Terrorisme et relations internationales

De Baripedia
Aller à : navigation, rechercher
Terrorisme et relations internationales
Description de l'image Plakat_La_Terroriste.jpg.
Faculté Faculté des sciences de la société
Département Département de science politique et relations internationales
Professeur(s) Rémi Baudoui[1] (2011 - )
Année(s) 2011[2], 2013[3], 2014[4], 2015[5]
Enregistrement(s) 2014, 2015


Ce cours a pour objet d'interroger les façons dont les terrorismes et leurs impacts interagissent avec les enjeux et questions des relations internationales. Jusqu'à l'époque de la guerre froide, le domaine des relations internationales pour être placé sous les figures du diplomate et du soldat, a fait peu de cas du terrorisme. Il était vécu jusque-là comme du simple ressort des Etats-nations et donc interprété comme un « désordre » localisé ne menaçant que celui qui s'en trouvait imprégné. Fort du système westphalien d'analyse, seules les conséquences pour la paix d'un conflit interétatique pouvaient déterminer une évolution des relations internationales entre puissances.

Avec l'achèvement de la première phase de la Détente, le démantèlement d'un ordre occidental garanti par la puissance américain, les nouveaux conflits indirects Est-ouest et Nord-sud requalifient le terrorisme pour l'inscrire pleinement dans les rapports entre grands systèmes et blocs. La dichotomie barbare/civilisé est élaborée comme une véritable catégorie d'analyse et permet de la sorte d'assumer la requalification de l'acte terroriste classique dans une forme simplifiée et globalisée. La notion de « terrorisme international » symbolise l'intégration de cette forme de violence dans la théorie des relations internationales et de la pensée stratégique. Les « bons usages » de la dichotomie barbare/civilisé seront au centre de nombre théories des géopoliticiens et stratèges. Le succès grandissant de ces analyses, pour affecter les représentations des acteurs politiques des deux côtés de l'océan Atlantique, impacte directement les représentations du champ des relations internationales. Les attentats du 11 septembre constituent une rupture fondamentale. Le terrorisme élevé au rang « de global » est réinterprété comme la forme nouvelle de la guerre entre Nord et Sud. « La guerre contre le terrorisme » proclamée par l'administration Bush réordonne désormais le champ des relations internationales. De l'Afghanistan au rogue states, du projet du nouveau Moyen-Orient, jusqu'à l'Union Européenne ou encore la Russie et ses alliées, les choix unilatéralistes américains transforment en profondeur l'ensemble du système multilatéral des relations internationales élaboré sur les cendres de la guerre froide que symbolise la chute du mur de Berlin.

Cours

Le terrorisme ou les terrorismes ? De quelques considération épistémologiques

Sécurité nationale et lutte antiterroriste : l’exemple de l’Amérique latine

Internationalisation des luttes et émergence du terrorisme international

Relations internationales et lutte contre le terrorisme international

Les États-Unis et le nouvel ordre international

Géopolitique du Moyen-Orient

Les ruptures du 11 septembre 2001

Al-Qaida ou la « géopolitique du terrorisme radical »

Lutte antiterroriste et refondation des relations transatlantiques

Le Printemps arabe contre le terrorisme : enjeux et perspectives

Le « homegrown jihadism » : comment prévenir la catastrophe terroriste ?

Références

  1. Page personnelle de Rémi Baudoui sur le site de l'Université de Genève
  2. Programme des cours - année académique 2011-2012 - Terrorisme et relations internationales (4207048 CR)
  3. Programme des cours - année académique 2013-2014 - Terrorisme et relations internationales (4207048 CR)
  4. Programme des cours - année académique 2014-2015 - Terrorisme et relations internationales (T207048 CR)
  5. Programme des cours - année académique 2015-2016 - Terrorisme et relations internationales / Terrorism and International Relations (T207048 CR)