Actions

Surplus du consommateur et du producteur

De Baripedia

L’économie du bien-être (“welfare economics”) permet d’évaluer si l’allocation des ressources assurée par le marché est souhaitable.

En particulier, l’économie du bien-être mesure les bénéfices que les consommateurs et les producteurs tirent de leur participation au marché et établit si le mécanisme de marché permet de maximiser ces bénéfices. L'économie du bien-être consent donc d’examiner si le marché est effectivement une bonne manière d’allouer les ressources rares. On sort donc de la logique de l’analyse positive pour rentrer dans l’analyse normative (« ce qui devrait être »).

Pour faire cela on introduit tout d'abord les concepts de surplus des consommateurs et surplus des producteurs = évaluation des bénéfices que ceux-ci tirent de leur participation au marché.

On verra que, dans le cas où il fonctionne parfaitement (sans failles), le marché permet une allocation des ressources qui maximise le bien-être agrégé de la société (surplus consommateur + surplus producteur).

Surplus du consommateur et du producteur[modifier | modifier le wikicode]

Demande[modifier | modifier le wikicode]

Le surplus du consommateur mesure le bénéfice que le consommateur tire de sa participation au marché. Il est donné par sa volonté à payer (= prix de réserve) moins ce qu’il paie effectivement pour acquérir le bien.

Surplus conso prod demande.png

Courbe de demande agrégée[modifier | modifier le wikicode]

Surplus courbe de demande agrégée.png

Surplus du consommateur[modifier | modifier le wikicode]

Surplus consommateur 1.png
Surplus consommateur 2.png

La surface sous la courbe de demande et en dessus du prix du marché mesure le surplus des consommateurs, c.à.d. le bénéfice (ou bien-être) qu’ils tirent de leur participation au marché = valeur du bien pour les consommateurs – montant payé.

Surplus consommateur 3.png

Changement du surplus du consommateur[modifier | modifier le wikicode]

Le changement dans le surplus du consommateur (bien-être des consommateurs) suite à un changement de prix est donné par la surface en-dessous de la courbe de demande entre les deux prix.

Changement du surplus du producteur 1.png

Offre[modifier | modifier le wikicode]

Le surplus du producteur mesure le bénéfice que le producteur retire de sa participation au marché. Il est donné par le revenu qu’il reçoit pour ce qu’il vend moins le coût de production (= prix de réserve) qu’il a du subir pour produire les biens.

Surplus conso prod demande 2.png

Courbe d’offre agrégé[modifier | modifier le wikicode]

Surplus cours d'offre agrégée 1.png

Surplus du producteur[modifier | modifier le wikicode]

Surplus producteur 1.png

La surface entre la courbe d’offre et le prix du marche mesure le surplus du producteur = montant reçu par le producteurs – coût de production.

Surplus producteur 2.png

Changement du surplus du producteur[modifier | modifier le wikicode]

Le changement dans le surplus producteur suite à un changement de prix est donné par la surface en dessus de la courbe d’offre entre les deux prix.

Changement du surplus du producteur 2.png

Efficience du marché[modifier | modifier le wikicode]

Surplus total[modifier | modifier le wikicode]

Est-ce que l’allocation des ressources par le marché maximise le bien-être (le surplus total) ? Est-ce que le marché est efficient ?

Surplus du consommateur (SC) = Valeur pour le consommateur – Prix payé
Surplus du producteur (SP) = Prix reçu – Coût de production
Surplus total = Surplus consommateur + Surplus Producteur = Valeur pour le consommateur – Prix payé + Prix reçu – Coût de production

Et, étant à l'équilibre Prix payé = Prix reçu =>

Surplus total = Valeur pour le consommateur – Coût de production

Une allocation des ressources est dite efficiente ou efficace si elle maximise le surplus total reçu par tous les membres de la société.

Surplus total 1.png

Exemple : marché de la viande d’agneau[modifier | modifier le wikicode]

Marché de la viande d’agneau 1.png
et

Remarques[modifier | modifier le wikicode]

Trois remarques sur l’efficience du marché :

  1. Le marché alloue les quantités offertes aux acheteurs qui leur attribuent une valeur plus importante mesurée par leur volonté à payer.
  2. Le marché alloue les quantités demandées aux producteurs plus efficients (ceux avec les coûts de production les plus bas).
  3. Le marché laissé à lui-même maximise le surplus total. Le laissez faire est donc optimal.

NB: ce critère ne dit pas si la situation d’équilibre est “juste” ou équitable!

Limites du laissez faire

On a supposé un fonctionnement parfait des marchés, et ceci est souvent loin de la réalité. Il y aura des failles de marché dans les cas suivants:

a) Concurrence imparfaite

b) Externalités positives ou négatives

c) Biens publiques

d) Problèmes d’inégalité

(Mais n’oublions pas l’existence de failles du gouvernement également!)

