Actions

La socialisation politique

From Baripedia

Il existe deux grandes perspectives théoriques quant à la socialisation en politique. La première s’appuie sur le concept de sociologie politique. La deuxième perspective est celle du choix rationnel.

Socialisation : définition[edit | edit source]

Il y a un nombre très important de définitions, mais qui toutes se recoupent un peu.

La socialisation a été définie par Bélanger et Lemieux comme étant un processus par lequel les valeurs culturelles sont transmises et intériorisées par une population donnée. Il y a l’idée de transmission et d’intériorisation qui est le concept clef. La socialisation est comme l’intériorisation de certaines valeurs pour une certaine population.

Pour Berger et Luckman, la socialisation est l’installation consistante et étendue d'un individu à l'intérieur du monde objectif d'une société ou d'un secteur de celle-ci. Il y a une idée de la socialisation comme un processus d’insertion d’un individu dans la société.

Boudon et Bourricaud définissent la socialisation comme étant les différents types d'apprentissages auxquels est soumis l'individu, notamment dans son jeune âge que cela soit l’apprentissage linguistique, cognitif, symbolique ou encore normatif.

Socialisation : paradigme[edit | edit source]

Derrière ces définitions, il y a une double perspective avec une sorte de dichotomisation du champ. On distingue deux grandes approches dans les théories de la socialisation, à savoir :

  • paradigme du conditionnement : socialisation comme « dressage » par lequel le jeune est amené à intérioriser des normes, valeurs, attitudes, rôles, savoirs et savoir-faire. Dans cette perspective, la socialisation est quelque chose d’unidirectionnel étant quelqu’un qui conditionne quelqu’un d’autre, qui simplement, d’une manière passive, a intériorisé certaines valeurs qui sont transmises.
  • paradigme de l’interaction : la socialisation est vue comme adaptation et apprentissage. La socialisation est ici bidirectionnelle, en tout cas où le sujet à un rôle plus actif d’apprentissage et d’adaptation. Les sujets s’adaptent, ils ne sont pas simplement conditionnés. Les individus apprennent tout au long de leur vie. C’est ce qu’on appelle la socialisation secondaire plus que la socialisation primaire comme mise en avant avec le paradigme du conditionnement.

Socialisation politique : définitions[edit | edit source]

On retrouve également cette distinction dans les théories de la socialisation en politique.

Rush définit la socialisation politique comme processus par lequel les individus d'une société deviennent acquis au système politique. Pour Lacam, c’est l’ensemble des mécanismes et des processus de formation et de transformation des systèmes individuels de représentations, d'opinions et d'attitudes politiques. Johnston Conover la définit reflétant le paradigme de l’interaction étant la socialisation politique comme l’apprentissage des valeurs, attitudes et modes de comportement qui aident les gens à « s'insérer » dans leurs systèmes politiques, qui en fait de « bons » citoyens.

Socialisation politique : traditions de recherche[edit | edit source]

Il est aussi possible de distinguer deux traditions de recherches qui font référence à la distinction entre système et acteur, soit entre le niveau macro-politique et le niveau micro- politique.

La théorie des systèmes s’insère dans la perspective du système (macro). Dans cette perspective, la socialisation fournit les bases pour la stabilité politique et le maintien du système. Almond et Verba s’inscrivent dans cette perspective. Ce qui compte ici se trouve dans le fait que la socialisation au politique est vue comme quelque chose qui permet le maintien des systèmes politiques. On met l’accent sur la socialisation primaire (lors de l'enfance), par les parents ou lors de la première phase de scolarisation. Apparaît ainsi l’idée que ce qui est crucial pour la socialisation politique des gens est ce qui se passe dans les premières années de vie.

