Actions

Le régime démographique ancien : l'homéostasie

From Baripedia


Les crises de mortalité de l’ancien régime[edit | edit source]

On parle des quatre chevaliers de l’apocalypse, à savoir, la faim, les guerres, les épidémies et la mort.

La faim[edit | edit source]

On a cru jusqu’aux années 1960 que le principal facteur de mortalité au Moyen-âge était la faim. Or, il faut faire une distinction entre disette et famine : la disette est très fréquente à l’époque. Par exemple à Florence, entre 1375 et 1791, la ville connaît en moyenne une disette tous les quatre ans. Une période de disette est très commune au Moyen-âge ayant lieu lorsque la récolte d'une année a été consommée, mais qu’il faut garder des grains pour les ressemer l’année prochaine. Ainsi, une partie des récoltes doit être conservée pour les replanter l’année suivante. Il y a disette quand la production est insuffisante, mais qu'il est obligé de mettre de côté une certaine quantité pour pouvoir ressemer la saison suivante.

On parle de famine quand les gens meurent réellement de faim. Elles sont dues à de très mauvaises récoltes elles-mêmes dues à des accidents climatiques majeurs. Par exemple, vers 1696, un volcan islandais[Lequel ?][1][2] entre en éruption et reproduit un mini âge glacier sur l’Europe durant quelques années. De ce fait, les productions sont considérablement amoindries et causent des famines sur tout le continent. En Finlande, 30% de la population meurt à cause de ce des mauvaises récoltes. Pour revenir à Florence, il y a eu une famine tous les 40 ans, alors que souffrir de la faim arrive tous les 4 ans. Donc, la faim est présente en permanence, mais mourir de faim massivement est relativement rare par rapport aux dires des historiens des années 1960. La famine n’est donc pas la raison principale de la mortalité.

Les guerres[edit | edit source]

Les actions de guerres en europe 1320 - 1750.png

À cette époque, la guerre est une constante. Il y a toutefois une évolution. Vers les années 1300, ce sont principalement des petits conflits entre seigneurs, mais avec le temps et l’apparition des État-Nations, les conflits sont de plus en plus importants. Le gros problème n’est pas la mortalité due aux combats, mais le fait que les armées n’ont aucune intendance. Les armées, pour se nourrir, pillent les campagnes alentour et occasionnent énormément de pertes civiles, les paysans n’ayant plus de quoi s’alimenter après les pillages.

Par ailleurs, les armées sont des vecteurs d’épidémies, car en traversant des régions elles diffusent des maladies. Par exemple, les Mongols firent le siège de Caffa, comptoir génois en Mer Noire. Or, ces Mongols étaient touchés par la peste et quand ils levèrent le siège, ils avaient contaminé les populations génoises de la ville. Des génois contaminés sont retournés à Gênes et, cette dernière étant une plaque tournante de l’économie mondiale, la peste va se répandre dans toute l’Europe.

Les épidémies[edit | edit source]

Nombre de lieux touchés par la peste dans le nord-ouest de l'Europe 1347 - 1800.png

Les organismes sont fragilisés par la faim et sont peu aptes à résister aux infections. La mort est tellement présente que l’on ne documente que les épidémies les plus terribles, comme la peste au XVIème siècle et XVIIème siècle. Elle est présente durant tout le Moyen-âge jusqu’au XVIIIème siècle. La peste est transmise par les rats qui étaient très présents à l’époque, mais elle est aussi transmise par les armées et les marchands qui sont infectés et qui se déplacent beaucoup.

La peste noire a tué le 1/3 des Européens en 10 ans (1348-1351). Peste : maladie de la peau transportée par les rats. Les conditions d’hygiène, déplorables, facilitent la propagation. Peste bubonique : apparition de bubons, mort lente et douloureuse. Taux de contagion élevé ce qui mène à la terreur (ainsi que l’apparence, les cris de douleurs des malades…). La peste disparait, tous les gens fragiles sont morts (principe darwinien un peu macabre), tandis que les plus résistants ont développé des anticorps ce qui fait que la maladie disparaît, mais réapparaît une fois que la génération qui a développé une immunité soit morte. Elle fait un retour en force au XVIIe siècle. L’Europe n’est pas le seul continent atteint. Le virus mute en une version plus meurtrière. Démographie De l’ancien régime : XVIIe siècle en France = 44 millions de décès donc 7 à 8% dus à la peste (« que » 3 millions). La peste a donc causé une « surmortalité ». Les baptêmes étaient à peine plus nombreux que les sépultures, 90% de l’excédent de naissances sur les décès est englouti par la peste. La population reste stable et stagnante,

La peste tue plus les gens mobiles et les gens qui ont du contact, donc une maladie de jeunes adultes. Ces jeunes adultes n’ayant pas fait de gosses, ils sont considérés comme étant « naissances perdues » (enfants que les gens qui sont morts n’ont pas eus). On retrouve le même phénomène sur la pyramide des âges en France après 14-18 : il y a une génération sacrifiée (morte durant la guerre), puis une génération de « naissances perdues », soit les enfants que les morts au front en 14-18 n’ont pas eus.

