Autour de la colonisation : peurs et espérances du développement

De Baripedia


La colonisation a joué un rôle important dans l'évolution économique des pays du tiers-monde. Les colonisateurs ont souvent imposé des politiques économiques qui ont eu pour effet de concentrer la richesse et les ressources dans les mains des colons plutôt que dans celles des populations indigènes. Les colonies ont été utilisées comme des sources d'approvisionnement pour les industries des pays colonisateurs, et les produits manufacturés des colonisateurs ont été imposés aux colonies, ce qui a entraîné une détérioration des termes de l'échange pour les colonies.

Avec la décolonisation, les pays du tiers-monde ont espéré que le développement économique serait possible grâce à la prise en main de leurs propres destinées économiques. Cependant, les anciennes colonies ont souvent hérité de structures économiques et institutionnelles qui ont continué à favoriser les intérêts des anciens colonisateurs, et les politiques économiques nationales ont souvent continué à être influencées par les intérêts des puissances étrangères. Les pays du tiers-monde ont donc continué à faire face à des difficultés économiques importantes, notamment la détérioration des termes de l'échange et la faible croissance économique.

La fin lente et difficile des colonies[modifier | modifier le wikicode]

Les quatre vagues de décolonisation à partir de 1945[modifier | modifier le wikicode]

La décolonisation est le processus par lequel les colonies deviennent indépendantes. Il y a eu plusieurs vagues de décolonisation après la Seconde Guerre mondiale. Les quatre principales vagues sont les suivantes :

  1. Première vague (1945-1956) : Les premières colonies à devenir indépendantes après la Seconde Guerre mondiale étaient celles de l'Asie et de l'Afrique. Les pays qui ont obtenu leur indépendance dans cette première vague comprennent l'Inde, le Pakistan, l'Indonésie, le Vietnam, le Cambodge et le Laos.
  2. Deuxième vague (1956-1965) : La deuxième vague de décolonisation a vu l'indépendance de nombreux pays d'Afrique, notamment l'Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Guinée, le Ghana, le Mali, le Congo, le Togo et le Senegal.
  3. Troisième vague (1965-1980) : La troisième vague de décolonisation a vu l'indépendance de nombreux pays d'Afrique subsaharienne, notamment le Mozambique, l'Angola, le Zimbabwe, le Botswana, le Swaziland, le Lesotho et le Namibie.
  4. Quatrième vague (après 1980) : La quatrième vague de décolonisation a vu l'indépendance de nombreux pays d'Asie et d'Afrique, notamment le Timor-Leste, le Vanuatu, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Kiribati, les îles Marshall et les Salomon.

L'indépendance de l'Inde et du Pakistan en 1947 a été un moment crucial dans l'histoire de ces deux pays. Cependant, elle a également été marquée par une violence sanglante et des violences religieuses qui ont entraîné des déplacements de population massifs et des milliers de morts.

Avec l'indépendance de l'Inde, le British Indian Empire a été divisé en deux États indépendants : l'Inde et le Pakistan. Cette division a été accompagnée d'un exode massif de musulmans vers le Pakistan et de hindous vers l'Inde, avec des violences religieuses qui ont entraîné des milliers de morts.

Depuis cette époque, les relations entre l'Inde et le Pakistan ont été tendues, avec des conflits réguliers et des tensions constantes. L'Inde est devenue la plus grande démocratie au monde, avec un système électoral stable et une alternance pacifique des pouvoirs. Cependant, les relations avec le Pakistan restent tendues, en raison notamment des revendications territoriales et des violences régulières dans la région du Cachemire.

Entre 1954 et 1964, il y a eu une "grande vague" de décolonisation qui a concerné les empires britannique, français et belge. Cette période a vu de nombreux pays d'Afrique et d'Asie obtenir leur indépendance, mettant fin aux empires coloniaux de ces pays.

En Afrique, cette période a vu l'indépendance de nombreux pays tels que l'Algérie, le Congo, le Ghana, le Guinea, le Mali, le Sénégal, le Togo et le Cameroun. Ces pays ont obtenu leur indépendance après des luttes longues et souvent violentes pour la liberté et l'autonomie.

En Asie, cette période a vu l'indépendance de nombreux pays comme le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Les pays d'Asie ont obtenu leur indépendance après des luttes longues et souvent violentes pour la liberté et l'autonomie.

Cette période de décolonisation massive a été marquée par des changements importants dans les relations internationales et a conduit à la formation de nouveaux États indépendants et à la reconfiguration des relations économiques et politiques dans ces régions.

La fin des colonies portugaises en Afrique a eu lieu entre 1974 et 1975. Cela a été rendu possible par la chute du régime de Salazar en 1974, qui a conduit à une révolution en Portugal et à la fin de la dictature.

Avant la révolution, le Portugal était un des derniers pays à maintenir des colonies en Afrique. Les colonies portugaises en Afrique comprenaient Angola, Guinée-Bissau, Mozambique, et Cap-Vert.

Après la chute de Salazar, les mouvements de libération nationale ont gagné en puissance dans ces colonies et ont commencé à exiger l'indépendance. Les négociations ont commencé entre les mouvements de libération et le gouvernement portugais, qui ont finalement conduit à l'indépendance de ces colonies entre 1974 et 1975.

L'Angola est devenu indépendant le 11 novembre 1975, la Guinée-Bissau le 24 septembre 1973, Mozambique le 25 juin 1975, et le Cap-Vert le 5 juillet 1975. Ces indépendances ont été suivies par des conflits civils et des luttes pour le pouvoir qui ont duré des décennies.

Quant à l'année 1991, elle a été une année décisive pour l'Afrique du Sud, car c'est l'année où le système de ségrégation raciale connu sous le nom d'apartheid a officiellement pris fin.

Au cours des années précédentes, la communauté internationale avait mis la pression sur le gouvernement sud-africain pour mettre fin à l'apartheid, avec des sanctions économiques et des campagnes de boycott. Les luttes internes pour les droits civils et les mouvements de libération nationale ont également joué un rôle important dans la fin de l'apartheid.

En 1991, le gouvernement sud-africain a annoncé qu'il mettrait fin à l'interdiction des partis politiques noirs et que Nelson Mandela, leader emblématique de la lutte contre l'apartheid, serait libéré après 27 ans d'emprisonnement. Cette annonce a été suivie de négociations entre les différentes factions qui ont abouti à la signature d'un accord de paix en 1993, qui a conduit à la première élection démocratique en Afrique du Sud en 1994, où Nelson Mandela est devenu le premier président noir de l'Afrique du Sud.

Les histoires de décolonisation sont contrastées et ont des conséquences variées. Certaines indépendances ont été obtenues grâce à des mouvements pacifiques, comme en Inde avec le mouvement de Gandhi, tandis que d'autres ont été obtenues après des conflits armés, comme en Algérie.