Application : Taxation[modifier | modifier le wikicode]

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Dans le chapitre 5 on a vu comment la taxation :

  • réduit les quantités échangées sur le marché
  • augmente le prix payé par le consommateur
  • diminue le prix reçu par le producteur

Et comment l'incidence de la taxation :

  • est indépendante de celui qui est désigné à payer cette taxe

(consommateurs ou producteurs)

  • dépend des élasticités prix de l’offre et de la demande (le côté le plus inélastique du marché paie une part plus importante)

Ici on se concentre sur l’impact de la taxation sur:

  • le bien-être (ou surplus total = SC+ SP)
  • le revenu du gouvernement(SG)

On verra en particulier quelle est la structure de taxation qui permet de minimiser le coût social pour un niveau de revenu du gouvernement donné.

Finance publique.

Le coût social des taxes[modifier | modifier le wikicode]

Peu importe qui paie la taxe (consommateur ou producteur), elle réduira la taille du marché et l’impact sur les prix et les quantités sera identique.

Cout social des taxes.png

Revenu du gouvernement[modifier | modifier le wikicode]

Mais le gouvernement collecte du revenu, qui est donné par le produit de la taxe (CHF/kilos) et des quantités vendues (kilos)

Revenu Gouvernement (SG) = taxe ∙ quantités échangées
Revenu du gouvernement surplus 1.png

Effet net sur le surplus total[modifier | modifier le wikicode]

Effet net sur le surplus total 1.png
Effet net sur le surplus total 2.png

Intuition[modifier | modifier le wikicode]

Le bénéfice pour les consommateur est plus grand que le coût de production des producteurs et le gouvernement ne collecte pas de revenu sur cette différence car ces quantités ne sont plus échangées.

Surplus du consommateur et du producteur intuition 1.png

Exemple: marché de la viande d’agneau[modifier | modifier le wikicode]

Surplus Exemple marché de la viande d’agneau.png
, et

Taxes et élasticités[modifier | modifier le wikicode]

Le coût social dépend des ajustements des quantités échangées après l’introduction de la taxe. Et cela dépend des élasticités-prix de la demande et de l’offre.

Plus grande est l’élasticité prix de la demande ou de l’offre et plus grande va être la réduction des quantités échangées suite à l’introduction de la taxe, et donc plus grand va être le coût social de cette taxe (la surface C+E dans le graphique précédant).

Pour un niveau de revenu donné, le gouvernement aura intérêt à collecter du revenu là où les élasticités sont les moins grandes.

Taxe forfaitaire[modifier | modifier le wikicode]

La manière la plus efficiente de collecter des taxes est d’introduire une taxe forfaitaire ou lump sum tax (poll tax de Margaret Thatcher à la fin des années 80s). Une taxe forfaitaire n’affecte pas le comportement de consommation ou production des individus (que je consomme ou pas une unité supplémentaire je devrais payer la taxe; que je travaille ou pas je dois payer la taxe, que je produise ou pas le bien je dois payer la taxe, etc.).

Le coût administratif est aussi très petit (si on arrive à identifier les individus sans difficulté). Pas besoin de comptables ou de codes de taxation compliqué.

Problème de la taxe lump sum: elle n’est pas très équitable. Quel que soit leur revenu ou leur consommation, les individus paient le même montant...

Il y a tout de même un consensus qui émerge parmi les économistes sur le système de taxation et de redistribution du revenue: il vaut mieux avoir un système de taxation qui n’est pas très progressif pour ne pas affecter les incitations des individus à travailler (générer du revenu) et réaliser les politiques de redistribution par la dépense du gouvernement plutôt que par la taxation.

Plein d'autres applications possibles…[modifier | modifier le wikicode]

Dans ce chapitre nous avons utilisé le concept de surplus du consommateur et du producteur pour faire l'analyse de bien-être de l'introduction d'une taxe indirecte. Ce même type d'analyse peut être employé pour évaluer l'impact de bien-être de toute autre sorte de choc ou d'intervention sur le marché :

  • l'introduction d'un prix minimum provoque une redistribution (transfert) de surplus des consommateurs vers les producteurs et génère une perte sèche pour la collectivité (montrez cela avec une analyse graphique) → application au salaire minimum.
  • l'introduction d'un prix maximum provoque une redistribution (transfert) de surplus des producteurs vers les consommateurs et génère une perte sèche pour la collectivité (montrez cela avec une analyse graphique) → application au loyers contrôlés.

Résumé[modifier | modifier le wikicode]

Surplus du consommateur (graphiquement: surface en-dessous de la courbe de demande et au dessus du prix).

Surplus du producteur (graphiquement: surface au dessus de la courbe d’offre et en-dessous du prix).

Une allocation des ressources qui maximise la somme du surplus du consommateur et du producteur (surplus total) est une allocation efficiente.

Le marché (et sa main invisible) maximise le surplus total et est donc efficient. On aurait pas besoin de la main plus visible du gouvernement.

Mais le marché ne fonctionne pas toujours parfaitement. En présence de failles de marché une meilleure allocation peut être obtenue si le gouvernement intervient dans le marché.

Une taxe réduit le SC et le SP d’un montant plus élevé que l’augmentation du revenu du gouvernement (coût social de la taxe ou perte sèche).

Les taxes ont un coût social plus petit pour un revenu collecté identique lorsqu’elles sont appliquées sur des marchés où la demande et/ou l’offre sont inélastiques.

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]