The origins of the fall of the Weimar Republic

De Baripedia
The origins of the fall of the Weimar Republic
Description de cette image, également commentée ci-après

La délégation allemande lors des négociations du traité de Versailles.

Faculté Faculté des sciences de la société
Département Département de science politique et relations internationales
Professeur(s) Rémi Baudoui
Cours Introduction à la science politique

Lectures

The experience of democracy that has lasted just over ten years is characterized by strong social tensions and political instability. What interests us is to understand this seizure of power by the Nazis in a peaceful manner and the advent of the regime of the Third Reich, since Hitler would soon suspend the individual and political freedoms that would lead to the extermination of the Jews as well as the Second World War.

It is a pivotal moment that in its inability to form stable governments has contributed to Hitler's legitimacy, agenda and folly.

We will study this theme in the form of a great question and a causal form. Institutionalists question "big questions", as for the theory of rational choice, it chooses its object according to rigorous methodological approaches.

There are different currents which believe that one cannot distinguish cause and effect relations in social science from constructivists who believe that one cannot account for the conflicts of social relations.

From a Marxist perspective, one refuses to identify causal relations since this methodology approaches the world through a historical dialectic where any factor can influence a result that affects at the same time the primary variable.

The question is: what factors can explain the collapse of the Weimar Parliamentary Republic and Hitler's coming to power? What factors explain this phenomenon? Individual responsibility?

Economic factors that will drastically increase unemployment? Dysfunctional political institutions? The call of the charismatic leader Adolph Hitler?

It is an intrinsically interesting period situated in a period of revolution as in Russia with stakes of war, but also stakes related to industrialization, the unification of Italy and the unification of Germany.

The inter-war period was crucial in Germany against the backdrop of the Second World War, which followed closely.

Concerning the theory of democracy, Germany will introduce a first experiment after the First World War. There are a large number of concepts such as electoral systems, the role of institutions, parties and ideologies.

Describe the Republic of Weimar

What is the Weimar Republic?

The Weimar Republic is the name of the German political regime in place between 1919 and 1933. It follows the defeat of the First World War and the German Revolution of 1918-1919.

This revolution stems from numerous communist revolts and actions that led to the fall of the German Empire and the parliamentary "pseudo" monarchy. It started in the ports of Kiel with sailors' mutinies, which were followed by a generalised movement of the working class, which is showing solidarity with their dissatisfaction.

However, the working class is divided between the independent Social-Democracy with a socialist orientation that has leaders like Rosa Luxembourg and Karl Lübeck and the Social-Democracy that wants to introduce a parliamentary democracy.

The majority group of Friedrich Erbert (Social-Democracy) who is the last chancellor of the German Empire will form a pact with the military who will commit to maintaining and restoring security while protecting a new democratic government as long as it does not attack the privileges and status of the army.

A National Constituent Assembly meets in Weimar, Thuringia. The Constitution of the Weimar Republic adopted in July 1919 will be drafted. It was the birth of a parliamentary democratic regime that put an end to the German Empire and the German Revolution.

This democracy is governed by a president elected by direct universal suffrage, but it is the chancellor who is in charge of the executive, the latter being elected by the government.

This experience was marked by great political instability with twenty different governments between 1919 and 1933.

The appointment of Adolph Hitler by Hindenburg and the advent of the Third Reich regime were simultaneous and simultaneous, since the Nazis who came to power in 1933 would suspend fundamental freedoms and introduce an authoritarian regime.

Map of Prussia in 1871.
Map of the German Reich, (Republic of Weimar/Third Reich) 1919–1937.

What is important is the date of 1870 when Germany unites. Previously, there was the kingdom of Prussia in the south. The date of 1871 corresponds to the annexassions of Alsace-Lorraine.

Before the First World War, the situation was similar. At the end of the First World War, following the Treaty of Versailles, which settled the economic reparations to be paid for, Germany was again cut off from its territory, namely part of Poland and Alsace-Lorraine. However, East Prussia is maintained in German territory.

How and what factors brought Hitler to power?

On the one hand, the transfer of power is done in a non-violent and democratic way, on the other hand, it will be demonstrated that the consolidation of power by the Nazis was extremely rapid from 1933 onwards; therefore the fall of the Weimar Republic and Hitler's rise coincided with January 1933 and the next few weeks that followed.

Transfer and consolidation of power

The "Weimar coalition" that will govern during the Weimar Republic is formed between the social-democratic party and the middle classes. It was based on a double pact: between the government and the military, then between industry and the working class, which consisted of protecting the economy through social partnership rather than class struggle. This will lead to a power struggle between the Conservatives and the Progressive Party.

A process will emerge from the progress of the democratic order. There is a beginning of this fragility following the end of an agreement between the capitalists and the workers in June 1933, then there will be employer offensives to abolish this social legislation during the period of the "Great Depression" from 1929 onwards. Moreover, the military will feel increasingly alienated and marginalized.

There is a general weakening of the partners of the "Weimar coalition" with a return of the Conservatives. Thus, these initial pacts gradually break down.

