Actions

Introduction au cours de diplomatie multilatérale et organisations internationales

From Baripedia


L’histoire de la diplomatie multilatérale s’inscrit dans l’ancienne tradition internationaliste. L’idée est que la coopération et la cohésion entre les États et préférable aux fractures nationalistes à l’anarchie et à la violence du réalisme. Les intérêts des États sur le long terme sont supérieurs aux intérêts individuels sur le court terme. Le concept de la diplomatie multilatérale est ancien, néanmoins, la diplomatie multilatérale telle que comprend aujourd’hui se matérialise avec l’émergence des premières organisations internationales dans la deuxième moitié du XIXème siècle.

Le Congrès de Berlin. Tableau d’Anton von Werner (1881).

Lorsqu’on lit la littérature, il y a la vision de l’internationalisme de chercher et trouver des solutions contre la situation du monde fractionné et des États souverains surtout dans la période colonialiste où ils sont en concurrence. Il y a l’idée d’une communauté idéaliste d’intérêt et quelque chose qui cherche de trouver des solutions pour un destin commun à toutes les nations appelant à des institutions communes à toute l’humanité. Ce concept est philosophique et idéaliste vu comme une idée de grands philosophes passés. Il n’y a pas que la notion humanitaire, mais aussi les intérêts de la classe bourgeoise libérale intéressée à créer des normes et des règles afin de créer les marchés internationaux pour avoir une intercompatibilité entre les marchés. La première union internationale et l’Union internationale de télégraphie afin de mettre en place des standards de télécommunication, son siège était à Berne.

À côté du concert européen des grandes puissances, une série de questions territoriales vont émerger à partir de la deuxième partie du XIXème siècle qui établit un système complexe de relations internationales émanant de la société civile se manifestant à travers l’organisation des congrès internationaux qui souvent mène à la création d’une organisation internationale. Les organisations internationales étaient ce qu’on appelle aujourd’hui des « organisations non-gouvernementales ». La nette distinction faite aujourd’hui entre organisations gouvernementales et organisations non gouvernementales remonte à une définition de l’ECOSOC qui est la civilisation dans le système des Nations Unies après la Seconde Guerre mondiale. La clarté de la séparation d’un système global gouvernemental autour des Nations Unies est quelque chose de nouveau commençant en 1946, mais caractérisant très mal la période de 1870 à 1945 surtout pendant la période de la Société des Nations. Dans cette longue période, les réseaux internationaux au niveau multilatéral sont marqués par un fort mélange entre les domaines gouvernementaux et les domaines non gouvernementaux. Les premiers congrès internationaux vont créer un terreau favorable pour la Société des Nations. Pour l’analyse historique de la naissance des opérations internationales, il faut voir ce qu’a fait la société civile jusqu’à la création de la Société des Nations avec la paix de Paris.

Ce cours s’intéresse à l’histoire de la tentative d’une paix durable moyennant les organisations internationales ne se focalisant pas que sur des prérogatives de sécurité, mais aussi sur des impératifs sociaux dans le monde où le pouvoir politique reste entre les mains des États. Nous observons le rôle de la société civile par les organisations internationales, mais aussi par les États à travers des moments clefs. Nous allons nous intéresser à l’évolution de la structure, de la compétence et des mécanismes de décisions afin de mieux comprendre ses échecs, ses crises et ses résultats.

La problématique centrale du cours gravite autour de la question de savoir si les organisations internationales sont-elles un simple instrument étatique où ont-elles un propre rôle à jouer ?

La branche juridique est focalisée sur l’évolution du cadre conventionnel et positif de l’ordre international s’intéressant aux questions normatives liées à l’évolution du droit international. L’approche politologique interprète les relations entre États et relations internationales dans le cadre de plusieurs paradigmes ou écoles de pensées tels que le libéralisme ou le réalisme ou encore d’autres théories modernes partant de postulats. Est appliqué un système de pensée théorique. L’approche historique interprète cette question à travers l’analyse et l’étude des sources historiques, des sources primaires et secondaires, notamment à travers de documents émanant d’États, mais aussi de documents émanant des organisations internationales. L’approche historique est empirique voulant analyser le passé avec précision. Cependant, le défaut est d’être toujours en retard sur les deux autres approches.

Annexes[edit | edit source]

Références[edit | edit source]