La deuxième perspective est celle de l’apprentissage politique. On passe d’un sujet passif auquel on inculque dans une phase de vie des normes à un sujet actif qui interagie avec plusieurs agents socialisateurs et qui apprend. On est dans la perspective de l'acteur avec une focalisation non pas sur le système, mais sur ce que l’acteur peut apprendre et faire, ce qu’il a appris avec cette socialisation au niveau des comportements politiques. La question est de savoir dans quelle mesure cet apprentissage politique va permettre ou pas aux individus d’agir d’un point de vue politique. On part donc du principe que le comportement politique résulte d'un apprentissage. L’engagement politique lui-même est aussi une source de socialisation. Il n’y a plus l’idée d’un parcours linéaire, mais plutôt d'une circularité où individu, par sa participation politique va sans cesse apprendre et réapprendre. On met alors ici l'importance sur la socialisation secondaire, celle démarre à partir de l'adolescence, et qui est caractérisée par une autodéfinition de soi et un choix d'appartenance sociale. Le capital social doit aussi être vu comme une forme de socialisation dans la perspective de l’apprentissage politique et celle de l’acteur.

Caractéristiques du processus de socialisation politique[edit | edit source]

Le concept de socialisation politique est situé historiquement dans les premières phases de l’étude du comportement politique notamment dans les phases de l’émergence du behaviorisme avec surtout la domination de l’approche systématique. C’est à partir de la fin des années 1970 que l’approche de l’apprentissage est petit à petit devenue dominante sur la base de critiques faites sur certaines études menées par certains chercheurs américains dans l’approche du système politique.

Jusqu’aux années 1970, traditionnellement, l’étude de la socialisation politique est restée au fond marquée par trois postulats fondamentaux, à savoir les approches du conditionnement et les approches du système. Ces postulats sont que :

  1. les opinions et les comportements se fixent une fois pour toutes au cours de l’enfance ;
  2. la socialisation politique est un processus unidirectionnel de transmission automatique d’attitudes et de comportements. La socialisation est un processus non intentionnel. L’acteur est au fond un objet et non pas un sujet actif ;
  3. la socialisation politique primaire se déroule selon un schéma universel. La socialisation se fait de manière différente, pas seulement d’un individu à l’autre, mais aussi d’un contexte à l’autre et peut être d’un cadre historique à un autre.

Pour résumer les caractéristiques du processus de socialisation politique, il est possible de dire que c’est un processus interactif à la fois inintentionnel et délibéré, c’est-à-dire qui fait référence au premier paradigme avec une part de la socialisation politique qui nous est donné par les agents de socialisation primaire, mais aussi une part liée à l’apprentissage politique voulu et recherché. Ce processus a deux finalités complémentaires. Il y a une finalité liée à l’existence de mécanismes de régulation des systèmes sociaux. La socialisation ou les socialisations permettent aussi au système politique de se renforcer. Il y a un aspect qui assure la permanence et la cohésion du système politique ou sociale, mais il y aussi la finalité liée à la théorie individuelle de l’apprentissage qui est l’idée de dire que le but de la socialisation est d’insérer des individus dans un système donné et de permettre ou d’expliquer la participation ou les comportements politiques.

Il y a différentes phases de socialisation qui se fait par différents agents que l’on appelle des agents de socialisation qui sont des instances qui peuvent être des institutions ou des personnes transmettant des attitudes politiques. Cela peut aussi être les associations,les organisations politiques ou les partis. Aujourd’hui, on pourrait même avancer que les agents de socialisation secondaire sont peut être plus importants que les agents de socialisation primaire. Il faut aussi garder en tête le rôle et l’importance du contexte. Le processus de socialisation politique ne se produit pas de la même manière en fonction du contexte, on peut penser au pays, mais aussi à d’autres formes ou type de contexte.

L’impact biographique des mouvements sociaux[edit | edit source]

Les théories de la socialisation ont été importantes dans plusieurs types d’explications. La socialisation a été utilisée dans le domaine de l’étude des mouvements sociaux et plus précisément dans l’étude des conséquences de l’engagement dans des mouvements sociaux. C’est qu’on appelle l’impact biographique des mouvements sociaux étant un exemple de l’importance de la socialisation secondaire qui est un champ d’étude qui a montré que l’engagement politique a des conséquences importantes dans le sens de socialiser des individus à la politique.

