Actions

Les États-Unis au XIXème siècle

From Baripedia

L’armée de Washington a donc gagné contre les Anglais pour trois raisons :

  • Washington suit une tactique de guerilla. Il évite les grandes batailles, essaie d’échapper aux Anglais mais les attaque par surprise. Les Patriotes soutiennent donc une résistance armée efficace contre cette armée trop grande pour attaquer de front.
  • Les Patriotes ne luttent pas seuls contre les Anglais. La France a suivi la situation aux Amériques depuis la guerre de 7 ans. En 1776, Benjamin Franklin demande aux Français de donner leur appui et en 1778 la France offre aux Américains un traité d’amitié avec des aspects commerciaux et militaires. Ils contribuent à plusieurs victoires décisives.
  • Les Anglais, malgré leur puissance militaire sont maladroits. Au début de la guerre déjà, les institutions anglaises cessent d’exister au profit des institutions américaines.

En mars 1782, les hostilités cessent et un traité de paix est signé mais la question se pose de savoir ce qui se passe maintenant. La révolution américaine va-t-elle renverser le pouvoir en place ? Consolidation politique ou avancée de la révolution ? Consolidation politique ou avancée de la révolution ?

Cette guerre offre une certaine mobilité sociale, étant donné que les fonctionnaires coloniaux perdent leurs emplois et les loyalistes quittent les US pour l’Angleterre et le Canada. Ainsi, la moitié de l’élite américaine se renouvelle, les Anglais libérant leurs postes. Ceci enlève la pression des couches basses de la société et apaise certaines tensions.

Pendant la guerre, les deux camps ont fait des promesses aux esclaves noirs de les libérer contre leur participation à la guerre. Et de ce fait, certains Etats au Nord abolissent l’esclavage, totalement ou graduellement. Mais dans le Sud, la tendance est opposée ; on continue à importer un nombre immense d’esclaves pour compenser les pertes de la guerre, contrairement à l’Amérique latine.

Le système politique des États-Unis[edit | edit source]

C’est le Congrès Continental qui avait recommandé à toutes les colonies d’écrire leurs propres Constitutions provisoires avant l’indépendance. Il y a un grand soucis d’éviter les abus du pouvoir du gouvernement, limiter les pouvoirs du gouvernement. En moyenne, de 70% à 90% des hommes adultes peuvent voter aux États-Unis, ce qui est beaucoup plus haut qu’en Amérique latine. Les États-Unis n’étaient toutefois pas encore prêts à laisser voter les femmes. Cette question du suffrage féminin ne reviendra que plus tard au XIXème siècle.

Scène à la signature de la Constitution des États-Unis, par Howard Chandler Christy. Ce tableau représente les 33 délégués qui signèrent la Constitution.

Il faut maintenant s’occuper d’écrire une Constitution fédérale. Jusqu’à maintenant, on se référait à la Déclaration d’Indépendance et aux articles de Confédération, traités d’amitié entre les colonies. Ceci ne suffit plus et il faut une base constitutionnelle au nouvel État.

En 1788, lors Convention de Philadelphie, les constituants se réunissent afin de rédiger la Constitution. On veut un gouvernement avec la séparation du pouvoir : législatif séparé en deux, le Sénat qui représente les Etats et la Chambre qui reflète l’importance démographique des États. (un afro-américain vaut 3/5 d’un blanc dans ce calcul démographique, la Constitution prend donc compte de la population servile du Sud et accepte l’esclavage) Le Président ne dépend pas du Congrès et peut imposer son veto aux décisions du Congrès.

Il reste des tensions qui concernent le pouvoir de cet État fédéral. On partait de l’idée d’une confédération d’États, et on a maintenant un gouvernement central, considéré par certains comme trop fort.

  • Les fédéralistes proposent un Etat fédéral fort, une Constitution assez souple et un gouvernement qui peut mener les affaires des États-Unis vis-à-vis de l’étranger et prendre des décisions concernant les Etats.
  • Les Républicains-démocrates veulent un pouvoir fédéral très limité et accorder plus de pouvoir aux Etats.

La Constitution est acceptée en 1787 et entre en vigueur en 1789.

Dans la Bill of Rights de 1791, sont spécifies les droits des citoyens et est limité le pouvoir du gouvernement. On y retrouve le droit de porter des armes, l’interdiction de limiter le choix d’une religion, etc. Les discussion très idéologiques notamment la question de savoir si doit être mis en place une banque centrale pour tout l’État. Le gouvernement fédéral a-t-il le droit d’imposer des impôts aux citoyens ? Le gouvernement veut imposer le whisky.