La scission de l'Inde et du Pakistan a entraîné des conflits réguliers et des tensions constantes entre les deux pays. Le Cachemire est un des principaux points de désaccord entre les deux pays.

D'autres indépendances ont été concédées politiquement, mais ont donné lieu à des guerres civiles et des conflits régionaux, comme en Angola, en Guinée-Bissau, en Mozambique, et en Afrique du Sud. Ces conflits ont eu des conséquences durables sur les sociétés et les économies de ces pays.

Il est important de noter que ces pays qui ont obtenu leur indépendance dans la deuxième moitié du XXe siècle ont souvent été confrontés à des défis importants pour construire des institutions solides, des économies viables et des sociétés pacifiques et inclusives.

Les motivations[modifier | modifier le wikicode]

La rhétorique de la supériorité civilisationnelle a été utilisée comme justification pour la colonisation et la domination des populations des pays dits "sous-développés" par les puissances occidentales, durant les siècles passés. Les colonisateurs se considéraient comme les porteurs d'une "civilisation supérieure" et se voyaient comme ayant la mission de "civiliser" les populations des colonies.

Cette rhétorique a été remise en question après la Seconde Guerre mondiale en raison des atrocités commises par les puissances de l'Axe et de la réalisation de l'ampleur des crimes commis par les colonisateurs à travers le monde. Les horreurs de la guerre, comme les camps de concentration et les génocides, ont conduit les peuples à réfléchir sur les conséquences de l'idéologie de supériorité.

Cela a conduit à une prise de conscience croissante de la nécessité de respecter les droits de toutes les personnes et de mettre fin à la domination coloniale. Les mouvements de libération nationale et les revendications pour l'autodétermination ont gagné en puissance, et ont conduit à des revendications pour l'indépendance et la fin de la domination coloniale.

L'anticolonialisme est devenu une dimension importante de la politique américaine à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis ont joué un rôle important dans la décolonisation en encourageant les puissances coloniales à accorder l'indépendance aux pays colonisés.

Au lendemain de la guerre, les États-Unis ont insisté pour que les Britanniques accèdent à la demande d'indépendance de l'Inde, mettant fin à la domination coloniale britannique sur ce pays. Ils ont également soutenu les mouvements de libération nationale en Asie et en Afrique, et ont appuyé les efforts pour mettre fin à la domination coloniale dans ces régions.

En même temps, la guerre froide a également joué un rôle important dans la politique américaine à cette époque. Les États-Unis ont cherché à renforcer leur influence dans les pays en développement, souvent appelés "tiers-monde", pour contrer l'expansion soviétique. Cela a conduit à des politiques de soutien aux mouvements de libération nationale qui luttaient contre les régimes pro-soviétiques, mais a également conduit à un soutien aux régimes autoritaires qui étaient alliés aux États-Unis.

la politique américaine de décolonisation a été influencée par des facteurs idéalistes et des intérêts égoïstes. L'anticolonialisme américain est effectivement devenu une dimension importante de la politique américaine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais cela a été influencé par des préoccupations plus pragmatiques liées à la guerre froide. Les Etats-Unis ont craint que les pays d'Afrique et d'Asie, souvent considérés comme étant sous-développés, ne tombent sous l'influence communiste, et ont donc cherché à renforcer leur influence dans ces régions pour contrer l'expansion soviétique.

Cela a conduit à des politiques de soutien aux mouvements de libération nationale qui luttaient contre les régimes pro-soviétiques, mais a également conduit à un soutien aux régimes autoritaires qui étaient alliés aux États-Unis. Les Etats-Unis ont donc soutenu les peuples dans leur autodétermination pour éviter que ces pays ne tombent sous l'influence communiste.

Il est vrai que certains pays en développement ont également essayé de développer un mouvement tiers-mondiste, également appelé mouvement des non alignés, qui visait à maintenir une position neutre entre les deux superpuissances, le bloc occidental et le bloc de l'Est. Cependant, ces mouvements ont eu des résultats mitigés, car ils ont souvent été confrontés à des pressions et des influences des puissances occidentales et soviétiques.

Conférence de Bandung[modifier | modifier le wikicode]

La Conférence de Bandung qui s'est tenue en 1955 a été organisée par une coalition de pays d'Asie et d'Afrique en voie de décolonisation, qui se sont rassemblés pour discuter des questions relatives à la paix, à la coopération internationale et à la décolonisation.

La conférence a rassemblé 29 pays d'Asie et d'Afrique, dont la plupart étaient en voie de décolonisation, et elle a été considérée comme l'un des premiers événements importants de la solidarité entre les pays en développement. Les participants ont discuté de nombreux sujets, tels que la paix, la coopération économique et culturelle, la lutte contre le racisme et la discrimination, et l'égalité et la souveraineté des peuples.

La Conférence de Bandung a également été un moment clé pour la solidarité entre les pays en développement et la promotion de l'autodétermination des peuples, renforçant ainsi le mouvement de libération nationale en Afrique et en Asie. Elle a également joué un rôle important dans la création de la solidarité entre les pays en développement et a été considérée comme une étape importante dans la création du mouvement des non alignés.

La conférence de Bandung a abouti à l'adoption de la Déclaration de Bandung, qui a souligné les aspirations des pays en voie de décolonisation pour l'indépendance, la paix et la justice internationale, et qui a mis en lumière les obstacles auxquels ils étaient confrontés pour réaliser ces objectif

La Conférence de Bandung a abouti à l'adoption de la Déclaration de Bandung qui a souligné les aspirations des pays en voie de décolonisation pour l'indépendance, la paix et la justice internationale. Cette déclaration a également mis en lumière les obstacles auxquels les pays en voie de décolonisation étaient confrontés pour réaliser ces objectifs, tels que le racisme et la discrimination, les conflits armés et les inégalités économiques.

Les non-alignés se sont réunis à Bandung dans le but de trouver une "troisième voie" entre les puissances occidentales et les pays communistes. Les leaders de l'Inde, de la Chine, de l'Egypte et de l'Indonésie ont été des animateurs importants de cette conférence, qui a réuni 29 pays. La Chine a cherché à prendre ses distances avec l'Union Soviétique, ce qui a conduit à un géant communiste au milieu des non-alignés. La conférence de Bandung a établi un précédent pour les rencontres futures de ces pays non alignés, et a joué un rôle important dans la création d'un mouvement de solidarité entre les pays en développement.

Lors de la Conférence de Bandung, les participants non alignés ont exigé que les investissements de la Banque mondiale et d'autres institutions financières internationales se dirigent davantage vers leurs pays, pour soutenir leur développement économique et social. Cependant, ils ont également exprimé leur inquiétude quant à la possibilité que l'aide au développement soit utilisée pour imposer des politiques étrangères et économiques qui vont à l'encontre de leurs intérêts nationaux.