Dans le domaine des mouvements sociaux, il y a différents aspects traités. Les conséquences les plus étudiées sont les conséquences politiques. Il y a aussi des théories et des études sur l’impact culturel et social plus large. Il y a aussi l’impact que la participation à un mouvement social peut avoir sur les personnes qui s’engagent dans un mouvement par rapport à celle qui ne s’engagent pas et c’est ce qu’on appelle l’impact biographique des mouvements sociaux.

Tout un ensemble d’études ont été menées notamment aux États-Unis sur une population spécifique qui sont les activistes de la nouvelle gauche aux États-Unis à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Beaucoup d’études ont été menées sur cette population et surtout des études qualitatives à partir de données panels qui sont des données pour lesquelles on interroge des individus à différents moments dans le temps, pour lesquelles on retrace un parcours individuel à la différence des données transversales. Ce que les chercheurs ont trouvés et le rôle important de la phase de socialisation qui consiste dans le premier engagement politique. Cet impact fort et durable, est une expérience d’engagement.

Il y a eu des impacts au niveau des attitudes, à savoir sur la participation successive de ces personnes notamment ces personnes ont continuées toujours par rapport à ceux qui ne s’étaient pas engagés, à se définir d’une certaine manière. Ceux considérant comme left-libertarians, sont restés left-libertarians, alors que d'autre left-libertarians mais qui ne s’étaient pas engagés dans le mouvement ne l’étaient plus nécessairement ou beaucoup moins. Ces personnes engagées sont aussi restées plus actives en politique. Ce qui est également intéressant sont les effets sur la vie personnelle, à savoir les choix de vie et notamment sur ce que ces auteurs ont appelé des choix de vie « alternatif ». En l’occurrence, ces études ont montrées que ceux qui s’étaient engagés dans la new-left, avaient plus de chances de ne pas être mariés par rapport aux autres, avaient plus de chance de cohabiter plutôt que d’être marié et avaient aussi plus de chance de ne pas avoir d’enfant ou de les avoirs plus tard par rapport à ceux qui ne s’étaient pas engagés. Il y avait aussi un effet sur le type de profession dans lesquels ces individus étaient engagés. Ce qui est important c'est qu’un ensemble d’études a montré l’effet socialisateur de l’engagement politique au niveau des comportements politiques et des attitudes politiques. Il y a un engagement sur ses propres choix de vie qui sont fait plus tard.

Cet exemple renforce l’idée que la paradigme de l’apprentissage politique et peut être celui qui est le mieux à même d’expliquer le rôle de la socialisation.

Capital social[edit | edit source]

C’est un concept qui est devenu très à la mode depuis une quinzaine d’années en science politique, mais provenant à la base de la sociologie. C’est également un concept qui ne fait pas vraiment consensus, en particulier quant à sa définition, sa conceptualisation et à son utilisation pour l’étude du comportement politique. On retrouve au niveau des définitions et de la conceptualisation du capital social la distinction entre le niveau micro et macro.

Il y a cette distinction entre une approche microsociologique ou micro-politique avec le capital social comme une ressource individuelle qui est un type de capital social possédé par des individus. Il est possible de faire référence à Pierre Bourdieu qui distingue plusieurs capitaux notamment culturel, économique et le capital social également. Différents auteurs conceptualisent ce concept de manière différente.

Une définition qui fait autorité dans la littérature est celle de Portes pour qui le capital social est l’habilité des acteurs à s’assurer des bénéfices en vertu de l’appartenance à des réseaux sociaux ou à d’autres structures sociales. Le capital social est vu comme quelque chose qui découle de l’insertion dans des réseaux sociaux. On peut penser que la socialisation est le fruit de l’insertion dans différents réseaux sociaux. Cette définition est une définition très générale qui circule dans la littérature du capital social.