The dissolution of the Weimar Republic itself proceeded in stages and was initiated in the early 1930s with the appointment of Brüning by presidential decree. The appointment of Franz Von Papen and Herman Göring as Chancellor will be followed again. These are emergency measures taken by the president to set up a government.

In 1932, it is considered that there is no alternative to Hitler as a strong man to a new regime.

As for the transfer of power, President Hindenburg, who was leaning in favour of the authoritarian camp but was not prepared to suspend the constitution, will appoint Hitler on the assumption that he would keep his promise to continue governing with the parliamentary majority.

However, this was a profound and fatal error of judgment on the part of President Hindenburg. Thus Hitler and the Nazi party took power within the institutional framework.

The consolidation of power and the development of democratic governance.érive totalitaire se produisent rapidement.

Reichstagsbrandverordnung of 28 February 1933.

From 4 February 1933 onwards, censorship began to appear with the banning of socialist and communist newspapers. On 28 and 29 February, the Reichstag was officially set on fire by an "unemployed Dutch Communist". The following day, limits were imposed on individual freedoms, particularly with regard to the freedom of opinion approved by President Hindenburg, which would result in the arrest of Communist militants.

On March 5 instead of the national elections which will be the last elections of this new era in a climate of terror towards the left and generalised public insecurity. The Nazi party obtains 44% of the vote with the conservative forces which obtain 8% is allowing them to form a majority. As the Communists were arrested and banned, the Nazis obtained a 51% majority.

On 23 March, a law aimed at eradicating the misery of the people and the Reich suspends the constitution for four years and will concentrate power in Hitler's hands. Only the Socialists oppose this new law.

Within seven weeks, Hitler came to power by legal means and orchestrated the authoritarian drift of the political regime.

The seizure of power continued during the summers of 1933 and 1934. In 1934, the Nazi party became the only authorized party and in July 1934, when Hindenburg died, Hitler granted himself the power of chancellor and president, becoming the "führer".

The whole of society was then brought into line, the political regime changed fundamentally; it was no longer democracy, but the regime of the Third Reich that would later be characterized as a totalitarian regime.

Democratic potential of the Weimar Republic

The democratic potential of the Weimar Republic was limited and narrow. It must be understood as the democratic conception of political order among political parties. Is this a democratic concept? Authoritarian? Socialist? Communist?

This democratic potential can be measured by the number or percentage of votes for parties that support a democratic political order. The more political components that support democratic institutions, the more democratic potential there is to strengthen the democratic foundation.

A change in the distribution of party forces can have a direct and immediate impact on the nature of the political system involved.

During the period of the Weimar Republic, it is possible to count three main political concepts:

  • democratic: it was supported and supported by the "Weimar coalition" of social democracy, the centre party (Catholic) and the liberal left-wing party. It was this coalition, then, that was the spearhead of democracy by signing the armistice, by introducing the constitutional bases and which fiercely defended it in the late 1920s and early 1930s.
  • authoritarian: it is the right-wing Liberals and the Conservative Party that are mainly nostalgic for the Empire and the monarchy. It also embraces some of the middle classes anxious about socialist and socialist reforms. This group believes that there is a German trajectory towards modernity and democracy that is different from other European countries. By 1919, most of Europe's neighbours such as France and Great Britain were already stable democracies, unlike Germany, which was lagging behind. There will be a separate path for Germany, which must be followed and pursued without necessarily following the example of neighbouring democratic experiences. Some of the leitmotivs are that power should be held by an "elite" (elitist vision), they think that these elites must be virtuous and competent do not have to be civil servants emanate from the people. Has an undemocratic and elitist conception. They also advocated a strong state vis-à-vis civil society interest groups. If conflicts arose, it was up to the state to intervene and subordinate the special interests to the property of the company. They also advocated social and political integration through a strong sense of belonging. In short, they were suspicious of democracy and the pluralist organization of social groups by sharing a strong belief in the authority of "elites" and state interventionism in order to restore order, security and the common good.
  • communist and independent socialists: the socialists continue to divide with the creation of the Spartakist communism of Rosa Luxembourg and Karl Lübeck. Only communists and socialists support a communist political order in the revolutionary form to introduce a new egalitarian order.
National election in germany, 1907 - 33.png

Looking at this picture, we can see that there is on average 45% of the electorate who support a democratic conception and 35% who support a more authoritarian conception of the political order, then a minority between 10 and 20% who support the extreme left and the revolution. There remains 10% of the undecided electorate who vote for more "particularist" parties. This 10% can decide the destiny of a government and the political order itself. A change of government could bring about a change in the political order at any time, as in 1933 with the return of conservatives and right-wing Liberals under Hitler.

In short, there is a narrow and stagnant democratic potential and a great fragility of democratic institutions with many governments and coalitions forming and breaking down.

Explain the fall of the Weimar Republic

Party system

The main characteristic of the German party system at that time was its fragmentation, particularly its fragmentation into four major groups.

Germany party structure in 1928.png

This graph is a representation of the different parties with two axes:

  • vertical: conception of the political order of the different parties involved: do they support a democratic or authoritarian order?
  • horizontal: conception of the relationship with the economy. Are they capitalists or socialists?

