Actions

Les entreprises en concurrence parfaite

From Baripedia

En analysant le comportement des entreprises et les déterminants de l’offre de celles-ci sur le marché on distingue entre deux types de structure de marché :

  1. Les marchés compétitifs où on trouve un grand nombre d’entreprises et chaque entreprise individuellement n’a pas d’impact sur le prix ;
  2. Les marchés non compétitifs où les entreprises ont du pouvoir de marché et en changeant leur niveau de production (ventes) elles affectent les prix sur les marchés.

Dans ce chapitre nous nous concentrons sur les marchés compétitifs en examinant le rôle joué par les fonctions de coût de production des entreprises dans les décisions de produire ou ne pas produire et, si oui, quelles quantités. Dans les chapitres suivants nous allons analyser les principales formes de marché non-concurrentiel.

Un marché compétitif est un marché où il y a une infinité de vendeurs et acheteurs et où chacun d’entre eux a donc une part de marché infiniment petite (la taille de chacun est toute petite par rapport à la dimension du marché). Aucun agent économique n'est donc en mesure d’influencer le prix du marché en modifiant les quantités achetées ou vendues.

On peut également définir un marché compétitif comme étant un marché où :

  1. le bien vendu est homogène (pas trop de différence entre les producteurs) ;
  2. il y a un grand nombre d’acheteurs et des vendeurs ;
  3. il y a libre entrée et sortie des acheteurs et vendeurs sur le marché.

Le résultant de ces trois conditions étant toujours qu'aucun acheteur ni vendeur pris individuellement ne peut influencer le prix sur le marché. Les actions d’un vendeur ou d’un acheteur isolé sur le marché ont un impact négligeable sur le prix et tous sont des ‘preneurs de prix’ (price takers).

Maximisation du profit[edit | edit source]

La recette[edit | edit source]

Le profit () de l’entreprise est donné par la différence entre la recette totale () et le coût total ().

Nous avons déjà analysé les fonctions de coût, mais pas encore les déterminants de la recette totale :

La RT est proportionnelle à la quantité vendue () car, dans un marché compétitif, le prix est donné.

La recette moyenne () nous dit quel est le revenu que l’entreprise fait en moyenne par unité vendue :

La recette marginale () nous dit quel est l’augmentation du revenu lorsque les quantités vendues () augmentent:

(= pour des variations infinitésimales) Pour les firmes concurrentielles, la recette marginale est égale au prix du bien :

Le profit[edit | edit source]

Les deux composantes du profit dépendent de la quantité produite :

(pour une entreprise concurrentielle)

Le profit moyen est :

Le profit marginal est :

Le profit est maximisé quand le coût marginal est égal à la recette marginale :

CPO (condition de premier ordre) :

À l’optimum

Maximisation du π : un exemple numérique[edit | edit source]

NB: P = 6 € => RM = Rm = 6 €

Maximisation du π : analyse graphique[edit | edit source]

La firme décide de la quantité à produire de façon à maximiser ses profits et en raisonnant à la marge...

maximise la différence entre la recette totale et le coût total.

Maximisation du profit analyse graphique 1.png

Cm versus CM[edit | edit source]

La firme décide de la quantité à produire de façon à maximiser ses profits en raisonnant à la marge... et non pas en moyenne.

Si l'entreprise se limite à produire , c’est-à-dire la quantité qui maximise le profit moyen, elle renonce à réaliser des bénéfices nets.

Cm versus CM analyse 1.png

Maximisation du π : vue d'ensemble[edit | edit source]

Maximisation du profit vue ensemble 1.png

Profit[edit | edit source]

Le profit maximum est donné par la différence entre la RT et le CT au point .

Marché compétitif profit 1.png

Maximisation du π : un exemple analytique[edit | edit source]

Fonction de coût :

Déterminez quelle est la quantité qui maximise le profit de l’entreprise en sachant que le prix de marché p est égal à 13.

CPO :

Offre de la firme de court et de long terme[edit | edit source]

La courbe d’offre de l’entreprise à court terme[edit | edit source]

La courbe d’offre de l’entreprise à court terme Coûts coïncide avec la fonction de coût marginal...

Courbe d’offre de l’entreprise à court terme 1.png

Décision de fermeture à court terme[edit | edit source]

... au dessus du CVM

Décision de fermeture à court terme 1.png

L'entreprise pourrait décider de ne rien produire pendant une période donnée du fait des conditions courantes de marché.

La firme continue à produire si le profit qu'elle réalise en produisant une quantité non-nulle (q*) est plus élevé que le profit (perte) qu'elle fait en

arrêtant la production:

La firme produit une quantité positive si => si => si

L'entreprise ferme si la recette qu’elle aurait obtenue en produisant est inférieure au coût variable de la production et la courbe d’offre de la firme à court terme est la partie de la courbe de coût marginal au-dessus du coût moyen variable.

On peut donc définir le seuil de fermeture comme le niveau de prix tel que :

Tant que l’entreprise se trouve au-dessus du seuil de fermeture, elle a intérêt à continuer à produire, même si elle fait des pertes.

Décision de fermeture à court terme 2.png

La courbe d’offre de l’entreprise à long terme[edit | edit source]

La courbe d’offre de l’entreprise à long terme coïncide avec la portion de la fonction de coût marginal de long terme au dessus du CM.