Une autre approche existe qui voit le capital social comme propriété du système. C’est une approche que l’on peut qualifier de systémique, mais au sens léger du terme. C’est une approche qui a été démocratisée par Putnam à partir des années 1990. Dans cette perspective, on peut définir le capital social comme étant les caractéristiques des organisations sociales, telles que les réseaux, les normes, et la confiance, qui facilitent l’action et la coopération pour le bénéfice mutuel. Pour certains, la notion de capital social et de réseau social se superposent, c’est-à-dire que le capital social est un ensemble de réseaux dans lequel on est inséré alors que pour d’autres, le capital social est le fruit de l’insertion dans ces réseaux.

La différence principale entre ces deux définitions est que pour quelqu’un comme Portes, Bourdieu ou encore Coleman, le capital social est une ressource individuelle. À côté de tout cela, il y a un autre type de capital qui est lié à l’insertion dans des réseaux sociaux. Par contre, pour d’autres comme Putnam, le capital social est plutôt quelque chose qui caractérise un ensemble, un système ou une unité. C’est dans ce sens que Putnam montrait que les régimes du nord de l’Italie étaient meilleurs que ceux dû sud de l’Italie du notamment à une meilleure culture civique relevant d’un capital social plus développé.

Différentes conceptualisations du capital social : Stolle[edit | edit source]

Dalton, R.J. et H.-D. Klingemann, éds. (2007). The Oxford Handbook of Political Behavior. Oxford: Oxford University Press.

Ce tableau fait référence à trois perspectives liées à trois auteurs clefs. Sont mises en avant par Stolle les trois similitudes et différences de ces visions du capital social. On distingue trois approches en fonction de la définition, quels aspects des interactions sociales sont importants, quels bénéfices le capital social peut apporter aux individus ou aux systèmes et quelle est la prise de conscience de bénéfices de la part de ces acteurs. Chez Putnam apparaît l’importance des normes de réciprocités. Coleman définit les différents aspects de la structure sociale qui donne différentes ressources aux acteurs afin de satisfaire ses intérêts. Pour Lin, le capital sociale est vu comme l’investissent dans des relations sociales avec un retour sur le marché.

Dans un cas comme dans l’autre, l’idée de base est que le capital social est le fruit d’un ensemble de relations qu’on peut avoir avec différents groupes, personnes ou encore institutions.

Sources du capital social[edit | edit source]

Le schéma suivant concerne les sources et les conséquences du capital social. Il faut d’abord s’intéresser aux sources, à savoir d’où vient le capital social. C’est la perspective dominante aujourd’hui. L’idée est que le capital social ne vient pas seulement de la société civile, mais aussi de manière beaucoup plus verticale, venant aussi de l’État. L’État peut aussi produire du capital social.

Portes, A. (1998). “Social Capital: Its Origins and Applications in Modern Sociology”. Annual Review of Sociology 22: 1-24.

Ce qui est important dans ce schéma, issue de l’article Social Capital: its origins and applications in modern sociology publié en 1998 de Portes est qu’il distingue la définition, à savoir ce qu’est le capital social, de ses sources, ses origines et de ses effets, mais de façon un peu mélangée. Le résultat est que sur le plan empirique, cela devient difficile à étudier.

Pour Portes, il faut distinguer la définition de ces sources. Le capital social peut venir de différentes choses et il faut distinguer la définition et les sources de ses conséquences. Il y a également une distinction entre les sources de type expressif et les sources de type instrumental, à savoir le capital social comme une fin en soi ou comme découlant d’un échange basé sur les intérêts réciproques. Il faut également regarder ce que sont les conséquences comme le fait Portes. Selon Portes, la littérature s’est intéressée seulement aux sources positives.