The percentages refer to the percentage of votes obtained by each of these parties in the national parliamentary elections of May 1928.

The first block is the conservative (left bottom) political formation which has its social base in the agrarian (junkers) and Protestant branch of the population in northern and eastern Germany as well as in the extreme east of the former Prussia with premodern authoritarian values.

The Liberal Group is made up of urban and agrarian Protestants from the rural world. It is divided into two currents: the liberal left-wing (DDP) and right-wing liberals (closer to an authoritarian conception of the political order)

The centre party, which federates the middle-class agrarian Catholic populations and industrial centres in the west and south of the country (Bavaria, Baden-Württemberg, North-Westphalia).

Social democracy mainly includes the workers of the secularized working class, which is strong in the large industrial urban centres.

Over time, this fragmentation became more pronounced with the splitting of the communists from 1919 onwards, with the nascent Nazi party and the social-democratic divergences. The Catholic camp will also be fragmented by an autonomous Bavarian branch (Bayerische Volkspartei), as well as divisions among the liberals and conservatives.

It should be recalled that the formation of this partisan structure takes place in the period 1870-1890, which reflects multiple and ancient social cleavages such as the cleavage between those who want a marked order between a state religion and secular tendencies. But also urban-rural divides (city - country) as well as regional divides such as Bavaria, which wants to have a party that has its own interests at the national level.

With the rapid industrialisation of Germany from the 1870s onwards, this cleavage was also the result of those who wanted to introduce more extensive social legislation to protect the worker.

These multiple social cleavages will structure this party system in such a way that the old cleavages cannot be pacified, creating multiple political forces until the end of the First World War.

The consequences are that it does not clearly emerge two political blocs opposed to each other.

However, two government coalitions will emerge during the period of the Weimar Republic with the Central Party. On the one hand, we have the democratic coalition (SD, left-wing liberals, Zentrum und bayerischeVolkspartei); on the other hand, the bourgeois coalition with the centre, the two liberal parties (left and right) and the conservatives. This lasted from 1919 to 1933.

The second coalition mainly agreed on economic issues, but disagreed on political organization as left-wing liberals were encouraged by democratic values while right-wing liberals were encouraged by more authoritarian and conservative values.

In this situation, government coherence and stability were difficult to achieve. These two coalitions reigned respectively for 5 and 2 years on the whole of 14 years as long as the experience of the Weimar Republic lasted. During the other seven years, no coalition could be established, only with minority cabinet ministers in charge of government.

Between 1919 and 1933, there were 20 successive government coalitions, many of which were set up to resolve specific and important issues in a short-term perspective to resolve and respond to immediate crises.

This fragmentation generated political instability and, above all, weakened the political legitimacy of the "Weimar coalition". It mainly supported the Weimar Republic's project and will therefore be sanctioned for its failure through a protest vote.

To conclude, Lepsius can be quoted in the article From Fragmented Party Democracy to Government by Emergency Decree and National Socialist Takeover: Germany[1] published in 1978 summarizing this explanation, which states that "the crisis of the democratic regime was closely associated with the nature of the party system, its fragmentation".

Electoral system

The electoral system is proportional in the Weimar Republic. It ensures and aims for a representation that is directly proportional to the number of seats obtained by a party, i. e. the number of seats obtained in Parliament.

The purpose of this system is to represent and have a parliament that truly reflects society as a whole by favouring small parties and minorities.

In any proportional electoral system, the question arises of how many votes are required for a party to obtain a minimum representation in parliament. This is a question that every proportional electoral system must define: what is the minimum threshold for the right to parliamentary representation?

It was on this point that the Weimar Republic's proportional electoral system differed from the rest, as it had a relatively low threshold of representation. It tends to be "pure" because a small number of votes allows for seats in parliament.

The consequence of a "pure" proportional proportional electoral system is that small parties are virtually guaranteed seats in parliament. This will lead to a reproduction of social cleavages within the legislature and thus to political fragmentation in parliament. Thus, there will be a political breakdown and greater difficulty in finding stable and lasting agreements among the forces involved.

Population Registered voters Votes submitted Number of seats
62 410 000 36 766 000 30 400 000 423
Party Number of votes (in thousands) % Number of seats
DNVP 4 382 19,5 95
NSDAP 810 2,6 12
BVP 946 3,1 16
DVP 2 680 8,7 45
Zentrum 3 712 12,1 62
DDP 1 506 4,9 25
SPD 9 153 29,8 153
KPD 3 265 10,6 54 source

This table shows the electoral result by party. On the one hand, we see the percentage of votes obtained in comparison with the previous election, as well as the equivalent of the number of votes obtained. 800 representatives out of the 481 available or 16% are elected on party lists with 4.5% or less of the total votes cast. If we take the elected representatives who obtained less than 5% of the vote, we get 21% of all parliamentarians, which is very high. These small parties are obviously not the ones that will negotiate the coalitions, on the contrary they will make it difficult to create party coalitions.