Il est intéressant de noter que l'Amérique latine était absente de cette conférence, en raison de l'influence des États-Unis dans cette région. Les pays d'Amérique latine étaient considérés comme étant sous l'influence des États-Unis et n'ont pas été invités à la conférence de Bandung. Cependant, ils ont été des acteurs importants dans les mouvements de libération nationale et les demandes pour l'autodétermination dans les années suivantes.

Conférence de Belgrade[modifier | modifier le wikicode]

Premiiere-conference-des-non-alignes-a-belgrade-belgrade-.jpg

La Conférence sommitale des chefs d'État ou de gouvernement du Mouvement des non alignés aussi appelée Conférence de Belgrade s'est tenue du 1er au 6 septembre 1961 et tend à réaffirmer et à préciser le mouvement des non-alignés à la suite de la conférence de Bandung. C'est la première conférence des non-alignés où ils déclarent œuvrer pour la coexistence pacifique. Sur les 29 pays présents à Bandung, seuls 25 pays se sont présentés[1].

La Conférence sommitale des chefs d'État ou de gouvernement du Mouvement des non alignés était un rassemblement de chefs d'État et de gouvernement de pays du tiers-monde qui se sont réunis pour discuter des questions liées à la coopération internationale et à l'autodétermination des nations. Les participants ont discuté de la nécessité de promouvoir une coopération économique entre les pays du tiers-monde, de l'importance de l'autodétermination et de la souveraineté des nations, ainsi que de la nécessité de résister aux tentatives des puissances impérialistes de maintenir leur domination économique et politique sur les pays du tiers-monde. La conférence a également débouché sur la création du Groupe des 77, une organisation de coopération économique qui regroupe les pays en développement et qui a pour but de promouvoir leur intérêts communs dans les relations économiques internationales.

Le mouvement tiers-mondiste, qui a été fondé lors de la Conférence de Belgrade de 1961, a été créé pour rassembler les pays non alignés sur la scène internationale et promouvoir leur indépendance économique et politique. Cependant, ces pays ont souvent été pris entre les deux blocs de la Guerre froide et ont été utilisés comme des instruments dans les conflits entre les grandes puissances. En outre, le mouvement tiers-mondiste n'a pas réussi à résoudre les problèmes économiques et sociaux auxquels les pays du Tiers-monde étaient confrontés.

Le piège démographique[modifier | modifier le wikicode]

Les pays en voie de décolonisation qui ont obtenu leur indépendance ont été confrontés à de nombreux défis énormes. Les pays du tiers-monde ont dû faire face à une croissance démographique explosive, avec de nombreuses bouches supplémentaires à nourrir, et ont dû développer des infrastructures scolaires et des systèmes de santé pour répondre aux besoins de leur population croissante.

Il y a eu aussi des défis économiques importants, car ces nouveaux pays ont dû construire des économies qui peuvent soutenir leur population croissante et répondre aux besoins des citoyens. Cela a impliqué la création d'emplois, la diversification des sources de revenus, la mise en place de politiques économiques appropriées et la construction d'infrastructures pour soutenir les activités économiques.

Il y a également eu des défis sociaux importants, tels que la lutte contre la pauvreté, la discrimination et l'inégalité, et la mise en place de systèmes de protection sociale pour soutenir les personnes les plus vulnérables. Ces défis ont été encore plus importants pour les pays qui ont eu des conflits civils et des guerres qui ont suivi l'indépendance. Les pays ont dû reconstruire leur société et leur économie tout en garantissant la stabilité politique pour assurer un développement durable.

Les pays industrialisés du Nord ont généralement connu une croissance démographique stable ou en baisse, tandis que les pays en développement du Sud ont connu une croissance démographique rapide et explosive. Cette situation a conduit à un déséquilibre de la population entre les différentes régions du monde.

Les Nations Unies ont joué un rôle important dans la quantification de l'effet de l'explosion démographique sur les pays en développement, en utilisant des outils tels que les projections démographiques pour évaluer les tendances de la population et les besoins en matière de développement. L'explosion démographique est devenue un enjeu politique international important, car elle a des répercussions sur les questions économiques, sociales et environnementales. Les pays en développement ont besoin de soutien pour répondre aux besoins de leur population croissante, tout en garantissant un développement durable. Les politiques de développement et de planification familiale ont été mise en place pour répondre à ces enjeux démographiques.

L’intervention des premier et deuxième mondes dans le Tiers Monde[modifier | modifier le wikicode]

Il est possible de distinguer trois motivations.

Premièrement, il faut souligner l'impact de certaines fondations privées américaines sur les politiques de planification familiale dans les pays en développement. Les fondations comme la Ford Foundation et la Rockefeller Foundation ont joué un rôle pionnier dans la promotion de la contraception et de la planification familiale dans les années 1960 et 1970. Elles ont soutenu des projets de recherche et de développement de nouveaux moyens de contraception, comme la pilule contraceptive et le stérilet, et ont également apporté un soutien financier à des organisations qui ont travaillé pour promouvoir l'accès à la contraception dans les pays en développement.

Il est vrai que ces initiatives ont eu un impact important sur les pratiques de planification familiale dans les pays en développement, mais il est important de noter que l'explosion démographique dans ces pays est également le résultat de facteurs tels que l'amélioration des conditions de vie et de santé, ainsi que la baisse de la mortalité infantile. Les fondations privées américaines ont contribué à améliorer l'accès à la contraception et à promouvoir des pratiques de planification familiale responsable, mais il est important de reconnaître que les efforts de ces fondations ont été complémentaires aux efforts des gouvernements et des organisations internationales pour réduire la croissance démographique dans les pays en développement. La planification familiale est un domaine complexe qui implique des questions de santé, de droits humains, de culture et de politique. Il est donc important de continuer à travailler de manière collaborative et intégrée pour aborder les défis démographiques dans les pays en développement.

Deuxièmement, il faut souligner l'influence de la vision occidentalocentrique du développement sur les politiques de planification familiale dans les pays en développement. Il y a eu une idée que pour sortir du sous-développement, il fallait mettre en place un processus d'industrialisation qui nécessitait une population éduquée aux savoirs occidentaux et une culture occidentale. Les programmes de planification familiale ont été vus comme un moyen d'accélérer et d'accompagner ce changement économique et culturel, en réduisant la croissance démographique pour faciliter le développement industriel.

Cependant, cette vision occidentalocentrique du développement a été largement critiquée pour son manque de pertinence culturelle et pour son impact négatif sur les droits humains et les communautés locales. Les programmes de planification familiale ont souvent été imposés sans tenir compte des contextes culturels et sociaux locaux, et ont été critiqués pour leur manque d'efficacité à réduire la croissance démographique et à améliorer les conditions de vie des populations. Il est important de reconnaître les limites de cette vision occidentalocentrique du développement et de travailler de manière plus sensible aux contextes locaux pour aborder les défis démographiques dans les pays en développement.