Courbe d’offre de l’entreprise à long terme 1.png

Décision de sortir/entrer[edit | edit source]

La fermeture renvoie à une décision de court terme de ne rien produire pendant une période donnée, tandis que la sortie fait référence à une décision de long terme de quitter le marché.

La firme prend en compte les coûts irrécouvrables (= tout coût qui a déjà été engagé et qui ne peut plus être récupéré = CF) quand elle décide de sortir du marché, mais les ignore quand elle décide de fermer temporairement.

À long terme, la firme quitte le marché si la recette qu’elle retirerait de la production est inférieure à ses coûts totaux :

si => si => si

À long terme, la firme entre sur le marché si la recette qu’elle retirerait de la production est supérieur à ses coûts totaux (= profits positifs): => si => si => si .

La courbe d’offre de long terme est la portion de la courbe de coût marginal qui se situe au-dessus du coût moyen total.

Offre agrégée[edit | edit source]

La courbe d’offre agrégée à court terme[edit | edit source]

La courbe d’offre agrégée est donnée par la somme (horizontale) des courbes d’offre individuelles des entreprises.

Avec un nombre fixe d’entreprises (sans sortie ou entrée d’entreprises dans le marché), c’est-à-dire à court terme , on a que :

Courbe d’offre agrégée à court terme ECP1.png

La courbe d’offre agrégée à long terme[edit | edit source]

Comme on vient de voir à la fin de la section précédente, dans le long terme les entreprises décident d'entrer sur (quitter) le marché si le prix est plus grand (plus petit) que le coût moyen.

Si , des nouvelles entreprises rentrent sur le marché car elles font des profits économiques positifs, la courbe d’offre agrégée se déplace vers la droite, et le prix tombe, jusqu’à ce qu’on retrouve un équilibre où .
Si , des entreprises sortent du marché car elles font des profits économiques négatifs, la courbe d’offre agrégée se contracte, et le prix augmente, jusqu’à ce que .

Donc, à l’équilibre de long terme , les profits sont nuls et la courbe d'offre du marché est horizontale.

Mais alors qu’est-ce qui se passe avec notre ‘fameux’ raisonnement à la marge qui nous dit que l’ équilibre de maximisation des profit se trouve où  ?

La courbe d’offre agrégée à long terme est horizontale (dans la plupart des cas). Le nombre de firmes présentes sur le marché s'ajuste de façon telle que chacune maximise ses profits de long terme au point où les profits économiques sont nuls. Des entreprises entrent et sortent du marché afin d’offrir n’importe quelle quantité demandée par le marché a un prix égal au minimum du CM (= EME).

Coucourbe d’offre agrégée à long terme 1.png

Profits économiques nuls : intuition[edit | edit source]

Rappel : des profits nuls à long terme ne veulent pas dire que les propriétaires n’ont pas de revenu, mais simplement que leur revenu à long terme est identique à leur coût d’opportunité.

À l’équilibre de profit nul, la recette de la firme doit rémunérer les propriétaires pour le temps et l’argent qu’ils dépensent à faire fonctionner leur entreprise.

Un profit économique nul est tout à fait compatible avec un profit comptable positif car le profit économique tient compte du coût d’opportunité dans l’évaluation des rémunérations des facteurs et que le profit comptable n’en tient pas compte.

Courbe d’offre de long terme croissante[edit | edit source]

Pourquoi la courbe d’offre à long terme a aussi parfois une pente positive?

Certaines ressources (facteurs de production) sont disponibles seulement dans des quantités limitées même à long terme (exemple: terre agricole).

Au fur et à mesure que des nouvelles entreprises entrent dans le marché leur productivité peut être de moins en moins grande. Ces nouvelles entreprises ont des fonctions de coût de plus en plus élevées (la terre agricole est de moins en moins productive). La condition de profits nuls est établie sur l’entreprise marginale.

La courbe d’offre à long terme aura une pente positive, mais toujours plus grande que la courbe d’offre à court terme (= au coût marginal sans libre entrée et sortie des entreprises). En d’autres termes, la courbe d’offre de longue période est toujours plus élastique de la courbe d’offre de courte période.

Mécanisme d’ajustement : court versus long terme[edit | edit source]

Mécanisme d’ajustement court versus long terme 1.png

Choc exogène positif de demande → hausse du prix → .

Mécanisme d’ajustement court versus long terme 2.png

Le profit économique de court terme attire des nouvelles entreprises dans le marché.

Mécanisme d’ajustement court versus long terme 3.png

Résumé[edit | edit source]

Le revenu total d’une entreprise sur un marché compétitif est proportionnel aux quantités produites (car le prix est donné). Le prix du bien est identique à son revenu moyen et marginal.

Une entreprise maximise ses profits en choisissant la quantité produite telle que le coût marginal est identique au revenu marginal (= prix) et donc la courbe d’offre de l’entreprise est donné par son coût marginal.

Dans le court terme quand une entreprise ne peut pas récupérer ses coûts fixes, l’entreprises décide de fermer temporairement ses opérations si le prix est inférieur au coût variable moyen.

Dans le long terme, l’entreprise récupère les coûts fixes et variables (pas de coûts perdus), et donc elle sort du marché seulement si le prix est inférieur au coût moyen.

Dans le long terme, avec l’entrée et sortie des entreprises, les profits des entreprises sont égales à zéro et elles produisent à leur EME. Si il y a de l’ hétérogénéité dans les fonctions de coût des entreprises certaines pourraient faire des profits positifs.

Annexes[edit | edit source]

Références[edit | edit source]