In conclusion, many researchers believe that the proportional election system explains the dysfunction of parliamentary democracy in the Weimar Republic. Reforms were considered in the post-war period to avoid further political erosion. After 1945, the German regime remained a parliamentary system, but important reforms were made on the functioning and mechanism of proportional representation, since the minimum 5% representation threshold rule was introduced in order to have parliamentary representation at national level.

Thus, with this system, 100 seats would have been redistributed to the strongest parties, and would perhaps have prevented Hitler's accession to power. It is not that the proportional system was the primary cause of the Weimar Republic's downfall, but the proportional electoral system merely replicated national fragmentation in the parliamentary arena, creating difficulties in negotiating stable coalitions.

Cadre constitutionnel

Une autre explication de type institutionnaliste concernant le cadre constitutionnel.

Dès 1930 s’opère un déplacement du pouvoir de la sphère du législatif vers la sphère de l’exécutif. Cela renvoie au transfert d’un régime de type parlementaire à un régime de type présidentiel.

Il faut avant tout s’intéresser aux prérogatives que la constitution de la République de Weimar octroyait au président.

La constitution prévoyait un système parlementaire. Le chancelier était élu par l’assemblée parlementaire et responsable devant cette assemblée. C’est une différence notoire avec l’Empire allemand puisque le chancelier était responsable devant le président. Elle prévoyait des droits spéciaux au président au nombre de trois :

  • possibilité de dissoudre le parlement ;
  • nomination du chancelier sauf si le parlement s’y oppose en votant une motion de censure afin de montrer qu’il désapprouve ce choix ;
  • émission et gouvernement par des ordonnances et des décrets d’urgence avec l’approbation du chancelier.

Dans l’ensemble, il se trouve que ces droits spéciaux permettaient au président de gouverner sans la consultation du parlement.

En mars 1930, Heinrich Brüning est élu chancelier. Il fut mis en place par le président Hindenburg sans consultation du parlement et donc déclaré non-parlementaire et constitutionnel, décision basée uniquement sur le pouvoir du président.

L'utilisation des décrets d’urgence s’intensifie et devient la manière courante de gouvernement jusqu’en 1933. Il substituait la législation formelle vidant le parlement de sa substance ainsi que la constitution.

Erosion of parliementary power.png

On constate que le nombre de lois baisse fortement tandis que les décrets présidentiels augmentent aussi fortement avec une baisse notoire des sessions parlementaires.

Le pouvoir présidentiel devient le principal instrument de l’autorité politique depuis 1930. Le gouvernement émane directement du président. Cela satisfaisait les conservateurs qui voulaient un gouvernement responsable uniquement envers le président et qui transcendaient les principes démocratiques de base. D’abord le gouvernement de Von Papen puis celui Von Schleicher donnait beaucoup de place aux intérêts militaires.

L’arrivée de Hitler au pouvoir suit la logique de nomination par le président. Il ne convaincra cependant pas le parlement. Deux jours après sa nomination, Hindenburg dissout l’assemblée.

Le déplacement d’un système parlementaire à un système présidentiel qui transfère le pouvoir entre les mains d’un seul homme va définir le cours des évènements durant ces années. La gouvernance par décret comme prévôt dans le cadre constitutionnel original de la République de Weimar fut une composante de la décomposition de la démocratie.

Stratégies et politiques partisanes

Nous allons nous concentrer sur les partis de gauche à savoir le parti communiste et le parti de la social-démocratie :

  • Communiste : entre 1924 et 1928, il entre dans une phase de radicalisation ou l’on purge les structures internes ; de plus il y a un renforcement de l’idéologie prônant une vision de la social-démocratie comme un ennemi et un concurrent afin de mobiliser et toucher la classe ouvrière. Cette radicalisation va créer une cohérence interne forte ainsi qu’une capacité intégrative forte. Cela va permettre de gagner, en partie,le vote protestataire des ouvriers suite à la crise économique de 1929. Son soutien populaire augmente durant cette période.
  • Social-démocratie : elle va se montrer loyale envers le projet original de la République de Weimar avec des difficultés à s’ouvrir à de nouveaux électeurs ne s’amendant pas pour courtiser des électeurs notamment ceux de la classe ouvrière. À partir de 1928 elle va renforcer ses liens avec les syndicats afin de rapprocher de la classe ouvrière tout en contrant la menace communiste.

Rétrospectivement, on peut affirmer que ces stratégies de renforcement et de repli ont été de graves erreurs stratégiques peut être rationnels sur le court-terme comme pour les communistes afin d’engranger des petites victoires électorales, cependant cela sous-entendait qu’on allait basculer sous un régime socialiste. Les apports de forces faisaient que cela était utopiste avec en réalité une probabilité d’un renversement sur la droite beaucoup plus forte.

La gauche a été la grande perdante de l’avènement du IIIème Reich. Ainsi, leur stratégie de court terme aurait été préférable si elle ne s’était portée que sur l’ouverture.

Nous pouvons nous interroger sur les raisons du repli de la social-démocratie et pourquoi elle ne parvient pas à renforcer la base sociale prodémocratique de la République de Weimar ?