Il est intéréssant d'étudier la dichotomie entre les pays riches et les pays sous-développés, et comment cela a conduit à la définition d'une seule voie de développement basée sur la vision occidentale. Les pays riches ont été considérés comme des modèles à suivre pour les pays en développement, avec l'idée que l'industrialisation et la modernisation économique étaient les clés pour sortir de la pauvreté et de la sous-développement. Cette vision optimiste du développement a été largement influencée par le fordisme et l'idée que l'augmentation de la masse de richesse était possible pour tous les pays en développement si les recettes occidentales étaient suivies.

Cette vision du développement a été largement critiquée pour son manque de pertinence culturelle et pour son impact négatif sur les droits humains et les communautés locales. Il est important de reconnaître les limites de cette vision occidentalocentrique du développement et de travailler de manière plus sensible aux contextes locaux pour aborder les défis économiques et sociaux dans les pays en développement. Il est important de tenir compte des contextes locaux et de respecter les cultures, les valeurs et les priorités des populations concernées pour mettre en place des solutions durables et équitable pour le développement économique et social dans les pays en développement. Il est important de considérer les besoins locaux et les contextes culturels pour définir les politiques et les programmes de développement qui fonctionnent réellement pour les populations concernées. En outre, il est important de considérer les aspects sociaux, économiques et environnementaux de tout projet de développement pour garantir que les populations locales bénéficient de manière équitable de tout progrès économique.

La troisième motivation renvoie à la culpabilité liée au rôle direct de l’Occident dans la formation de l’explosion démographique du Tiers-Monde avec l'exportation de vaccins, mais aussi des médicaments. Il est vrai que les interventions médicales et sanitaires occidentales ont contribué à réduire la mortalité infantile et à augmenter la population dans les pays en développement. Cependant, il est important de noter que cette explosion démographique est également le résultat de facteurs tels que l'augmentation des niveaux d'éducation, l'amélioration des conditions de vie et de santé, et l'accès à l'information et aux services de planification familiale. La réduction de la mortalité infantile et l'augmentation de la population sont des conséquences naturelles de ces améliorations, mais il est important de continuer à travailler pour améliorer les conditions de vie et de santé des populations et pour promouvoir des pratiques de planification familiale responsable pour gérer cette croissance démographique.

La baisse de la mortalité infantile a conduit à une augmentation de la population, car les enfants ont une plus grande chance de survie. Cela a également eu un impact sur les mentalités et les pratiques de planification familiale, car les familles ont moins besoin de avoir beaucoup d'enfants pour assurer la survie de leur lignée. Cependant, ces changements ne se produisent pas instantanément et ils sont influencés par de nombreux facteurs tels que l'éducation, l'accès à la contraception, les normes culturelles et les politiques publiques. Il est important de continuer à travailler sur ces questions pour soutenir les pays en développement dans leur transition vers un développement durable.

La nouvelle trappe malthusienne[modifier | modifier le wikicode]

La trappe malthusienne est un concept développé par l'économiste Thomas Robert Malthus, qui soutient que la croissance démographique est limitée par les ressources naturelles et que les progrès techniques ne peuvent qu'accélérer la croissance de la population jusqu'à ce qu'elles soient épuisées. Selon Malthus, cela entraînera inévitablement une situation de famine, de maladie et de mortalité, limitant ainsi les sociétés à sortir de la pauvreté et de la misère. Ce concept est controversé car il suppose que la croissance démographique est nécessairement limitée par les ressources naturelles, ce qui n'est pas nécessairement le cas.

Des critiques de la théorie de Malthus affirment que les progrès techniques et les innovations peuvent permettre une croissance économique soutenable et une amélioration des conditions de vie, même avec une croissance démographique importante. De plus, les ressources naturelles ne sont pas nécessairement limitées, car les technologies peuvent permettre de les utiliser de manière plus efficace ou de découvrir de nouvelles ressources. Il est donc possible pour les sociétés de sortir de la pauvreté et de la misère, même avec une croissance démographique importante, grâce à une croissance économique soutenable et à des politiques efficaces de développement.

Les conséquences de cette explosion démographique sont multiples. Les pays en développement doivent faire face à des défis économiques et sociaux importants, tels que l'augmentation de la demande en nourriture et en logements, la pression sur les systèmes de santé et l'éducation, et la nécessité de créer des emplois pour les nouveaux travailleurs. Ces défis peuvent rendre plus difficile le processus de développement économique et social, car ils nécessitent des investissements importants en infrastructures et en services publics. Les pays en développement doivent également faire face à des défis environnementaux, tels que la déforestation, la désertification et la pollution, qui peuvent compromettre les moyens de subsistance des populations locales et aggraver les inégalités économiques et sociales.

En résumé, l'explosion démographique des pays en développement est un défi important pour leur développement économique et social. Elle est causée par une combinaison de facteurs tels que l'amélioration des conditions de vie et de santé, ainsi que la baisse de la mortalité infantile. Les interventions des pays riches et des organisations internationales visant à résoudre ces défis ont été largement critiquées pour leur manque de pertinence culturelle et leur impact négatif sur les droits humains et les communautés locales. Il est important de reconnaître les limites de cette vision occidentalocentrique du développement et de travailler de manière plus sensible aux contextes locaux pour aborder les défis économiques et sociaux dans les pays en développement.

Cette réallocation des investissements vers l'éducation peut avoir des conséquences négatives sur la croissance économique car elle peut entraîner une diminution des investissements dans l'industrie et dans d'autres secteurs clés, ce qui peut entraver le développement économique. Il est important de trouver un équilibre entre les investissements dans l'éducation et dans l'industrie pour permettre un développement équilibré et durable. Il est également important de noter que l'éducation est un facteur clé pour améliorer les compétences et les opportunités économiques des individus et des communautés, donc il est crucial de continuer à investir dans l'éducation, mais en même temps il faut trouver des solutions pour éviter le piège du sous-développement.

Le modèle Coale-Hoover est un modèle démographique qui tente d'expliquer le lien entre la croissance démographique et le développement économique dans les pays à faible revenu. Selon ce modèle, l'explosion démographique peut briser les conditions nécessaires au développement économique en réduisant les investissements dans l'éducation et l'infrastructure, ainsi qu'en augmentant la pression sur les ressources naturelles. Coale et Hoover ont argumenté que si les pays à faible revenu réussissaient à ralentir leur croissance démographique, ils pourraient augmenter leur développement économique en ayant des ressources disponibles pour investir dans l'éducation, la santé et les infrastructures. Cependant, il faut noter que ce modèle est très controversé et que de nombreux critiques ont souligné les limites de la théorie de Coale et Hoover.