Expansion géographique[edit | edit source]

Article détaillé : La conquête du territoire.
Lewis et Clark sur la rivière Columbia, peint par Charles Marion Russell.

Le petit territoire avec les Treize colonies, soit les États-Unis de 1783, ne sont pas comparable avec les États-Unis d’aujourd’hui. Les États-Unis achètent le Northwest Territory, les territoires des Grands Lacs, aux Anglais. En 1803, Napoléon Bonaparte a des plans grandioses en Europe mais estime ne pas pouvoir administrer son territoire en Amérique du Nord et vend la Louisiane aux Américains. Le Mississipi fait maintenant partie des États-Unis, ce qui unit le pays et a un rôle vital sur l’économie de ce pays.

Jefferson envoie Lewis et Clark vers le Pacifique pour une expédition entre 1804 et 1806. Cette expédition a des buts d’expansion territoriale mais aussi scientifiques. On veut valider ou invalider des théories sur la nature du territoire américain. Certains pensaient que le Continent américain était un continent « dégénéré ». On découvre un immense potentiel agricole sur le sol américain.

L’immigration européenne[edit | edit source]

Les États-Unis attirent des immigrants et acceptent l’immigration de masse. Déjà 5 millions d’immigrants arrivent aux États-Unis avant 1860. On a une véritable tradition d’immigration qui s’établit, et l’immigration est exponentielle, grandit chaque année.

Il y a beaucoup d’Allemands, Scandinaves, Néerlandais, Anglais, Suisses, etc. Les immigrants arrivent dans les villes de l’est et remplacent les colons américains partis vers l’ouest. Dans un deuxième temps, beaucoup d’immigrants suivent les Américains dans les grandes villes. Bien que les États-Unis avaient dès le début cette envie d’expansion, l’immigration a joué un certain rôle, a fait une pression sur la population qui a poussé à l’expansion.

La Destinée manifeste[edit | edit source]

Représentation allégorique de la « Destinée manifeste » par John Gast.

C’est une idéologie très en vogue depuis la fin des années 1830. Est affirmé que la nation américaine a pour mission divine de répandre la civilisation et la démocratie dans l’ouest. L’argument principal est la supériorité raciale ; les Américains ont des morales et des institutions supérieures (liberté et « self-command »).

Le « déplacement » des native Americans[edit | edit source]

Les Indiens étaient déjà repoussés, marginalisés. Ils bloquent maintenant l’accès aux terres riches. Jefferson avait en premier lieu une politique de conciliation vis-à-vis des Indiens, reconnaît le droit du sol dans un contexte de politique un peu paternaliste de Washington et Jefferson.

Mais après l’achat de la Louisiane, Jefferson pense qu’on devrait « encourager » les Indiens à bouger vers l’ouest de la Louisiane, dans ces terrains peu peuplés. Cet « encouragement » se traduit par une déportation forcée :

  • On met en vente les territoires qui appartiennent à certaines tribus malgré le fait qu’ils aient des titres de propriété pour ces terres. Ceci mène à des affrontements.
  • On propose la « paix » contre une partie du territoire, puis on s’approprie le reste du territoire après quelques années.
  • « Nous saignons nos ennemis pour qu’ils reviennent à la raison ».

En 1830 on a le Indian Removal Act qui donne une base légale à la déportation finale des cinq tribus civilisées qui habitent à l’est du Mississipi. La loi autorise le gouvernement à ouvrir des pourparlers avec les tribus pour leurs offrir des terres à l’ouest du fleuve. Mais la géographie de leurs nouvelles terres sont trop différentes de leurs terres antérieures et ils ne savent pas comment survivre dans ce climat et sur ces sols.

La République du Texas[edit | edit source]

La Constitution mexicaine de 1824 abolit l’esclavage, même si le Mexique n’est pas vraiment assez fort pour faire exécuter cette loi. Un des présidents du Mexique met en place une Constitution centraliste en 1830 et menace de faire des contrôles pour vérifier que la Constitution est bien respectée. En 1835, les colons américains se révoltent et déclarent l’indépendance du Texas en 1836. L’esclavage est légal au Texas. Le Mexique n’accepte pas cette indépendance, il y a des affrontements militaires mais les États-Unis, officiellement neutres, envoient tout de même de l’aide sous forme d’armes, d’argent et de soldats. La République indépendante du Texas demande l’intégration aux États-Unis. L’annexion du Texas par les États-Unis se fait en 1845.

