Initiative UDC ‘’Contre l’immigration de masse’’ Analyse-VOX

De Baripedia
Aller à : navigation, rechercher

Analyse effectuée auprès de 1500 personnes dans les deux semaines après la votation. On opère une stratification démographique, au niveau des régions linguistiques, pour assurer une représentation cohérente de la population. Le questionnaire VOX est un questionnaire standard (identique depuis 1981). Après chaque votation fédérale, VOX analyse les résultats de celles-ci. L'unique changement, ce sont les arguments utilisés durant les campagnes. Le sondage est fait par le GSF, ensuite, VOX rédige les analyses.

Principales explications du vote

Il y a 6 explications principales. On ne sait pas laquelle a plus compté que l'autre.

Rôle de la campagne politique précédent le vote

On a vu la semaine dernière, l'évolution de l'opinion politique. On a vu qu'il y avait une forte dynamique favorable au oui. Le oui a augmenté fortement dans les dernières semaines qui ont précédés le scrutin. Les arguments du oui ont été mieux reçus.

Rejet de l'immigration

Rejet de principe de l'immigration et volonté de limiter l'immigration.

Affrontement idéologique et conflit de valeurs

La décision de vote a été fortement influencé par l'orientation idéologique gauche / droite. La gauche a rejeté, la droite dure a massivement accepté l'initiative. La droite modérée a plutôt penchée contre l'initiative, mais de manière peu décidée. (votant PDC ont rejeté l'initiative mais ont peu participer, votants PLR ont participé mais ont peu rejeté l'initiative ).

Partiellement en lien avec cet affrontement gauche / droite, ce vote a été un lieu de conflit, entre deux conception antagonistes de l'identité suisse: un conflit entre ouverture et fermeture et un conflit autours de la modernisation contre la tradition.

Préoccupations matérielles

Mobilisation inhabituelle et un fort soutient à l'initiative des catégories moins favorisées. Ces personnes ont plus participé que d'habitude et on massivement acceptée l'initiative. Si on croise les catégories socio­ professionnel et le vote, les catégories menacées par l'ouverture ont fortement soutenu l'initiative (ouvriers et employés, indépendants, agriculteurs, chômeurs).

Vote de protestation

Soutient massif des personnes qui se déclare méfiante face au CF. le contraire pour les personnes qui font confiance au CF. Ce vote de protestation s'est aussi manifesté par un motif énoncé spontanément: donner un signal.

L'argument relatif aux bilatérales n'a pas passé

On a beaucoup misé sur les bilatérales de la part d'économie suisse. D'après VOX, l'argument n'est pas passé. Contrairement à 2005 & 2009 (votations sur la libre circulation des personnes LCP). Les votes de 2006 & 2009, étaient en quelque sorte, des votes d'intention. Le peuple suisse a fait confiance aux autorités, sans être chaud plus que cela. Mais il n'y avait pas d'expérience, comme en 2014. En 2014, on a fait l'expérience d'une augmentation forte de l'immigration, induite par la libre circulation des personnes. Donc les arguments basés sur les bilatérales de l'économie suisse ne font pas le poids cette fois-ci.

Importance de l'objet, participation et moment de la décision

Importance perçue

La votation a été perçue par les personnes qui ont voté, et même par les autres, comme étant importante. Plus important que les votes de 2005, 2009 (libre-circulation des personnes) ou la votation de 2010 (initiative renvoi). Cette importance perçue est liée à l'intensité de la campagne référendaire qui a été élevé.

Participation

Age

Il ya eu une forte différence de participation, à travers l'âge. Selon VOX, 17% parmi les 18-29 ans ont voté. Tandis que plus de 70% parmi les 50 ans et plus, on voté. Si on en croit les données genevoises, les moins de 30 ans, on participé à hauteur de 30%, tandis que les plus de 50 ans, ne seraient que 50%. C'est un peu désagréable comme résultat.

Selon Sciarini, il y a un problème d'échantillonnage. Surtout, comme dans toutes les analyses de vote, il y a une surestimation de la participation. Il y a ceux qui disent avoir voté, alors que ce n'est pas vrai.