Ces réactions ont montré les limites de la vision occidentalocentrique de la population et du développement. Il est important de considérer les contextes locaux et culturels, ainsi que les droits humains, lors de la mise en place de programmes de planification familiale et de développement économique. Les réactions algériennes et catastrophistes ont mis en évidence la nécessité d'une approche plus globale et respectueuse des contextes locaux pour aborder les défis démographiques et économiques dans les pays en développement.

  • réaction algérienne dans les années 1960 : Cette réaction met en avant l'idée que la croissance démographique n'est pas le principal problème dans les pays en développement, mais plutôt la mauvaise répartition des ressources et des richesses. Les Algériens ont argumenté que les pays riches, comme les États-Unis, consomment énormément de ressources, tandis que les pays pauvres sont laissés dans la pauvreté et la faim. Selon cette perspective, il est possible de nourrir tout le tiers-monde si les richesses et les ressources sont mieux réparties, plutôt que de cibler la croissance démographique comme le principal problème à résoudre.
  • catastrophisme et brutalité des moyens : Ce genre de réaction a conduit à la mise en place de programmes de contrôle de la population qui ont été critiqués pour leur manque de respect des droits humains et de libertés individuelles. Ces programmes ont souvent été imposés de manière brutale et coercitive, sans tenir compte des contextes culturels et sociaux locaux. Il est important de noter que la croissance démographique est un phénomène complexe qui ne peut être résolu uniquement par des moyens brutaux et inhumains. Il est important de prendre en compte les facteurs socio-économiques et culturels qui influencent les taux de natalité et de mortalité, et de mettre en place des programmes de développement qui tiennent compte de ces facteurs.

Cette perspective a conduit à la mise en place de programmes de planification familiale coercitifs et à des campagnes de sensibilisation qui ont souvent été perçues comme paternalistes et qui ont ignoré les contextes culturels et les besoins des populations cibles. Ces programmes ont souvent été critiqués pour leur manque de respect des droits humains et pour leur impact négatif sur les communautés locales. Il est important de reconnaître les limites de cette approche et de travailler de manière plus sensible aux contextes locaux pour aborder les défis démographiques et économiques dans les pays en développement.

Les données statistiques indiquent que la proportion de femmes ayant subi une stérilisation parmi celles âgées de 15 à 49 ans qui sont mariées ou vivent en couple varie considérablement selon les régions. En Amérique latine, 21% des femmes sont stérilisées, tandis qu'en Chine et en Corée, cette proportion est de 26%. Dans le reste de l'Asie, 15% des femmes ont subi une stérilisation, tandis que dans les pays dits développés, ce pourcentage est de 8%. Enfin, en Afrique, seulement 1% des femmes ont subi une stérilisation. Il est important de noter que ces chiffres peuvent varier considérablement d'un pays à l'autre et qu'ils ne tiennent pas compte des différences culturelles, religieuses et socio-économiques qui peuvent influencer les pratiques de planification familiale. Ces chiffres peuvent également ne pas refléter la réalité de la situation, car ils peuvent être influencés par des facteurs tels que les politiques gouvernementales, les programmes de santé, l'accès à l'éducation, les normes sociales et les croyances culturelles. Il est donc important de considérer ces chiffres avec prudence et de les analyser dans le contexte approprié.

L’économie : le poids du « néocolonialisme »[modifier | modifier le wikicode]

Le néocolonialisme est un concept qui décrit les pratiques économiques et politiques par lesquelles les pays industrialisés continuent à exercer un pouvoir sur les pays en développement, souvent d'anciennes colonies. Cela peut inclure des pratiques telles que l'exploitation des ressources naturelles, la domination économique et le maintien de relations économiques inégales. Les critiques affirment que cela entrave le développement économique et social des pays touchés par le néocolonialisme.

De nombreux pays en développement ont une population majoritairement rurale et une agriculture comme principale source de revenus et de subsistance. Pour assurer la sécurité alimentaire et le développement économique de ces pays, il est important de renforcer le secteur agricole en améliorant les pratiques agricoles, en accroissant l'accès aux technologies et aux services financiers, en favorisant les échanges commerciaux équitables et en créant des marchés locaux et régionaux dynamiques.

Il est aussi important de développer les industries qui peuvent créer des emplois et des revenus pour les populations rurales et urbaines. Ce qui permet de diversifier les sources de revenus et de réduire la vulnérabilité aux chocs externes. Il est aussi important de favoriser les échanges commerciaux équitables pour que les pays en développement puissent accéder aux marchés mondiaux et éviter d'être trop dépendants d'un seul produit ou marché.

L'agriculture[modifier | modifier le wikicode]

L'impact du colonialisme sur les cultures des pays décolonisés a été profond et durable. Les cultures d'exportation ont souvent été imposées par les puissances coloniales qui ont utilisé leur force économique et militaire pour imposer leurs systèmes de valeurs, leurs langues, leurs religions et leurs modes de vie sur les populations colonisées. Cela a souvent conduit à la suppression de cultures et de traditions locales et à une perte de la diversité culturelle.

De plus, le colonialisme a également eu un impact sur les cultures de subsistance, en perturbant les systèmes économiques et les pratiques agricoles traditionnels pour les adapter aux besoins des puissances coloniales. Cela a souvent entraîné une dislocation des communautés rurales et une réduction de la sécurité alimentaire.

Il est important de noter que ces impacts culturels ont des conséquences durables sur les sociétés et les communautés qui ont été touchées par le colonialisme et il est important de les prendre en compte dans les politiques de développement et de coopération internationale.

Le colonialisme a eu un impact profond sur les cultures de subsistance des pays décolonisés, en perturbant les systèmes économiques et les pratiques agricoles traditionnels. Les puissances coloniales ont souvent confisqué les terres et imposé des modes de production agricoles orientés vers l'exportation qui ont marginalisé et exploité les populations locales. Les cultures de subsistance ont souvent été réduites à une simple source de matières premières pour les puissances coloniales, sans aucun moyen de développement économique ou social autonome.

Cela a conduit à la dislocation des communautés rurales et à une réduction de la sécurité alimentaire. Les populations rurales ont souvent été contraintes de quitter leurs terres et de migrer vers les villes ou les pays voisins, perturbant les systèmes sociaux et culturels traditionnels.

Ces impacts ont des conséquences durables sur les sociétés et les communautés qui ont été touchées par le colonialisme et il est important de les prendre en compte dans les politiques de développement et de coopération internationale. Des efforts doivent être faits pour réparer les dommages causés par le colonialisme, en soutenant les communautés rurales dans leur développement économique et social, en respectant leurs cultures et en protégeant leurs droits fonciers.

