur ses travaux sur les capacités humaines et l'idée de liberté humaine. Dans son livre "Development as Freedom", Sen a soutenu que le but ultime du développement devrait être d'étendre les libertés et les opportunités offertes aux individus. Il a proposé que le développement humain soit mesuré par la mesure dans laquelle les gens sont capables de mener une vie qu'ils apprécient et ont la liberté de poursuivre leurs propres objectifs et aspirations.

L'IDH est basé sur ce cadre conceptuel et prend en compte trois dimensions clés du développement humain : la santé, l'éducation et le revenu. Ces dimensions sont mesurées à l'aide d'une série d'indicateurs, tels que l'espérance de vie, les années de scolarité et le revenu national brut par habitant. L'IDH est utilisé pour classer les pays et suivre les progrès réalisés au fil du temps en termes de développement humain.

Idh sen.png

Ligne du haut : processus, ligne de l’individu, ce sont les facteurs de la conditionnalité des libertés individuelles

Ligne du bas : facteurs conditionnels

Utilité : bonheur

Revenu : salaire réel, permet d’acheter des biens privés

Biens privés : permet de créer les conditions de son existence sociale

Capabilité : libertés réelles. Pour Sen, le développement est la progression des libertés réelle des hommes. La capabilité permet d’atteindre le bonheur.

Environnement : conditionne les possibilités d’épanouissement et de développement. C’est une privation réciproque des libertés si les conditions sociopolitiques ne sont pas réunies.

Développement : montée des libertés réelles. Ainsi, la pauvreté prive de liberté de même que des systèmes dictatoriaux. Le développement est la progression des capabilités.

Pour Amartya Sen, il existe un lien entre la famine et la démocratie. Dans ses travaux sur les causes de la famine, Sen a fait valoir que les systèmes démocratiques sont moins susceptibles de connaître la famine que les systèmes non démocratiques. Cela s'explique par le fait que les systèmes démocratiques sont plus responsables et plus sensibles aux besoins de la population, et qu'ils sont moins susceptibles d'ignorer ou de supprimer les informations relatives aux pénuries alimentaires ou autres situations de crise.

Sen a également fait valoir que la famine n'est pas uniquement le résultat de la disponibilité de la nourriture, mais qu'elle est également causée par des facteurs tels que l'inégalité, la pauvreté et l'oppression politique. Dans les sociétés non démocratiques, ces facteurs sont plus susceptibles d'être présents, ce qui augmente la probabilité de famine. En revanche, dans les sociétés démocratiques, où les citoyens ont la liberté de s'exprimer et d'exiger des actions de la part de leurs gouvernements, ces facteurs sont moins susceptibles d'être présents, et le risque de famine est réduit.

Les travaux de Sen sur la famine et la démocratie soulignent l'importance de la responsabilité, de la transparence et de la réactivité pour prévenir la famine et d'autres crises humanitaires.

La « bonne gouvernance »[modifier | modifier le wikicode]

La bonne gouvernance est un concept qui renvoie à l'idée que les gouvernements doivent être efficaces, transparents, responsables et sensibles aux besoins des personnes qu'ils servent. La bonne gouvernance est souvent associée à la démocratie, car elle implique la participation des citoyens aux processus décisionnels et la protection de leurs droits et libertés.

Le concept de bonne gouvernance trouve ses racines dans le domaine de l'administration publique, et il a été largement discuté et étudié par les chercheurs et les praticiens de ce domaine. Les principes de bonne gouvernance sont souvent utilisés comme cadre pour évaluer les performances des gouvernements et pour formuler des recommandations visant à améliorer leur efficacité.

En général, la bonne gouvernance est considérée comme essentielle au bon fonctionnement d'une société et à la promotion de la croissance économique et du développement social. Elle est considérée comme un facteur clé dans l'établissement de la confiance entre les citoyens et leurs gouvernements et dans la promotion d'un sens de l'engagement et de la responsabilité civiques.

La démocratie est souvent associée au concept de bonne gouvernance car elle implique la participation des citoyens aux processus décisionnels et la protection de leurs droits et libertés. Dans une démocratie, le gouvernement est responsable devant le peuple et doit agir dans son intérêt. Cela signifie que le gouvernement doit être transparent, répondre aux besoins de la population et rendre compte de ses actions.

Les principes de bonne gouvernance sont étroitement liés aux principes de la démocratie, et bon nombre des éléments clés de la bonne gouvernance se retrouvent dans les systèmes démocratiques. Par exemple, l'idée de responsabilité est centrale à la fois à la bonne gouvernance et à la démocratie, car toutes deux exigent que le gouvernement soit responsable de ses actions devant le peuple. De même, les principes de transparence et de réactivité sont également importants pour la bonne gouvernance et la démocratie, car ils garantissent que le gouvernement est ouvert et répond aux besoins de la population.

Dans l'ensemble, l'association entre la démocratie et la bonne gouvernance repose sur les principes communs de responsabilité, de transparence et de réactivité, qui sont essentiels au bon fonctionnement d'une société et à la promotion de la croissance économique et du développement social.

La montée de la démocratie va avec une montée des « bonnes gouvernances ». Il existe des pays peu développés, mais qui ont une expérience de vie longue. Cela est dû à des politiques d’informations de la population et au fait qu’il existe des allocations de ressources efficaces avec des petits moyens.

C’est pourquoi la démocratie est associée à la bonne gouvernance. Cependant, des pays pauvres sont administrés selon une bonne gouvernance, et cela est dû principalement à la scolarisation et notamment des femmes qui donnent un élément structurel et endogène pour par exemple faire reculer la mortalité.

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]