Idéologie

Nous allons discuter de la dimension idéologique du parti social-démocrate dont un pan de son idéologie l’empêchait de s’ouvrir notamment en direction de la paysannerie.

Dans The Social Democratic Moment: Ideas and Politics in the Making of interwar Europe publié en 1998[2], Berman propose une étude se focalisant sur les cas allemand et suédois. Elle avance que les partis sociaux-démocrates font face à des problèmes très similaires :

  • quelle relation la social-démocratie doit entretenir avec la démocratie bourgeoise ?
  • sous quelles conditions envisager des alliances avec des partis au-delà de la tradition sociale ?
  • faut-il se définir comme un parti de travailleurs avec une base sociale clairement définie (ouvriers, travailleurs salariés, etc.) ou s’ouvrir et devenir un parti du peuple qui irait recruter des électeurs dans toutes les couches sociales ?
  • quelles sont spécifiquement les réponses de politique économique à apporter dans les crises du système capitaliste ?

Selon Berman, l’idéologie de ces partis ainsi que l’héritage traditionnel qui forme l’identité des partis va montrer qu’elles ne sont pas similaires expliquant ainsi les trajectoires différentes de la social-démocratie allemande et suédoise. Elle explique l’incapacité en Allemagne de la social-démocratie à démocratiser le pays, au contraire dans le cas suédois elle va démocratiser le régime politique. Notamment en Suède, l’après-Deuxième guerre mondiale sera caractérisée par une hégémonie de la social-démocratie.

Elle ajoute que ces caractéristiques se cristallisent dans les structures déjà avant la Première guerre mondiale que nous pouvons distinguer :

  • vision orthodoxe et inflexible du marxisme : d’après cette vision le socialisme est le résultat de lois économiques inéluctable ; plus les forces de production vont se développer et plus les conflits vont s’intensifier jusqu’à mener au communisme. On constate un déterminisme économique à l’œuvre. Cependant, elle néglige le socialisme comme le résultat de l’action individuelle ou de classes sociales; c’est un déni du rôle des acteurs dans la trame historique.
  • rejet du réformisme : bien que la social-démocratie allemande pratiqua le réformisme, elle ne le connut jamais comme le but de la transformation en profondeur de la société. Elle a contribué à réformer la législation sociale, mais cela n’amenait que difficilement la libération individuelle des travailleurs. La social-démocratie suédoise adhérera au réformisme social.
  • Conception aiguë de la lutte des classes : en Allemagne, la social-démocratie reste attachée à l’idée que le groupe prolétaire est une simple masse réactionnaire. Donc, cette posture rend la formation de coalition avec des autres « groupes non sociaux »comme la paysannerie difficile, voire impossible. En Suède où la social-démocratie était habituée à une vision plus douce de la lutte des classes, elle a forgé une alliance avec les paysans.

Exemple 1: Déjà avant la Première guerre mondiale la social-démocratie est incapable de formuler un programme de réformes agraires de par son adhésion à une vision rigide de la lutte des classes. Il ne lui a pas été possible d’altérer le court des évènements vers la fin de la République de Weimar lorsque l’insatiabilité politique augmente, elle n’a pas été capable de former des coalisations avec les paysans.

Exemple 2: Dans les années 1930 – 1933 la social-démocratie n’arrive pas à développer un programme réformiste comme des réformes de type keynésiennes proposées en 1932. La social-démocratie est divisée en interne, à savoir s’il faut appuyer ou non ce projet qui avait émané des syndicats en janvier 1932. Ce programme visait à créer 1 million d’emplois par le financement de constructions publiques en allant à l’encontre du cycle vicieux. Face aux propositions de syndicats, la social-démocratie n’est pas convaincue que c’est la voie à suivre en favorisant ce type de politique.

L’identité de la social-démocratie, à savoir son idéologie et sa vision telle que pensée, a limité la démocratisation du régime politique dans l’entre-deux-guerres et a contribué à l’émergence d’un terrain fertile pour un pouvoir autocratique.

Culture politique

Il convient d’effecteur un détour par Alexis de Tocqueville qui est le précurseur de la théorie de la société civile et du rôle de la vie associative dans le fonctionnement et les dysfonctionnements de la démocratie.

De Tocqueville est un homme politique français qui est parti aux États-Unis afin d’effectuer un rapport sur les établissements pénitenciers américains.

Dans son ouvrage De la Démocratie en Amérique publié en 1850, il dit :

« Les Américains de tous âges, de toutes les conditions, de tous les esprits, s’unissent sans cesse. Non seulement ils ont des associations commerciales et industrielles auxquelles tous prennent part ; mais ils en ont encore de mille autres espèces : de religieuses, de morales, de graves, de futiles, de fort générales et de très particulières, d’immenses et de fort petites. […] Il n’y a rien, selon moi, qui mérite plus d’attirer nos regards que les associations intellectuelles et morales de l’Amérique. »

— De la Démocratie en Amérique, Vol. II, Livre 2, ch. V

« Pour que les hommes restent civilisés ou le deviennent, il faut que parmi eux l’art de s’associer se développe et se perfectionne dans le même rapport que l’égalité des conditions s’accroît. »

— De la Démocratie en Amérique, Vol. II, Livre 2, ch. V

L’idée est qu’une société civile foisonnante est une vertu, plus particulièrement un associationnisme vibrant serait une condition et un indicateur du bon fonctionnement de la démocratie. En d’autres termes, il y a un renforcement mutuel entre associations démocratiques et une société civile vigoureuse.