L'héritage du pacte colonial continue d'influencer les cultures d'exportation et de subsistance des pays décolonisés. Les modèles culturels et économiques qui ont été imposés par les puissances coloniales ont souvent été conçus pour satisfaire les intérêts de ces dernières, plutôt que les besoins et les aspirations des populations locales. Ces modèles ont souvent été perpétués après la décolonisation, en raison de la persistance des relations économiques et culturelles inégales entre les pays industrialisés et les pays en développement.

Ces modèles culturels et économiques imposés par les puissances coloniales ont souvent contribué à la marginalisation et à la pauvreté des populations locales, en leur imposant des systèmes économiques et culturels qui ne sont pas adaptés à leurs besoins et à leurs aspirations. Il est donc important de prendre en compte l'héritage du colonialisme dans les politiques de développement et de coopération internationale, en soutenant les communautés locales dans leur développement économique et culturel et en respectant leurs cultures et leurs droits.

Cultures d’exportation[modifier | modifier le wikicode]

les cultures d'exportation sont produites principalement pour les anciennes métropoles coloniales, comme l'Europe, et sont souvent destinées à des marchés de produits agricoles tels que le sucre, le café, les oléagineux, le caoutchouc, la banane et le cacao. Les exportations de ces produits ont augmenté de manière significative entre 1800 et 1970, en raison de la demande croissante des consommateurs occidentaux. Cependant, cela a souvent entraîné une concurrence entre les pays producteurs, en particulier entre l'Afrique, l'Amérique du Sud et certaines parties de l'Asie. Cela a conduit à une pression sur les prix, une exploitation des travailleurs et des ressources, et des déséquilibres économiques dans les pays producteurs, notamment les pays en développement. Il est donc important de prendre en compte ces considérations dans les politiques de développement et de coopération internationale pour éviter les effets négatifs de cette concurrence entre les pays producteurs des tiers-mondes.

La popularisation de la consommation de certaines denrées alimentaires comme le café, le cacao et les bananes est en grande partie liée à la demande croissante des consommateurs occidentaux, notamment durant les Trente Glorieuses (1945-1975) . Les progrès économiques et sociaux de cette période ont permis à une partie croissante de la population occidentale, notamment la classe moyenne, de consommer des produits diversifiés. Cela a entraîné une augmentation de la demande pour ces produits importés des pays en développement, où ils sont produits en grande quantité pour répondre à cette demande croissante. Cela a eu un impact sur les échanges commerciaux entre les pays développés et les pays en développement et a souvent entraîné une dépendance économique de ces derniers envers les anciennes métropoles coloniales.

l'augmentation de l'offre de produits agricoles tropicaux avec l'apparition de nouveaux concurrents, a conduit à une diversification géographique de cette offre. Cela a poussé les prix à la baisse, ce qui a eu un impact négatif sur les producteurs locaux, notamment les paysans des pays en développement. La demande croissante pour ces produits, en particulier pendant les Trente Glorieuses, aurait dû profiter aux producteurs locaux, mais malheureusement, cela n'a pas été le cas.

Les producteurs locaux ont souvent été confrontés à des prix bas pour leurs produits, causés par la surproduction et la concurrence entre les producteurs. Les pays en développement ont également été confrontés à des barrières commerciales et à des subventions pour les produits agricoles dans les pays industrialisés, qui ont rendu leur entrée sur les marchés internationaux plus difficile. Cela a conduit à une situation où les producteurs locaux ont souvent été exploités et n'ont pas réussi à bénéficier des avantages de la croissance de la demande pour ces produits. Il est donc important de prendre en compte ces facteurs dans les politiques de développement et de coopération internationale pour soutenir les producteurs locaux dans les pays en développement et assurer une répartition équitable des bénéfices.

Cultures vivrières[modifier | modifier le wikicode]

L'évolution de la production alimentaire dans les pays en développement a progressé plus rapidement que celle des cultures d'exportation. Le rapport entre la production alimentaire par habitant et la population totale a légèrement augmenté, permettant aux pays en développement de couvrir les besoins alimentaires de leur population croissante. Cependant, cela est souvent accompagné d'une marge de sécurité très basse, en raison des défis liés à la productivité, au changement climatique, à la gestion des ressources en eau, à la dégradation des sols, à la baisse des rendements et à la variabilité des rendements. Il est donc important de continuer à soutenir les pays en développement dans leur lutte pour une sécurité alimentaire durable en renforçant la productivité agricole, en améliorant l'accès à l'eau, en protégeant les sols et en soutenant les agriculteurs pour qu'ils puissent faire face aux défis liés au changement climatique.

La révolution verte en Inde[modifier | modifier le wikicode]

La révolution verte a eu lieu en Inde dans les années 1960 et 1970 et a permis une augmentation significative de la production alimentaire, en particulier grâce à l'utilisation de variétés de céréales à haut rendement adaptées aux climats tropicaux et semi-tropicaux. Cela a permis de faire face à l'explosion de la population et de réduire la dépendance de l'Inde envers les importations de denrées alimentaires. L'Inde est effectivement devenue célèbre pour son choix de se concentrer sur l'agriculture plutôt que sur l'industrialisation pour répondre à ses besoins alimentaires et économiques. Cependant, il est important de noter que la révolution verte en Inde a également eu des conséquences négatives, notamment en termes de dépendance accrue aux intrants agricoles et de pression sur les ressources en eau, et il est important de continuer à soutenir les agriculteurs indiens pour qu'ils puissent continuer à produire suffisamment de nourriture pour sa population croissante.

La révolution verte n'est pas liée aux Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) mais plutôt à la création de variétés de céréales à haut rendement et adaptées aux climats tropicaux. Les Philippines et le Mexique ont joué un rôle important dans le développement de ces nouvelles variétés, notamment en matière de riz à haut rendement pour les Philippines et de blé à haut rendement pour le Mexique.

Il est vrai qu'en Inde, une famine a eu lieu entre 1963 et 1964, causant des milliers de morts. Cependant, il est important de noter que cette famine était causée par des facteurs tels que les mauvaises conditions climatiques et les erreurs de politique plutôt que par la révolution verte elle-même. En outre, La révolution verte a permis de réduire la dépendance de l'Inde envers les importations de denrées alimentaires et a contribué à une augmentation globale de la production alimentaire, qui a également été adoptée dans d'autres pays en développement, ce qui a conduit à une amélioration globale de la sécurité alimentaire dans le monde.

Les pays en développement peuvent trouver des solutions endogènes pour faire face à leurs propres défis économiques et sociaux, en s'inspirant des expériences et des réussites des autres pays en développement. Il est important de noter que les pays en développement ont souvent des contextes socio-économiques et culturels uniques et que les solutions qui fonctionnent dans un pays peuvent ne pas être applicables ou adaptables dans un autre.