Et il y a le fait qu'il y a une surreprésentation des personnes ayant voté qui répondent aux sondages.

Niveau de formation et de revenu

Mobilisation inhabituelle des personnes avec une formation élémentaire et revenus le plus bas. Généralement, les gens avec une meilleure formation et un meilleur revenu, vote plus que les autres.

Confiance dans le gouvernement

Ceux qui expriment plus de méfiance au gouvernement, on plus voté que ceux qui font confiance au gouvernement.

Sympathie partisane

Moindre mobilisation des sympathisants du PDC (51%).

Moment de la décision (question rétrospective)

On constate que le choix a été précoce (46%). Seulement, 8% des personnes se sont décidés durant la dernière semaine

Moment de la décision et choix de vote

Forte augmentation du oui dans les dernières semaines. 42% de oui parmi les personnes pour qui le choix était clair dès le début. 56% parmi celles qui ont décidé 1 à 6 semaines avant le vote. 66% parmi celles qui ont décidé au cours de la dernière semaine. Donc, même si les votants tardifs sont peu nombreux, ils ont pu faire la différence.

Profil du vote: facteurs politiques

Idéologie et préférence partisane

Si on croise l'échelle gauche-droite, on remarque que le soutient à l'initiative augmente du pôle gauche (moins de 20% de soutient) au pole droite (86%).

Sympathie partisane; soutient unanime à l'UDC (95%), rejet massif du PS (84%), rejet au PDC (66%), moins net au PLR (60%)-7 les sympathisants au PLR au Tessin ont voté à 80% pour l'initiative.

Le soutien parmi les personnes sans préférence partisane (54%).

Valeurs

Par rapport à la "Suisse souhaitée". Fort soutient à l'initiative parmi les personnes favorables à la défense des traditions, à la fermeture de la Suisse vis-à-vis de l'extérieur, à la priorité aux Suisses par rapport aux étrangers, et à l'ordre et la sécurité.

Confiance au Conseil fédéral

Soutien à l'initiative très élevé parmi les "méfiants" (81% contre 26% parmi les" confiants"). Intérêt pour la politique et participation aux votations

Fort soutient à l'initiative parmi les personnes peu/pas intéressées (67%) et parmi celles qui participent rarement /jamais (76%) ou occasionnellement (62%) aux votations.

Même si ces personnes sont peu nombreuses à avoir voté, leur vote a pu faire pencher la balance.

Profil du vote: facteurs sociodémographiques

  • Niveau de formation et de revenu

􏰀:Soutien à l'initiative diminue avec l'augmentation du niveau de formation et de revenu 􏰀*Catégorie socio-professionnelle 􏰀:Ouvriers et employés, indépendants, femmes/hommes au foyer + agriculteurs et chômeurs (peu nombreux dans l'enquête) ont soutenu l'initiative

Cadres moyens et inférieurs + étudiants et professions libérales (peu nombreux dans l'enquête) l'ont rejetée; le rejet des étudiants est atténué par leur très faible participation (26%)
  • 􏰀Situation économique personnelle (perçue)

􏰀:"Passable": 60% de Oui; "Mauvaise"/"très mauvaise": (89%); "Bonne": 47%

  • Age, statut civique, langue et lieu de résidence 􏰀
Age

􏰀::Seule la catégorie 50-59 ans a clairement accepté l'initiative 􏰀

Seule la catégorie 18-29 ans l'a clairement rejetée – mais elle a très peu participé

􏰀:Statut civique 􏰀::Initiative nettement rejetée par les Suisses naturalisés (37% d'acceptation) 􏰀

Langue

􏰀::Fort rejet des Romands, forte acceptation des Tessinois 􏰀:Lieu de résidence 􏰀::Acceptation dans les villes petites/moyennes et en milieu rural

Profil du vote : sources d’information

􏰀Sources sans effet sur le vote

􏰀Radio, affiches dans la rue, annonces dans la presse, sondages d'opinion, internet, stands d'information