Cette thèse va à l’encontre de celle de Arendt (1906 – 1975). Pour elle, l’échec de la démocratie et la montée des totalitarismes sont principalement dus à la désintégration des associations intermédiaires dans les pays européens de l’entre-deux-guerres. De plus, elle insiste sur le rôle du progrès technique très intense et de la société de masse qui engendre une aliénation et un déracinement des individus. Le tissu social est en transformation ce qui va constituer un vivier pour le recrutement pour les partis extrémistes. Donc, la République de Weimar est un archétype de la société de masse où réside une anomie liée au progrès industriel et technique ; la société civile est absente, inerte.

Berman montre dans Civil Society and the Collapse of the Weimar Republic, World Politics publié en 1997[3] :

« ore voluntary associations attracted more members and did so in a more active fashion than ever before.Just as retailers, bakers, and commercial employees had organized into economic interest groups, so also did gymnasts, folklorists, singers and churchgoersgather into clubs, rally new members, schedule meetings, and plan a full assortment of conferences and tournaments »

Berman propose la thèse qu’une société civile vigoureuse a contribué à s’aborder l’expérience démocratique au lieu de la renforcer comme Tocqueville le prônait. L’associationnisme élevé a contribué à affaiblir l’expérience démocratique.

En l’absence d’un gouvernement national et d’institutions politiques réceptives aux griefs de la société, l’associationnisme a amené à une fragmentation de la cohésion sociale.

Dans l’entre-deux-guerres, les allemands rentrent dans toutes sortes de clubs pour exprimer leur frustration envers les échecs politiques. C’est un moyen de tourner le dos au monde politique en rentrant dans des organisations issues de la société civile.

De plus, il faut souligner que les nazis vont profiter de l’associationnisme élevé. Une vie associative élevée permet un apprentissage de compétences comme celle de leadership au sein de la société civile. D’autre part, les associations vont servir de base de recrutement pour les nazis ; ils vont pratiquer une politique d’infiltration des associations puis les purger afin d’en prendre le contrôle et de les tourner en sympathisants nazis.

Durant l’entre-deux-guerres, les paysans participaient à des associations diverses. Ils tendaient initialement à voter pour les libéraux et les conservateurs. Dans les années 1920, ils se retirent du monde politique et n’ont plus de représentant.Les nazis s’aperçoivent de ce manque et vont recruter parmi les paysans. Cela se fait par la prise de contrôle des associations paysannes comme le Reichslandbund avec 6,5 millions de membres. Ils vont conquérir poste par poste en commençant par la hiérarchie inférieure. Dès 1931, les nazis arrivent à placer l’un des leurs parmi les dirigeants ; en 1932, le Reichslandbund apporte officiellement son soutien au parti nazi.

En ces termes, les associations de la société civile permirent de faciliter l’accession de Hitler au pouvoir.

On peut rejeter la théorie de Hannah Arendt ; au contraire une société civile plus faible n’aurait probablement peut-être pas facilité la capture des associations par les partisans nazis. Les arguments de Berman prônent un renforcement des institutions politiques, en leur absente cela contribue à affaiblir le régime politique en place.

L’associationnisme fort est quelque chose qui est transmis dans la sphère familiale relevant d’une certaine culture démocratique et politique qui induit une certaine participation et un intérêt pour le politique.

Économie

Facteurs externes

L’impact de la crise du début des années 1930 sur la décomposition de l’ordre démocratique et politique ne peut être sous-estimé. Le déclic de la crise économique mondiale est le krach de 1929. Il est admis que sans ce choc le système politique n’aurait pas connu la crise qu’il a connue ainsi que la montée du nazisme.

Une,ployment rate and vote for the nation socialist party (weimar).png

Ce graphe montre la courbe du taux de chômage ainsi que le vote en faveur des nazis. On ne voit pas de relation causale, mais une corrélation relevant d’une association.

National income 1929 - 1932.png

Après les États-Unis, l’Allemagne a été le second pays le plus touché par la crise. Ce tableau conforte cette affirmation, on constate que la baisse la plus dramatique est en Allemagne et aux États-Unis.

Unemployment rate 1929 1933.png

Environ 6 millions de personnes étaient au chômage soit plus de 40% de la population entre 1932 et 1933.

Facteurs internes

Dans les années 1930 et 1932, Brüning mena une politique d’austérité qui s’est avérée contre-productive. Au niveau de la politique fiscale, il va imposer par voie de décrets d’urgence, en contournant le parlement, des coupes drastiques dans les dépenses publiques notamment dans les indemnités chômage. Il va aussi forcer les salaires à la baisse, car il était partisan de la déflation salariale. D’un point de vue de la politique monétaire il va mener une politique restrictive par peur de l’inflation au lieu de faciliter les crédits pour relancer l’économie.