Il est également important de noter que les pays en développement n'ont pas besoin de s'inféoder aux pays du Nord pour trouver des solutions à leurs défis. Les pays en développement peuvent et doivent développer leur propre capacité à trouver des solutions en utilisant leurs propres ressources et en s'appuyant sur leur propre expertise. Il est important de promouvoir des politiques de coopération et de développement qui tiennent compte des contextes et des besoins uniques des pays en développement, et qui favorisent leur autonomisation économique et sociale.

Il est vrai que les prix plus élevés des semences à haut rendement utilisées dans la révolution verte ont pu exacerber les clivages socio-économiques dans les pays en développement, car ces semences sont plus chères que les variétés traditionnelles. Les agriculteurs les plus aisés ont été les plus à même de profiter des avantages des nouvelles variétés à haut rendement, tandis que les agriculteurs les plus pauvres ont eu plus de difficultés à les utiliser. Il est vrai également que les variétés à haut rendement ont été plus sensibles aux attaques des insectes locaux, ce qui a entraîné une augmentation de l'utilisation de pesticides, ce qui a des conséquences sur l'environnement et la santé des populations locales. L'irrigation massive utilisée pour ces cultures a également pu causer des dommages aux sols et à la qualité de l'eau, ce qui a entraîné une perte de fertilité des terres. Il est donc important de poursuivre les efforts pour développer des pratiques agricoles durables et de mettre en place des politiques pour soutenir les agriculteurs dans l'utilisation de ces nouvelles semences, tout en prenant en compte les conséquences environnementales et sociales.

Une partie de la production alimentaire des pays en développement est produite localement et exportée vers les pays développés. Cependant, il peut y avoir des périodes où il est plus économique pour les pays en développement d'importer des produits alimentaires des pays développés, en raison de la fluctuation des prix des matières premières et des coûts de production. Il est important de noter que les pays en développement sont souvent confrontés à des défis tels que des infrastructures insuffisantes, des barrières commerciales et des barrières à l'entrée qui peuvent rendre difficile pour eux de concurrencer les produits alimentaires importés sur les marchés internationaux. Il est donc important de continuer à travailler pour améliorer les conditions économiques et commerciales pour les pays en développement pour qu'ils puissent accéder aux marchés internationaux et également pour améliorer les conditions de production locales.

La révolution blanche en Inde[modifier | modifier le wikicode]

La révolution blanche en Inde, également appelée la révolution laitière, est un programme lancé dans les années 1970 pour améliorer la production laitière en Inde. Ce programme a été lancé en réponse aux programmes d'aide alimentaire étrangers qui ont fourni du lait en poudre aux populations indiennes, et qui ont été vus comme une menace pour l'industrie laitière indienne. Le gouvernement indien a confisqué tout le lait en poudre issu de l'aide alimentaire pour contrôler les conditions sanitaires de la production de lait à partir d'eau propre.

En utilisant les fonds générés par la vente de cette production, le gouvernement indien a aidé les agriculteurs à se regrouper en coopératives, qui ont permis de développer une industrie laitière forte et efficace en Inde. L'Inde est devenue le premier exportateur de lait dans le monde. Cette révolution a également contribué à améliorer les conditions de vie des agriculteurs et à augmenter les revenus des populations rurales.

La révolution blanche en Inde a été un projet de développement économique qui a consisté à améliorer la production laitière en Inde, en utilisant les fonds générés par la vente de cette production pour aider les agriculteurs à se regrouper en coopératives et ainsi devenir le premier exportateur de lait dans le monde.

L'industrie[modifier | modifier le wikicode]

Il existe un double secteur industriel dans les pays en développement, composé d'une industrie extractive et d'une industrie manufacturière. L'industrie extractive comprend l'exploitation des ressources naturelles comme les minerais, le pétrole, le gaz et les matières premières agricoles. Cette industrie est souvent dominée par les entreprises étrangères qui ont accès aux technologies et aux financements nécessaires pour extraire ces ressources. Les revenus générés par cette industrie sont souvent concentrés entre les mains d'un petit groupe de personnes et ont un impact limité sur l'économie globale du pays.

L'industrie manufacturière, quant à elle, comprend la production de biens finis à partir des matières premières. Elle est souvent plus diversifiée et génère davantage d'emplois et de revenus pour les populations locales. Cependant, l'industrie manufacturière des pays en développement est souvent confrontée à des défis tels que la concurrence des produits importés et les barrières à l'entrée sur les marchés internationaux. Il est donc important de poursuivre les efforts pour développer l'industrie manufacturière des pays en développement, en les aidant à accéder aux technologies et aux financements nécessaires, et en réduisant les barrières commerciales et les barrières à l'entrée sur les marchés internationaux.

L’industrie extractive[modifier | modifier le wikicode]

L'industrie extractive est un héritage du pacte colonial. Les puissances coloniales ont souvent exploité les ressources naturelles des pays colonisés, en utilisant les matières premières pour alimenter leur propre industrie et économie.

Dans l'industrie minière, les matières premières extraites sont souvent transportées vers les pays développés pour être transformées en produits finis, alimentant ainsi l'industrie et l'économie des pays développés. Les consommateurs de ces produits finis sont principalement situés dans les pays développés.

En ce qui concerne l'industrie pétrolière, elle est devenue un facteur clé pour la croissance économique des pays développés, en raison de la forte demande de pétrole pour alimenter les industries et les transports. Les pays en développement, riches en pétrole, ont souvent été contrôlés par les compagnies étrangères et ont vu un faible retour sur leur propre économie. A partir des années 1950, les pays développés sont devenus dépendants de l'industrie pétrolière des pays en développement pour alimenter leur propre économie.

Après la Seconde Guerre mondiale, la demande de pétrole a augmenté de manière significative dans les secteurs des transports maritimes, notamment les pétroliers, les minéraliers et les porte-conteneurs. Ces secteurs ont été stimulés par la baisse des coûts de transport, grâce à des améliorations technologiques et des innovations qui ont permis de réduire les coûts de production et d'augmenter la productivité.

La demande de matières premières des pays en développement a également augmenté, en raison de la croissance économique des pays développés qui ont adopté une logique keynésienne de consommation pour stimuler leur propre économie. Les pays en développement se sont donc spécialisés dans la production de matières premières, tandis que les pays développés se sont concentrés sur la transformation de ces matières premières. Cela a renforcé les relations de domination économique entre les pays développés et les pays en développement, où les premiers ont accès à des technologies et des marchés plus importants que les seconds.

L’industrie manufacturière[modifier | modifier le wikicode]

L'industrie manufacturière est considérée comme un moyen pour les pays en développement de gagner une réelle indépendance économique et de sortir du stade de simple fournisseur de matières premières.