􏰀Sources avec effet sur le vote 􏰀

Sources liées à un soutien à l'initiative

􏰀::Imprimés et prospectus relatifs à la votation (en Suisse alémanique) 􏰀

Mailing dans les boîtes aux lettres (en Suisse alémanique) 􏰀
Courrier des lecteurs (en Suisse alémanique)
􏰀Télévision (en Suisse alémanique et au Tessin)

􏰀Sources liées à un rejet de l'initiative 􏰀:Presse (journaux)

􏰀Brochure du Conseil fédéral (en Suisse alémanique) 􏰀
Discussions sur le lieu de travail (en Suisse romande)

Le cas spécifique du Tessin

Vote très homogène 􏰀:Facteurs socio-démographiques 􏰀::Très peu d'effets → Rejet des étrangers/immigrés traverse toutes les catégories sociales 􏰀 Pas d'effet de la campagne politique 􏰀

Tessinois acquis à l'initiative bien avant le vote

􏰀::82% de soutien parmi les personnes pour qui le choix était clair "dès le début"; soutien diminue ensuite

􏰀Peu d'effets des sources d'information 􏰀

Télévision

􏰀::Soutien à l'initiative plus élevé parmi les personnes qui l'ont utilisée 􏰀 Motifs du vote Oui

Il y a trop d'étrangers/de frontaliers: 42% de première mention → Vote de principe

Motifs du choix

􏰀*Motifs du Oui (première mention) 􏰀**Contre l'immigration 􏰀***Rejet de l'immigration par principe, il y a trop d'étrangers (35%)

    • 􏰀Il faut limiter l'immigration/contingenter/gérer nous-mêmes (17%)

􏰀**Conséquences négatives de l'immigration 􏰀Economiques (11%)

      • Sociales, écologiques et financières (10%)

􏰀***Vote de protestation/donner un signal (11%) 􏰀*Motifs du Non (première mention) 􏰀Considérations économiques (33%) 􏰀**La Suisse a besoin des travailleurs étrangers/bon pour l'économie

    • 􏰀L'initiative est inappropriée/excessive/inutile (20%)
    • Menace pour les bilatérales (18%)

􏰀**Pour l'ouverture (8%), contre la xénophobie (8%), contre l'UDC (7%)

Perception des arguments ‘’pour’’ et ‘’contre’’

  • Arguments 'pour'
    • 􏰀Trois arguments bien reçus (~ 65% de soutien)
      • Nous devons pouvoir gérer nous-mêmes l'immigration

􏰀***Il faut assumer le risque de résiliation des accords bilatéraux

      • 􏰀Problèmes de logement/circulation et pression sur les salaires

􏰀*Arguments 'contre' ont nettement moins convaincus 􏰀

    • Un seul argument bien reçu
      • Contingents augmentent la bureaucratie et les coûts
  • 􏰀Les votants Oui sont restés insensibles aux autres arguments
    • Danger pour les accords bilatéraux
    • Danger pour la prospérité de la Suisse
    • 􏰀Isolement de la Suisse

Evolution du soutien aux arguments (court terme)

Quels enseignements tirer de ce tableau? Que l'on considère ou pas que l'initiative met en péril la voie bilatérale, on est de toute façon prêt à assumer le risque de résiliation des accords bilatéraux. C'est le discours de Blocher. Donc le discours de l'UDC a bien passé.

90% des personnes qui ont voté oui, sont prêtent à assumer le risque de résiliation des accords bilatéraux. Donc, on peut dire que les gens ont voté en connaissance de cause.

Conclusion

􏰀*Lien acceptation initiative – accords bilatéraux 􏰀**Lien formel connu des votants 􏰀***Les partisans ont voté en connaissance de cause 􏰀***Ils sont prêts à assumer le risque de résiliation des accords bilatéraux 􏰀**Conséquences substantielles 􏰀***Les partisans ont-ils conscience de l'importance économique des accords bilatéraux – et de la libre-circulation des personnes? 􏰀*Perspectives pour un nouveau vote 􏰀**Le soutien aux accords bilatéraux a diminué 􏰀**La libre-circulation des personnes est majoritairement rejetée → peu d'espoir sur l'issue d'un nouveau vote, en tout cas à court terme

Annexes

Références