Une fois que les « faibles » sont morts restent les « forts », la mortalité diminue donc puisqu’ils sont plus résistants. Mais ceux-ci deviennent fragiles à leur tour, et la mortalité augmente à nouveau. La courbe de la mortalité est donc hachurée : elle monte puis descend.

La peste a donc effacé l’excédant des naissances sur les décès. La population de la France ne peut donc pas s’accroitre et il y a un blocage démographique, les naissances en plus par rapport au décès étant effacées par la maladie. Aujourd’hui, on sait que les épidémies étaient le premier facteur de mortalité au Moyen-âge.

L’homéostasie grâce au contrôle de la croissance démographique[edit | edit source]

Le concept d’homéostasie[edit | edit source]

L’homéostasie (du grec ὅμοιος, hómoios, « similaire », et στάσις (ἡ), stásis, « stabilité, action de se tenir debout ») désigne un équilibre dynamique entre population et environnement. Cela signifie que malgré les crises on revient toujours à un équilibre. Les gens de l’ancien régime ont peu de possibilités de changer leur environnement, mais les paysans ont vite compris le principe d’homéostasie.

Il y a action sur la démographie. Malgré le fait qu’il n’y ait aucune connaissance de médecine moderne. L’équilibre de l’homéostasie se fait entre population (bouches à nourrir) et ressources (nourriture). La notion de dynamisme implique que le système homéostatique peut bouger, mais revient à l’équilibre, encaisse les chocs puis se stabilise. Elle correspond aux écosystèmes qui sont en situation d’homéostasie (ex. incendie qui détruit une forêt puis la forêt se régénère. L’assolement biennal et triennal est un ex. de savoir homéostatique qu’avaient les paysans du Moyen-âge). Par contre, on ne savait pas jouer sur les ressources avant la révolution industrielle (on ne peut pas récolter plus). On doit donc jouer sur la population. La population stagne à la manière des animaux. La mort sélectionne la population, les faibles disparaissent et ne restent que les résistants. Les années passent et ceux qui étaient résistants deviennent faibles et disparaissent tandis que ne restent que les nouveaux résistants. S’est donc mis en place le système européen de mariage tardif et de célibat définitif.

Micro et macro-stabilité de long terme[edit | edit source]

Jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il n’y a pas la sécurité d’existence. Les gens du Moyen-âge n’avaient aucun moyen de savoir pourquoi ils subissaient la mort, ils n’y pouvaient rien. Les gens se sentent impuissants. D’ailleurs on a longtemps cru que les petites gens n’avaient pas d’autres options que de prier Dieu et de totalement subir la mort. Or on a découvert que les paysans tentaient de diminuer le caractère meurtrier des crises de mortalité.

Les régulations sociales : le système européen du mariage tardif et du célibat définitif[edit | edit source]

La mise en place : XVIème siècle – XVIIIème siècle[edit | edit source]

Les paysans régulaient la croissance démographique en régulant l’accès au mariage. C’est ce qu’on appelle le système européen du mariage tardif et du célibat définitif. Au XVIème siècle, entre 10% et 15% des femmes ne se marient pas. De plus du XVIe au XVIIIe, les femmes se marient de plus en plus tard. On voit que les femmes se mariaient au XVIème entre 19 et 20 ans et au XVIIIème siècle vers 25 et 26 ans. On pense que les paysans, quand ils sont devenus libres, ont cherché à avoir peu d’enfants pour ne pas diviser leurs terres entre trop d’héritiers et finir par les perdre.

La ligne Saint Petersburg – Trieste[edit | edit source]

Ligne saint petersburg trieste.png

Ce système se développe à l’Ouest, et suit une ligne de Saint Petersburg à Trieste. À l’Est, on reste sur un système universel de mariage, car les paysans de l’Est sont dans un système de servage et n’ont rien à transmettre à leurs enfants.

Les effets démographiques[edit | edit source]

La fertilité s’étend entre 15 et 49 ans. Avec des mariages qui sont passés de 20 à 25 ans, cela enlève cinq des années les plus fertiles chez une femme, ce qui équivaut à 2/3 enfants par femme, ce qui réduit la pression démographique.