Mais les États du Nord souhaitent un équilibre entre les Etats esclavagistes et les Etats « libres », ne veulent pas que le nombre d’Etats esclavagistes grandisse. Au final, le Texas est tout de même annexé, mais les débats furent longs.

La guerre du Mexique : 1846 - 1848[edit | edit source]

Les Américains veulent un accès au Pacifique et souhaitent avoir les bonnes terres de la Californie. Le gouvernement américain pousse les colons américains en Californie à la sécession et propose au Mexique d’acheter les terres californiennes, ce que le Mexique ne veut pas spécialement. On provoque alors des affrontements à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, jusqu’à ce que les États-Unis déclarent la guerre au Mexique sous le prétexte que « Mexico has passed the boundary of the United States, has invaded our territory and shed American blood upon American soil » en 1846.

En février 1848, le Traité de Guadeloupe Hidalgo donne les terres aux Etats-Unis contre un paiement de 8 millions de dollars. Les Etats-Unis trouvent de l’or dans le sol californien, ce qui rembourse largement les coûts de la guerre… Les États-Unis sont maintenant un pouvoir continental, ont des terres de part et d’autre du continent.

L’esclavage et l’expansion territoriale[edit | edit source]

Les tensions entre esclavagistes et abolitionnistes existent depuis le tout début de la République. Si un Etat esclavagiste est créé, on contrebalance en créant un Etat « libre ». On a toutefois une expansion de l’esclavage, ce qui mène à une escalade des tensions entre le Nord et le Sud.

En 1850, le Congrès américain passe le Fugitive Slave Act. En effet, certains Etats du Nord ont des lois qui empêchent les shérifs de prendre des mesures contre les fugitifs. Ceci a pour résultat que des centaines d’esclaves s’enfuient du Sud vers le Nord grâce aux réseaux des abolitionnistes. Les pouvoirs publics de tous les États-Unis doivent aider les propriétaires à « récupérer » les esclaves fugitifs. En 1857, la Cour Suprême décide avec le cas de Dred Scott que les afro-américains ne sont pas des citoyens et ne peuvent pas faire appel à la Cour Suprême. De plus, la propriété d’esclaves est valable dans tous les États-Unis et les esclaves ne sont donc jamais libres.

L’opinion publique se divise très fortement entre le Nord et le Sud et la question de l’esclavage devient une question majeure aux États-Unis. Le Nord s’oppose à l’esclavagisme pour des raisons morales et légales. Au Sud, les plantations du coton sont dépendantes de la main d’œuvre esclave et le coton représente 55% des exportations américaines.

Lincoln, devenu président, veut éviter que l’esclavage prenne racines dans les nouveaux territoires.

La guerre de Sécession : 1861 - 1865][edit | edit source]

La guerre de Sécession est-elle une guerre civile ou « war between the States » ?

En 1861, une déclaration d’indépendance mène à la formation de la Confédération des Etats du Sud. Lincoln devient président en mars 1861 et cherche les négociations avec la Confédération. Les Etats du Sud ont commencé l’affrontement militaire. La guerre de Sécession ( « Civil War » ou bien « War Between the States »),1861-1865

  • Formation de la Confédération en 1861, déclaration d'indépendance. Guerre de Sécession est menée contre l'esclavage et quand Lincoln gagne, mesure immédiate. La Confédération du Sud se forme avant même que Lincoln soit président.
  • Lincoln est hésitant, mais les actions militaires de la Confédération lui forcent la main. Lincoln essaye de maintenir la paix, il y a des négociations mais la guerre commence par la prise d'un fort.
  • Union: 23 Etats et 22 millions d'habitants
  • Confédération: 11 Etats et 9 millions d'habitants. = états du Sud, commencent l'affrontement militaire.
  • Guerre sanglante mais « moderne» : voies ferrées, photographies, et télégraphe. C'est une guerre particulièrement meurtrière, traumatisme national, centaines de milliers de personnes mortes dans le conflit, à l'intérieur du même pays donc toutes les familles sont touchées. Le conflit est basé sur des questions de morale.

La déclaration de l'Emancipation en 1862[edit | edit source]

  • Le problème des esclaves fugitifs
  • Discussion de la question d'abolition
  • Une situation militaire délicate
  • Une déclaration « provisoire» qui crée des faits incontournables
  • 200.000 afro-américains participent au conflit comme soldats de l'Union

Annexes[edit | edit source]

Références[edit | edit source]