L’austérité enfonce l’Allemagne dans la dépression, c’est une grande leçon, car l’austérité appliquée en dépit d’une crise économique et financière ne peut mener qu’à la dépression. Ce plan a été contre-productif et n’a pas réussi à enrayer le chômage.

Dans la situation actuelle, un parallèle a été fait, beaucoup de chercheurs pensent qu’il est éclairant à plus d’un titre. Paul Krugman (prix Nobel d’économie 2008) a été critique sur les consolidations budgétaires mises en place à partir de 2010. Il est partisan d’une stimulation de l’économie qui va permettre à terme de réduire les déficits ainsi que la dette.

Culture antisémite

L’antisémite est aussi un argument de culture politique.

Goldhagen dans Hitler’s Willing Executioners[4] prône la thèse que l’existence d’un sentiment antisémite de type éliminationiste était répandue avant la guerre. Cette thèse antisémitisme aurait motivée les bourreaux durant leur passage à l’acte.

C’est un livre de culture politique, car il amène à penser ce que l’éducation apporte dans les manières de concevoir le monde.

Les bourreaux croyaient qu’il était « juste » d’exterminer les juifs, car une grande majorité des allemands étaient persuadés que les juifs étaient nocifs et qu’il fallait les retirer du corps social. Les bourreaux n’avaient pas à faire face aux scrupules, car la morale disait qu’il était « juste » d’exterminer les juifs. Le rôle des nazis n’aurait été que d’encourager ce sentiment.

Que ce soit durant l’Empire ou avant, aucun acteur n’a tenté de contrer l’antisémitisme dominant. Tous les partis ont un rôle dans la stigmatisation des juifs, cependant seule la social-démocratie acceptait de recruter des cadres de confession juive.

Le lien avec la chute de la République de Weimar réside dans la prise de pouvoir des nazis. En janvier 1933, les nazis avaient déjà thématisé l’antisémitisme dans leur discours.

Ces schémas culturels se mettent en place durant de nombreuses décennies. Ce modèle reposait sur trois idées :

  • les juifs étaient différents des allemands ;
  • les juifs s’opposaient point par point aux allemands ;
  • ces différences n’étaient pas bénignes, les juifs étaient « maléfiques », on les qualifiait de « forces mal veillantes ».

L’idée finie par prévaloir que les juifs étaient liés aux déboires de l’Allemagne. Cette vision prévalait dans toute l’Allemagne.

Responsabilités individuelles

Des facteurs structurels ont peut-être été nécessaires, mais ne sont pas non plus suffisants. Ils peuvent contribuer à expliquer pourquoi le IIIème Reich fut une possibilité, mais pas entièrement sa conception en tant que réalité.

La nomination de Hitler a été prise par des individus au sommet de l’État allemand de l’époque. En janvier 1933, les intentions belliqueuses et autoritaristes étaient connues. Le manifeste Mein Kampf prônait déjà des solutions autoritaires pour résorber les problèmes de la société allemande dont l’issue inéluctable était la guerre. Les nazis montraient déjà leur mépris de la loi et leur exacerbation, mais aussi la velléité dictatoriale ainsi que leur antisémitisme.

Il convient d’abord de noter qu’il y a une responsabilité collective dans l’ignorance de la nature du nazisme. Il aurait été attendu qu’ils portent une plus grande attention envers la nature du nazisme et de ses dirigeants. Des indications historiques apportent que ces personnages n’ont pas commandité de rapports d’experts afin de saisir pleinement la nature du phénomène nazi.

  • Von Hindenburg :
    Hitler et Hindenburg, le 1er mai 1933.
    il a la responsabilité suprême, car il était de sa prérogative de nommer un chancelier en janvier 1933. Contrairement à l’image publique d’homme d’État fort et sage, il s’est montré faible durant l’épisode de 1933. Ayant d’abord intronisé Von Schleicher il l’a révoqué en raison d’une aversion aiguisée par la machination mise sur pied de Von Papen contre Von Schleicher. Il a fait partir une fausse rumeur comme quoi un putsch militaire était imminent convaincant Hindenburg contre la personne de Von Schleicher. Hindenburg créa ainsi une crise dont il n’avait pas la solution. Il s’en remit aux conseils de Von Papen qui se retira en faveur de Hitler. Il ne fit pas confiance en sa méfiance envers Hitler et céda à Von Papen et à son fils Oskar Hindenburg.L’entourage a donc influencé le choix de Hitler en tant que chancelier. Entre janvier 1933 et juin 1934, les actions prises par Hindenburg tendirent à légitimer la tyrannie nazie plutôt que de s’y opposer.
  • Von Papen : son comportement était fortement dicté par son désir de vengeance envers Von Schleicher et sa volonté de retourner au pouvoir. Il fut insouciant quant au danger nazi, jamais il ne le rejoindra, mais il le soutenu en tant que vice-chancelier puis comme ambassadeur en Autriche puis en Turquie.
  • Von Schleicher : en tant que militaire, il cherchait le réarmement des militaires et espérait enrôler les sympathisants SA (Sturmabteilung ; « Section d’assaut ») c’est-à-dire les sympathisants nazis dans l’appareil militaire. Sa responsabilité historique tient au fait d’avoir dans les années 1920 d’avoir fait sortir Von Papen de l’ombre. Son conflit personnel avec Von Papen a facilité l’arrivée de Hitler au pouvoir. De décembre 1932 à janvier 1933, en tant que chancelier, il a montré une clémence envers les nazis. Son influence sur le président Von Hindenburg était faible, voire nulle.