Au Mexique, dans les années 1830, il y a eu une tentative de réindustrialisation pour se libérer de la dépendance à l'égard des produits manufacturés importés des pays développés. De même, entre 1880 et 1890, la Chine et le Brésil ont également tenté de se réindustrialiser pour augmenter leur production de biens manufacturés et accroître leur indépendance économique. Cependant, ces tentatives ont été confrontées à des obstacles tels que la concurrence étrangère, les barrières commerciales et les difficultés pour accéder aux technologies et aux marchés mondiaux.

En 1913, les pays en développement représentaient les deux tiers de la population mondiale, mais seulement 8% de l'industrie mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, les élites des pays en développement ont donné la priorité à l'industrialisation en adoptant une stratégie d'industrialisation dirigée par l'État. Les gouvernements des États nouvellement indépendants ont massivement adopté cette stratégie pour promouvoir l'industrialisation, et cela a entraîné des augmentations apparemment spectaculaires de la production industrielle. Cependant, ces initiatives ont été éparses et ont souvent été confrontées à des obstacles tels que la concurrence étrangère, les barrières commerciales et les difficultés pour accéder aux technologies et aux marchés mondiaux. Il est important de noter que ces stratégies d'industrialisation dirigée par l'État n'ont pas nécessairement réussi à créer des systèmes industriels durables et compétitifs dans les pays en développement.

Le taux annuel de croissance de la production de l'industrie manufacturière dans les pays en développement à économie de marché a été très élevé, atteignant souvent des taux de croissance spectaculaires. Cependant, il est important de noter que ces taux de croissance doivent être pondérés, car ils proviennent souvent d'une économie qui commence à s'industrialiser, ce qui a pour effet de permettre une croissance rapide. Cela signifie que la base de départ est généralement faible et que les taux de croissance peuvent être très élevés même avec des augmentations relativement modestes de la production industrielle. Il est également important de noter que ces taux de croissance ne reflètent pas nécessairement la qualité ou la durabilité des systèmes industriels créés dans les pays en développement.

La stratégie de substitution des importations a été largement adoptée par les gouvernements des pays en développement dans les années qui ont suivi leur indépendance, en particulier pour sortir de la dépendance économique vis-à-vis de leurs anciennes métropoles coloniales. L'objectif était de mettre en place des industries capables de produire des biens qui étaient auparavant importés. Cependant, cette stratégie a souvent échoué car elle a été basée sur des secteurs industriels anachroniques, datant du début de la révolution industrielle, qui ne pouvaient pas concurrencer les industries plus avancées des pays développés. En outre, cette stratégie a également été limitée par des facteurs tels que des infrastructures et des compétences insuffisantes, ainsi que des barrières commerciales et des politiques économiques inadéquates. En somme, l'industrialisation manufacturière dans les pays en développement a été largement motivée par le désir de briser les vestiges du pacte colonial et de devenir plus autonomes économiquement, mais elle n'a pas atteint les résultats escomptés.

Les pays en développement ont souvent choisi de se concentrer sur les secteurs industriels archaïques de la première révolution industrielle, comme la textile, le cuir, et la métallurgie légère, dans le but de rompre leur dépendance économique vis-à-vis des anciennes métropoles coloniales. Ces secteurs étaient relativement peu coûteux à mettre en place et utilisaient des technologies et des compétences relativement simples, ce qui permettait aux pays en développement de démarrer rapidement leur industrialisation. Cependant, cette stratégie a eu des limites importantes, car ces secteurs étaient souvent peu compétitifs sur les marchés mondiaux en raison de la faible productivité et des coûts élevés de la main-d'œuvre. En outre, ces secteurs ont été rapidement dépassés par les avancées technologiques dans les pays développés, rendant difficile pour les pays en développement de conserver leur compétitivité à long terme..

Le commerce extérieur[modifier | modifier le wikicode]

Il est possible de distinguer deux phases, l'une avant 1950 et l'autre allant de 1950 jusqu’au premier choc pétrolier.

Avant 1950, le commerce extérieur des pays des Tiers-mondes était dominé par l'exportation de matières premières et l'importation de produits manufacturés. Les anciennes métropoles coloniales étaient les principaux partenaires commerciaux de ces pays, et les échanges étaient largement défavorables pour les pays en développement. Les prix des matières premières étaient volatils et souvent bas, tandis que les prix des produits manufacturés étaient élevés. En outre, les politiques économiques adoptées par les pays du tiers-monde ont également contribué à cette situation, notamment les politiques protectionnistes qui ont limité l'accès des produits étrangers sur leur marché intérieur, mais ont également limité leur accès aux marchés étrangers. Les politiques d'industrialisation dirigée ont également eu un impact négatif sur l'économie des pays du tiers-monde, car elles ont souvent conduit à un sous-développement des secteurs non-prioritaires et à une inefficacité des entreprises publiques.

Après 1950, le commerce extérieur des pays en développement a évolué vers une diversification des exportations, avec l'apparition de nouveaux secteurs tels que les produits manufacturés et les services. Les relations commerciales avec les pays développés se sont également diversifiées, avec l'apparition de nouveaux partenaires commerciaux tels que les États-Unis et le Japon. Cependant, les échanges commerciaux restaient largement défavorables pour les pays en développement, en raison de la persistance de barrières commerciales et des politiques protectionnistes des pays développés. Le premier choc pétrolier a eu un impact important sur les échanges commerciaux des pays en développement, en augmentant les prix des matières premières et en réduisant la demande pour les produits manufacturés. En somme, pendant les Trente Glorieuses, les pays du Nord ont connu une croissance économique rapide et ont augmenté leur part dans les échanges commerciaux mondiaux au détriment des pays du Sud, qui ont subi une détérioration des termes de l'échange et une baisse de leur part dans les échanges commerciaux. Les pays des tiers-mondes ont connu une croissance économique moins rapide et leur économie était basée sur l'exportation de matières premières et sur une agriculture de subsistance, tandis que les pays du Nord ont développé une économie basée sur l'industrie et les services.

Et pourtant la croissance[modifier | modifier le wikicode]

En effet, malgré une croissance économique relative des pays des tiers-mondes, les inégalités économiques entre les pays du Nord et du Sud se sont accrues au cours des dernières décennies. Les pays du Nord ont bénéficié d'un développement économique plus rapide et d'une croissance de la productivité plus importante que les pays du Sud, ce qui leur a permis de maintenir et même d'accroître leur avantage économique. Les politiques économiques, les institutions et les structures économiques existantes ont également joué un rôle important dans ces inégalités, en favorisant les pays riches et en marginalisant les pays pauvres. Il est donc important de mettre en place des politiques pour réduire ces inégalités et permettre une croissance économique plus inclusive pour tous les pays

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]