Il faut distinguer la définition du capital social par ses origines et par ses conséquences. Parmi ses origines, il y en a plusieurs comme l’État, la société civile, des sources de type instrumentales, à savoir les motivations qu’on les acteurs pour s’engager dans des relations sociales qui vont ensuite produire du capital social. Ces raisons peuvent être de type expressive, identitaire, ou alors instrumental et d’échange. Il faut également rendre compte des conséquences positives, mais aussi négatives du capital social.

Types de capital social[edit | edit source]

Le capital social a été étudié dans plusieurs contextes afin d’étudier le comportement politique, mais il y a un sous-domaine ou un domaine d’étude qui s’intéresse en particulier en Suisse à l’étude de l’engagement des étrangers ou des immigrés. De nombreux travaux sont fait dans ce contexte, en particulier et pas seulement, on utilise une distinction proposée par Putnam lui-même. Cette distinction se fait entre trois types différents de capital social :

  • bonding : ce type de capital est constitué par la valeur attribuée aux réseaux sociaux qui relient des groupes socialement homogènes.
  • bridging : valeur attribuée aux réseaux sociaux qui relient des groupes socialement hétérogènes. Pour Putnam, c’est ce capital qui permet de faire le pont entre des groupes différents.
  • linking : c’est le capital social qui relie de manière verticale les institutions à la société civile. C’est la valeur attribuée aux réseaux sociaux qui relient des groupes sociaux aux institutions politiques.

Ces différents types de capital social ont des impacts différents sur l’explication de la participation politique.

Capital social et participation politique des immigrés : modèle[edit | edit source]

Jacobs, D. et J. Tillie (2004). “Introduction: Social Capital and Political Integration of Migrants”. Journal of Ethnic and Migration Studies 30: 419-427.

Un ensemble de chercheurs s’est intéressé à tenter d’expliquer la participation politique des immigrés. C’est un modèle de path analysis dit aussi de choix causaux où on veut expliquer une ou des variables indépendantes. Ce sont des chercheurs qui sont partis d’une critique de Putnam disant que le capital est essentiellement une propriété du système donc que c’est la densité des associations qui donne un indicateur de la qualité ou de la quantité du capital social qui existe dans une société donnée. Pour ces chercheurs, ce n’est pas seulement cela. Ce qui importe, surtout pour expliquer les comportements politiques, est justement, dans quelle mesure ce capital social au niveau systémique se traduit dans une ressource individuelle qui est possédée ou pas possédée par les acteurs. Apparaissent les variables de contrôle et les variables de capital social mesurées à travers le membership dans des associations de volontariat. Il y a quand même l’idée putnamienne que le capital social est constitué par l’appartenance à des associations. Il y a une distinction entre « ethnic-membership » et « cross-ethnic-membership », ce que Putnam a appelé « bonding » et « bridging ». C’est une application de cette distinction à l’étude de l’impact de l’insertion dans des associations de la part des immigrés sur leur participation politique.

Capital social et participation politique des immigrés : résultats[edit | edit source]

Jacobs, D. et J. Tillie (2004). “Introduction: Social Capital and Political Integration of Migrants”. Journal of Ethnic and Migration Studies 30: 419-427.

Ce tableau résume le schéma précédent. Pour les quatre pays, il y a différentes variables. On voit que dans chaque pays, le ethnic-membership est quelque chose qui explique la participation. Les immigrés qui sont membres d’associations qui fournissent un bounding social capital ont plus de chance de participer que ceux qui ne sont pas membres.

En ce qui concerne la participation politique des immigrés, le capital social, en tout cas mesuré à travers l’appartenance à des associations et important voire crucial, mais ce n’est pas tellement le type de capital social qui explique la participation, mais c’est le fait d’être membre d’une association et de tirer de cette appartenance associative un capital social qui favorise la participation. Le modèle du civic voluntarism, avec Verba, dit que l’appartenance à des associations ne donne pas le capital social, mais donne des capacités civiques qu’on peut mettre à l’œuvre ensuite dans notre participation.

Annexes[edit | edit source]

Références[edit | edit source]