Trois individus ont une responsabilité moindre :

  • Oskar Von Hindenburg : il a fini par convaincre son père de favoriser Hitler.
  • Meissner : il partage une responsabilité moindre, il était le secrétaire particulier de Hindenburg. Il était opportuniste et par calcul politique sentant la fin de Schleicher a déplacé sa loyauté envers l’homme fort en devenir qu’était Hitler.
  • Hünenberg : il était le chef du parti conservateur entre 1928 et 1933. Il devient ministre de l’agriculture et de l’économie à partir de janvier 1933. Il peut être décrit comme un opportuniste agissant de façon intéressée, car sa carrière politique était marquée par la frustration et l’échec.

Les jugements et les décisions des hommes politiques peuvent faire une différence majeure. De hautes responsabilités politiques et morales reposent sur un petit nombre d’individus qui concentrent le pouvoir dans les États modernes. Ce type d’argument est un argument qui prône une lecture de l’histoire des sociétés par le rôle des grands hommes politiques ; l’histoire est écrite à travers le prisme des grands hommes politiques et de leurs décisions.

Classifier les explications

Explications

Dans la liste des explications que nous avons étudiées, si on ne s’intéresse qu’à une seule, celle du système électoral est plutôt une cause probabiliste qui pourrait expliquer la chute de la République de Weimar. La présence de cette variable va augmenter la probabilité d’instabilité du régime politique.

En fait, ces neuf explications sont de type probabiliste et vont provoquer de l’instabilité dans la République de Weimar.

Beaucoup de chercheurs s’intéressent à une relation particulière comme la relation causale entre le système électoral et la chute de la République de Weimar. Ils ont ensuite posé la relation, mais à un autre cas. Il y a des personnes qui cherchent à expliquer de manière partielle comme les spécialistes des systèmes électoraux et d’autres chercheurs qui s’intéressent à la totalité du résultat en mobilisant l’ensemble des explications.

  • système de partis
  • système électoral
  • cadre constitutionnel
  • stratégies et politiques partisanes
  • idéologie de la social-démocratie
  • culture politique
  • l’économie
  • l’antisémitisme
  • responsabilité individuelle

Divers autres facteurs

  • niveau d‘analyses (micro/macro)
    • micro : regroupe l’aspect individuel
    • méso : c’est l’analyse d’un groupe infranational
    • macro : c’est un élément constant à travers les nations, la nation ou encore les régions
  • facture externe vs interne

Cette distinction est dépendante du fait que le monde est divisé en États-nations.

    • dynamique interne : l’autorité politique réside dans l’État-nation (ex- politiques partisanes, le cadre constitutionnel de la République de Weimar, le système électoral, l’antisémitisme déterminé par le niveau de l’éducation nationale en Allemagne à cette période)
    • dynamique externe : des éléments externes permettent d’influencer les choix politiques
  • structure – agent

Sont-ce plutôt les individus qui font leur histoire ou les structures ?

    • structure : ce sont les institutions comme le cadre constitutionnel qui détermine l’action des individus
    • agent : ce sont les décisions à l’échelle d’une unité fonctionnelle du système
  • facteurs économiques, politiques, sociaux, culturels
    • facteur politique : forme institutionnelle
    • facteur économique : crise économique
    • facteurs culturels : culture politique
  • intérêts vs institutions vs idées-idéologies

Pour ordonner la littérature, il est important de faire cet exercice. Si on ne s’intéresse qu’aux relations spécifiques, les autres explications ne seront qu’alternatives et concurrentielles. Il faut regrouper et ordonner les arguments afin de clarifier les contrastes entre les arguments. Une des fonctions de la revue de littérature est identificationnelle.

Annexes

Références

  1. Lepsius, M. Ranier. "From Fragmented Party Democracy to Government by Emergency Decree and National Socialist Takeover: Germany." In The Breakdown of Democratic Regimes: Europe, by Juan J. Linz and Alfred Stepan. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1978, pp. 34-79.
  2. Berman, Sheri. The Social Democratic Moment: Ideas and Politics in the Making of Interwar Europe. Cambridge, Ma.: Harvard UP, 1998.
  3. Berman, Sheri. Civil Society and the Collapse of the Weimar Republic. Baltimore: Johns Hopkins UP, 1997.
  4. Hitler’s Willing Executioners by Daniel Jonah Goldhagen, ISBN-10: 0679772685, ISBN-13: 978-0679772682