Mariage tardif et célibat définitif[edit | edit source]

Quand on compte les femmes qui ne sont pas encore mariées, les veuves et les célibataires, 50% des femmes n’étaient pas mariées et ne pouvaient donc pas avoir d’enfants. Cela réduit le nombre d’enfants par femme d’une manière très forte (réduction de 30% de la fécondité). Pour un équilibre entre population et environnement, sans pouvoir trop agir sur l’environnement, on agit sur les naissances. On explique le fait que les femmes n’aient pas d’enfants quand elles ne sont pas mariées par les règles que valorise la religion catholique, qui défend la chasteté et donc encourage le mariage tardif et défend les relations extraconjugales. On ne compte que 2% à 3% de naissances illégitimes.

À l’époque, on a aussi l’idée que mariage égal ménage. Donc, il faut une niche, c’est-à-dire un endroit ou vivre, le plus souvent les fermes, une fois qu’un couple s’est marié. À l’époque, on ne construit pas de nouvelles fermes, et donc un couple doit attendre qu’une ferme se libère avant de pouvoir se marier et s’y installer, ce qui encourage le mariage tardif.

Il y a aussi le facteur des parents. Les parents veulent que les enfants restent à la maison pour s’occuper d’eux. Le célibat définitif est souvent le résultat du sacrifice d’un enfant d’une fratrie, toujours une fille, qui accepte de rester aux côtés de leurs parents pour s’en occuper.

On revient toujours à une stabilité avec l’homéostasie. S’il y a une crise de mortalité, les niches se libèrent plus tôt, et donc une génération se marie plus jeune, et ont donc une fécondité plus grande, il y a plus d’enfants pour combler la perte démographique liée a la crise de mortalité.

Nuances dans le système européen : les trois Suisses[edit | edit source]

Pour prendre l’exemple de la Suisse, il y a plusieurs lois en vigueur selon les régions :

  • au centre, les règles sur le mariage sont très strictes, et les pauvres ne peuvent se marier. La transmission de la terre se fait uniquement à un fils (l’ainé, transmission inégalitaire). Il y a donc une émigration des autres enfants qui n’ont hérité de rien.
  • dans le Valais, il n’y a pas de loi sur le mariage, et il y a une succession égalitaire, s’il y a 3 fils et 1 fille, les 3 fils héritent et dédommagent la sœur qui n’a pas le droit d’être propriétaire. Souvent, les frères se mettent d’accord pour laisser la terre à un seul des enfants, les autres émigrent.
  • en Suisse italienne, il y a une mobilité masculine massive, les hommes sont absents durant plusieurs mois voir années, ce qui déséquilibre le marché matrimonial, et donc limite les naissances (les femmes ne peuvent se permettre d’être infidèles, car tout le monde se rend compte si elles tombent enceintes quand le mari n’est pas là).

Un retour sur la mort omniprésente[edit | edit source]

Une famille complète est une famille où le couple reste ensemble du mariage jusqu'à la fin de la fécondité de la femme aux alentours de 50ans. À ce moment, il y a en théorie sept enfants par femme, mais beaucoup de familles sont affectées par la mort notamment par la mort du mari ou de la femme avant ses 50 ans. Avec ces ruptures, on arrive à 4/5 enfants par famille.

De plus, entre 20% et 30% des enfants meurent avant qu’ils aient un an, et seulement la moitié des enfants qui sont mis au monde survivent plus que 15 ans. Ainsi, le couple de 2 est remplacé par 2 à 2,5 naissances, le couple arrive donc à peine à se remplacer lui-même, il y a une stagnation de la population. Avec l'idée d’insécurité d'existence, il y a d’un côté des sociétés qui trouvent des solutions pour stabiliser les populations (homéostasie) et en même temps il y a l’habitude de la mort. Le terme caveau vient du fait que l’on enterrait les membres de la famille dans la cave, dû au manque de place. Au XVIIIème siècle, quand on a voulu vider Paris de ses cimetières intramuros, on a déterré plus de 1,6 million de morts. Les gens de l’époque acceptaient la mort.

On trouve d’ailleurs des manuels sur comment bien mourir, mourir en bon chrétien, pour être prêt a mourir à tout moment. On consolait d’ailleurs les condamnés à mort en leur disant qu’ils avaient la chance de savoir quand ils allaient mourir et pouvaient donc se préparer.

Annexes[edit | edit source]

  • Carbonnier-Burkard Marianne. Les manuels réformés de préparation à la mort. In: Revue de l'histoire des religions, tome 217 n°3, 2000. La prière dans le christianisme moderne. pp. 363-380. url :/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_2000_num_217_3_103

Références[edit | edit source]